Archives par étiquette : Université

Business Model, L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale

Olivia Chambard, CEET (Cnam) et Université Paris 1

Le vendredi 12 mars à 11h sur zoom :https://us02web.zoom.us/j/81490596279

Depuis les années 2000 se multiplient à tous les échelons de l’enseignement supérieur des dispositifs de sensibilisation et de formation à l' » entrepreneuriat « . D’où provient cette injonction croissante d’éduquer la jeunesse à l' » esprit d’entreprendre  » ? Que fait au fonctionnement de l’Université cette montée en puissance de la référence au monde économique en son sein ? Quels sont les enjeux politiques de cette fabrique de vocations entrepreneuriales ?
À partir d’une enquête au long cours combinant entretiens, observations et archives, l’ouvrage retrace la genèse de ce projet éducatif et les formes de son déploiement dans les universités et grandes écoles françaises – à travers notamment la dévalorisation des savoirs théoriques au profit de  » savoir-faire  » et de  » savoir-être  » supposés immédiatement utiles dans l’univers économique, l’adoption de normes de conduite valorisées en entreprise, etc.
Le projet éducatif ainsi déployé sous la bannière  » entrepreneuriale  » participe à la diffusion de l’idéologie néolibérale. S’il donne l’illusion que tout le monde peut entreprendre, il prépare d’abord les fractions les moins dotées de la jeunesse diplômée à l’occupation de positions précaires aux marges du salariat (micro-entrepreneuriat, par exemple) tandis qu’il permet à une jeunesse dorée d’accéder à de nouvelles positions valorisantes (dans l’univers des start-up, notamment).
L’enseignement supérieur est ainsi appréhendé à la fois dans ce rôle inédit de laboratoire des idéologies capitalistes – quand l’Université avait, du moins depuis 1968, plutôt fait figure de lieu de la critique sociale –, mais aussi de  » cible  » pour des modèles qui, en la pénétrant, en subvertissent en partie les objectifs et les modes de fonctionnement.

Quel financement alternatif du supérieur ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec au séminaire de l’association étudiante The Noise.

  • Une cartographie de l’enseignement supérieur (grandes écoles et universités)
  • Un financement de l’enseignement supérieur par répartition
    • Financer une allocation universelle d’autonomie
    • Aligner les moyens en Licence sur ceux des classes préparatoires

Classement de Shanghai, Idex et polarisation sociale du système universitaire

Intervention au séminaire Politique des sciences, EHESS, 14 février 2019

Au cours de la dernière décennie, l’enseignement supérieur a connu une nouvelle étape de  globalisation, symbolisée par les palmarès internationaux de type « classement de Shanghai ». Certains ont exprimé la crainte que les effets performatifs de ces dispositifs génèrent à terme des systèmes éducatifs à deux vitesses : d’un côté, un nombre restreint de « world-class universities » et, de l’autre, un vaste ensemble d’universités de second rang. A côté des grandes écoles déjà très fermées aux classes populaires, un système universitaire lui-même dual entrainerait une entrée des jeunes dans la vie adulte fortement ségrégée, dans la continuité de l’expérience scolaire. A partir de la base des inscriptions universitaires en France (bases SISE du SIES), nous montrons qu’une polarisation sociale des universités s’observe déjà sur le plan statique, et que celle-ci s’accroît entre 2007 et 2015. Nous mettons ensuite en relation cette polarisation avec les dispositifs nationaux (IDEX, COMUE) et internationaux (classements universitaires) qui structurent la globalisation universitaire.

Continuer la lecture

Le rôle de la quantification dans la marchandisation de l’université

Elsa Boulet (Université Paris IV et ENS Cachan) et Hugo Harari Kermadec (IDHES – ENS Cachan et CEPN),  « Numbers, Policies and Politics« , Congrès organisé par la revue Politiques et Management Public, 26 octobre 2013, ESCP Europe, Paris.

Résumé : Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs·euses comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude du cas de l’université de Ghimwall, en Angleterre, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université de Ghimwall pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire. Continuer la lecture