Article mis en avant

Arrêtons les frais !

Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur

couv_arretonsSéverine Chauvel, Pierre Clément, David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane, Léonard Moulin, Ugo Palheta – Editions Raisons d’agir, 2015, 8€.

Présentation de l’éditeur :

Alors que dans les pays anglo-saxons, les frais d’inscription à l’université ne cessent d’augmenter au point de représenter l’une des principales sources d’endettement des étudiants et de leurs familles, ils constituent l’espoir secret d’universités françaises exsangues. Ce livre montre que s’engager ainsi dans la voie de la financiarisation de l’enseignement supérieur ne permet ni d’augmenter les ressources des universités ni de rendre leur financement plus juste.
Cela conduit au contraire à une explosion du coût des études, à une subordination des choix d’orientation à la logique marchande et à un accroissement considérable des inégalités entre étudiants, filières et établissements. Refusant la fatalité, ce livre montre qu’un autre modèle de financement des universités est possible. Plus juste et plus efficace, il garantirait également l’autonomie réelle du monde universitaire, conçue non pas comme un privilège indu mais comme la condition de sa capacité à défendre la connaissance et la citoyenneté, sans lesquelles innovation et progrès social ne peuvent exister.

L’introduction est accessible librement sur www.contretemps.eu

On en parle :

Présentations :

  • à Sciences Po, 28 rue des Saint-Pères, 27 janvier 2016 à 19h avec Niall Reddy (militant sud-africain du Democratic Left Front).cafe-paris-ecole-argent-c77a7
  • au café sciences sociales, 60 rue des écoles, le 14 janvier 2016 à 18h30, avec l’APSES et Alternatives économiques.
  • à Lille-3, Roubaix, mardi 15 décembre à 15h30.
  • à la librairie Terre des livres, 86, rue de Marseille – Lyon 7e, à l’automne.
  • à l’Université d’été du NPA, en vidéo.
  • au séminaire « Conventions », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, EconomiX, Vendredi 26 juin 2015, 14h, Salle G 512 ; Discussion avec François Sarfati du Cendre d’études de l’emploi.conférence arrêtons les frais
  • à la 9ième matinale de l’IFRIS, le 29 juin à 9h, au CNAM – amphi Gaston Planté ; discussion avec Gabriel Nadeau-Dubois, ancien co-porte-parole de la CLASSE, au rôle majeur dans l’opposition victorieuse à la hausse des frais au Québec en 2012. Vidéo ici.
  • à l’invitation de Terra-Nova Dauphine, à Paris, le 8 juin à 19h30
  • à Sciences Po Lille, le 21 avril à 18h, amphi B
  • à la Sorbonne, le 16 avril, à 18h30, amphi Descartes
  • à l’Université Lille 1, le 15 avril à 17h30, amphi SUP 14
  • au congrès de l’UNEF, à Nantes, le 11 avril.
  • à l’EHESS le 2 février1429363230

Va-t-on bientôt payer ses études en licence ?

Tribune de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Libération, le 29 mai 2018

La multiplication de cursus universitaires payants risque de renforcer la concurrence entre les écoles et les facs. Et annonce la généralisation des frais d’inscription.

L’Ecole polytechnique a ouvert en septembre 2017 un cursus payant de «Bachelor» (nom donné à la licence dans les pays anglo-saxons) avec l’assentiment de ses ministères de tutelle. Or, ce cursus pourrait être autorisé à délivrer le grade de licence (bac + 3). Jusque-là pourtant,celui-ci était réservé aux universités. Mais les temps changent, et les logiques de mise en marché de l’enseignement supérieur se développent à grande vitesse.

Si le niveau de ce diplôme n’est pas en cause, lui octroyer le grade de licence ouvrira la voie à des demandes similaires de toutes les écoles. Elles pourront alors concurrencer les diplômes de l’université avec des moyens souvent bien supérieurs, et d’autant plus importants que les études en question s’annoncent payantes et fort chères ! A l’Ecole polytechnique, le Bachelor est facturé entre 12 000 euros et 15 000 euros par an en même temps qu’il a bénéficié de 36 millions d’euros sur cinq ans de fonds publics pour moins de 100 étudiants par an ! Face au développement de ce «marché», tous les établissements, y compris les universités, décideront vraisemblablement de facturer leurs diplômes de licence. Ainsi, les écoles draineront l’essentiel de la manne financière car elles attirent les étudiants socialement les plus aisés et susceptibles de payer, pendant que les universités, à quelques exceptions près, se retrouveront piégées entre une population étudiante moins favorisée à laquelle on demandera de s’endetter et un désengagement de l’Etat.

La pression pour instituer des frais d’inscription se renforce depuis des années. Il s’agit de créer un marché profitable et de rendre docile les futurs travailleurs : les diplômés endettés n’auront d’autres choix que d’accepter les emplois qui leur seront proposés et les conditions de travail qui leur seront imposées. Dans la droite ligne de la politique de flexibilisation du marché du travail, il s’agit de développer et de faire accepter une précarisation de l’emploi, un asservissement aux lois du marché et une remise en cause de l’accès de tous à l’éducation.

On aurait tort de penser que cette interprétation est du pur mauvais esprit : les révélations de WikiLeaks ont fait fuiter une note datée du 16 novembre 2016, attribuée à Robert Gary-Bobo [professeur d’économie, ndlr], et destinée à l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. L’augmentation des frais d’inscription y est décrite comme «le nerf de la guerre», de même que le développement du crédit aux étudiants. Cette note distingue crûment «ce qui serait souhaitable» (mais indicible tel quel à la population) des éléments stratégiques et communicationnels permettant de faire passer la pilule. Il s’agit, en effet, d’atteindre des frais d’inscription allant vers les 10 000 euros par an en master (et même 20 000 euros pour les grandes écoles), sans épargner les licences. Pour faire passer une telle révolution, la note fournit les éléments de langage. Le crédit ? Un nouveau droit pour l’autonomie des jeunes, mettant «tout le monde, « fils de bourgeois » et autres, sur un pied de plus grande égalité». Il «faut bannir du vocabulaire les mots de « concurrence » et « d’excellence », détestés par les syndicats d’enseignants et d’étudiants. Remplacer systématiquement ces mots par « ouverture » et « diversité ». […]. La sélection ne signifie pas exclusion mais orientation». La méthode ? «Y aller doucement mais commencer tout de suite avec les droits d’inscription.» Il est même suggéré de conserver des formations gratuites pour mieux les éradiquer.

Il est évident que face à un sujet aussi sensible, le «saucissonnage» de la réforme est un moyen de faire passer cette transformation radicale de l’enseignement supérieur par étapes, en limitant la contestation étudiante : les frais ont été augmentés dans plusieurs grandes écoles publiques (3 500 euros à Centrale Supéléc, 2 600 euros à 4 600 euros à Télécom Paris-Tech ou aux Mines de Paris, 2 870 à 5 740 euros aux Ponts et Chaussées). De même, des expérimentations ont été menées à Sciences-Po et à Dauphine (les frais d’inscription en master y allant jusqu’à respectivement 24 000 et 6 160 euros). A chaque fois dans des institutions prestigieuses, donnant un accès privilégié au marché du travail, et peuplées d’une population particulièrement favorisée et peu revendicative. Cette tendance à l’augmentation des frais d’inscription s’est poursuivie avec la multiplication des diplômes d’universités (DU), non reconnus nationalement mais créant de discrètes poches de marchandisation dans le supérieur. Avec la volonté de conférer à ces diplômes les grades de licence et de master, c’est tout un système d’enseignement public et quasi gratuit que le gouvernement emmène vers un modèle marchand, payant et cher, sans tenir compte des désastreuses expériences étrangères en la matière !

Le gouvernement doit clarifier sa position et dire s’il veut ou non remettre en cause un modèle fondé sur un accès gratuit à l’enseignement supérieur. S’il veut rassurer les (futurs) étudiants et leurs familles, le président de la République et le gouvernement ont les moyens de profiter de la réforme constitutionnelle annoncée pour y inscrire la gratuité de tous les cursus de l’enseignement supérieur public. Il en résulterait nécessairement une remise en cause des tarifs pratiqués par certains établissements (Sciences-Po, Dauphine, les écoles d’ingénieurs) et une suppression des droits demandés aux étudiants dans chaque université. Le coût demeurerait très limité mais la portée majeure. Il en va du modèle de société que nous voulons pour le pays.

Comment la globalisation bouleverse l’université

Article de Leïla Frouillou, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin sur theconversation.com

L’enseignement supérieur a toujours revêtu une dimension internationale. Cependant, un nouveau pas semble avoir été franchi à la fin des années 1990. Outre l’accroissement des mobilités étudiantes, une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation et de hiérarchisation.

En France, cette globalisation de l’enseignement supérieur est d’abord européenne et a commencé avec le processus de Bologne, lancé en 1998, ayant pour but de faire de l’espace européen de l’enseignement supérieur, un système « d’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ». C’est donc d’une globalisation économique qu’il s’agit, dont un des aspects les plus visibles est la hausse et la financiarisation des frais d’inscription.

Le développement de la dimension européenne et l’internationalisation de l’enseignement supérieur français constituent l’un des axes stratégiques du rapport de la StraNES (stratégie nationale de l’enseignement supérieur, 2015). Néanmoins, on constate que les stratégies mises en place, ainsi que les effets qu’elles produisent, sont rarement questionnés.

Une concurrence accrue entre établissements

La globalisation de l’enseignement supérieur conduit en effet à une concurrence accrue entre établissements et à une participation toujours plus grande des acteurs privés, qu’il s’agisse du financement du système (par les familles) ou de la poursuite de la massification de l’accès au supérieur, aujourd’hui largement pris en charge par les établissements privés (voir Casta, 2015).

Dans cette perspective, les thèses du New Public Management se diffusent progressivement au nom de l’efficience supposée des mécanismes de marché (Laval et coll., 2011 ; Papadopoulos, 2011). Le développement de la sélection et celui des frais d’inscription accompagnent le présupposé selon lequel chaque étudiant est avant tout l’entrepreneur de son devenir professionnel, investisseur dans son capital humain individuel (Moulin, 2014) mû par sa seule volonté de vouloir percevoir un salaire plus élevé demain (Becker, 1964).

Des conséquences stratégiques lourdes

Dans le même temps, la concurrence induit une évolution des stratégies d’acteurs et une stratification de l’offre éducative. En France, cela se traduit notamment par une autonomie croissante des universités (Musselin, 20012017) et une diversification des diplômes (loi ORE de 2018).

Cette mise en marché de l’enseignement supérieur est visible non seulement à travers le développement de la sélection, des frais d’inscription, de la concurrence entre établissements et l’accroissement des moyens et acteurs privés, mais aussi à travers l’internationalisation de l’enseignement supérieur. Ce dernier élément se matérialise par l’essor de stratégies visant à attirer les bons étudiants étrangers ainsi que le développement d’activités d’enseignement à l’étranger.

Un marché mondial de la connaissance

Toutes ces transformations, combinées aux tendances contemporaines du capitalisme, ont conduit à l’émergence d’un marché global de l’enseignement supérieur et de la connaissance : augmentation des frais de scolarité (Flacher et coll., 2013 ; ACIDES, 2015), augmentation vertigineuse de la dette des étudiants (Delapierre, 2012), nouvelle gestion publique du corps professoral et des critères quantitatifs d’évaluation (Paradeise, 2011), des appels à la concurrence pour les subventions (Gozlan, 2016) ne sont que quelques-uns des changements qui diluent les frontières entre le monde universitaire et le monde marchand.

Même si ces changements ne se traduisent pas directement par la privatisation des universités, dans cette université globale, le savoir est de plus en plus échangé en tant que marchandise (Paradeise, 2012).

La constitution d’un marché de l’enseignement (Dupriez et Dumay, 2012 ; Felouzis, Maroy et van Zanten, 2013) n’est pas sans poser un certain nombre de questions. Parmi celles-ci, il y a la question des publics et des établissements qui prennent part à cette évolution de l’enseignement supérieur.

Un des potentiels effets inégalitaires de la globalisation est qu’elle ne permet de mobilités que pour certains étudiants, malgré les politiques mises en œuvre dans quelques pays. De la même manière, quels sont les effets sur la structuration nationale des systèmes d’enseignement supérieur de l’insertion dans la globalisation de certains établissements ?

Classement et jugements quantitatifs

À titre d’exemple, Gardner (« A Top 10 University System for Australia », RMIT Vice Chancellor’s speech, 2008) montre que dans le cas australien, en cherchant à faire gagner des places aux meilleures universités dans les classements internationaux, on laisse de côté 94 % des étudiants, scolarisés dans des établissements moins prestigieux. Les classements, comme les dispositifs d’évaluation ne tiennent par ailleurs quasiment compte que des activités de recherche (Espeland et Sauder, 2007).

La représentation quantitative de l’univers académique imposée par ces classements induit-elle une évolution des stratégies des acteurs ? Par ailleurs, comment vont se restructurer les pôles de recherche et de formation pour jouer le jeu de la concurrence ? Qui sont les gagnants et les perdants de cette course effrénée ? La focale peut être portée au niveau macro : Hazelkorn (2015) souligne ainsi que la globalisation par les classements peut potentiellement produire des établissements d’excellence (du point de vue des classements) mais que ce n’est pas le cas à l’échelle des systèmes nationaux. Autant de questions qui restent ouvertes à la recherche et au croisement des perspectives.


Cet article a été co-écrit avec Leïla Frouillou (Université Paris Nanterre). Un colloque international de deux jours a permis à de nombreux acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, chercheurs mais aussi présidents d’université et responsables politiques ou syndicaux, d’échanger sur ces sujets à l’Université Paris Descartes les 29 et 30 mai.

Pour un financement par répartition de l’enseignement supérieur

Dans ce document, Léonard Moulin présente de façon synthétique la proposition du collectif ACIDES de financement par répartition de l’enseignement supérieur. Nous proposons une forte augmentation des moyens pour le cycle licence (5 000 € par étudiant-e) et une allocation universelle d’autonomie pour tou-tes les étudiant-es (12 000 € par an et par étudiant-e). Le besoin net de financement monte au total à 26 milliards d’euros par an. Le collectif propose que les moyens additionnels pour le cycle licence soient financés par l’impôt sur le revenu, alors que l’allocation d’autonomie serait financé par la hausse des cotisations sociales de la branche famille. L’effet sur les budgets des ménages est également présenté.

Support de présentation

Des versions plus détaillées sont disponibles dans la note des économistes atterrées et dans le livre Arretons les frais.

Parcoursup : vers la nouvelle université capitaliste et l’accentuation des inégalités

Extrait :  Parcoursup : un pas de plus vers la néolibéralisation de l’Université

Le remplacement d’APB par Parcoursup pour la rentrée 2018 peut se lire comme une extension (voire une normalisation) du fonctionnement APB pour les filières sélectives vers les filières universitaires dites « non sélectives », généralisant et institutionnalisant la production de classements de candidats pour toutes les formations du supérieur français.

Dans un contexte de saturation croissante des capacités d’accueil provoqué par l’assèchement des moyens dont bénéficient les universités, cela interroge d’abord la fonction du baccalauréat, considéré jusque-là comme premier grade universitaire et garantissant à ce titre l’accès aux études supérieures. Mais plus qu’une extension de la logique APB, Parcoursup implique un changement de paradigme en matière d’affectation. En effet, la disparition de l’appariement par algorithme fait basculer l’affectation optimisée (certes selon des critères critiquables, comme nous l’avons vu par exemple pour l’académie ou la prime au premier vœu) vers une sorte de bourse de l’inscription dans le supérieur. […]

La logique de néolibéralisation de l’enseignement supérieur que favorise Parcoursup se dévoile notamment à travers l’injonction faite aux équipes pédagogiques universitaires d’opérer un tri des dossiers même lorsque leur capacité d’accueil n’est pas saturée depuis plusieurs années. A une autre échelle, le nombre total de places n’étant pas suffisant pour accueillir tous les bacheliers (et cela dans un contexte où, jusqu’à maintenant, seulement la moitié des bacheliers professionnels poursuivaient dans le supérieur), Parcoursup légitime ainsi l’exclusion de certains bacheliers du système public d’enseignement supérieur, les vouant à rejoindre cette main-d’œuvre jeune et précaire qui constitue l’armée de réserve d’un capitalisme en crise, et favorise d’autre part le développement de formations privées.

Lire la suite sur contretemps.eu

 

Economie de la loi ORE (Orientation et Réussite des étudiants)

La Matinale de 19h de Radiocampus donne la parole à Sabina Issehnane et Léonard Moulin du collectif ACIDES : Approches Critiques et Interdisciplinaires des Dynamiques de l’Enseignement Supérieur.

« Est-ce que le fait de laisser l’enseignement supérieur dans le giron public coûte plus ou moins cher à la société ? Et bien non, ça revient moins cher pour l’individu et la société si on laisse l’enseignement supérieur financé par le public. »

Comment concilier leur posture d’enseignant avec leurs revendications ? Que pensent-ils de la loi ORE et quelles conséquences y voient-ils pour les bacheliers et jeunes étudiants ? Pour avoir accès à leurs analyses complètes, leur livre « Arrêtons les frais ! Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur » est toujours disponible.

« En marche » vers la destruction de l’université

Note des économistes atterrés par Eric Berr et Léonard Moulin

Reprenant à son compte le discours de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de la Banque mondiale, l’Union européenne s’est lancée depuis le début des années 2000 dans la promotion d’une « économie de la connaissance ». Inaugurée par le processus de Bologne, cette stratégie vise à instaurer un espace européen de l’enseignement supérieur. L’adoption d’une structuration harmonisée des études au niveau européen – Licence-Master-Doctorat (LMD) – et d’un système européen de transfert et d’accumulation de crédits – European Credit Transfer System (ECTS) – ambitionne de donner corps à un marché de l’enseignement supérieur permettant aux étudiants de rationaliser leurs trajectoires éducatives en comparant le coût de leurs études et les bénéfices qu’ils peuvent espérer en retirer sur le marché de l’emploi. Il s’agit en fait d’imposer une vision utilitariste du savoir, telle que l’enseigne la théorie du capital humain (1). Cette approche, qui se veut « rationnelle » – au regard de considérations purement financières – organise pourtant le désengagement de l’État et la marchandisation des études tout en imposant aux universités de devenir des entreprises « compétitives » au service de la croissance économique. En France, ce mouvement s’est accéléré depuis l’adoption de la très mal nommée loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), votée en catimini à l’été 2007 malgré une opposition massive de la communauté universitaire (2). Il s’inscrit dans un mouvement plus large, à l’œuvre depuis plusieurs décennies, qui consiste à intégrer l’idéologie néolibérale dans un espace – celui de l’enseignement – qui jusqu’à lors en était relativement protégé. La réforme en cours du baccalauréat, qui permet de justifier l’instauration de la sélection à l’entrée de l’université en est la dernière manifestation (3) et préfigure l’étape suivante, celle de la hausse des frais d’inscription, qui permettra de mieux discipliner des étudiants endettés (4). Face à cette impasse, un autre modèle est possible (5).

La note complète est disponible ici.

Globalizations of Higher Education and Research

International workshop, May 29-30, 2018, University Paris Descartes
salle des conférences (R229), 2nd floor, 45 rue des Saints Pères, Paris

Inscriptions are free but mandatory: follow this link and click on « s’inscrire ».

Presentation: If knowledge’s production and transmission have always been international, the extension and intensity of this phenomena seems to have gone one step further over the last twenty years. Initiatives of diverse natures, from the European Bologna Process to the “Shanghai ranking” have played their part in the simplification of students’ mobility. Global corporation’s sponsorship and partnership with academic research have integrated universities to global innovation circuits. New countries and new universities appear as important actors at the global scale, and national systems of higher education suffer greater internal polarization processes. Even if these changes do not mainly translate directly into universities’ privatization, in this global university, knowledge is increasingly exchanged as a commodity.

Présentation: Une nouvelle étape dans l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche semble avoir été franchie depuis la fin des années 1990. De Bologne à Shanghai, la mobilité étudiant a pris une nouvelle dimension. Une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation. Si les privatisations des établissements sont rarement à l’ordre du jour, le savoir se produit et s’échange de plus en plus comme une marchandise. Ces deux journées ont pour objet de discuter ces tendances à partir de résultats de recherche et de l’expérience d’acteurs impliqués dans la globalisation universitaire. Les échanges auront lieu en anglais. Une traduction simultanée français-anglais sera mise en œuvre le 29 mai.

 

Program:


  • Organization committee: Cecila Rikap, Hugo Harari-Kermadec, Etienne Gerard, Nolwen Henaff,  David Flacher, Lama Kabbanji, Virginie Fonteneau, Hélène Gispert, Léonard Moulin & Leïla Frouillou

    The workshop is organised by ACIDES and CEPED (IRD & Paris Descartes) and supported by IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société) and MSH Paris Saclay.

     

     

Globalization of students and scholars’ mobility / Globalisation des mobilités étudiantes et scientifiques

Second roundtable of the international workshop, Globalizations of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 29, 14:30 – 18:00 

Chair : Etienne Gerard, CEPED – IRD & Lama Kabbanji, CEPED – IRD
Participants :

  • Loan Dinh Thi Bich, Institut vietnamien des sciences de l’éducation
  • Leïla Frouillou, CRESPPA – Université Paris Nanterre
  • Aldo Geuna, University of Torino – Collegio Carlo Alberto
  • Nolwen Henaff, CEPED – IRD
  • Antoniona Levatino, UAB – INED
  • Sylvie Mazzella, LAMES – CNRS
  • Léonard Moulin, INED
  • Pierre Moulinier, GERME – SciencesPo
  • Sorana Toma, ENSAE-CREST & Ined

Résumé : Cette table ronde propose de repenser les mobilités étudiantes et scientifiques contemporaines à l’aune de deux dynamiques

  • L’intérêt croissant de certains pays de destination d’attirer des étudiants et des scientifiques étrangers dans le contexte actuel de la globalisation
  • Les reconfigurations des conditions structurelles dans les pays d’origine des étudiants/scientifiques mobiles (augmentation de l’offre de formation supérieure, programmes transnationaux, développement de nouveaux pôles de formation, changements dans les caractéristiques du marché du travail hautement qualifié…)

Elites’ mobility is not a new phenomenon. Indeed, during the last decades of the XIX century, several universities proposed scholarships to some of their students to do their thesis abroad. Private foundations also favored these initiatives, a phenomenon that grew in the inter-war period. At a glance, looking into certain disciplines, their circulations and promoters today, contributes to better understand the evolution of university’s landscape and the appeal that is at stake in Europe and the United States in this period.

This round table aims at analysing contemporary student and scientific mobilities in the light of two dynamics:

  • The attractiveness of certain destination countries for foreign students and academics in the current context of globalization
  • Reconfiguration of the structural conditions in the countries of origin of mobile students / academics (increase in the supply of higher education, transnational programs, development of new training centers, changes in the characteristics of the highly skilled market, etc.)

The effects of world rankings, accreditation and evaluation: status, excellence and polarization.

Third roundtable of the international workshop, Globalizations of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 30, 9:30 – 13:00

Rankings and other instruments used for evaluating higher education and research produce a quantitative representation of university. This fuels a cognitive map adapted for consumers of higher education – and for their lenders – as well as for investors. We’ll also address its effect on academics work and management. Finally, the proximity between the normalization necessary to produce quantitative representations and the abstraction typical of commodity-fetishism will be discussed.

Participants:

  • Corine Eyraud, Université d’Aix-Marseille
  • Hugo Harari-Kermadec, IDHES – ENS Paris-Saclay
  • Judith Naidorf, Universidad de Buenos Aires
  • Catherine Paradeise, LISIS – Université de Marne-la-Vallée & IFRIS

National and institutional strategies in a globalized environment : Hubs, World Class Universities and Academic Capitalism

Fourth roundtable of the international workshop, Globalizations of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 30, 14:30 – 18:00 

According to countries and regions’ history and institutional context, the globalization of Higher Education and Research (HER) shows different impacts in terms of international competition and collaboration strategies as well as defining winners (that position themselves as global HER hubs or poles of attraction of students, faculty and resources) and losers (such as countries suffering from students and researchers brain drain) of this process. In this session we thus want to focus on the distinctive mechanisms that were put in place in order to produce different regimes of HER at both an institutional and a country level. We will also discuss about imitation or mimicking possibilities between different countries and institutions as well as about the consequences of a combined and uneven internationalization of HER.

Participants:

  • David Flacher, Université de Technologie de Compiègne, COSTECH, IFRIS
  • Yann Lebeau, University of East Anglia
  • Pierre Mounier-Khun, CAK – EHESS
  • Cecilia Rikap CEPED – IRD & IFRIS
  • Barrett Taylor, University of North Texas

The effects of the globalization of higher education and research: stakeholders’ perspectives

First roundtable of the international workshop, Globalization of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 29, 10:30 – 13:00 

Participants:

  • Jana Bacevic,  University and College Union, Cambridge
  • Dieter Lenzen, President of the University of Hamburg
  • Patricia Pol, Former Bologna advisor of the French government
  • Danielle Tartakowsky, former President of the University Paris 8 Saint-Denis

Students and scholars’ mobility, global rankings, accreditation, evaluation, pressures to become world class universities and academic enterprise are just some of the challenges that higher education institutions are facing in our globalized context. How are universities coping with these –sometimes even contradictory- pressures? What different strategies towards globalization have been pursued? Are strategies alike in the north (center) and the south (periphery)? Discussing with the actual decision makers we expect will contribute to shed light on these and other debates.

Une autre université est possible !

Pour imaginer un scénario de démocratisation des études supérieures, Le Temps des Lilas invite Hugo Harari-Kermadec, membre du collectif ACIDES et co-auteur de l’ouvrage Arrêtons les frais. Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur, le mercredi 11 avril au Bar Commun (135, rue des Poissonniers, dans le 18eme arrondissement de Paris), à 19h.

Le mouvement social en cours contre la Loi Vidal (dite « pour l’orientation et la réussite des étudiants »), en s’opposant à une plus grande sélection des étudiant-e-s à l’entrée de l’université et à la transformation du premier cycle universitaire, pose la question de ce que devrait être une véritable démocratisation des études après le baccalauréat. Pour les étudiant-e-s et enseignant-e-s engagé-e-s dans le mouvement, il s’agit à la fois de s’opposer au principe d’un tri social des étudiant-e-s au moment de l’entrée à l’université (prévu par le dispositif Parcoursup) et lors de la première année de Licence mais également de dénoncer le manque de capacité d’accueil et d’accompagnement des étudiant-e-s, dû principalement à la suppression de milliers de postes d’enseignement dans le supérieur, ces dix dernières années.

La perspective d’une hausse des frais universitaire, l’accès inégal aux études supérieures, la disparité entre les universités et les grandes écoles, la doctrine de l’adéquation entre le nombre de places à la fac et les débouchés professionnels sur le marché du travail freinent l’obtention de diplômes par les jeunes des classes populaires… et doivent être remis en question, pour réinventer une université émancipatrice, pour toutes et tous. De fait, c’est toute la logique des réformes depuis au moins la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) en France en 2002, correspondant aux objectifs de l’Union européenne décrits dans la « Stratégie de Lisbonne » édictée en 2000, qui doit être inversée.

Faire et dire l’évaluation

Séminaire ACIDES du 26 mars 2018, Christine Barats (ISCC et CEDITEC, Université de Paris est Créteil), Faire et dire l’évaluation. L’enseignement supérieur et la recherche conquis par la performance

Présentation de l’éditeur : « L’injonction au « rendement » et à la « performance » a pénétré progressivement le monde académique au cours des quarante dernières années. En France comme dans d’autres pays d’Europe et d’ailleurs, l’évaluation s’est transformée au prisme de cet impératif : la régulation par la « collégialité » et le « jugement par les pairs » se sont doublés d’un « nouvel esprit de l’évaluation » peuplé d’« agences », d’« indicateurs », de « référentiels », de « classements »… Ce livre s’attache à comprendre l’émergence des fabriques contemporaines de l’évaluation, leurs déclinaisons dans différents pays et institutions ainsi que les changements qu’elles engendrent dans l’espace académique. Il s’appuie sur des enquêtes empiriques conduites dans sept pays (Allemagne, Belgique, Chine, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni) et portant sur des politiques publiques, des agences, des établissements d’enseignement supérieur, des « clusters » et des médias. En examinant les coulisses de l’évaluation académique contemporaine dans différents cadres nationaux et institutionnels, ce livre de sciences sociales permet de mieux comprendre les mécanismes sociaux et techniques de sa production, de sa circulation, de son appropriation ainsi que ses conséquences. »

L’introduction du livre est disponible ici.

La société du concours. L’empire des classements scolaires

Séminaire ACIDES du 5 mars 2018, Annabelle Allouch (CURAPP, Université d’Amiens)

12h45 à l’ENS Paris Saclay (RER B Bagneux), bat. Laplace, salle Pollak. Inscription et sandwich auprès de Hugo Harari-Kermadec

Présentation de l’éditeur : « Que ce soit à Polytechnique ou dans l’émission « Top Chef », le concours s’est imposé comme la principale mesure du mérite individuel. Avec ses méthodes : épreuves, jury, hiérarchie. Et avec ses corollaires : compétition, stress, inégalités en tous genres. De l’ENA à Oxford en passant par le Gao Kao chinois, ce mode de classement ne cesse de favoriser la reproduction sociale. Pourtant, il s’est diffusé à de nouveaux espaces, bien au-delà des grandes écoles. Pour répondre aux critiques qu’on leur adresse depuis un demi-siècle, les institutions d’élite ont reformulé leurs modes de sélection, mais sans toujours en modifier la nature. Ainsi se perpétue la société du concours, avec sa frénésie de sélection et sa mise en concurrence généralisée. Nous en sommes à la fois les produits et les victimes. »