Article mis en avant

Arrêtons les frais !

Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur

Séverine Chauvel, Pierre Clément, David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane, Léonard Moulin, Ugo Palheta – Editions Raisons d’agir, 2015, 8€.

Ci-dessous la table des matières avec des liens vers les parties ou des documents correspondants. Une version très réduite est disponible ici.

  1. Genèses d’une doxa néolibérale
  2. Payer pour étudier : faux-semblants et impasses d’un dispositif de disciplinarisation
    • Frais d’inscription et endettement : un dispositif de normalisation des conduites étudiantes
    • Une réforme incapable de répondre aux besoins de financement de l’enseignement supérieur
    • Frais d’inscription et inégalités sociales,
  3. Les leçons de l’étranger : mobilisations étudiantes et réouverture des possibles
  4. Soyons réalistes, demandons l’impossible ! Propositions pour une éducation par répartition
  • Conclusion
Présentation et débat avec Gabriel Nadau-Dubois à la Matinal de l’IFRIS du 25 juin 2015

Présentation de l’éditeur :

Alors que dans les pays anglo-saxons, les frais d’inscription à l’université ne cessent d’augmenter au point de représenter l’une des principales sources d’endettement des étudiants et de leurs familles, ils constituent l’espoir secret d’universités françaises exsangues. Ce livre montre que s’engager ainsi dans la voie de la financiarisation de l’enseignement supérieur ne permet ni d’augmenter les ressources des universités ni de rendre leur financement plus juste.
Cela conduit au contraire à une explosion du coût des études, à une subordination des choix d’orientation à la logique marchande et à un accroissement considérable des inégalités entre étudiants, filières et établissements. Refusant la fatalité, ce livre montre qu’un autre modèle de financement des universités est possible. Plus juste et plus efficace, il garantirait également l’autonomie réelle du monde universitaire, conçue non pas comme un privilège indu mais comme la condition de sa capacité à défendre la connaissance et la citoyenneté, sans lesquelles innovation et progrès social ne peuvent exister.

Continuer la lecture
La polarisation sociale s'accroit

L’université française, lieu de brassage ou de ségrégation sociale ? Mesure de la polarisation du système universitaire français (2007-2015)

par Romain Avouac et Hugo Harari-Kermadec, Economie et statistique, n°528-529, 2021.

Résumé : Les transformations récentes de l’enseignement supérieur (politiques de regroupement, influence des classements universitaires, etc.) ont pu alimenter la crainte d’assister à une polarisation entre, d’un côté, un nombre restreint de world-class universities et, de l’autre, un vaste ensemble d’universités de second rang. Néanmoins, peu de travaux quantitatifs permettent d’éclairer cette question. À partir des données du Système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE) des inscriptions universitaires en France, nous proposons une visualisation exhaustive de l’espace universitaire selon les capitaux détenus par les différents publics étudiants. Nous mobilisons ensuite des mesures de ségrégation et de polarisation pour caractériser la dynamique de cette hétérogénéité, qui s’accroît entre 2007 et 2015. Nous mettons enfin en relation cette polarisation avec les dispositifs nationaux (initiatives d’excellence) et internationaux (classements universitaires) qui structurent une globalisation universitaire réaffirmée depuis le milieu des années 2000.

L’article complet est en accès libre sur Economie et statistique

La polarisation sociale s'accroit

French Universities – A Melting Pot or a Hotbed of Social Segregation? A Measure of Polarisation within the French University System (2007-2015)

by Romain Avouac and Hugo Harari-Kermadec in Economics and statistics, n°528-529, 2021.

Abstract: Despite changes recently introduced within higher education (cluster building policies, the influence of university rankings, etc.) which may have fueled fears of a disparity between a pocket of world class universities and a vast group of second tier universities, relatively few quantitative studies exist to examine this matter. Using data from the Système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE), an information system for monitoring students university enrolments in France, we provide an exhaustive overview of the university landscape taking into account the capital held by various student populations. We then apply measures of segregation and polarisation to analyse the change in heterogeneity, which increased between 2007 and 2015. Lastly, we link this polarisation to the measures implemented at domestic and international level (Initiatives d’Excellence in France, and university rankings globally) which shape the foundations for globalisation among universities since the mid 2000s.

Full paper on open access at Economics and statistics

Polytechnique : quelles diversités sous l’uniforme ?

Séance de séminaire du 25 mars 2022 – 12h

ENS Paris-Saclay, salle 1X74

Nilo Schwencke et Denis Merigoux, anciens de l’école polytechnique, présenteront leur article paru dans la revue X-Passion, n°82, 2019. A partir d’une analyse quantitative du questionnaire annuel à destination des élèves de l’école, les auteurs identifient 6 groupes de polytechnicien·nes.

Nilo Schwencke est doctorant à l’interface entre Machine-Learning et Sciences-Sociales à l’Université Paris-Saclay et à l’ENSAE.

Denis Merigoux est chercheur junior à l’Inria au sein de l’équipe Prosecco. Il est spécialisé dans l’étude des langages de programmations et de la vérification formelle. Son domaine de recherche est à l’intersection de l’informatique et du droit. Denis cultive un intérêt pour la sociologie, avec le prisme de laquelle il explore les conséquence de son projet en collaboration avec Marie Alauzen.”

Epog + Education economics

Material and information about 2021-2022 Education economics lecture of EPOG+ Master 2, given by Hugo Harari-Kermadec

Evaluation: each pair of student produces a written report, mainly a transcription of your oral presentation. The report is a short (6-10 pages), structured document, that can include images, tables or graphs used in the presentation, correctly referenced.

Deadline: January 31. Postponed to February 5

EPOG2+ Heterodox econometrics (advanced)

Here is the paper by Auvray&Rabinovich.

You can also look at Joel’s presentation of sept-19. Additionnal paper on the (false) financialization of non financial firms.

Some reading recommandations

Lecture on quantification and Desrosieres’ paper

Oct-7

How to work on the long run

  • Write a journal, a log (where the data comes from, what you do to it, issues you face and options you take, ideas, paste your plots)
  • save and comment your scripts
  • start writing your report from the first day
  • make a copy of the whole folder on another computer or on the cloud, each time you work on it.

Oct 14

Oct 21

  • My slides on GMM
  • Try GMM on the toy database
  • Import the complete database
  • Calendar :
    • Oct 28 no class
    • Nov 4, class on sequence analysis in the morning (10:50-12:30) and from 14:00 to 16:30, for individual advise on the replication. Register here for an appointment, max 5 students per 30 minutes session.
    • Nov 11 no class
    • Nov 18 last class, at UTC at Boulevard Sebastopol. 14:00 – 17:00. Individual meeting again, register here
    • Dec 5 Report due date

Advice for implementation:

  • the variables are already trimmed, lagged, normalized… in the complete database ready4.
  • do not use the size dummies (du_size_big), they are for another table, and do not correspond to table 6 categorisation. You have to split yourself. You should try not to split differently for different years, otherwise it will produce missing information in the panel.
  • do not use “summary” of your output, it takes a lot of time, use stargazer instead
  • if the computation takes to much time, try with less lags in the instruments, with less companies, with less covariables…

Additionnal advice (Nov 18)

  • You might find a negative coefficient for investment_l. THere is no need to “fix” it. Comment on why it’s strange.
  • If computing is too long, you can use “collapse=T” as an option of pgmm, to reduce the number of instruments and computation time.

Directives for the report:

  • The report is individual. It’s length is approximately 6 pages. It should contain
    • an abstract of Auvray and Rabinovich’s paper
    • a discussion of a variable of the model, with a sociology of quantification perspective. Here is a very very complete example.
    • the replication of table 6, p.24, at least column 5 (model with offshoring variables for large companies). Compare your results to those of the original paper and comment. You might want to use the stargazer package to produce a nice table.
    • Send me your report at harari at univ-orleans.fr with [econometrics] in the object of the email by December 5.

AgroParisTech Grignon occupée

Depuis mardi 16 mars, les élèves d’AgroParisTech occupent le site, pour s’opposer à sa vente de ce domaine public une centaine d’hectares, dans les Yvelines. Les élèves défendent un domaine agroécologique, dont la valeur environnementale et pédagogique ne sera absolument pas compensé par la construction d’un nouveau bâtiment sur un terrain infiniment plus réduit à Saclay. D’autant que la vente du bâtiment parisien de l’école a suffit à couvrir tous les coûts de l’installation à Saclay. Il n’y a donc aucune raison de vendre le campus de Grignon.

Lire Médiapart et Reporterre ainsi que le communiqué de soutien syndical du Snetap et du Snesup

Dans le cadre de cette occupation, Hugo Harari-Kermadec est intervenu pour contextualiser la position qu’occupe l’Agro, et Saclay, dans la hiérarchie sociale de l’enseignement supérieur français.

Université : la fin d’un système ?

Hugo Harari-KermadecMélanie SargeacCamille Noûs dans la Revue française de pédagogie 2020/2 (n° 207), pages 79 à 86

Une version réduite est librement disponible sur TheConversation.

En produisant une analyse économique de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en perspective avec les évolutions qui l’ont précédée, cet article s’efforce de mettre en lumière en quoi ces politiques publiques redéfinissent l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dans son ensemble alors même qu’elles ne s’adressent prioritairement qu’à une poignée d’établissements et d’acteurs insérés dans une compétition globale. La LPPR, toujours à l’état de projet lors de l’écriture de cet article, et dont l’entrée en vigueur est annoncée au 1er janvier 2021, pourrait marquer une importante étape dans cette transformation de l’université et introduire un financement indexé à la performance. […]

Si, comme l’indique le rapport de novembre 2018 de la Cour des comptes au sujet de l’augmentation des frais de scolarité, « cette différenciation des droits à l’œuvre au sein de l’enseignement supérieur ne s’est pas inscrite dans une orientation assumée par les pouvoirs publics […] cependant, de nombreux établissements publics ont, dans ce même contexte, utilisé les droits comme des instruments financiers à part entière dans une stratégie d’accroissement de leurs ressources propres ». Ainsi, selon les formations concernées, « les hausses des droits qui en résultent sont d’ampleur inégale et obéissent à des logiques différentes » . Si les ressources des établissements dépendent de leur capacité à attirer des étudiants solvables, une dynamique divergente s’enclenche. Les établissements les mieux positionnés au départ voient leurs ressources propres croître alors que les établissements périphériques, qui assurent l’essentiel de la massification de l’enseignement supérieur, restent à quai. Sciences Po a ainsi pu profiter de sa position favorable et de son avance dans cette dynamique pour doubler sa population étudiante au cours de la dernière décennie et investir massivement dans l’extension de ses campus. On assiste là à un phénomène économique d’accumulation primitive, que la LPPR pourrait accélérer.

17Or, avec le financement par l’évaluation de la recherche déjà produite, on réplique ce mécanisme d’accumulation pour la recherche. Les établissements les mieux positionnés aujourd’hui du point de vue de l’évaluation de la recherche, ceux que retient le classement de Shanghai, souvent lauréats d’un Idex, verront leurs financements s’accroître mécaniquement, le financement venant valider a posteriori leur recherche déjà réalisée. De même que le financement concurrentiel par appel à projets concentrait une partie croissante des moyens de recherche, le financement par l’évaluation concentrera le résidu de financements autrefois récurrents. Avec un effet de levier permis par le retournement temporel, les établissements les plus solvables et entreprenants pouvant désormais s’endetter pour initier de nouveaux champs de recherche ou se positionner rapidement sur les thématiques émergentes, d’autant plus facilement que la LPPR permettra d’avoir recours à des contrats plus flexibles. On peut également s’interroger sur les proximités entre les experts évaluateurs et les chercheurs et dirigeants des établissements de premier plan, non pas tant en termes de conflits d’intérêts qu’en termes de culture partagée, qui peut faciliter l’évaluation de ces établissements. […]

Si, plutôt qu’une poignée d’universités d’excellence, un système d’enseignement supérieur d’excellence (Hazelkorn, 2015, p. 185) pourrait faire face à la massification de l’enseignement supérieur, ce n’est pas cette tendance qui semble être contenue dans le projet de loi de la LPPR. La LPPR apparaît à l’inverse comme un texte supplémentaire qui vient renforcer la logique de rationalisation néolibérale à deux bras que sont la mise en marché et le financement conditionnel de la performance. L’inscription dans les mécanismes de l’évaluation, d’autant plus active que les établissements ont à y gagner, participe à la polarisation du secteur, en augmentant l’écart entre les premiers et les autres, au niveau de la réputation mais surtout matériellement, en termes économiques, dès lors que l’évaluation est corrélée au financement. La LPPR s’adresse explicitement à une part, relativement étroite, de l’ESR français : les « scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale » (Antoine Petit, Les Échos, 26 novembre 2019). Cette rhétorique de l’excellence repose sur une reconfiguration de l’autonomie académique : plutôt que de financer un système d’enseignement supérieur et de recherche (Lamarche, 2011) au sein duquel les universitaires disposent d’une autonomie corporatiste (gestion collégiale des carrières, voir Vatin, Caillé & Favereau, 2010, p. 173) et scientifique (définition individuelle des sujets de recherche et des contenus des enseignements), chaque acteur (universitaires, laboratoires, UFR, établissements, revues…) est autonome budgétairement. Les rapprochements de plus en plus clairs entre le cas britannique et le cas français se verront probablement illustrés à nouveau dans ce qui semble se dessiner au niveau européen à travers les ERC et dont l’ANR se fait le « tremplin »

La LPR va-t-elle accélérer la transformation du métier d’enseignant-chercheur ?

Séminaire AEF du 11 mars 2021

À l’occasion de la publication d’un dossier spécial consacré à la LPR par la Revue française de pédagogie, trois chercheurs analysent les évolutions du métier d’enseignant-chercheur – et plus largement des métiers de la recherche – à l’aune des réformes des 20 dernières années et plus spécifiquement de la loi de programmation de la recherche. Echangez avec :

  •  Emmanuelle Picard, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’ENS de Lyon
  •  Hugo Harari-Kermadec, maître de conférences en économie à l’ENS Cachan
  •  François Vatin, professeur de sociologie à l’université Paris-Nanterre

Ce webinaire est organisé en partenariat avec Revue française de pédagogieENS Éditions et The Conversation.

Business Model, L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale

Olivia Chambard, CEET (Cnam) et Université Paris 1

Le vendredi 12 mars à 11h sur zoom :https://us02web.zoom.us/j/81490596279

Depuis les années 2000 se multiplient à tous les échelons de l’enseignement supérieur des dispositifs de sensibilisation et de formation à l'” entrepreneuriat “. D’où provient cette injonction croissante d’éduquer la jeunesse à l'” esprit d’entreprendre ” ? Que fait au fonctionnement de l’Université cette montée en puissance de la référence au monde économique en son sein ? Quels sont les enjeux politiques de cette fabrique de vocations entrepreneuriales ?
À partir d’une enquête au long cours combinant entretiens, observations et archives, l’ouvrage retrace la genèse de ce projet éducatif et les formes de son déploiement dans les universités et grandes écoles françaises – à travers notamment la dévalorisation des savoirs théoriques au profit de ” savoir-faire ” et de ” savoir-être ” supposés immédiatement utiles dans l’univers économique, l’adoption de normes de conduite valorisées en entreprise, etc.
Le projet éducatif ainsi déployé sous la bannière ” entrepreneuriale ” participe à la diffusion de l’idéologie néolibérale. S’il donne l’illusion que tout le monde peut entreprendre, il prépare d’abord les fractions les moins dotées de la jeunesse diplômée à l’occupation de positions précaires aux marges du salariat (micro-entrepreneuriat, par exemple) tandis qu’il permet à une jeunesse dorée d’accéder à de nouvelles positions valorisantes (dans l’univers des start-up, notamment).
L’enseignement supérieur est ainsi appréhendé à la fois dans ce rôle inédit de laboratoire des idéologies capitalistes – quand l’Université avait, du moins depuis 1968, plutôt fait figure de lieu de la critique sociale –, mais aussi de ” cible ” pour des modèles qui, en la pénétrant, en subvertissent en partie les objectifs et les modes de fonctionnement.

Contre la LPPR – interventions

Cette page regroupe les supports de plusieurs interventions à propos de la LPPR, centrée autour de ces effets aggravants sur les inégalités sociales dans l’enseignement supérieur. La LPPR prévoit en effet de renforcer l’allocation des moyens suivant l’excellence et l’évaluation quantitative de la recherche, concentrant radicalement les financements dans quelques établissements. Or les populations étudiantes de ces établissements se révèlent très favorisés.

Suivant le lieu d’intervention, on y trouve des graphiques présentant le paysage local de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les budgets annoncés par la LPPR se révèlent par ailleurs très limités (et incertains), et même en régression si l’on tient en compte l’inflation et le GVT (glissement vieillesse technicité). 

Nombre d’étudiant-es base 100 en 2019
Budgets précédents et annoncés, base 100 en 2020, corrigés de l’inflation et du GVT (sources : performance-publique.budget.gouv.fr et étude d’impact de la LPPR)

La concurrence par la sélectivité entre masters franciliens

Marianne BlanchardSéverine ChauvelHugo Harari-Kermadec  paru dans L’Année sociologique 2020/2 (Vol. 70), pages 423 à 442

Cet article propose d’analyser les phénomènes de différenciation des Masters universitaires franciliens au prisme de leurs modalités de recrutement, en partant de l’hypothèse selon laquelle les hiérarchies observées reflètent autant qu’elles contribuent à produire les positions relatives de ces formations dans l’espace de l’enseignement supérieur. Deux perspectives sont envisagées. La première, à partir de données issues de la base SISE (Système d’information sur le suivi des étudiants), vise à affiner le constat statistique d’une sélection sociale dans l’accès à ces formations, notamment en montrant que celle-ci diffère fortement d’un établissement à l’autre. La seconde, à partir de données qualitatives – entretiens et observations –, vise à montrer comment les pratiques effectives de recrutement des responsables de Masters universitaires franciliens sont affectées par les ressorts organisationnels et la compétition entre les formations.

Les universités franciliennes suivant les capitaux socio-scolaires (axe horizontal) de leur population étudiante et suivant l’orientation disciplinaire (axe vertical). A droite, Dauphine est l’université dont les étudiant-es sont les plus dotés en capitaux de toutes sortes, à l’opposée des universités de banlieue populaire, situées à gauche. En haut, Paris III et IV sont des universités de Sciences Humaines et Sociales, contrairement à Paris VI, université de sciences et de médecine, en bas (et à droite) du graphique.
La sélectivité (entendu au sens de l’axe horizontal du graphique précédent) augmente dans le temps au niveau master. Si Dauphine est la seule université ouvertement sélective dès la L1, au niveau master elle est rattrapée par les universités scientifiques.

Competition through selectivity between Parisian Masters Degrees

This article proposes to analyze the phenomena of differentiation of Paris Region university master’s degree in terms of their recruitment, with the hypothesis that the latter reflect as much as they contribute to producing the relative positions of these courses in the higher education space. Two perspectives are considered. The first, based on data from the SISE database, aims to refine the statistical observation of a social selection in access to these courses, in particular by showing that it differs greatly from one institution to another. The second, based on qualitative data—interviews and observations—aims to show how the actual recruitment practices of Ile-de-France university master’s degree holders are affected by organizational factors and competition between training courses.

La bombe de la dette étudiante a-t-elle explosé ?

Tribune de David Flacher et Hugo Harari-Kermadec parue dans Le Monde du 18 juin 2020 sous le titre “Augmentation des frais d’inscription des étudiants étrangers : c’est l’avenir de notre modèle social qui est en jeu”

La décision prochaine du Conseil d’Etat sur l’augmentation des droits d’inscription pour les non-Européens est cruciale, estiment les économistes David Flacher et Hugo Harari-Kermadec dans une tribune au « Monde », car elle marquera la poursuite ou l’arrêt d’une politique de « marchandisation délétère ».

L’enseignement supérieur global est en crise. En Australie, le pays le plus inséré dans le marché international de l’enseignement supérieur, les universités prévoient de perdre jusqu’à la moitié de leurs recettes. A l’échelle nationale, la perte de tout ou partie des 25 milliards d’euros qui rentraient en Australie grâce à l’accueil d’étudiants étrangers (le 3e secteur à l’export) pourrait déstabiliser toute l’économie du pays. Aux États-Unis, les pertes de recettes en 2020-2021 pourraient représenter 20 milliards d’euros selon l’American council on education. Au Royaume-Uni, les pertes envisagées sont de l’ordre de 2,8 milliards d’euros. Si Cambridge a récemment annoncé que ses programmes de licence seront intégralement enseignés à distance, cette mise en ligne est coûteuse et ne pourra être assumée que par une petite minorité d’établissements.

Si la pandémie a frappé une économie mondiale déjà bien mal en point, l’enseignement supérieur « payant » est particulièrement touché : les échanges internationaux d’étudiant-es – les plus profitables – sont en berne, en même temps que la fermeture des campus réduit fortement l’attractivité de diplômes hors de prix. L’expérience étudiante sur le campus et le contenu pédagogique ne peuvent plus justifier – si tant est qu’ils l’aient pu – jusque 70 000 dollars de frais de scolarité par an. Les procès se multiplient aux États-Unis, les étudiants cherchant à récupérer une partie des sommes versées pour cette année. Plus proche de nous, les écoles de commerce françaises ont été obligées de recourir au chômage partiel pour encaisser le choc.

On aurait tort de reprocher aux étudiants de négocier leurs frais d’inscription : les perspectives d’emploi sont catastrophiques. Le chômage atteignant des niveaux inédits outre atlantique. L’endettement étudiant, qui atteint en moyenne 32 000 € aux Etats-unis et 60 000 € en Angleterre, assombrit un futur professionnel déjà peu amène, et pèse sur les revenus des diplômés pendant 20 ans en moyenne. A l’échelle macroéconomique, l’endettement étudiant total dépasse 1 300 milliards d’euros aux Etats-Unis, 133 milliards d’euros au Royaume-Uni.

Le modèle des universités payantes fait donc les frais d’une politique délétère en période « normale » et carrément mortifère en ces temps agités. C’est pourtant ce modèle que le gouvernement français et ses conseillers essayent de promouvoir depuis 2018.

En France, les prochains jours seront déterminants pour l’avenir de notre modèle social. La décision attendue de la part du Conseil d’État représentera un soulagement doublé d’une révolution ou, au contraire, la porte ouverte à une descente progressive aux enfers pour de nombreuses familles.

De quoi s’agit-il ? Alors que le plan « Bienvenue en France » (annoncé le 19 avril 2019) prévoyait une forte augmentation des droits de scolarité pour les étudiants extra-européens (2770 euros en licence et 3770 euros en master, contre respectivement 170 et 243 euros), un ensemble d’organisations a obtenu la saisie du Conseil constitutionnel. Ce dernier a rendu une décision le 11 octobre 2019 selon laquelle « l’exigence constitutionnelle de gratuité s’applique à l’enseignement supérieur public » tout en considérant que « Cette exigence [de gratuité] ne fait pas obstacle, pour ce degré d’enseignement, à ce que des droits d’inscription modiques soient perçus en tenant compte, le cas échéant, des capacités financières des étudiants. ».

Le dernier round a eu lieu le 12 juin : le Conseil d’État doit désormais interpréter cette décision en précisant ce que « modique » signifie. Si cette notion a vraisemblablement été introduite pour préserver les droits d’inscription usuels (170 et 243 euros), certains comptent bien s’engouffrer dans la brèche.

Les enjeux sont d’une ampleur inédite : pourra-t-on discriminer les populations étrangères en leur faisant payer des tarifs plus élevés au motif qu’ils ne seraient pas contribuables fiscaux de leur pays d’accueil ? Le Conseil d’État pourra garder à l’esprit que ces étudiants nous arrivent, formé aux frais de leurs pays d’origine, et qu’ils rapportent, par les taxes qu’ils payent, bien plus qu’ils ne coûtent (le solde est positif de 1,65 milliards). Sera-t-il mis un terme aux velléités d’élargissement des frais d’inscription à tous les étudiants et à des niveaux de tarification toujours plus élevé ? La note d’un conseiller du candidat Emmanuel Macron annonce l’objectif : 4000 euros en licence, 8000 euros en master et jusqu’à 20000 euros par an dans certaines formations. Pour basculer du bon côté, celui de la gratuité de l’enseignement supérieur, plutôt que de celui de sa délétère marchandisation, il faudrait que le Conseil d’État retienne une notion de modicité cohérente avec la jurisprudence : le juriste Yann Bisiou indique ainsi qu’une : « somme modique est une somme d’un montant très faible, qui n’a pas d’incidence sur la situation économique du débiteur ; elle est anecdotique. Pour les personnes physiques, elle est de l’ordre de quelques dizaines d’euros, rarement plus d’une centaine, jamais plusieurs milliers ». Le Conseil d’État préfèrera-t-il des arguments fallacieux de ceux qui tremblent dans l’attente de cette décision pour avoir augmenté leur frais de scolarité au point d’en dépendre furieusement : Sciences Po (14 500 € par an), Dauphine (6500 € en master), CentraleSupélec (3500 €), Polytechnique (15 500 € pour la Bachelor), etc. Si le Conseil d’État venait à respecter le cadre fixé par le Conseil constitutionnel, c’est l’ensemble de leur modèle qui serait remis en cause et c’est un retour à un véritable service public de l’éducation auquel nous assisterions. Une révolution en somme, indéniablement salutaire, qui appellerait des assises de l’enseignement supérieur. Après un Grenelle de l’environnement, un Ségur de la santé, c’est à un « Descartes de l’enseignement supérieur » qu’il faudrait s’attendre, celui d’une refondation autour d’un accès gratuit à l’éducation de toutes et tous, sans discrimination.

David Flacher et Hugo Harari-Kermadec sont co-auteurs au sein du collectif ACIDES du livre Arrêtons les frais, Ed. Raisons d’agir, 2015. Hugo Harari-Kermadec a récemment publié Le Classement De Shanghai. L’université Marchandisée, Ed. du bord de l’eau, 2019.

Polarisation du supérieur et groupes de pression

Intervention de Hugo Harari-Kermadec à l’invitation de l’AUREF lors de la journée “Quel avenir pour les universités françaises ? Entre différenciation orientée, résilience et solutions alternatives” à l’Université du Mans, le 13 décembre 2019.

L’AUREF (Alliance des Universités de Recherche et de Formation) est l’un des deux groupes de pression réunissant des présidents d’universités, l’autre étant la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises).

Dans cette présentation, nous montrons que les établissements de l’AUREF et ceux de la CURIF ont des populations étudiantes très différentes, les premiers assurant l’essentiel de l’effort de la massification de l’accès au supérieur. Les politiques publiques récentes, concentrées sur “l’excellence” symbolisée par le classement de Shanghai, concernent presque exclusivement les établissements de la CURIF, approfondissant ainsi la polarisation déjà existante en concentrant les financements de la recherche vers les établissements dont les populations étudiantes sont les plus favorisées.

Au sein même des universités, on observe une importante polarisation entre le cycle Licence et le Master, si bien que les universités de la CURIF ont des populations étudiantes au niveau master comparable avec celles des grandes écoles.

Les diagrammes représentent les populations étudiantes des établissements, l’axe horizontal donnant l’ouverture sociale. L’axe vertical est disciplinaire, avec les sciences “dures” en haut, les sciences humaines et sociales en bas.

Quel financement alternatif du supérieur ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec au séminaire de l’association étudiante The Noise.

  • Une cartographie de l’enseignement supérieur (grandes écoles et universités)
  • Un financement de l’enseignement supérieur par répartition
    • Financer une allocation universelle d’autonomie
    • Aligner les moyens en Licence sur ceux des classes préparatoires

Le classement de Shanghai. L’Université marchandisée.

En librairie depuis novembre 2019, ce livre d’Hugo Harari-Kermadec publié aux éditions Le bord de l’eau analyse le rôle du classement de Shanghai et des autres dispositifs de mise en nombre dans la marchandisation de l’Université.

Présentation de l’éditeur : 

« Le classement de Shanghai mesure mal la qualité de l’enseignement supérieur…  » « Ce n’est pas aux étudiants d’évaluer les enseignants…  », « Les universitaires n’aiment pas qu’on les évalue… », etc. Seraient-ils corporatistes, recroquevillés sur leurs supposés privilèges ? Et pourquoi les dirigeants et les gestionnaires de l’Université tiennent-ils tellement à donner des notes et à classer (les chercheurs, les enseignants, les laboratoires, les universités…) ? Une vielle habitude d’enseignants ?

Hugo Harari-Kermadec montre que l’enjeu principal de cette mise en nombre est de préparer la marchandisation de l’Université. Pour produire du Capital humain et s’insérer dans l’économie de la connaissance, l’Université devrait se transformer en profondeur, et le travail des universitaires devrait changer, coûte que coûte, de forme. Si les classements et les autres dispositifs de mise en nombre sont aussi importants, c’est parce qu’ils jouent un rôle essentiel pour faire du service public d’enseignement supérieur un nouveau secteur marchand producteur de valeur économique et de profits.

En saisissant un secteur en cours de marchandisation, Hugo Harari-Kermadec révèle un processus qui s’étend bien au-delà de l’Université, de l’hôpital aux tâches domestiques, des compteurs linky aux bigdata. Il donne une nouvelle légitimité aux résistances face à la mise en nombre et invite à retourner l’arme de la quantification comme instrument d’émancipation.

L’introduction est librement accessible sur contretemps.eu ainsi qu’un entretien avec l’auteur

Une émission sur RFI ici

Hugo Harari-Kermadec est économiste, enseignant à l’École normale supérieure de Paris-Saclay (ex-Cachan) et chercheur à l’IDHES, un laboratoire du CNRS en sciences sociales. Après une thèse de mathématiques, il s’est reconverti en économie de l’éducation à l’occasion de l’émergence du débat autour des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur.

format : 13×20, 68 pages, ISBN : 9782356876805, Prix de vente public : 18.00€