Article mis en avant

Arrêtons les frais !

Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur

couv_arretonsSéverine Chauvel, Pierre Clément, David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane, Léonard Moulin, Ugo Palheta – Editions Raisons d’agir, 2015, 8€.

Continuer la lecture

Principales motions

  • Motion issue de la première AG à ENS le 23/11. On étudie ici, on reste ici. Des AG ont également pris position à
    • Paris 1, Paris 3, Paris 4, Paris 5, Paris 6, Paris 7, Paris 8, 
      Inalco, ENS Ulm et Cachan, Nanterre, 
    • Nantes, Grenoble, Nancy, Metz, Valenciennes, Rennes 2, toulouse le Mirail, ENS Lyon, Lille
  • Motion du CA de Rennes 2. Ont également pris position contre la hausse, les présidences ou Conseil d’administration de :
    • Paris 1, Paris 3, Paris 8, Ens Ulm, Créteil, IHEAL, IUT Bobigny, AgroParisTech
    • Rennes 2, Nantes, Poitiers, Le Mans, Lorraine, Toulouse 2 « Le Mirail » Jean Jaurès, Brest, Lyon 2, Montpellier 3, Lille, Rouen, Lorraine
    • Le regroupement des universités non fétichistes de l’excellence, l’AUREF
  • Motion du Conseil national des universités
  • Motion de nombreux laboratoires, masters et UFRs 
    (pour les labos, on ne donne que l’acronyme)
    • IDHES, IMAF, CHS, CESSMA, Développement et sociétés, LARHRA, CEMOTEV, GEMDEV, CMH, GRPS, CRESPPA, CERLIS
    • UFR Sciences Po de Paris 1, UFR  SES de Lille, Ecole doctorale EESC de Paris 7, Ecole doctorale de Sciences Po de l’Université Paris 1, des dizaines de centres et de master de l’EHESS
    • Masters DynPed, Université Paris 1 / Paris Diderot / AgroParisTech, Étude du développement de l’Université Paul Valéry de Montpellier, économie du développement, International development studies et économie des organisations de l’Université Grenoble Alpes, ETADD et SES de l’Université de Versailles, 
  • Sociétés savantes
  • Syndicats SNESUP-FSU, UNEF, FAGE
  • Recensement plus complet sur le site de la CJC
Continuer la lecture

Hausse des frais d’inscription pour les étudiants extra-communautaires : l’arbre qui cache la forêt

David Flacher (Université de Technologie de Compiègne), Hugo Harari-Kermadec (ENS Paris Saclay) et Léonard Moulin (INED) pour le blog des économistes atterrés sur Marianne

Dans cet article, nous revenons sur toutes les étapes de mises en place des frais d’inscription en France, dont la hausse pour les seuls étudiants extra-européens est la dernière en date, mais pas la dernière prévue.

Continuer la lecture

La marchandisation des études contre la démocratisation de l’enseignement supérieur

Éric Berr et Léonard Moulin, membres du collectif d’animation des Économistes atterrés, dénoncent sur Médriapart le 29 novembre 2018 la marchandisation de l’enseignement supérieur en marche. Avec la hausse des frais d’inscription décidée pour les étudiants étrangers, le gouvernement entend achever la transformation du service public de l’enseignement supérieur en un vaste marché.

Continuer la lecture

Régime par répartition dans l’enseignement supérieur : fondements théoriques et estimations empiriques

Par David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin,
Économie et institutions [En ligne], 27 | 2018

Résumé : Nous définissons ce que pourrait être un régime d’éducation par “répartition” : la gratuité de l’accès, une allocation universelle d’autonomie et un accroissement des dépenses publiques destinées à l’université. Nous montrons qu’un tel régime peut se révéler équitable et efficace pour financer le système éducatif et discutons des conditions permettant à un tel système d’être efficient. Nous chiffrons le coût du régime par répartition (en année pleine : 5 milliards d’euros pour accroître les besoins de financement des universités et 21,6 milliards d’euros pour l’allocation d’autonomie), proposons des modalités de financement et analysons l’effet de ce régime sur les revenus de foyers types.

Continuer la lecture

Frais d’inscription pour les étudiants étrangers: «Une logique contraire au service public»

Entretien de Hugo Harari-Kermadec par Faïza Zerouala pour Médiapart

Extraits : Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi 19 novembre une hausse spectaculaire des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers extra-communautaires.

Est-ce que cette annonce était attendue ?

Hugo Harari-Kermadec : On savait depuis la campagne présidentielle que la discussion concernant la hausse des frais d’inscription à l’université était assez avancée.

On a vu comment Parcoursup organise un système où le futur étudiant candidate à un grand nombre de formations, comme dans un marché. L’idée étant qu’au lieu d’être affecté dans la licence de son choix dans la limite des postes disponibles, on est mis en concurrence et, selon la demande, il est plus ou moins difficile d’y entrer. À long terme, on peut imaginer qu’il y aura une offre concurrentielle marchande.

Bien entendu, le contre-argument principal à cette hausse des frais d’université va être de dire que cela ne concernera pas tout le supérieur, seulement certains établissements et certaines filières. On peut donc aussi supposer que les universités qui ont le plus besoin de financements, celles de banlieues dans les villes grandes et les moyennes, ne seront pas attractives et personne ne voudra payer pour y venir. Ce qui va en définitive accroître les inégalités et les hiérarchies.

Continuer la lecture

Vers des études payantes pour tous

Tribune parue dans Libération le  20 novembre 2018. Par Léonard Moulin, Institut national d’études démographiques (Ined) , David Flacher, professeur d’économie à l’Université de Technologie de Compiègne et Hugo Harari-Kemardec, Ecole normale supérieure de Paris Saclay.

L’annonce par le gouvernement d’une hausse des frais d’inscription pour les étudiants non européens est une décision injuste car elle privera d’accès à l’Enseignement supérieur de bons étudiants ayant peu de ressources. Sans compter qu’elle vise à diviser les étudiants. Manière de préparer une hausse générale ?
Continuer la lecture

Faut-il augmenter les frais d’inscription ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec lors des Journées de l’économie 2018 à Lyon.

La question des frais d’inscription est souvent présentée comme l’effet de la globalisation de l’université, avec une concurrence qui serait devenue internationale et des étudiant-es en migration. En France, le nombre d’étudiant-es étranger-ères est en augmentation, mais bien moins que le nombre d’étudiant-es français-es. C’est ça la principale dynamique du supérieur : le nombre d’étudiant-es croit. Depuis les années 1960 ! Il faut donc tout naturellement augmenter les moyens.

Il faut donc plus de moyens pour l’enseignement supérieur. Mais les frais d’inscription joueraient à contre sens : la massification se fait par les établissements les moins prestigieux, les universités moyennes de province et de banlieue, pas les établissements d’élite. Or  les frais d’inscription permettraient d’augmenter les moyens de ces établissements. Ils le permettent déjà d’ailleurs, puisque ces établissements obtiennent aisément des dérogations : Sciences Po Paris et l’Université Paris Dauphine sont les pionnières de la hausse dans les établissements publics.

C’est donc le financement public qui doit croître, en priorité là où les effectifs sont en plus forte croissance, là où les conditions d’étude et les difficultés scolaires les plus importants.

Le groupe de recherche ACIDES a également proposé d’augmenter les cotisations sociales pour financer une allocation d’autonomie pour tou-tes les étudiant-es. Nous proposons d’étendre la sécurité sociale pour qu’elle prenne en charge le coût de la vie durant les études supérieures, comme elle le fait en cas d’arrêt maladie, de chômage ou de retraite.

Va-t-on bientôt payer ses études en licence ?

Tribune de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Libération, le 29 mai 2018

La multiplication de cursus universitaires payants risque de renforcer la concurrence entre les écoles et les facs. Et annonce la généralisation des frais d’inscription.

L’Ecole polytechnique a ouvert en septembre 2017 un cursus payant de «Bachelor» (nom donné à la licence dans les pays anglo-saxons) avec l’assentiment de ses ministères de tutelle. Or, ce cursus pourrait être autorisé à délivrer le grade de licence (bac + 3). Jusque-là pourtant,celui-ci était réservé aux universités. Mais les temps changent, et les logiques de mise en marché de l’enseignement supérieur se développent à grande vitesse.

Si le niveau de ce diplôme n’est pas en cause, lui octroyer le grade de licence ouvrira la voie à des demandes similaires de toutes les écoles. Elles pourront alors concurrencer les diplômes de l’université avec des moyens souvent bien supérieurs, et d’autant plus importants que les études en question s’annoncent payantes et fort chères ! A l’Ecole polytechnique, le Bachelor est facturé entre 12 000 euros et 15 000 euros par an en même temps qu’il a bénéficié de 36 millions d’euros sur cinq ans de fonds publics pour moins de 100 étudiants par an ! Face au développement de ce «marché», tous les établissements, y compris les universités, décideront vraisemblablement de facturer leurs diplômes de licence. Ainsi, les écoles draineront l’essentiel de la manne financière car elles attirent les étudiants socialement les plus aisés et susceptibles de payer, pendant que les universités, à quelques exceptions près, se retrouveront piégées entre une population étudiante moins favorisée à laquelle on demandera de s’endetter et un désengagement de l’Etat.

La pression pour instituer des frais d’inscription se renforce depuis des années. Il s’agit de créer un marché profitable et de rendre docile les futurs travailleurs : les diplômés endettés n’auront d’autres choix que d’accepter les emplois qui leur seront proposés et les conditions de travail qui leur seront imposées. Dans la droite ligne de la politique de flexibilisation du marché du travail, il s’agit de développer et de faire accepter une précarisation de l’emploi, un asservissement aux lois du marché et une remise en cause de l’accès de tous à l’éducation.

On aurait tort de penser que cette interprétation est du pur mauvais esprit : les révélations de WikiLeaks ont fait fuiter une note datée du 16 novembre 2016, attribuée à Robert Gary-Bobo [professeur d’économie, ndlr], et destinée à l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. L’augmentation des frais d’inscription y est décrite comme «le nerf de la guerre», de même que le développement du crédit aux étudiants. Cette note distingue crûment «ce qui serait souhaitable» (mais indicible tel quel à la population) des éléments stratégiques et communicationnels permettant de faire passer la pilule. Il s’agit, en effet, d’atteindre des frais d’inscription allant vers les 10 000 euros par an en master (et même 20 000 euros pour les grandes écoles), sans épargner les licences. Pour faire passer une telle révolution, la note fournit les éléments de langage. Le crédit ? Un nouveau droit pour l’autonomie des jeunes, mettant «tout le monde, « fils de bourgeois » et autres, sur un pied de plus grande égalité». Il «faut bannir du vocabulaire les mots de « concurrence » et « d’excellence », détestés par les syndicats d’enseignants et d’étudiants. Remplacer systématiquement ces mots par « ouverture » et « diversité ». […]. La sélection ne signifie pas exclusion mais orientation». La méthode ? «Y aller doucement mais commencer tout de suite avec les droits d’inscription.» Il est même suggéré de conserver des formations gratuites pour mieux les éradiquer.

Il est évident que face à un sujet aussi sensible, le «saucissonnage» de la réforme est un moyen de faire passer cette transformation radicale de l’enseignement supérieur par étapes, en limitant la contestation étudiante : les frais ont été augmentés dans plusieurs grandes écoles publiques (3 500 euros à Centrale Supéléc, 2 600 euros à 4 600 euros à Télécom Paris-Tech ou aux Mines de Paris, 2 870 à 5 740 euros aux Ponts et Chaussées). De même, des expérimentations ont été menées à Sciences-Po et à Dauphine (les frais d’inscription en master y allant jusqu’à respectivement 24 000 et 6 160 euros). A chaque fois dans des institutions prestigieuses, donnant un accès privilégié au marché du travail, et peuplées d’une population particulièrement favorisée et peu revendicative. Cette tendance à l’augmentation des frais d’inscription s’est poursuivie avec la multiplication des diplômes d’universités (DU), non reconnus nationalement mais créant de discrètes poches de marchandisation dans le supérieur. Avec la volonté de conférer à ces diplômes les grades de licence et de master, c’est tout un système d’enseignement public et quasi gratuit que le gouvernement emmène vers un modèle marchand, payant et cher, sans tenir compte des désastreuses expériences étrangères en la matière !

Le gouvernement doit clarifier sa position et dire s’il veut ou non remettre en cause un modèle fondé sur un accès gratuit à l’enseignement supérieur. S’il veut rassurer les (futurs) étudiants et leurs familles, le président de la République et le gouvernement ont les moyens de profiter de la réforme constitutionnelle annoncée pour y inscrire la gratuité de tous les cursus de l’enseignement supérieur public. Il en résulterait nécessairement une remise en cause des tarifs pratiqués par certains établissements (Sciences-Po, Dauphine, les écoles d’ingénieurs) et une suppression des droits demandés aux étudiants dans chaque université. Le coût demeurerait très limité mais la portée majeure. Il en va du modèle de société que nous voulons pour le pays.

Comment la globalisation bouleverse l’université

Article de Leïla Frouillou, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin sur theconversation.com

L’enseignement supérieur a toujours revêtu une dimension internationale. Cependant, un nouveau pas semble avoir été franchi à la fin des années 1990. Outre l’accroissement des mobilités étudiantes, une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation et de hiérarchisation.

En France, cette globalisation de l’enseignement supérieur est d’abord européenne et a commencé avec le processus de Bologne, lancé en 1998, ayant pour but de faire de l’espace européen de l’enseignement supérieur, un système « d’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ». C’est donc d’une globalisation économique qu’il s’agit, dont un des aspects les plus visibles est la hausse et la financiarisation des frais d’inscription.

Le développement de la dimension européenne et l’internationalisation de l’enseignement supérieur français constituent l’un des axes stratégiques du rapport de la StraNES (stratégie nationale de l’enseignement supérieur, 2015). Néanmoins, on constate que les stratégies mises en place, ainsi que les effets qu’elles produisent, sont rarement questionnés.

Une concurrence accrue entre établissements

La globalisation de l’enseignement supérieur conduit en effet à une concurrence accrue entre établissements et à une participation toujours plus grande des acteurs privés, qu’il s’agisse du financement du système (par les familles) ou de la poursuite de la massification de l’accès au supérieur, aujourd’hui largement pris en charge par les établissements privés (voir Casta, 2015).

Dans cette perspective, les thèses du New Public Management se diffusent progressivement au nom de l’efficience supposée des mécanismes de marché (Laval et coll., 2011 ; Papadopoulos, 2011). Le développement de la sélection et celui des frais d’inscription accompagnent le présupposé selon lequel chaque étudiant est avant tout l’entrepreneur de son devenir professionnel, investisseur dans son capital humain individuel (Moulin, 2014) mû par sa seule volonté de vouloir percevoir un salaire plus élevé demain (Becker, 1964).

Des conséquences stratégiques lourdes

Dans le même temps, la concurrence induit une évolution des stratégies d’acteurs et une stratification de l’offre éducative. En France, cela se traduit notamment par une autonomie croissante des universités (Musselin, 20012017) et une diversification des diplômes (loi ORE de 2018).

Cette mise en marché de l’enseignement supérieur est visible non seulement à travers le développement de la sélection, des frais d’inscription, de la concurrence entre établissements et l’accroissement des moyens et acteurs privés, mais aussi à travers l’internationalisation de l’enseignement supérieur. Ce dernier élément se matérialise par l’essor de stratégies visant à attirer les bons étudiants étrangers ainsi que le développement d’activités d’enseignement à l’étranger.

Un marché mondial de la connaissance

Toutes ces transformations, combinées aux tendances contemporaines du capitalisme, ont conduit à l’émergence d’un marché global de l’enseignement supérieur et de la connaissance : augmentation des frais de scolarité (Flacher et coll., 2013 ; ACIDES, 2015), augmentation vertigineuse de la dette des étudiants (Delapierre, 2012), nouvelle gestion publique du corps professoral et des critères quantitatifs d’évaluation (Paradeise, 2011), des appels à la concurrence pour les subventions (Gozlan, 2016) ne sont que quelques-uns des changements qui diluent les frontières entre le monde universitaire et le monde marchand.

Même si ces changements ne se traduisent pas directement par la privatisation des universités, dans cette université globale, le savoir est de plus en plus échangé en tant que marchandise (Paradeise, 2012).

La constitution d’un marché de l’enseignement (Dupriez et Dumay, 2012 ; Felouzis, Maroy et van Zanten, 2013) n’est pas sans poser un certain nombre de questions. Parmi celles-ci, il y a la question des publics et des établissements qui prennent part à cette évolution de l’enseignement supérieur.

Un des potentiels effets inégalitaires de la globalisation est qu’elle ne permet de mobilités que pour certains étudiants, malgré les politiques mises en œuvre dans quelques pays. De la même manière, quels sont les effets sur la structuration nationale des systèmes d’enseignement supérieur de l’insertion dans la globalisation de certains établissements ?

Classement et jugements quantitatifs

À titre d’exemple, Gardner (« A Top 10 University System for Australia », RMIT Vice Chancellor’s speech, 2008) montre que dans le cas australien, en cherchant à faire gagner des places aux meilleures universités dans les classements internationaux, on laisse de côté 94 % des étudiants, scolarisés dans des établissements moins prestigieux. Les classements, comme les dispositifs d’évaluation ne tiennent par ailleurs quasiment compte que des activités de recherche (Espeland et Sauder, 2007).

La représentation quantitative de l’univers académique imposée par ces classements induit-elle une évolution des stratégies des acteurs ? Par ailleurs, comment vont se restructurer les pôles de recherche et de formation pour jouer le jeu de la concurrence ? Qui sont les gagnants et les perdants de cette course effrénée ? La focale peut être portée au niveau macro : Hazelkorn (2015) souligne ainsi que la globalisation par les classements peut potentiellement produire des établissements d’excellence (du point de vue des classements) mais que ce n’est pas le cas à l’échelle des systèmes nationaux. Autant de questions qui restent ouvertes à la recherche et au croisement des perspectives.


Cet article a été co-écrit avec Leïla Frouillou (Université Paris Nanterre). Un colloque international de deux jours a permis à de nombreux acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche, chercheurs mais aussi présidents d’université et responsables politiques ou syndicaux, d’échanger sur ces sujets à l’Université Paris Descartes les 29 et 30 mai.

Pour un financement par répartition de l’enseignement supérieur

Dans ce document, Léonard Moulin présente de façon synthétique la proposition du collectif ACIDES de financement par répartition de l’enseignement supérieur. Nous proposons une forte augmentation des moyens pour le cycle licence (5 000 € par étudiant-e) et une allocation universelle d’autonomie pour tou-tes les étudiant-es (12 000 € par an et par étudiant-e). Le besoin net de financement monte au total à 26 milliards d’euros par an. Le collectif propose que les moyens additionnels pour le cycle licence soient financés par l’impôt sur le revenu, alors que l’allocation d’autonomie serait financé par la hausse des cotisations sociales de la branche famille. L’effet sur les budgets des ménages est également présenté.

Support de présentation

Des versions plus détaillées sont disponibles dans la note des économistes atterrées et dans le livre Arretons les frais.

Parcoursup : vers la nouvelle université capitaliste et l’accentuation des inégalités

Extrait :  Parcoursup : un pas de plus vers la néolibéralisation de l’Université

Le remplacement d’APB par Parcoursup pour la rentrée 2018 peut se lire comme une extension (voire une normalisation) du fonctionnement APB pour les filières sélectives vers les filières universitaires dites « non sélectives », généralisant et institutionnalisant la production de classements de candidats pour toutes les formations du supérieur français.

Dans un contexte de saturation croissante des capacités d’accueil provoqué par l’assèchement des moyens dont bénéficient les universités, cela interroge d’abord la fonction du baccalauréat, considéré jusque-là comme premier grade universitaire et garantissant à ce titre l’accès aux études supérieures. Mais plus qu’une extension de la logique APB, Parcoursup implique un changement de paradigme en matière d’affectation. En effet, la disparition de l’appariement par algorithme fait basculer l’affectation optimisée (certes selon des critères critiquables, comme nous l’avons vu par exemple pour l’académie ou la prime au premier vœu) vers une sorte de bourse de l’inscription dans le supérieur. […]

La logique de néolibéralisation de l’enseignement supérieur que favorise Parcoursup se dévoile notamment à travers l’injonction faite aux équipes pédagogiques universitaires d’opérer un tri des dossiers même lorsque leur capacité d’accueil n’est pas saturée depuis plusieurs années. A une autre échelle, le nombre total de places n’étant pas suffisant pour accueillir tous les bacheliers (et cela dans un contexte où, jusqu’à maintenant, seulement la moitié des bacheliers professionnels poursuivaient dans le supérieur), Parcoursup légitime ainsi l’exclusion de certains bacheliers du système public d’enseignement supérieur, les vouant à rejoindre cette main-d’œuvre jeune et précaire qui constitue l’armée de réserve d’un capitalisme en crise, et favorise d’autre part le développement de formations privées.

Lire la suite sur contretemps.eu

 

Economie de la loi ORE (Orientation et Réussite des étudiants)

La Matinale de 19h de Radiocampus donne la parole à Sabina Issehnane et Léonard Moulin du collectif ACIDES : Approches Critiques et Interdisciplinaires des Dynamiques de l’Enseignement Supérieur.

« Est-ce que le fait de laisser l’enseignement supérieur dans le giron public coûte plus ou moins cher à la société ? Et bien non, ça revient moins cher pour l’individu et la société si on laisse l’enseignement supérieur financé par le public. »

Comment concilier leur posture d’enseignant avec leurs revendications ? Que pensent-ils de la loi ORE et quelles conséquences y voient-ils pour les bacheliers et jeunes étudiants ? Pour avoir accès à leurs analyses complètes, leur livre « Arrêtons les frais ! Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur » est toujours disponible.