Archives par étiquette : Shanghai

Polarisation du supérieur et groupes de pression

Intervention de Hugo Harari-Kermadec à l’invitation de l’AUREF lors de la journée « Quel avenir pour les universités françaises ? Entre différenciation orientée, résilience et solutions alternatives » à l’Université du Mans, le 13 décembre 2019.

L’AUREF (Alliance des Universités de Recherche et de Formation) est l’un des deux groupes de pression réunissant des présidents d’universités, l’autre étant la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises).

Dans cette présentation, nous montrons que les établissements de l’AUREF et ceux de la CURIF ont des populations étudiantes très différentes, les premiers assurant l’essentiel de l’effort de la massification de l’accès au supérieur. Les politiques publiques récentes, concentrées sur « l’excellence » symbolisée par le classement de Shanghai, concernent presque exclusivement les établissements de la CURIF, approfondissant ainsi la polarisation déjà existante en concentrant les financements de la recherche vers les établissements dont les populations étudiantes sont les plus favorisées.

Au sein même des universités, on observe une importante polarisation entre le cycle Licence et le Master, si bien que les universités de la CURIF ont des populations étudiantes au niveau master comparable avec celles des grandes écoles.

Les diagrammes représentent les populations étudiantes des établissements, l’axe horizontal donnant l’ouverture sociale. L’axe vertical est disciplinaire, avec les sciences « dures » en haut, les sciences humaines et sociales en bas.

Le classement de Shanghai. L’Université marchandisée.

En librairie depuis novembre 2019, ce livre d’Hugo Harari-Kermadec publié aux éditions Le bord de l’eau analyse le rôle du classement de Shanghai et des autres dispositifs de mise en nombre dans la marchandisation de l’Université.

Présentation de l’éditeur : 

« Le classement de Shanghai mesure mal la qualité de l’enseignement supérieur…  » « Ce n’est pas aux étudiants d’évaluer les enseignants…  », « Les universitaires n’aiment pas qu’on les évalue… », etc. Seraient-ils corporatistes, recroquevillés sur leurs supposés privilèges ? Et pourquoi les dirigeants et les gestionnaires de l’Université tiennent-ils tellement à donner des notes et à classer (les chercheurs, les enseignants, les laboratoires, les universités…) ? Une vielle habitude d’enseignants ?

Hugo Harari-Kermadec montre que l’enjeu principal de cette mise en nombre est de préparer la marchandisation de l’Université. Pour produire du Capital humain et s’insérer dans l’économie de la connaissance, l’Université devrait se transformer en profondeur, et le travail des universitaires devrait changer, coûte que coûte, de forme. Si les classements et les autres dispositifs de mise en nombre sont aussi importants, c’est parce qu’ils jouent un rôle essentiel pour faire du service public d’enseignement supérieur un nouveau secteur marchand producteur de valeur économique et de profits.

En saisissant un secteur en cours de marchandisation, Hugo Harari-Kermadec révèle un processus qui s’étend bien au-delà de l’Université, de l’hôpital aux tâches domestiques, des compteurs linky aux bigdata. Il donne une nouvelle légitimité aux résistances face à la mise en nombre et invite à retourner l’arme de la quantification comme instrument d’émancipation.

L’introduction est librement accessible sur contretemps.eu ainsi qu’un entretien avec l’auteur

Une émission sur RFI ici

Hugo Harari-Kermadec est économiste, enseignant à l’École normale supérieure de Paris-Saclay (ex-Cachan) et chercheur à l’IDHES, un laboratoire du CNRS en sciences sociales. Après une thèse de mathématiques, il s’est reconverti en économie de l’éducation à l’occasion de l’émergence du débat autour des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur.

format : 13×20, 68 pages, ISBN : 9782356876805, Prix de vente public : 18.00€

« Le classement de Shanghaï n’est pas fait pour mesurer la qualité des universités françaises »

Interview de Hugo Harari-Kermadec dans Le Monde du 15 aout 2019, en accès libre.

La politique du gouvernement est, sans l’assumer, de créer d’un côté des « universités-licence » sans réelle recherche, et de l’autre, quelques très grandes universités de recherche, fusionnées avec des grandes écoles.

Cette logique est manifeste au travers des projets IDEX (initiative d’excellence), ces programmes de financement de pôles universitaires qui revendiquent une excellence visible depuis Shanghaï. Mettre en avant le classement de Shanghaï dans la communication gouvernementale permet de justifier les importants financements attribués à certains établissements – près de 1 milliard d’euros pour l’université Paris-Saclay. En outre, cette politique dite d’excellence a relégué au second plan l’accueil des nouveaux étudiants nés avec le boom démographique du début des années 2000.

Lire la suite sur Le Monde

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?