Archives par étiquette : rankings

Le classement de Shanghai. L’Université marchandisée.

En librairie depuis novembre 2019, ce livre d’Hugo Harari-Kermadec publié aux éditions Le bord de l’eau analyse le rôle du classement de Shanghai et des autres dispositifs de mise en nombre dans la marchandisation de l’Université.

Présentation de l’éditeur : 

« Le classement de Shanghai mesure mal la qualité de l’enseignement supérieur…  » « Ce n’est pas aux étudiants d’évaluer les enseignants…  », « Les universitaires n’aiment pas qu’on les évalue… », etc. Seraient-ils corporatistes, recroquevillés sur leurs supposés privilèges ? Et pourquoi les dirigeants et les gestionnaires de l’Université tiennent-ils tellement à donner des notes et à classer (les chercheurs, les enseignants, les laboratoires, les universités…) ? Une vielle habitude d’enseignants ?

Hugo Harari-Kermadec montre que l’enjeu principal de cette mise en nombre est de préparer la marchandisation de l’Université. Pour produire du Capital humain et s’insérer dans l’économie de la connaissance, l’Université devrait se transformer en profondeur, et le travail des universitaires devrait changer, coûte que coûte, de forme. Si les classements et les autres dispositifs de mise en nombre sont aussi importants, c’est parce qu’ils jouent un rôle essentiel pour faire du service public d’enseignement supérieur un nouveau secteur marchand producteur de valeur économique et de profits.

En saisissant un secteur en cours de marchandisation, Hugo Harari-Kermadec révèle un processus qui s’étend bien au-delà de l’Université, de l’hôpital aux tâches domestiques, des compteurs linky aux bigdata. Il donne une nouvelle légitimité aux résistances face à la mise en nombre et invite à retourner l’arme de la quantification comme instrument d’émancipation.

L’introduction est librement accessible sur contretemps.eu ainsi qu’un entretien avec l’auteur

Une émission sur RFI ici

Hugo Harari-Kermadec est économiste, enseignant à l’École normale supérieure de Paris-Saclay (ex-Cachan) et chercheur à l’IDHES, un laboratoire du CNRS en sciences sociales. Après une thèse de mathématiques, il s’est reconverti en économie de l’éducation à l’occasion de l’émergence du débat autour des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur.

format : 13×20, 68 pages, ISBN : 9782356876805, Prix de vente public : 18.00€

Globalizations of Higher Education and Research

International workshop, May 29-30, 2018, University Paris Descartes
salle des conférences (R229), 2nd floor, 45 rue des Saints Pères, Paris

Inscriptions are free but mandatory: follow this link and click on « s’inscrire ».

Presentation: If knowledge’s production and transmission have always been international, the extension and intensity of this phenomena seems to have gone one step further over the last twenty years. Initiatives of diverse natures, from the European Bologna Process to the “Shanghai ranking” have played their part in the simplification of students’ mobility. Global corporation’s sponsorship and partnership with academic research have integrated universities to global innovation circuits. New countries and new universities appear as important actors at the global scale, and national systems of higher education suffer greater internal polarization processes. Even if these changes do not mainly translate directly into universities’ privatization, in this global university, knowledge is increasingly exchanged as a commodity.

Présentation: Une nouvelle étape dans l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche semble avoir été franchie depuis la fin des années 1990. De Bologne à Shanghai, la mobilité étudiant a pris une nouvelle dimension. Une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation. Si les privatisations des établissements sont rarement à l’ordre du jour, le savoir se produit et s’échange de plus en plus comme une marchandise. Ces deux journées ont pour objet de discuter ces tendances à partir de résultats de recherche et de l’expérience d’acteurs impliqués dans la globalisation universitaire. Les échanges auront lieu en anglais. Une traduction simultanée français-anglais sera mise en œuvre le 29 mai.

 

Program:


  • Organization committee: Cecila Rikap, Hugo Harari-Kermadec, Etienne Gerard, Nolwen Henaff,  David Flacher, Lama Kabbanji, Virginie Fonteneau, Hélène Gispert, Léonard Moulin & Leïla Frouillou

    The workshop is organised by ACIDES and CEPED (IRD & Paris Descartes) and supported by IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société) and MSH Paris Saclay.

     

     

La société du concours. L’empire des classements scolaires

Séminaire ACIDES du 5 mars 2018, Annabelle Allouch (CURAPP, Université d’Amiens)

12h45 à l’ENS Paris Saclay (RER B Bagneux), bat. Laplace, salle Pollak. Inscription et sandwich auprès de Hugo Harari-Kermadec

Présentation de l’éditeur : « Que ce soit à Polytechnique ou dans l’émission « Top Chef », le concours s’est imposé comme la principale mesure du mérite individuel. Avec ses méthodes : épreuves, jury, hiérarchie. Et avec ses corollaires : compétition, stress, inégalités en tous genres. De l’ENA à Oxford en passant par le Gao Kao chinois, ce mode de classement ne cesse de favoriser la reproduction sociale. Pourtant, il s’est diffusé à de nouveaux espaces, bien au-delà des grandes écoles. Pour répondre aux critiques qu’on leur adresse depuis un demi-siècle, les institutions d’élite ont reformulé leurs modes de sélection, mais sans toujours en modifier la nature. Ainsi se perpétue la société du concours, avec sa frénésie de sélection et sa mise en concurrence généralisée. Nous en sommes à la fois les produits et les victimes. »

On « Academic Capitalism » of R. Münch.

Review by L. Moulin published in Laboratorium : Russian Review of Social Research, vol. 6, n°3, 2014, pp. 154-156.

Richard Münch. Academic Capitalism: Universities in the Global Struggle for Excellence. New York: Routledge, 2013. 314 pp. ISBN 978-0-415-84014-9.

This book by Richard Münch, professor emeritus at the University of Bamberg, Germany, proposes a sociological analysis of academic capitalism and the rise of the “entrepreneurial university” that places the logic of business at the heart of its organization. Government policies, also known as New Public Management, that since the 1980s have imported ingredients from the private into the public sector in order to improve efficiency, produce an asymmetry between the increasing number of fund seekers and a smaller number of suppliers. They also lead to intense oligopolistic competition among universities, which overlays the competition among researchers for knowledge and their recognition by the scientific community. The intrusion of economic logic into the academic field leads researchers to compete for reputation and entrepreneurial universities to accumulate capital via competition for positions in the rankings.