Archives par étiquette : polarisation

Contre la LPPR – interventions

Cette page regroupe les supports de plusieurs interventions à propos de la LPPR, centrée autour de ces effets aggravants sur les inégalités sociales dans l’enseignement supérieur. La LPPR prévoit en effet de renforcer l’allocation des moyens suivant l’excellence et l’évaluation quantitative de la recherche, concentrant radicalement les financements dans quelques établissements. Or les populations étudiantes de ces établissements se révèlent très favorisés.

Suivant le lieu d’intervention, on y trouve des graphiques présentant le paysage local de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les budgets annoncés par la LPPR se révèlent par ailleurs très limités (et incertains), et même en régression si l’on tient en compte l’inflation et le GVT (glissement vieillesse technicité). 

Nombre d’étudiant-es base 100 en 2019
Budgets précédents et annoncés, base 100 en 2020, corrigés de l’inflation et du GVT (sources : performance-publique.budget.gouv.fr et étude d’impact de la LPPR)

Polarisation du supérieur et groupes de pression

Intervention de Hugo Harari-Kermadec à l’invitation de l’AUREF lors de la journée « Quel avenir pour les universités françaises ? Entre différenciation orientée, résilience et solutions alternatives » à l’Université du Mans, le 13 décembre 2019.

L’AUREF (Alliance des Universités de Recherche et de Formation) est l’un des deux groupes de pression réunissant des présidents d’universités, l’autre étant la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises).

Dans cette présentation, nous montrons que les établissements de l’AUREF et ceux de la CURIF ont des populations étudiantes très différentes, les premiers assurant l’essentiel de l’effort de la massification de l’accès au supérieur. Les politiques publiques récentes, concentrées sur « l’excellence » symbolisée par le classement de Shanghai, concernent presque exclusivement les établissements de la CURIF, approfondissant ainsi la polarisation déjà existante en concentrant les financements de la recherche vers les établissements dont les populations étudiantes sont les plus favorisées.

Au sein même des universités, on observe une importante polarisation entre le cycle Licence et le Master, si bien que les universités de la CURIF ont des populations étudiantes au niveau master comparable avec celles des grandes écoles.

Les diagrammes représentent les populations étudiantes des établissements, l’axe horizontal donnant l’ouverture sociale. L’axe vertical est disciplinaire, avec les sciences « dures » en haut, les sciences humaines et sociales en bas.

Quel financement alternatif du supérieur ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec au séminaire de l’association étudiante The Noise.

  • Une cartographie de l’enseignement supérieur (grandes écoles et universités)
  • Un financement de l’enseignement supérieur par répartition
    • Financer une allocation universelle d’autonomie
    • Aligner les moyens en Licence sur ceux des classes préparatoires

Polarisation du système universitaire français

intervention d’Hugo Harari-Kermadec lors de la table ronde Ouverture des grandes écoles de la semaine contre les discriminations à l’IEP de Grenoble , le 25 septembre 2019.

Le système méritocratique français devrait affecter les étudiant·es dans le supérieur suivant leur mérite. On pourrait s’attendre à ce que se soit particulièrement le cas dans les grandes écoles qui recrutent sur concours. On retrouve pourtant une reproduction sociale très marquée, même dans les écoles d’ingénieurs alors même que leurs épreuves scientifiques ne semblent pas au premier abord discriminer les candidat·es suivant l’éloquence et la culture générale propre aux classes supérieures.

Pourtant les compositions des populations étudiantes des établissements d’enseignement supérieur français s’opposent radicalement. Une polarisation très forte et unidimensionnelle oppose d’une part des établissements élitistes (grandes écoles principalement mais aussi quelques univesités) regroupant des étudiant·es d’origine favorisée, titulaires un bac général souvent scientifique, plutôt de genre masculin et d’autre part des universités dont l’essentiel des cours se fait en Licence, à des étudiant·es souvent boursier·es, issu·es de catégories populaires, bien plus souvent titulaires d’un bac technologique ou professionnel. Ces seconds établissements ont également une population étudiante plus féminine.

Les politiques publiques de financement de l’excellence se concentrent sur les premiers établissements, de même que les moyens obtenus par la hausse des frais d’inscription permise grâce à des exceptions aux tarifs nationaux de plus en plus nombreuses.

Classement de Shanghai, Idex et polarisation sociale du système universitaire

Intervention au séminaire Politique des sciences, EHESS, 14 février 2019

Au cours de la dernière décennie, l’enseignement supérieur a connu une nouvelle étape de  globalisation, symbolisée par les palmarès internationaux de type « classement de Shanghai ». Certains ont exprimé la crainte que les effets performatifs de ces dispositifs génèrent à terme des systèmes éducatifs à deux vitesses : d’un côté, un nombre restreint de « world-class universities » et, de l’autre, un vaste ensemble d’universités de second rang. A côté des grandes écoles déjà très fermées aux classes populaires, un système universitaire lui-même dual entrainerait une entrée des jeunes dans la vie adulte fortement ségrégée, dans la continuité de l’expérience scolaire. A partir de la base des inscriptions universitaires en France (bases SISE du SIES), nous montrons qu’une polarisation sociale des universités s’observe déjà sur le plan statique, et que celle-ci s’accroît entre 2007 et 2015. Nous mettons ensuite en relation cette polarisation avec les dispositifs nationaux (IDEX, COMUE) et internationaux (classements universitaires) qui structurent la globalisation universitaire.

Continuer la lecture

Le label « Bienvenue en France » ou Robin des bois à l’envers

Tribune de Hugo Harari-Kermadec parue dans l’Humanité le 12 décembre 2018. Nous publions ici une version longue et mise à jour.

La hausse des frais d’inscription annoncée pour les étudiants étrangers s’accompagne de la création d’un label « Bienvenue en France », doté de 10 millions d’euros à destination des universités qui feront le plus ­d’efforts pour améliorer l’accueil de ces étudiants. Le gouvernement actuel a donc choisi la mise en concurrence pour attribuer ses financements, comme pour toutes les politiques « d’excellence » à l’université.

Continuer la lecture

L’effet performatif des classements universitaires : la polarisation sociale des universités françaises

Romain Avouac (ACIDES – IDHES, ENS Paris-Saclay)  présentera son mémoire sur la polarisation sociale du système universitaire le 8 décembre 2017 dans le cadre du séminaire quantitativisme réflexif.

Les classements de type Shanghai participent-ils à segmenter le paysage de l’enseignement supérieur ? A partir de la base exhaustive des inscriptions universitaires en France, Romain Avouac étudie dans quelle mesure on observe une polarisation du système universitaire français en termes de caractéristiques (origine sociale, série du bac, etc.) des différents publics qui fréquentent ces établissements. Il apparaît que les classements reflètent largement la composition sociale initiale des établissements, qu’ils contribuent ensuite à polariser. On observe une stabilisation dans les années récentes.

Le mémoire (en anglais) est disponible ici