Archives par étiquette : parcours scolaires

Parcoursup : vers la nouvelle université capitaliste et l’accentuation des inégalités

Extrait :  Parcoursup : un pas de plus vers la néolibéralisation de l’Université

Le remplacement d’APB par Parcoursup pour la rentrée 2018 peut se lire comme une extension (voire une normalisation) du fonctionnement APB pour les filières sélectives vers les filières universitaires dites « non sélectives », généralisant et institutionnalisant la production de classements de candidats pour toutes les formations du supérieur français.

Dans un contexte de saturation croissante des capacités d’accueil provoqué par l’assèchement des moyens dont bénéficient les universités, cela interroge d’abord la fonction du baccalauréat, considéré jusque-là comme premier grade universitaire et garantissant à ce titre l’accès aux études supérieures. Mais plus qu’une extension de la logique APB, Parcoursup implique un changement de paradigme en matière d’affectation. En effet, la disparition de l’appariement par algorithme fait basculer l’affectation optimisée (certes selon des critères critiquables, comme nous l’avons vu par exemple pour l’académie ou la prime au premier vœu) vers une sorte de bourse de l’inscription dans le supérieur. […]

La logique de néolibéralisation de l’enseignement supérieur que favorise Parcoursup se dévoile notamment à travers l’injonction faite aux équipes pédagogiques universitaires d’opérer un tri des dossiers même lorsque leur capacité d’accueil n’est pas saturée depuis plusieurs années. A une autre échelle, le nombre total de places n’étant pas suffisant pour accueillir tous les bacheliers (et cela dans un contexte où, jusqu’à maintenant, seulement la moitié des bacheliers professionnels poursuivaient dans le supérieur), Parcoursup légitime ainsi l’exclusion de certains bacheliers du système public d’enseignement supérieur, les vouant à rejoindre cette main-d’œuvre jeune et précaire qui constitue l’armée de réserve d’un capitalisme en crise, et favorise d’autre part le développement de formations privées.

Lire la suite sur contretemps.eu

 

La société du concours. L’empire des classements scolaires

Séminaire ACIDES du 5 mars 2018, Annabelle Allouch (CURAPP, Université d’Amiens)

12h45 à l’ENS Paris Saclay (RER B Bagneux), bat. Laplace, salle Pollak. Inscription et sandwich auprès de Hugo Harari-Kermadec

Présentation de l’éditeur : « Que ce soit à Polytechnique ou dans l’émission « Top Chef », le concours s’est imposé comme la principale mesure du mérite individuel. Avec ses méthodes : épreuves, jury, hiérarchie. Et avec ses corollaires : compétition, stress, inégalités en tous genres. De l’ENA à Oxford en passant par le Gao Kao chinois, ce mode de classement ne cesse de favoriser la reproduction sociale. Pourtant, il s’est diffusé à de nouveaux espaces, bien au-delà des grandes écoles. Pour répondre aux critiques qu’on leur adresse depuis un demi-siècle, les institutions d’élite ont reformulé leurs modes de sélection, mais sans toujours en modifier la nature. Ainsi se perpétue la société du concours, avec sa frénésie de sélection et sa mise en concurrence généralisée. Nous en sommes à la fois les produits et les victimes. »

Le recrutement à l’ENS en filière scientifique. Déterminer l’effet propre du concours au prisme du genre et du milieu d’origine

Alice Pavie, ENS Paris Saclay, séance du vendredi 19 janvier 2018 séminaire quantitativisme réflexif

présentation

Texte

Ségrégations universitaires en Ile-de-France

L’Observatoire de la vie étudiante publie Ségregations universitaires en Ile-de-France issu de la thèse de Leila Frouillou , 2017, La Documentation Française, ISBN : 978-2-11-145556-6

« En s’intéressant aux écarts d’ordre scolaire et social entre les publics universitaires et aux différents processus qui en sont à l’origine, Leïla Frouillou donne ici à voir de façon exemplaire un espace universitaire marqué par des dynamiques de segmentation, différenciation et concurrence entre établissements et de choix, calcul et expérimentation de la part des étudiants. […] La singularité de son apport réside […] dans la perspective adoptée qui […] s’intéresse à l’espace comme dimension essentielle des rapports de domination et, plus précisément, aux profits matériels et symboliques que les universités et les étudiants retirent ou non de leur localisation, de leur proximité ou de leur mobilité. »

Agnès Van Zanten

Trajectoires dans l’enseignement supérieur et frais de scolarité

Séminaire ACIDES du 6 novembre, Léonard Moulin (CEPN, Université Paris XIII et CNRS).

ATER au CEPN, Léonard Moulin a écrit une thèse sur les frais d’inscription sous la direction de David Flacer et Hugo Harari-Kermadec, distinguée par les prix de l’OVE et de l’AES.

Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur

S. Chauvel, P. Clément, D. Flacher, H. Harari-Kermadec, S. Issehnane, L. Moulin et U. Palheta, « Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales », RELIEF – CEREQ, 2014, no 48, pp. 139-151.

En France, l’université Paris 9 Dauphine est la première à bénéficier du statut de grand établissement, statut lui permettant de tarifer librement une partie de ses diplômes. En 2010/2011, première année d’introduction des frais d’inscription, les étudiants inscrits en master 2 de grand établissement devaient s’acquitter d’une somme comprise entre 0 (si le revenu brut global annuel est inférieur à 40 000 euros) et 4 000 euros par an (si ce dernier excédait 80 000 euros). Le montant maximal a été relevé à 5 940 euros pour l’année universitaire 2014/2015.

[…]

Les travaux, principalement sociologiques, sur le supérieur sont récents et peu nombreux (Orange, 2011 ; Lindbom et Van Zanten, 2012). Les travaux de Moulin et al. (2013), en utilisant une méthode d’appariement optimal sur données longitudinales, ont mis en avant le fait que l’introduction de frais d’inscription à Dauphine conduit cette université à sélectionner des étudiants ayant des parcours différents et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Dès lors, il convient de situer les caractéristiques de ces étudiants, ainsi que leurs trajectoires par rapport aux caractéristiques et parcours d’autres étudiants des mêmes filières. Une telle approche permettra alors de voir si ces résultats sont généralisables ou si les effets mis en avant par Moulin et al. (2013) sont imputables aux caractéristiques et trajectoires particulières des étudiants de Dauphine. L’objectif que nous poursuivons donc dans cet article est d’étudier plus finement les déterminants des choix d’orientation au fil du parcours universitaire et d’analyser si les trajectoires des étudiants de Dauphine diffèrent de celles des étudiants d’autres établissements universitaires. Pour ce faire, nous allons étudier les caractéristiques et parcours des étudiants de licence 3 dans trois universités : l’université Paris 9 Dauphine, l’université Paris 13 Villetaneuse et l’université Lille 1.