Archives par étiquette : nouveau management public

Le classement de Shanghai. L’Université marchandisée.

En librairie depuis novembre 2019, ce livre d’Hugo Harari-Kermadec publié aux éditions Le bord de l’eau analyse le rôle du classement de Shanghai et des autres dispositifs de mise en nombre dans la marchandisation de l’Université.

Présentation de l’éditeur : 

« Le classement de Shanghai mesure mal la qualité de l’enseignement supérieur…  » « Ce n’est pas aux étudiants d’évaluer les enseignants…  », « Les universitaires n’aiment pas qu’on les évalue… », etc. Seraient-ils corporatistes, recroquevillés sur leurs supposés privilèges ? Et pourquoi les dirigeants et les gestionnaires de l’Université tiennent-ils tellement à donner des notes et à classer (les chercheurs, les enseignants, les laboratoires, les universités…) ? Une vielle habitude d’enseignants ?

Hugo Harari-Kermadec montre que l’enjeu principal de cette mise en nombre est de préparer la marchandisation de l’Université. Pour produire du Capital humain et s’insérer dans l’économie de la connaissance, l’Université devrait se transformer en profondeur, et le travail des universitaires devrait changer, coûte que coûte, de forme. Si les classements et les autres dispositifs de mise en nombre sont aussi importants, c’est parce qu’ils jouent un rôle essentiel pour faire du service public d’enseignement supérieur un nouveau secteur marchand producteur de valeur économique et de profits.

En saisissant un secteur en cours de marchandisation, Hugo Harari-Kermadec révèle un processus qui s’étend bien au-delà de l’Université, de l’hôpital aux tâches domestiques, des compteurs linky aux bigdata. Il donne une nouvelle légitimité aux résistances face à la mise en nombre et invite à retourner l’arme de la quantification comme instrument d’émancipation.

L’introduction est librement accessible sur contretemps.eu ainsi qu’un entretien avec l’auteur

Une émission sur RFI ici

Hugo Harari-Kermadec est économiste, enseignant à l’École normale supérieure de Paris-Saclay (ex-Cachan) et chercheur à l’IDHES, un laboratoire du CNRS en sciences sociales. Après une thèse de mathématiques, il s’est reconverti en économie de l’éducation à l’occasion de l’émergence du débat autour des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur.

format : 13×20, 68 pages, ISBN : 9782356876805, Prix de vente public : 18.00€

Le rôle de la quantification dans la marchandisation de l’université

Elsa Boulet (Université Paris IV et ENS Cachan) et Hugo Harari Kermadec (IDHES – ENS Cachan et CEPN),  « Numbers, Policies and Politics« , Congrès organisé par la revue Politiques et Management Public, 26 octobre 2013, ESCP Europe, Paris.

Résumé : Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs·euses comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude du cas de l’université de Ghimwall, en Angleterre, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université de Ghimwall pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire. Continuer la lecture