Archives par étiquette : marchandisation

Education et intérêt général

Parution de l’ouvrage Économie et intérêt général rédigé sous la direction de Philippe Bance et Jacques Fournier avec un chapitre de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Léonard Moulin, Cecilia Rikap d’ACIDES : Marchandisation ou gratuité de l’enseignement supérieur

Présentation de l’éditeur :

Engagé depuis un demi-siècle dans un processus de décomposition-recomposition, le système éducatif français traverse une crise, qu’illustre la dégradation de ses résultats dans les comparaisons internationales.

Sur ce sujet capital pour l’avenir des individus, des entreprises et des territoires, l’ouvrage apporte une vision complète, ordonnée et stimulante. Plutôt que de se focaliser sur quelques aspects fragmentaires du système ou des réformes, il met en perspective l’ensemble des problèmes essentiels. Fondé sur une analyse rigoureuse et étayé par des données précises, il formule des propositions constructives qui, sur chacun des principaux sujets à l’agenda politique, combinent les exigences de continuité et de renouveau.

La pluralité des points de vue exprimés enrichit l’ouvrage afin d’alimenter la réflexion du citoyen. Toutes les contributions s’inscrivent cependant dans une approche générale commune: l’éducation vue comme un bien commun essentiel dont la vocation non marchande est à préserver, la centralité de l’exigence d’égalité.

Sommaire
  • Première partie : Les politiques de l’éducation en France : origine et orientations
  • Deuxième partie : L’organisation et la gestion du système éducatif
  • Troisième partie : L’école dans la lutte contre les inégalités et la préparation à la vie sociale
  • Quatrième partie : Les répercussions économiques de l’éducation
  • Cinquième partie : L’enseignement supérieur et la recherche
    • Chapitre 26. Frédéric Forest – L’enseignement supérieur comme système. Réglementer, réguler et surtout inciter
    • Chapitre 27. Philippe Bance – L’articulation formation-recherche dans l’enseignement supérieur français. Diagnostics et perspectives sur retours d’expériences
    • Chapitre 28. David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Léonard Moulin, Cecilia Rikap – Marchandisation ou gratuité de l’enseignement supérieur
    • Chapitre 29. Bernard Pouliquen – Les régions et l’enseignement supérieur et la recherche
    • Chapitre 30. Patricia Pol – L’Europe de l’enseignement supérieur : de l’expression des politiques néolibérales à la montée des résistances
    • Chapitre 31. Jonas Didisse – Le système français d’enseignement supérieur face à la concurrence internationale
    • Félicien Leclair, Jacques Fournier – Annexe statistique.

The Direct Subordination of Universities to the Accumulation of Capital.

Cecilia Rikap and Hugo Harari-Kermadec for Capital and Class, in Press.

Universities have historically contributed tothe reproduction of capitalism. However, they have been historically conceivedas a separate sphere or institution detached from the Market, thus onlyindirect participants of capital’s accumulation processes. Our aim in thisarticle is precisely to contribute to acknowledge this transformation byfurther developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysisof contemporary capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish thata portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan andprofit from innovation. The wide gap in terms of innovation capacities betweenindividual capitals leaves those non-innovative with no better option but to subordinateand let go part of their surplus. It is in this context that we will suggestthat universities integrate to direct capital’s accumulation structures. To doso, we will conceptually distinguish between two sides of universities’ transformation:1) the adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchangesof their products (teaching and research results), where we will identify differentdegrees of bargaining power to decide the conditions of those exchanges, and 2)the transformation of academic labor, adapting itself to capitalist productionprocesses. Considering the former, we argue that universities’ adoption ofindividual capitals’ features can be better understood as a differentiatedprocess. We suggest three types of differentiated market-university, accordingto the different enterprises in Levín’s (1997) typology. Ourconcluding remarks include further research questions and nuance the generaltransformation of the University as an economic actor offering some clues fordeveloping countertendencies.

Continuer la lecture

Globalizations of Higher Education and Research

International workshop, May 29-30, 2018, University Paris Descartes
salle des conférences (R229), 2nd floor, 45 rue des Saints Pères, Paris

Inscriptions are free but mandatory: follow this link and click on « s’inscrire ».

Presentation: If knowledge’s production and transmission have always been international, the extension and intensity of this phenomena seems to have gone one step further over the last twenty years. Initiatives of diverse natures, from the European Bologna Process to the “Shanghai ranking” have played their part in the simplification of students’ mobility. Global corporation’s sponsorship and partnership with academic research have integrated universities to global innovation circuits. New countries and new universities appear as important actors at the global scale, and national systems of higher education suffer greater internal polarization processes. Even if these changes do not mainly translate directly into universities’ privatization, in this global university, knowledge is increasingly exchanged as a commodity.

Présentation: Une nouvelle étape dans l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche semble avoir été franchie depuis la fin des années 1990. De Bologne à Shanghai, la mobilité étudiant a pris une nouvelle dimension. Une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation. Si les privatisations des établissements sont rarement à l’ordre du jour, le savoir se produit et s’échange de plus en plus comme une marchandise. Ces deux journées ont pour objet de discuter ces tendances à partir de résultats de recherche et de l’expérience d’acteurs impliqués dans la globalisation universitaire. Les échanges auront lieu en anglais. Une traduction simultanée français-anglais sera mise en œuvre le 29 mai.

 

Program:


  • Organization committee: Cecila Rikap, Hugo Harari-Kermadec, Etienne Gerard, Nolwen Henaff,  David Flacher, Lama Kabbanji, Virginie Fonteneau, Hélène Gispert, Léonard Moulin & Leïla Frouillou

    The workshop is organised by ACIDES and CEPED (IRD & Paris Descartes) and supported by IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société) and MSH Paris Saclay.

     

     

Academic capitalism developments

January 16th 2018, 18h30 at ENS Paris Saclay, Amphi Curie by Sheila Slaughter, Institute of higher education, University of Georgia.

Slides

Sheila Slaughter is the author of Academic capitalism and the New Economy: Markets, State and Higher Education with Gary Rhoades. She investigates the relationship between knowledge and power as it plays out in higher education policy at the state, federal, and global levels.

Transatlantic moves to the market. The US and the EU

January 15th 2018, MSH Paris Nord (M° Front Populaire) 9h, Auditorium, by Sheila Slaughter, Institute of higher education, University of Georgia.

Slides

Sheila Slaughter is the author of Academic capitalism and the New Economy: Markets, State and Higher Education with Gary Rhoades. She investigates the relationship between knowledge and power as it plays out in higher education policy at the state, federal, and global levels.

L’autonomie universitaire à travers l’histoire occidentale et la différentiation des universités à l’heure de la marchandisation

La prochaine séance du séminaire MobElites aura lieu le 30 janvier de 14h à 16h au CEPED, Université Paris 5.

Cécilia Rikap, post-doctorante de l’IFRIS, présentera sa thèse de doctorat soutenue à l’Université de Buenos Aires, Argentine, et intituléee « L’autonomie universitaire à travers l’histoire occidentale et la différentiation des universités à l’heure de la marchandisation ».

Universities’ direct subordination to capital’s accumulation

Séminaire ACIDES du 16 janvier 2018, Cecilia Rikap (Université de Buenos Aires et IFRIS) et Hugo Harari-Kermadec (IDHES, ENS Cachan)

Présentation – slides

It was not until recently that universities became direct participants of capital’s accumulation processes, even if they had historically contributed to the reproduction of capitalism. Our aim in this article is precisely to contribute to acknowledge this transformation by further developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysis of today capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish that a portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan and profit from innovation. The wide gap between capitals’ innovation capacity leaves those non-innovative with no other option but to accept being dominated and planned. It is in this context that we will suggest that universities’ integrate to direct capital’s accumulation structures. To do so, we will conceptually distinguish two successive transformations of universities: 1) the internal transformation of academic labor, adapting itself towards capitalist production processes, and 2) their adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchanges of their products (teaching and research results), including the different bargaining power they have to decide the conditions of those exchanges. Considering the latter, we argue that universities’ adoption of capital enterprises’ characteristics can be better understood as a differentiated process. We suggest three types of differentiated market-university, according to the different capital enterprises in Levín’s (1997) typology. Our concluding remarks refer to a further research and political agenda triggered by the general framework developed throughout the article.

Le rôle de la quantification dans la marchandisation de l’université

Elsa Boulet (Université Paris IV et ENS Cachan) et Hugo Harari Kermadec (IDHES – ENS Cachan et CEPN),  « Numbers, Policies and Politics« , Congrès organisé par la revue Politiques et Management Public, 26 octobre 2013, ESCP Europe, Paris.

Résumé : Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs·euses comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude du cas de l’université de Ghimwall, en Angleterre, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université de Ghimwall pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire. Continuer la lecture