Archives par étiquette : genre

Ségrégations universitaires en Ile-de-France

L’Observatoire de la vie étudiante publie Ségregations universitaires en Ile-de-France issu de la thèse de Leila Frouillou , 2017, La Documentation Française, ISBN : 978-2-11-145556-6

« En s’intéressant aux écarts d’ordre scolaire et social entre les publics universitaires et aux différents processus qui en sont à l’origine, Leïla Frouillou donne ici à voir de façon exemplaire un espace universitaire marqué par des dynamiques de segmentation, différenciation et concurrence entre établissements et de choix, calcul et expérimentation de la part des étudiants. […] La singularité de son apport réside […] dans la perspective adoptée qui […] s’intéresse à l’espace comme dimension essentielle des rapports de domination et, plus précisément, aux profits matériels et symboliques que les universités et les étudiants retirent ou non de leur localisation, de leur proximité ou de leur mobilité. »

Agnès Van Zanten

La contribution des économistes domestiques à l’économie de la famille et de la consommation, 1912-1929

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Agnès Le Tollec (STEF, ENS Paris-Saclay)

Doctorante au laboratoire STEF de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan sous la direction de Ph. Fontaine.

Séances 2016-2017

Séminaire déjeuner, le lundi de 12h45 à 14h30, ENS Cachan

Genre et travail des universitaires

Séminaire ACIDES du 27 novembre, Alban Jacquemart (CEE et CMH).

 

Séances 2015-2016

Séminaire déjeuner, 12h45 à 14h30, salle Pollak, ENS Cachan (bât. Laplace, 2e étage)

Le séminaire 2015-2016 est organisé par Serge Benest, Hugo Harari-Kermadec, Agnès Le Tollec et Tiphaine Liu (laboratoires STEF et IDHES, IF2S – ENS Cachan).

Se prostituer pour payer ses frais de scolarité ?

Tribune parue dans Libération, 9 janvier 2013

Le journal anglais The Independent a révélé, il y a quelques semaines, l’existence d’un site proposant aux étudiantes un «sponsor» prenant en charge leurs frais d’inscription en échange de rapports sexuels (1). Ce site, qui revendique 1 400 sponsorisées, profite de la situation créée par le triplement récent du plafond des frais en Angleterre, désormais fixé à 9 000 livres (soit plus de 11 000 euros). La prostitution étudiante n’est pas une nouveauté, elle fait même l’objet de campagnes des syndicats étudiants français. Mais la misère étudiante propice à son développement se généralise dans de nombreux pays avec l’explosion des frais d’inscription. Continuer la lecture