Archives par étiquette : France

Séances 2016-2017

Séminaire déjeuner, le lundi de 12h45 à 14h30, ENS Cachan

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Enseignement supérieur : quelle alternative à la flambée des frais d’inscription ?

Tribune collective d’ACIDES sur Médiapart, le 11 juillet 2016.

Le 6 juillet dernier, la ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé un gel des frais d’inscription à la rentrée 2016, qui se maintiendraient à 184 € par an en licence et 256 € en master. Pourtant, en France, on observe une flambée de ces frais dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Soucieuse de raviver le mythe d’une Université ouverte à tou·te·s, la ministre ne parle que du tarif national, passant ainsi sous silence la croissance des exceptions à ce tarif, que l’organisation de l’enseignement supérieur rend possible, quand elle ne l’encourage pas.

A l’Université Paris-Dauphine, pionnière en la matière, les frais d’inscription en Master peuvent s’élever jusqu’à 6 050 € et c’est désormais au tour des frais d’inscription en licence de sortir de la tarification nationale. Elles coûteront à la rentrée 2016-2017 jusqu’à 2 200 € l’année. Dans les universités, les « masters internationaux » ont le droit de déroger à la tarification nationale. Dans la toute nouvelle Université Paris-Saclay, regroupant les établissements du Sud parisien dans le but de gagner le haut du classement de Shanghai, les formations de niveau master peuvent ainsi être facturées entre 6 000 et 8 000 euros.

Lire la suite sur Médiapart (accès gratuit)

Sauvons l’Université française !

Tribune de Eric Berr et Léonard Moulin (Economistes atterrés), le 19 février 2016

[…] Dans un environnement toujours plus concurrentiel dans lequel il convient de rechercher l’« excellence », il est de bon ton de dénoncer l’« archaïsme » et l’« inadéquation » de la formation universitaire et de promouvoir une gestion managériale des universités afin de les rendre rentables. […] Pour faire accepter un système que la communauté universitaire rejette dans sa grande majorité, une gouvernance par la peur s’installe qui utilise la « crise » pour organiser la précarisation des personnels et s’assurer une plus grande docilité. Aujourd’hui, un chercheur et un enseignant-chercheur sur deux est un précaire. Et, contrairement à la propagande officielle, la précarisation, promue comme « flexibilisation » d’un système trop rigide, est la condition du délabrement des universités (et non sa cause).

Face au désengagement de l’État et en dépit de toutes les dénégations actuelles, la voie empruntée condamne l’étudiant-client à prendre à sa charge une part toujours plus importante du coût de sa formation. Ainsi, face à la crise sans précédent que connaît l’Université française, des voix s’élèvent pour réclamer une augmentation des frais d’inscription, à l’instar des dérogations déjà accordées à l’Université Paris-Dauphine, aux Écoles des Mines et à celles des Telecom ou, plus récemment, à l’École Polytechnique et à la Toulouse School of Economics. Capable de répondre à tous les maux de l’Université, les frais d’inscription permettraient de rendre le système plus équitable, de motiver les étudiants et de répondre aux besoins de financement des établissements. Il suffit de s’intéresser au cas de l’Université Paris-Dauphine pour se rendre compte que ces frais, qui sont générateurs de mécanismes de ségrégation sociale entre étudiants, ne permettent pas de rendre les étudiants mieux formés. Quant à la couverture des besoins de financement supposément induite par de tels frais, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays qui ont introduit des frais d’inscription élevés pour se rendre compte que leur augmentation s’est partout et toujours accompagnée d’une baisse significative des dépenses publiques. Ces frais d’inscription ont par ailleurs des effets dramatiques sur l’enseignement puisqu’ils conduisent à analyser les relations entre étudiants et universités comme des relations de clients à fournisseurs, transformant de facto la nature même de l’éducation.

Lire la suite sur le site des économistes atterrés

Economie de l’éducation (ENS Cachan, L3)

Cours d’économie de l’éducation (10h) du département de Sciences Sociales en première année (Licence 3), par Hugo Harari-Kermadec. Cours alterné avec celui de sociologie de l’éducation de Xavier Pons.

Trajectoires dans l’enseignement supérieur et frais de scolarité

Séminaire ACIDES du 6 novembre, Léonard Moulin (CEPN, Université Paris XIII et CNRS).

ATER au CEPN, Léonard Moulin a écrit une thèse sur les frais d’inscription sous la direction de David Flacer et Hugo Harari-Kermadec, distinguée par les prix de l’OVE et de l’AES.

Doit-on faire les frais des droits d’inscription ?

Léonard Moulin, La vie des idées, 1er septembre 2015.

« Faut-il considérer l’éducation comme un bien privé financé par les contributions individuelles, ou au contraire comme un bien public financé par la collectivité ? Alors qu’émerge un grand marché de l’éducation, en partie mondialisé, qui conduit de nombreux pays à faire participer les étudiants au coût de leur scolarité, Léonard Moulin s’intéresse aux différents schémas de financement des études à l’étranger. »

 

L’école est-elle encore une priorité ? par les économistes atterrés

Conférence-débat Jeudi 16 octobre 2014 de 20h15 à 22h00

Amphi Bachelard, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5°.

  • Philippe Lemistre, économiste, Ingénieur de recherche au CEREQ, « Le déclassement des jeunes : mythe ou réalité ? »
  • Danièle Trancart, chercheure au Centre d’études de l’emploi, Maître de conférences à l’Université de Rouen, « Quel impact des ségrégations socio-spatiales sur la réussite scolaire ? »
  • Ugo Palheta, sociologue, Maître de conférences à l’Université de Lille 3, « Idéologie méritocratique et politique éducative »

Le débat sera animé par : Sabina Issehnane, membre du CA des Économistes atterrés, Maître de conférences à l’Université Rennes 2 & Léonard Moulin, membre du CA des Économistes atterrés, docteur en économie. Continuer la lecture

Une hausse des frais d’inscription en France est-elle inéluctable ou même simplement souhaitable ?

Léonard Moulin, Savoir/Agir, 2014, vol. 29, pp. 43-50.

Alors  que  les  travaux  théoriques publiés  en  économie  semblent  converger sur  l’opportunité  de  relever  les  frais d’inscription en France, cet article apporte des éléments pour un débat contradictoire. Léonard Moulin démontre que les frais d’inscription ne permettent ni l’équité, ni l’efficacité des formations, ni leur subsistance financière.

Trop chère université

Tribune publiée par Libération, le 17 juin 2014

Comme de nombreux établissements d’enseignement supérieur publics avant elle (l’université Paris-Dauphine, les Ecoles des Mines – Telecom, Sciences-Po Paris…), l’Ecole nationale des ponts et chaussées a choisi d’augmenter ses frais d’inscription, les faisant passer de 1 402 à 2 570 euros par an. Dans l’espace public, de nombreuses voix s’élèvent afin de légitimer une hausse des frais d’inscription. L’université de Saint-Quentin-en-Yvelines, au bord de la cessation de paiement, a joué un rôle de révélateur pour imposer l’idée de l’accroissement nécessaire des moyens accordés à l’enseignement supérieur. Cette position est celle qu’a défendue au mois de février la Conférence des grandes écoles (CGE), devant le comité chargé d’établir la stratégie nationale de l’enseignement supérieur, en plaidant non seulement pour un accroissement des contributions étudiantes, mais aussi pour l’introduction d’une sélection à l’entrée des universités et pour la mise en place d’une gouvernance basée sur le modèle des grandes écoles. Continuer la lecture

Séances 2013-2014

Première partie 2013, au CEPN, Université Paris 13, à 12h45.

————————

Deuxième partie, à l’IDHES, salle Pollack (bat. Laplace), à 12h45.

Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur

S. Chauvel, P. Clément, D. Flacher, H. Harari-Kermadec, S. Issehnane, L. Moulin et U. Palheta, « Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales », RELIEF – CEREQ, 2014, no 48, pp. 139-151.

En France, l’université Paris 9 Dauphine est la première à bénéficier du statut de grand établissement, statut lui permettant de tarifer librement une partie de ses diplômes. En 2010/2011, première année d’introduction des frais d’inscription, les étudiants inscrits en master 2 de grand établissement devaient s’acquitter d’une somme comprise entre 0 (si le revenu brut global annuel est inférieur à 40 000 euros) et 4 000 euros par an (si ce dernier excédait 80 000 euros). Le montant maximal a été relevé à 5 940 euros pour l’année universitaire 2014/2015.

[…]

Les travaux, principalement sociologiques, sur le supérieur sont récents et peu nombreux (Orange, 2011 ; Lindbom et Van Zanten, 2012). Les travaux de Moulin et al. (2013), en utilisant une méthode d’appariement optimal sur données longitudinales, ont mis en avant le fait que l’introduction de frais d’inscription à Dauphine conduit cette université à sélectionner des étudiants ayant des parcours différents et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Dès lors, il convient de situer les caractéristiques de ces étudiants, ainsi que leurs trajectoires par rapport aux caractéristiques et parcours d’autres étudiants des mêmes filières. Une telle approche permettra alors de voir si ces résultats sont généralisables ou si les effets mis en avant par Moulin et al. (2013) sont imputables aux caractéristiques et trajectoires particulières des étudiants de Dauphine. L’objectif que nous poursuivons donc dans cet article est d’étudier plus finement les déterminants des choix d’orientation au fil du parcours universitaire et d’analyser si les trajectoires des étudiants de Dauphine diffèrent de celles des étudiants d’autres établissements universitaires. Pour ce faire, nous allons étudier les caractéristiques et parcours des étudiants de licence 3 dans trois universités : l’université Paris 9 Dauphine, l’université Paris 13 Villetaneuse et l’université Lille 1.

Etudiants : vos frais d’inscription vont augmenter !

Tribune parue sur Médiapart, le 28 janvier 2014

Inefficace pour financer les établissements et socialement dangereuse, tels sont les reproches adressés par les économistes David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane et Léonard Moulin à la hausse des frais d’inscription des étudiants. Celle que le gouvernement vient de décider pour les écoles des Mines et des Télécom n’est qu’un début, s’alarment-ils. Continuer la lecture