Archives par étiquette : France

L’effet performatif des classements universitaires : la polarisation sociale des universités françaises

Romain Avouac (ACIDES – IDHES, ENS Paris-Saclay)  présentera son mémoire sur la polarisation sociale du système universitaire le 8 décembre 2017 dans le cadre du séminaire quantitativisme réflexif.

Les classements de type Shanghai participent-ils à segmenter le paysage de l’enseignement supérieur ? A partir de la base exhaustive des inscriptions universitaires en France, Romain Avouac étudie dans quelle mesure on observe une polarisation du système universitaire français en termes de caractéristiques (origine sociale, série du bac, etc.) des différents publics qui fréquentent ces établissements. Il apparaît que les classements reflètent largement la composition sociale initiale des établissements, qu’ils contribuent ensuite à polariser. On observe une stabilisation dans les années récentes.

Le mémoire (en anglais) est disponible ici

 

Les étudiants sont très conscients des hiérarchies entre les universités

Interview de Leïla Frouillou par Marine Miller pour Le Monde, 27 novembre 2017

Les seize universités de l’Ile-de-France sont loin d’accueillir les mêmes publics et d’offrir les mêmes perspectives à tous les étudiants, constate Leila Frouillou dans sa thèse.

Dans sa thèse « Ségrégations universitaires en Ile-de-France », récompensée par l’Observatoire national de la vie étudiante et publiée par la Documentation française, Leila Frouillou, docteure en géographie de l’université Paris-I, étudie les inégalités d’accès et les trajectoires des étudiants.

Votre thèse montre que le système universitaire en Ile-de-France est loin d’être uniforme, et que des logiques de « ségrégation » sont à l’œuvre. Quelles sont ces logiques ?

On a tendance à penser que l’enseignement supérieur en Ile-de-France, qui concentre plus de 600 000 étudiants, dont un peu plus de la moitié sont inscrits dans une des seize universités publiques de la région, est un système uniforme face au monde sélectif des classes préparatoires, aux écoles et aux BTS, sans compter le secteur privé de l’enseignement supérieur. Le regard des sociologues est souvent polarisé sur les filières d’excellence : combien d’enfants d’ouvriers rentrent à Sciences Po ou à Louis-le-Grand ?

Mais les différences de recrutement dans les universités ont été laissées dans l’ombre alors qu’elles permettent de comprendrela répartition des étudiants dans un territoire hiérarchisé et inégalement accessible. J’ai essayé de montrer, dans ma thèse, que c’est l’articulation de plusieurs facteurs qui jouent dans la ségrégation universitaire, pour dépasser l’idée que le seul critère géographique joue un rôle.

Quand on regarde les origines sociales des étudiants en première année de licence, on voit clairement les premières disparités sociales entre établissements qui proposent des filières équivalentes. Par exemple, il y a 4 % d’enfants d’ouvriers à Paris-II (Assas) contre 14 % à Paris-XIII (Villetaneuse), et, inversement, il y a 45 % d’enfants de cadres à Paris-II contre 18 % à Paris-XIII. Ces écarts sont encore plus marqués en droit qu’en AES [administration économique et sociale], et ils sont particulièrement forts à l’entrée en première année de licence.

[…]

Quel a été le rôle de l’algorithme Admission post-bac dans cette ségrégation, et que peut-on attendre de la plate-forme qui va le remplacer, Parcoursup ?

Le système d’affectation fonctionnait jusqu’ici sur un critère géographique qui privilégiait les candidats de l’académie, ce qui pouvait se traduire par des sentiments de discrimination territoriale. Dans la réforme à venir, les candidats pourront candidater dans toutes les académies sans cette priorité, mais pour éviter l’engorgement très fort, par exemple à Paris, les recteurs pourront quand même fixer un quota maximal de candidatures extra-académiques. On voit bien ici la dimension toute politique de cette réforme.

Le système APB avait ses défauts, en demandant notamment aux étudiants de fines stratégies dans l’ordre des vœux, ou à travers le tirage au sort aléatoire, mais il était améliorable et posait avant tout la question des capacités d’accueil saturées de certaines formations. On peut craindre avec le nouveau système, tel qu’il est actuellement défini, qu’il y ait des files d’attentes a priori très longues qui joueront au détriment des plus faibles scolairement : on va avoir des propositions au fil de l’eau qui vont générer beaucoup d’incertitudes. La mise en place de la sélection, à partir d’attendus, va mécaniquement renforcer les écarts scolaires et donc la hiérarchisation des disciplines et des établissements.

Ségrégations universitaires en Ile-de-France

L’Observatoire de la vie étudiante publie Ségregations universitaires en Ile-de-France issu de la thèse de Leila Frouillou , 2017, La Documentation Française, ISBN : 978-2-11-145556-6

« En s’intéressant aux écarts d’ordre scolaire et social entre les publics universitaires et aux différents processus qui en sont à l’origine, Leïla Frouillou donne ici à voir de façon exemplaire un espace universitaire marqué par des dynamiques de segmentation, différenciation et concurrence entre établissements et de choix, calcul et expérimentation de la part des étudiants. […] La singularité de son apport réside […] dans la perspective adoptée qui […] s’intéresse à l’espace comme dimension essentielle des rapports de domination et, plus précisément, aux profits matériels et symboliques que les universités et les étudiants retirent ou non de leur localisation, de leur proximité ou de leur mobilité. »

Agnès Van Zanten

Sélection à l’université: une «solution» en trompe-l’oeil

Sabina Issehnane et Léonard Moulin pour les économistes atterrés, Médiapart, 14 novembre 2017.

Sabina Issehnane et Léonard Moulin, membres du comité d’animation des Economistes atterrés expliquent pourquoi la sélection à l’entrée à l’université ne saurait être la solution à la crise que connaît l’enseignement supérieur.

Alors que l’enseignement supérieur accueille 40 000 étudiant·e·s supplémentaires cette année, 6 000 d’entre eux·elles se sont retrouvés sans affectation à la rentrée. En cause la procédure APB (admission post-bac) qui gère les demandes des étudiant·e·s et les offres de formation des établissements. En plus d’avoir laissé plusieurs milliers d’étudiant·e·s sur le carreau, la procédure procède à un tirage au sort dans certaines filières en tension comme la médecine, la psychologie, les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) ou le droit. Face à un système qui apparaît aux yeux de tou·te·s comme inégalitaire, le gouvernement vient d’annoncer une nouvelle réforme des conditions d’entrée à l’université pour la rentrée 2018.

La solution miracle pour le gouvernement apparaît être celle des attendus requis. Les universités devront fixer au préalable une liste « d’attendus » par filière, autrement dit une liste de conditions minimales requises afin de suivre correctement la formation visée. « Cette liste » pourra servir à sélectionner les étudiant·e·s à l’entrée de la filière. Comment ? Le « plan Etudiants » annoncé par le gouvernement prévoit ainsi d’en finir avec les tirages au sort et de remplacer APB par une autre plateforme où les lycéen·ne·s pourront formuler jusqu’à 10 vœux, sans avoir à les classer (contrairement à APB). Des réponses à ces vœux seront formulées : « oui », « oui, si » ou « en attente ». Le « oui, si » signifiera que l’inscription des étudiant·e·s ne disposant pas des compétences nécessaires pour rejoindre une formation sera conditionnelle à l’acceptation d’un parcours pédagogique spécifique avant de pouvoir intégrer la filière demandée. La mention « en attente » apparaitra lorsque l’étudiant·e aura choisi une filière en tension, où les capacités d’accueil sont insuffisantes afin d’intégrer tou·te·s les étudiant·e·s qui le désirent. Ces formations où la demande est supérieure à l’offre pourront alors examiner les dossiers des étudiant·e·s sur la base des « attendus ». Comment appeler ce tri des dossiers et cette évaluation autrement que par sélection ? Rappelons que les filières déjà sélectives à l’entrée (BTS, IUT, classes prépa) ne seront pas affectées par cette réforme.

Le gouvernement entend ainsi réduire l’échec à l’université. Seulement 40% des étudiant·e·s inscrit.e.s en première année à l’université en 2014 sont passé·e·s en deuxième année de licence. Cela signifie-t-il pour autant que 60% des étudiant·e·s se trouvent en situation d’échec ? Parmi eux·elles de nombreux·ses étudiant·e·s se réorientent dans d’autres filières de l’enseignement supérieur (filières sélectives courtes, écoles post-bac, etc.), occupent un emploi ou interrompent momentanément leurs études. À travers la focalisation du débat public autour de ce chiffre de 60%, le gouvernement impose sa vision normative de la réussite, légitimant de cette manière l’introduction de la sélection à l’entrée de l’université.

[…]

Une autre voie est pourtant imaginable. Elle consiste à supprimer l’ensemble des filières sélectives de l’enseignement supérieur, et à les fusionner dans un projet de diffusion de l’éducation comme un bien commun. Cette voie impliquerait une hausse significative du financement public de l’enseignement supérieur en égalisant la dépense publique par étudiant·e entre les classes préparatoires (là où elle est la plus élevée) et les universités. Les dépenses par étudiant·e en classes préparatoires étaient de 15 100 euros en 2015, alors qu’elles n’étaient que de 10 400 euros par an par étudiant·e à l’université. Ce sont les populations scolaires les plus favorisées qui bénéficient des dépenses d’éducation les plus élevées, cherchez l’erreur ! Le choix politique consistant à augmenter la dépense par étudiant·e en université avec celle en classes préparatoires permettrait d’offrir à tou·te·s les étudiant·e·s, quel que soit leur milieu d’origine, les mêmes chances de réussite dans leurs études, en supprimant, par exemple, les cours en amphithéâtre à plusieurs centaines d’étudiant·e·s au profit de cours à effectifs réduits, en accompagnant individuellement les étudiant·e·s, en recrutant davantage d’enseignant·e·s-chercheur·e·s, de personnel technique et administratif, etc. Cette réforme permettrait de facto de réduire l’échec en premier cycle, dont on sait qu’il touche d’abord les étudiant·e·s des classes sociales les moins favorisées. Néanmoins, cette solution demande un peu plus de courage politique…

Lire l’article entier sur Médiapart.

 

Etudiants, l’avenir à crédit (Documentaire, Arte)

Documentaire de Jean-Robert Viallet réalisé en 2015, avec le concours scientifique de l’équipe ACIDES. Première diffusion : mardi 16 mai 2017 à 20h50.

Projection le mardi 14 novembre à Tolbiac (Université Paris 1).

Sous l’effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Une enquête aussi éclairante qu’inquiétante sur un phénomène émergent en Europe.

Compétitivité, marketing ou retour sur investissement sont des termes qui circulent désormais dans les couloirs feutrés des grandes universités. De Shanghai à New York en passant par Paris et Berlin, la transmission des connaissances devient une marchandise, dans le sillage de « l’économie du savoir », une doctrine érigée à la fin des années 1990 par les instances financières internationales – OCDE et Banque mondiale en tête. L’enseignement supérieur, reconnu comme un moteur de productivité et de croissance économique, doit se mettre au service du développement des pays. Victimes de ce nouveau système, les étudiants sont contraints d’investir pour apprendre. Ils s’acquittent de frais d’inscription de plus en plus élevés, et s’appauvrissent avant même d’entrer dans la vie active. Aux États-Unis, la dette étudiante a dépassé le coût du logement et de la santé, menaçant l’économie nationale. Les jeunes Européens suivront-ils la même voie ? Si certains pays d’Europe du Nord résistent à cette commercialisation du savoir, considérant l’éducation comme un acquis social, d’autres s’inspirent de plus en plus du modèle anglo-saxon. En France, les établissements les plus prestigieux, comme Sciences-Po et Paris-Dauphine, se sont déjà engagés sur le chemin du payant.

À bout de souffle

Étayé par des chiffres effarants, ce documentaire fouillé dresse un état des lieux de la mutation des universités du monde entier. Des États-Unis jusqu’à la Chine, nouvel eldorado de l’enseignement supérieur mondial, le réalisateur pointe les dérives de la marchandisation du savoir en partant à la rencontre d’étudiants étouffés par leurs crédits et terrifiés par l’avenir.

Une allocation universelle d’autonomie pour les étudiants

Tribune de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Libération, le 11 avril 2017.

Combiner l’allocation d’autonomie pour les étudiants proposée par Jean-Luc Mélenchon et l’introduction progressive du revenu universel de Benoît Hamon permettrait d’obtenir enfin un accès égalitaire à l’enseignement supérieur.

Le «revenu universel» fait de plus en plus débat chez les économistes, il apparaît même comme l’une des mesures phares du candidat socialiste. Parallèlement, le candidat de la France insoumise promet aux étudiants, une «allocation d’autonomie d’un montant de 800 euros par mois pour les jeunes de 18 à 25 ans, d’une durée de trois ans, sous réserve d’une formation qualifiante et sous condition de ressources». Cette allocation serait assortie de la gratuité des études. Dans ce débat, les deux candidats ont de nombreuses proximités dans les objectifs (et pour partie dans les moyens)[…]

Alors que des mouvements populaires (pétitions, apéro citoyens…) appellent encore à la convergence des deux principaux candidats de gauche partout en France (1maispas3.org), une proposition pourrait rencontrer l’adhésion de ces candidats : celle de la création d’une «allocation universelle d’autonomie» (AUA) pour les étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur, prolongeant – avec plus d’ambition – celle proposée par Jean-Luc Mélenchon et compatible avec la perspective de Benoît Hamon d’une introduction graduelle du revenu universel.

Une telle mesure serait enthousiasmante pour toute la gauche : porteuse d’un accès plus égalitaire à l’éducation, elle constituerait une occasion de répondre à une revendication ancienne et légitime des syndicats étudiants. […]

Nous avons étudié la faisabilité d’un financement à hauteur de 600 euros par mois pour les étudiants logés par leur famille et de 1 000 euros par mois pour les autres : la branche famille de la sécurité sociale pourrait absorber une telle dépense avec trois points de cotisation supplémentaires. Parallèlement, nous soulignons un impératif de cohérence : celui consistant à supprimer tous les frais d’inscription qui se sont insidieusement développés dans l’enseignement supérieur public. Il ne s’agirait évidemment pas pour les établissements de reprendre d’une main l’allocation que les étudiants auraient reçue d’une autre !

Ne nous y trompons pas : cela représenterait une dépense importante et constituerait, à bien des égards, un véritable choix de société. Des garde-fous seraient évidemment à mettre en œuvre pour se préserver d’abus éventuels. Mais n’a-t-on pas réussi de bien plus impressionnantes réformes en créant la sécurité sociale au sortir de la guerre, avec, en proportion, tellement moins de moyens ! Candidats de gauche, que vous soyez pour ou contre le revenu universel, ouvrez des nouveaux droits pour la jeunesse ! Donnez envie à cette jeunesse de se mobiliser !

Les pratiques d’enseignement des enseignants-chercheurs à l’université. Intrication des tâches et variations disciplinaires

Séminaire ACIDES du 27 mars 2017, Emilie Saunier (ELLIADD, Université de Franche-Comté) et Mathias Millet (CITERES, Université de Tours)

Pour une allocation d’autonomie universelle pour les étudiants

Tribune pour Slate, Présidentielle 2017 – 100 propositions de la recherche, le 19 mars 2017, par L. Moulin, D. Flacher et H. Harari-Kermadec.

Augmenter les frais d’inscription aux universités ? Le débat est bien mal posé. Cette idée, proposée par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, n’est pas une solution optimale. Tandis qu’une allocation d’autonomie pour les étudiants pourrait être bien plus juste et efficiente.

  • L’allocation individuelle peut être financée par des prélèvements obligatoires, progressifs pour être justes.
  • L’allocation d’autonomie doit donc bénéficier à tous les étudiants, quelque soit leur milieu social d’origine, et être financée par tous.
  • Une allocation universelle d’autonomie de 600 euros par mois (pour les étudiants logés dans leur famille) et de 1000 euros par mois (pour les autres) pourrait être financée par une cotisation patronale supplémentaire de 3,1 points sur la branche «famille».

Lire la proposition complète sur Slate.fr

 

Séances 2016-2017

Séminaire déjeuner, le lundi de 12h45 à 14h30, ENS Cachan

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Enseignement supérieur : quelle alternative à la flambée des frais d’inscription ?

Tribune collective d’ACIDES sur Médiapart, le 11 juillet 2016.

Le 6 juillet dernier, la ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé un gel des frais d’inscription à la rentrée 2016, qui se maintiendraient à 184 € par an en licence et 256 € en master. Pourtant, en France, on observe une flambée de ces frais dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Soucieuse de raviver le mythe d’une Université ouverte à tou·te·s, la ministre ne parle que du tarif national, passant ainsi sous silence la croissance des exceptions à ce tarif, que l’organisation de l’enseignement supérieur rend possible, quand elle ne l’encourage pas.

A l’Université Paris-Dauphine, pionnière en la matière, les frais d’inscription en Master peuvent s’élever jusqu’à 6 050 € et c’est désormais au tour des frais d’inscription en licence de sortir de la tarification nationale. Elles coûteront à la rentrée 2016-2017 jusqu’à 2 200 € l’année. Dans les universités, les « masters internationaux » ont le droit de déroger à la tarification nationale. Dans la toute nouvelle Université Paris-Saclay, regroupant les établissements du Sud parisien dans le but de gagner le haut du classement de Shanghai, les formations de niveau master peuvent ainsi être facturées entre 6 000 et 8 000 euros.

Lire la suite sur Médiapart (accès gratuit)

Sauvons l’Université française !

Tribune de Eric Berr et Léonard Moulin (Economistes atterrés), le 19 février 2016

[…] Dans un environnement toujours plus concurrentiel dans lequel il convient de rechercher l’« excellence », il est de bon ton de dénoncer l’« archaïsme » et l’« inadéquation » de la formation universitaire et de promouvoir une gestion managériale des universités afin de les rendre rentables. […] Pour faire accepter un système que la communauté universitaire rejette dans sa grande majorité, une gouvernance par la peur s’installe qui utilise la « crise » pour organiser la précarisation des personnels et s’assurer une plus grande docilité. Aujourd’hui, un chercheur et un enseignant-chercheur sur deux est un précaire. Et, contrairement à la propagande officielle, la précarisation, promue comme « flexibilisation » d’un système trop rigide, est la condition du délabrement des universités (et non sa cause).

Face au désengagement de l’État et en dépit de toutes les dénégations actuelles, la voie empruntée condamne l’étudiant-client à prendre à sa charge une part toujours plus importante du coût de sa formation. Ainsi, face à la crise sans précédent que connaît l’Université française, des voix s’élèvent pour réclamer une augmentation des frais d’inscription, à l’instar des dérogations déjà accordées à l’Université Paris-Dauphine, aux Écoles des Mines et à celles des Telecom ou, plus récemment, à l’École Polytechnique et à la Toulouse School of Economics. Capable de répondre à tous les maux de l’Université, les frais d’inscription permettraient de rendre le système plus équitable, de motiver les étudiants et de répondre aux besoins de financement des établissements. Il suffit de s’intéresser au cas de l’Université Paris-Dauphine pour se rendre compte que ces frais, qui sont générateurs de mécanismes de ségrégation sociale entre étudiants, ne permettent pas de rendre les étudiants mieux formés. Quant à la couverture des besoins de financement supposément induite par de tels frais, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays qui ont introduit des frais d’inscription élevés pour se rendre compte que leur augmentation s’est partout et toujours accompagnée d’une baisse significative des dépenses publiques. Ces frais d’inscription ont par ailleurs des effets dramatiques sur l’enseignement puisqu’ils conduisent à analyser les relations entre étudiants et universités comme des relations de clients à fournisseurs, transformant de facto la nature même de l’éducation.

Lire la suite sur le site des économistes atterrés

Economie de l’éducation (ENS Cachan, L3)

Cours d’économie de l’éducation (10h) du département de Sciences Sociales en première année (Licence 3), par Hugo Harari-Kermadec. Cours alterné avec celui de sociologie de l’éducation de Xavier Pons.