Archives par étiquette : Angleterre

Globalizations of Higher Education and Research

International workshop, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes
salle des conférences (R229), 2nd floor, 45 rue des Saints Pères, Paris

Inscriptions are free but mandatory: follow this link and click on « s’inscrire ».

Presentation: If knowledge’s production and transmission have always been international, the extension and intensity of this phenomena seems to have gone one step further over the last twenty years. Initiatives of diverse natures, from the European Bologna Process to the “Shanghai ranking” have played their part in the simplification of students’ mobility. Global corporation’s sponsorship and partnership with academic research have integrated universities to global innovation circuits. New countries and new universities appear as important actors at the global scale, and national systems of higher education suffer greater internal polarization processes. Even if these changes do not mainly translate directly into universities’ privatization, in this global university, knowledge is increasingly exchanged as a commodity.

Présentation: Une nouvelle étape dans l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche semble avoir été franchie depuis la fin des années 1990. De Bologne à Shanghai, la mobilité étudiant a pris une nouvelle dimension. Une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation. Si les privatisations des établissements sont rarement à l’ordre du jour, le savoir se produit et s’échange de plus en plus comme une marchandise. Ces deux journées ont pour objet de discuter ces tendances à partir de résultats de recherche et de l’expérience d’acteurs impliqués dans la globalisation universitaire. Les échanges auront lieu en anglais. Une traduction simultanée du français vers l’anglais sera mise en œuvre le 29 mai.

 

Program:

La société du concours. L’empire des classements scolaires

Séminaire ACIDES du 5 mars 2018, Annabelle Allouch (CURAPP, Université d’Amiens)

12h45 à l’ENS Paris Saclay (RER B Bagneux), bat. Laplace, salle Pollak. Inscription et sandwich auprès de Hugo Harari-Kermadec

Présentation de l’éditeur : « Que ce soit à Polytechnique ou dans l’émission « Top Chef », le concours s’est imposé comme la principale mesure du mérite individuel. Avec ses méthodes : épreuves, jury, hiérarchie. Et avec ses corollaires : compétition, stress, inégalités en tous genres. De l’ENA à Oxford en passant par le Gao Kao chinois, ce mode de classement ne cesse de favoriser la reproduction sociale. Pourtant, il s’est diffusé à de nouveaux espaces, bien au-delà des grandes écoles. Pour répondre aux critiques qu’on leur adresse depuis un demi-siècle, les institutions d’élite ont reformulé leurs modes de sélection, mais sans toujours en modifier la nature. Ainsi se perpétue la société du concours, avec sa frénésie de sélection et sa mise en concurrence généralisée. Nous en sommes à la fois les produits et les victimes. »

Academic capitalism developments

January 16th 2018, 18h30 at ENS Paris Saclay, Amphi Curie by Sheila Slaughter, Institute of higher education, University of Georgia.

Slides

Sheila Slaughter is the author of Academic capitalism and the New Economy: Markets, State and Higher Education with Gary Rhoades. She investigates the relationship between knowledge and power as it plays out in higher education policy at the state, federal, and global levels.

Universities’ direct subordination to capital’s accumulation

Séminaire ACIDES du 16 janvier 2018, Cecilia Rikap (Université de Buenos Aires et IFRIS) et Hugo Harari-Kermadec (IDHES, ENS Cachan)

Présentation – slides

It was not until recently that universities became direct participants of capital’s accumulation processes, even if they had historically contributed to the reproduction of capitalism. Our aim in this article is precisely to contribute to acknowledge this transformation by further developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysis of today capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish that a portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan and profit from innovation. The wide gap between capitals’ innovation capacity leaves those non-innovative with no other option but to accept being dominated and planned. It is in this context that we will suggest that universities’ integrate to direct capital’s accumulation structures. To do so, we will conceptually distinguish two successive transformations of universities: 1) the internal transformation of academic labor, adapting itself towards capitalist production processes, and 2) their adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchanges of their products (teaching and research results), including the different bargaining power they have to decide the conditions of those exchanges. Considering the latter, we argue that universities’ adoption of capital enterprises’ characteristics can be better understood as a differentiated process. We suggest three types of differentiated market-university, according to the different capital enterprises in Levín’s (1997) typology. Our concluding remarks refer to a further research and political agenda triggered by the general framework developed throughout the article.

Economie de l’éducation (ENS Cachan, L3)

Cours d’économie de l’éducation (10h) du département de Sciences Sociales en première année (Licence 3), par Hugo Harari-Kermadec. Cours alterné avec celui de sociologie de l’éducation de Xavier Pons.

Arrêtons les frais !

Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur

couv_arretonsSéverine Chauvel, Pierre Clément, David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane, Léonard Moulin, Ugo Palheta – Editions Raisons d’agir, 2015, 8€.

Présentation de l’éditeur :

Alors que dans les pays anglo-saxons, les frais d’inscription à l’université ne cessent d’augmenter au point de représenter l’une des principales sources d’endettement des étudiants et de leurs familles, ils constituent l’espoir secret d’universités françaises exsangues. Ce livre montre que s’engager ainsi dans la voie de la financiarisation de l’enseignement supérieur ne permet ni d’augmenter les ressources des universités ni de rendre leur financement plus juste.
Cela conduit au contraire à une explosion du coût des études, à une subordination des choix d’orientation à la logique marchande et à un accroissement considérable des inégalités entre étudiants, filières et établissements. Refusant la fatalité, ce livre montre qu’un autre modèle de financement des universités est possible. Plus juste et plus efficace, il garantirait également l’autonomie réelle du monde universitaire, conçue non pas comme un privilège indu mais comme la condition de sa capacité à défendre la connaissance et la citoyenneté, sans lesquelles innovation et progrès social ne peuvent exister.

L’introduction est accessible librement sur www.contretemps.eu

On en parle :

Présentations :

  • à Sciences Po, 28 rue des Saint-Pères, 27 janvier 2016 à 19h avec Niall Reddy (militant sud-africain du Democratic Left Front).cafe-paris-ecole-argent-c77a7
  • au café sciences sociales, 60 rue des écoles, le 14 janvier 2016 à 18h30, avec l’APSES et Alternatives économiques.
  • à Lille-3, Roubaix, mardi 15 décembre à 15h30.
  • à la librairie Terre des livres, 86, rue de Marseille – Lyon 7e, à l’automne.
  • à l’Université d’été du NPA, en vidéo.
  • au séminaire « Conventions », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, EconomiX, Vendredi 26 juin 2015, 14h, Salle G 512 ; Discussion avec François Sarfati du Cendre d’études de l’emploi.conférence arrêtons les frais
  • à la 9ième matinale de l’IFRIS, le 29 juin à 9h, au CNAM – amphi Gaston Planté ; discussion avec Gabriel Nadeau-Dubois, ancien co-porte-parole de la CLASSE, au rôle majeur dans l’opposition victorieuse à la hausse des frais au Québec en 2012. Vidéo ici.
  • à l’invitation de Terra-Nova Dauphine, à Paris, le 8 juin à 19h30
  • à Sciences Po Lille, le 21 avril à 18h, amphi B
  • à la Sorbonne, le 16 avril, à 18h30, amphi Descartes
  • à l’Université Lille 1, le 15 avril à 17h30, amphi SUP 14
  • au congrès de l’UNEF, à Nantes, le 11 avril.
  • à l’EHESS le 2 février1429363230

Le rôle de la quantification dans le processus de marchandisation de l’université. Étude de cas d’une université anglaise

Quantification in the Higher Education Marketisation Process. Case Study of an English University

Elsa BOULET, Hugo HARARI-KERMADEC, Politiques et Management Public, 31(4), pp.405-420, 2014.

RÉSUMÉ

Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs(euses) comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude de cas d’une université anglaise, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université étudiée pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire.

ABSTRACT

In the higher education marketisation process that has been taking place since the early 1980s, quantification plays a central part by establishing equivalences and hierarchies (rankings) : quantification makes it possible to consider that HEIs, courses and even academics are interchangeable and have no intrinsic value but a only a relative value determined by supply and demand. Drawing on the case study of an English university we argue that quantification goes along with marketisation. We show that the State and the university management use numbers in order to transform education and research into substitutable elements that are reducible to a single or a small number of relevant criteria. This transformation is implemented through the steering of academics’ practices. The performative character of quantification is used as a tool for transforming social reality and for marketising the Higher Education sector.

 Article complet (abonnés PMP).

Le document de travail

Séances 2013-2014

Première partie 2013, au CEPN, Université Paris 13, à 12h45.

————————

Deuxième partie, à l’IDHES, salle Pollack (bat. Laplace), à 12h45.

Commodity Fetishism at the University

Elsa Boulet (University Paris IV and ENS Cachan) and Hugo Harari-Kermadec, IDHES – ENS Cachan and CEPN, Historical Materialism Conference, November 2013, London.

We study the ongoing marketisation of higher education in Europe, using the case study of an English university as an illustration. We use the concept of fetishism to focus on the transformation of the substance of higher education through the process of commodification. First, the ongoing reforms modify the production process in the universities through governance arrangements (norms, quality certification, rating, ranking, etc.) and other forms of the new spirit of capitalism (Boltanski and Chiapello 1999). These transformations have an ideological twin: specificities of science ideology must be removed or at least subordinated to the budget logic. A central moment of these two faces of the abstraction process is an operation of quantification (Desrosières 2008a, 2008b), which renders different activities commensurate, and turns differences in nature into magnitudes (Espeland and Stevens 1998). The final step of this abstraction process is the actual selling of teaching and research through tuition fees and patents or innovation consultancy. We conclude on the subjectivity of the resulting academics, producers of the knowledge commodity. Continuer la lecture

Le rôle de la quantification dans la marchandisation de l’université

Elsa Boulet (Université Paris IV et ENS Cachan) et Hugo Harari Kermadec (IDHES – ENS Cachan et CEPN),  « Numbers, Policies and Politics« , Congrès organisé par la revue Politiques et Management Public, 26 octobre 2013, ESCP Europe, Paris.

Résumé : Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs·euses comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude du cas de l’université de Ghimwall, en Angleterre, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université de Ghimwall pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire. Continuer la lecture

Se prostituer pour payer ses frais de scolarité ?

Tribune parue dans Libération, 9 janvier 2013

Le journal anglais The Independent a révélé, il y a quelques semaines, l’existence d’un site proposant aux étudiantes un «sponsor» prenant en charge leurs frais d’inscription en échange de rapports sexuels (1). Ce site, qui revendique 1 400 sponsorisées, profite de la situation créée par le triplement récent du plafond des frais en Angleterre, désormais fixé à 9 000 livres (soit plus de 11 000 euros). La prostitution étudiante n’est pas une nouveauté, elle fait même l’objet de campagnes des syndicats étudiants français. Mais la misère étudiante propice à son développement se généralise dans de nombreux pays avec l’explosion des frais d’inscription. Continuer la lecture