Archives de catégorie : Séminaire

Sociologie des réformes universitaires et du gouvernement de la recherche, EHESS, 2022-2023

organisé par Hugo Harari-Kermadec (PU, ERCAE, université d’Orléans et IDHES), Joël Laillier (MCF, université d’Orléans et CMH), Mélanie Sargeac (Post-doctorante, CMH) et Christian Topalov (directeur d’études, CMH)

Le séminaire a lieu les premiers, troisièmes et, parfois, cinquièmes mardis de 10h30 à 12h30 du 15 novembre 2022 au 6 juin 2023 sur le Campus Condorcet – Grand équipement documentaire – Salle 2.11, Cours des humanités à Aubervilliers

  • 15 novembre –  Hugo Harari-Kermadec, Joël Laillier, Mélanie Sargeac et Christian Topalov : Politiques, structures, acteurs – Un séminaire sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR)
  • 6 décembre – Joël Laillier et Christian Topalov : Politiques – Des réformes cohérentes ? Une analyse des rapports français sur l’ESR (1998-2020)
  • 3 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac ; discutante : Isabelle Bruno (Ceraps, université de Lille) : Politiques – Organismes internationaux et renouveau idéologique de la gestion de l’ESR
  • 17 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac : Structures – Dynamiques du marché global de l’enseignement supérieur : du classement de Shanghai à l’épidémie de covid
  • 31 janvier – Christian Topalov et Coline Soler  (IDHES, ENS Paris-Saclay et Irisso, Paris-Dauphine) : Politiques – Sélection, façonnage et pilotage des « universités d’excellence » (2010-2020)
  • 7 février – Cédric Hugrée, Tristan Poullaouec, Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac : Structures – Présentation de l’Université qui vient (Raisons d’agir, 2022) ; sociologie quantitative des populations étudiantes : différentiations multiscalaires (établissements, cycles, disciplines)
  • 7 mars – Mathieu Rossignol-Brunet (CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès) et Leila Frouillou (CRESPPA, Université Paris-Nanterre) : Structures – Les évolutions de la stratification socio-scolaire des affectations dans les formations franciliennes de droit et d’histoire : d’APB 2016 à Parcoursup 2021
  • 21 mars – Jérôme Aust (GSO, Sciences Po  Paris) et Clémentine Gozlan (Laboratoire Printemps, UVSQ et GSO) ; discutants : Joël Laillier et Christian Topalov : Acteurs – Des patrons aux ex pairs : transformations des élites du gouvernement de la biomédecine et réformes du système académique français (1960-2010)
  • 4 avril – Joël Laillier et Christian Topalov ; discutants : Jérôme Aust et Clémentine Gozlan : Acteurs – Une typologie des principaux dirigeants de l’ESR (2005-2018) : profils de carrières et déplacements dans le système de gouvernement
  • 18 avril – Présentation de travaux d’étudiants
  • 16 mai – Coline Soler (IDHES, ENS Paris-Saclay et Irisso, Paris-Dauphine) : Acteurs – La bataille de la LPR (loi de programmation de la recherche), 2018-2020
  • 30 mai ou 6 juin – Hugo Harari-Kermadec, Joël Laillier, Mélanie Sargeac et Christian Topalov : Politiques – Du chahut dans les statuts : comment on entre, aujourd’hui, dans la carrière

Polytechnique : quelles diversités sous l’uniforme ?

Séance de séminaire du 25 mars 2022 – 12h

ENS Paris-Saclay, salle 1X74

Nilo Schwencke et Denis Merigoux, anciens de l’école polytechnique, présenteront leur article paru dans la revue X-Passion, n°82, 2019. A partir d’une analyse quantitative du questionnaire annuel à destination des élèves de l’école, les auteurs identifient 6 groupes de polytechnicien·nes.

Nilo Schwencke est doctorant à l’interface entre Machine-Learning et Sciences-Sociales à l’Université Paris-Saclay et à l’ENSAE.

Denis Merigoux est chercheur junior à l’Inria au sein de l’équipe Prosecco. Il est spécialisé dans l’étude des langages de programmations et de la vérification formelle. Son domaine de recherche est à l’intersection de l’informatique et du droit. Denis cultive un intérêt pour la sociologie, avec le prisme de laquelle il explore les conséquence de son projet en collaboration avec Marie Alauzen.”

Business Model, L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale

Olivia Chambard, CEET (Cnam) et Université Paris 1

Le vendredi 12 mars à 11h sur zoom :https://us02web.zoom.us/j/81490596279

Depuis les années 2000 se multiplient à tous les échelons de l’enseignement supérieur des dispositifs de sensibilisation et de formation à l'” entrepreneuriat “. D’où provient cette injonction croissante d’éduquer la jeunesse à l'” esprit d’entreprendre ” ? Que fait au fonctionnement de l’Université cette montée en puissance de la référence au monde économique en son sein ? Quels sont les enjeux politiques de cette fabrique de vocations entrepreneuriales ?
À partir d’une enquête au long cours combinant entretiens, observations et archives, l’ouvrage retrace la genèse de ce projet éducatif et les formes de son déploiement dans les universités et grandes écoles françaises – à travers notamment la dévalorisation des savoirs théoriques au profit de ” savoir-faire ” et de ” savoir-être ” supposés immédiatement utiles dans l’univers économique, l’adoption de normes de conduite valorisées en entreprise, etc.
Le projet éducatif ainsi déployé sous la bannière ” entrepreneuriale ” participe à la diffusion de l’idéologie néolibérale. S’il donne l’illusion que tout le monde peut entreprendre, il prépare d’abord les fractions les moins dotées de la jeunesse diplômée à l’occupation de positions précaires aux marges du salariat (micro-entrepreneuriat, par exemple) tandis qu’il permet à une jeunesse dorée d’accéder à de nouvelles positions valorisantes (dans l’univers des start-up, notamment).
L’enseignement supérieur est ainsi appréhendé à la fois dans ce rôle inédit de laboratoire des idéologies capitalistes – quand l’Université avait, du moins depuis 1968, plutôt fait figure de lieu de la critique sociale –, mais aussi de ” cible ” pour des modèles qui, en la pénétrant, en subvertissent en partie les objectifs et les modes de fonctionnement.

La sélection dans l’enseignement supérieur : des dispositifs aux pratiques

Séverine Chauvel, IRISSO et LIRTES, Université Paris Est Créteil

[REPORTEE] Séance du séminaire ACIDES du 26 mars 2019, 13h à l’ENS Paris-Saclay (bat. Laplace, salle Pollak).

A l’heure où la mise en place de la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants (ORE) et la réforme du lycée réorganisent en profondeur les modalités d’accès à l’enseignement supérieur, nous reviendront sur les dispositifs de sélection déjà à l’œuvre – ou ayant existés – au sein de l’enseignement supérieur français et dans d’autres contextes  nationaux comme aux États-Unis (Karabel 2005; Stevens, 2007 ; Warikoo, 2016) ou en Grande-Bretagne (Mountford-Zimdars 2016, Reeves et al. 2017).
De fait, des pratiques de sélections existent déjà en France à l’entrée des classes préparatoires (Darmon, 2012) et des grandes écoles (Bourdieu, 1989 ; Buisson-Fenet et Draelants, 2010 ; Blanchard, 2015 ; Allouch, 2013 ; Pasquali, 2014), à l’entrée des Sections Techniciens Supérieurs (Orange, 2013) ou encore en médecine (Déplaude, 2015). Alors que ces pratiques de sélections ont souvent été analysées de façon isolée, il s’agit désormais de les penser ensemble, et ainsi de dépasser les clivages entre les types d’institutions (université/grandes écoles, etc.)

Globalizations of Higher Education and Research

International workshop, May 29-30, 2018, University Paris Descartes
salle des conférences (R229), 2nd floor, 45 rue des Saints Pères, Paris

Inscriptions are free but mandatory: follow this link and click on “s’inscrire”.

Presentation: If knowledge’s production and transmission have always been international, the extension and intensity of this phenomena seems to have gone one step further over the last twenty years. Initiatives of diverse natures, from the European Bologna Process to the “Shanghai ranking” have played their part in the simplification of students’ mobility. Global corporation’s sponsorship and partnership with academic research have integrated universities to global innovation circuits. New countries and new universities appear as important actors at the global scale, and national systems of higher education suffer greater internal polarization processes. Even if these changes do not mainly translate directly into universities’ privatization, in this global university, knowledge is increasingly exchanged as a commodity.

Présentation: Une nouvelle étape dans l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche semble avoir été franchie depuis la fin des années 1990. De Bologne à Shanghai, la mobilité étudiant a pris une nouvelle dimension. Une carte globale de l’université émerge, avec de nouveaux acteurs, publics comme privés, alors que les systèmes nationaux subissent des processus de polarisation. Si les privatisations des établissements sont rarement à l’ordre du jour, le savoir se produit et s’échange de plus en plus comme une marchandise. Ces deux journées ont pour objet de discuter ces tendances à partir de résultats de recherche et de l’expérience d’acteurs impliqués dans la globalisation universitaire. Les échanges auront lieu en anglais. Une traduction simultanée français-anglais sera mise en œuvre le 29 mai.

 

Program:


  • Organization committee: Cecila Rikap, Hugo Harari-Kermadec, Etienne Gerard, Nolwen Henaff,  David Flacher, Lama Kabbanji, Virginie Fonteneau, Hélène Gispert, Léonard Moulin & Leïla Frouillou

    The workshop is organised by ACIDES and CEPED (IRD & Paris Descartes) and supported by IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société) and MSH Paris Saclay.

     

     

Globalization of students and scholars’ mobility / Globalisation des mobilités étudiantes et scientifiques

Second roundtable of the international workshop, Globalizations of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 29, 14:30 – 18:00 

Chair : Etienne Gerard, CEPED – IRD & Lama Kabbanji, CEPED – IRD
Participants :

  • Loan Dinh Thi Bich, Institut vietnamien des sciences de l’éducation
  • Leïla Frouillou, CRESPPA – Université Paris Nanterre
  • Aldo Geuna, University of Torino – Collegio Carlo Alberto
  • Nolwen Henaff, CEPED – IRD
  • Antoniona Levatino, UAB – INED
  • Sylvie Mazzella, LAMES – CNRS
  • Léonard Moulin, INED
  • Pierre Moulinier, GERME – SciencesPo
  • Sorana Toma, ENSAE-CREST & Ined

Résumé : Cette table ronde propose de repenser les mobilités étudiantes et scientifiques contemporaines à l’aune de deux dynamiques

  • L’intérêt croissant de certains pays de destination d’attirer des étudiants et des scientifiques étrangers dans le contexte actuel de la globalisation
  • Les reconfigurations des conditions structurelles dans les pays d’origine des étudiants/scientifiques mobiles (augmentation de l’offre de formation supérieure, programmes transnationaux, développement de nouveaux pôles de formation, changements dans les caractéristiques du marché du travail hautement qualifié…)

Elites’ mobility is not a new phenomenon. Indeed, during the last decades of the XIX century, several universities proposed scholarships to some of their students to do their thesis abroad. Private foundations also favored these initiatives, a phenomenon that grew in the inter-war period. At a glance, looking into certain disciplines, their circulations and promoters today, contributes to better understand the evolution of university’s landscape and the appeal that is at stake in Europe and the United States in this period.

This round table aims at analysing contemporary student and scientific mobilities in the light of two dynamics:

  • The attractiveness of certain destination countries for foreign students and academics in the current context of globalization
  • Reconfiguration of the structural conditions in the countries of origin of mobile students / academics (increase in the supply of higher education, transnational programs, development of new training centers, changes in the characteristics of the highly skilled market, etc.)

The effects of world rankings, accreditation and evaluation: status, excellence and polarization.

Third roundtable of the international workshop, Globalizations of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 30, 9:30 – 13:00

Rankings and other instruments used for evaluating higher education and research produce a quantitative representation of university. This fuels a cognitive map adapted for consumers of higher education – and for their lenders – as well as for investors. We’ll also address its effect on academics work and management. Finally, the proximity between the normalization necessary to produce quantitative representations and the abstraction typical of commodity-fetishism will be discussed.

Participants:

  • Corine Eyraud, Université d’Aix-Marseille
  • Hugo Harari-Kermadec, IDHES – ENS Paris-Saclay
  • Judith Naidorf, Universidad de Buenos Aires
  • Catherine Paradeise, LISIS – Université de Marne-la-Vallée & IFRIS

National and institutional strategies in a globalized environment : Hubs, World Class Universities and Academic Capitalism

Fourth roundtable of the international workshop, Globalizations of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 30, 14:30 – 18:00 

According to countries and regions’ history and institutional context, the globalization of Higher Education and Research (HER) shows different impacts in terms of international competition and collaboration strategies as well as defining winners (that position themselves as global HER hubs or poles of attraction of students, faculty and resources) and losers (such as countries suffering from students and researchers brain drain) of this process. In this session we thus want to focus on the distinctive mechanisms that were put in place in order to produce different regimes of HER at both an institutional and a country level. We will also discuss about imitation or mimicking possibilities between different countries and institutions as well as about the consequences of a combined and uneven internationalization of HER.

Participants:

  • David Flacher, Université de Technologie de Compiègne, COSTECH, IFRIS
  • Yann Lebeau, University of East Anglia
  • Pierre Mounier-Khun, CAK – EHESS
  • Cecilia Rikap CEPED – IRD & IFRIS
  • Barrett Taylor, University of North Texas

The effects of the globalization of higher education and research: stakeholders’ perspectives

First roundtable of the international workshop, Globalization of Higher Education and Research, May 29-30, 2018, University Paris 5 Descartes

May 29, 10:30 – 13:00 

Participants:

  • Jana Bacevic,  University and College Union, Cambridge
  • Dieter Lenzen, President of the University of Hamburg
  • Patricia Pol, Former Bologna advisor of the French government
  • Danielle Tartakowsky, former President of the University Paris 8 Saint-Denis

Students and scholars’ mobility, global rankings, accreditation, evaluation, pressures to become world class universities and academic enterprise are just some of the challenges that higher education institutions are facing in our globalized context. How are universities coping with these –sometimes even contradictory- pressures? What different strategies towards globalization have been pursued? Are strategies alike in the north (center) and the south (periphery)? Discussing with the actual decision makers we expect will contribute to shed light on these and other debates.

La société du concours. L’empire des classements scolaires

Séminaire ACIDES du 5 mars 2018, Annabelle Allouch (CURAPP, Université d’Amiens)

12h45 à l’ENS Paris Saclay (RER B Bagneux), bat. Laplace, salle Pollak. Inscription et sandwich auprès de Hugo Harari-Kermadec

Présentation de l’éditeur : “Que ce soit à Polytechnique ou dans l’émission « Top Chef », le concours s’est imposé comme la principale mesure du mérite individuel. Avec ses méthodes : épreuves, jury, hiérarchie. Et avec ses corollaires : compétition, stress, inégalités en tous genres. De l’ENA à Oxford en passant par le Gao Kao chinois, ce mode de classement ne cesse de favoriser la reproduction sociale. Pourtant, il s’est diffusé à de nouveaux espaces, bien au-delà des grandes écoles. Pour répondre aux critiques qu’on leur adresse depuis un demi-siècle, les institutions d’élite ont reformulé leurs modes de sélection, mais sans toujours en modifier la nature. Ainsi se perpétue la société du concours, avec sa frénésie de sélection et sa mise en concurrence généralisée. Nous en sommes à la fois les produits et les victimes.”

Séminaire ACIDES : programme 2018

Le séminaire déjeuner reprend, le lundi de 12h45 à 14h30, salle Pollak, bâtiment Laplace – 2e  étage, ENS Paris Saclay (à cachan : RER B station Bagneux)

Inscription et sandwich auprès de Hugo Harari-Kermadec

Le groupe de recherche ACIDES organise également un workshop international sur les Globalisations universitaires les 29-30 mai à l’Université Paris 5.

Le recrutement à l’ENS en filière scientifique. Déterminer l’effet propre du concours au prisme du genre et du milieu d’origine

Alice Pavie, ENS Paris Saclay, séance du vendredi 19 janvier 2018 séminaire quantitativisme réflexif

présentation

Texte

Academic capitalism developments

January 16th 2018, 18h30 at ENS Paris Saclay, Amphi Curie by Sheila Slaughter, Institute of higher education, University of Georgia.

Slides

Sheila Slaughter is the author of Academic capitalism and the New Economy: Markets, State and Higher Education with Gary Rhoades. She investigates the relationship between knowledge and power as it plays out in higher education policy at the state, federal, and global levels.

Transatlantic moves to the market. The US and the EU

January 15th 2018, MSH Paris Nord (M° Front Populaire) 9h, Auditorium, by Sheila Slaughter, Institute of higher education, University of Georgia.

Slides

Sheila Slaughter is the author of Academic capitalism and the New Economy: Markets, State and Higher Education with Gary Rhoades. She investigates the relationship between knowledge and power as it plays out in higher education policy at the state, federal, and global levels.