Archives de catégorie : Publications

Une hausse des frais d’inscription en France est-elle inéluctable ou même simplement souhaitable ?

Léonard Moulin, Savoir/Agir, 2014, vol. 29, pp. 43-50.

Alors  que  les  travaux  théoriques publiés  en  économie  semblent  converger sur  l’opportunité  de  relever  les  frais d’inscription en France, cet article apporte des éléments pour un débat contradictoire. Léonard Moulin démontre que les frais d’inscription ne permettent ni l’équité, ni l’efficacité des formations, ni leur subsistance financière.

Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur

S. Chauvel, P. Clément, D. Flacher, H. Harari-Kermadec, S. Issehnane, L. Moulin et U. Palheta, “Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales”, RELIEF – CEREQ, 2014, no 48, pp. 139-151.

En France, l’université Paris 9 Dauphine est la première à bénéficier du statut de grand établissement, statut lui permettant de tarifer librement une partie de ses diplômes. En 2010/2011, première année d’introduction des frais d’inscription, les étudiants inscrits en master 2 de grand établissement devaient s’acquitter d’une somme comprise entre 0 (si le revenu brut global annuel est inférieur à 40 000 euros) et 4 000 euros par an (si ce dernier excédait 80 000 euros). Le montant maximal a été relevé à 5 940 euros pour l’année universitaire 2014/2015.

[…]

Les travaux, principalement sociologiques, sur le supérieur sont récents et peu nombreux (Orange, 2011 ; Lindbom et Van Zanten, 2012). Les travaux de Moulin et al. (2013), en utilisant une méthode d’appariement optimal sur données longitudinales, ont mis en avant le fait que l’introduction de frais d’inscription à Dauphine conduit cette université à sélectionner des étudiants ayant des parcours différents et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Dès lors, il convient de situer les caractéristiques de ces étudiants, ainsi que leurs trajectoires par rapport aux caractéristiques et parcours d’autres étudiants des mêmes filières. Une telle approche permettra alors de voir si ces résultats sont généralisables ou si les effets mis en avant par Moulin et al. (2013) sont imputables aux caractéristiques et trajectoires particulières des étudiants de Dauphine. L’objectif que nous poursuivons donc dans cet article est d’étudier plus finement les déterminants des choix d’orientation au fil du parcours universitaire et d’analyser si les trajectoires des étudiants de Dauphine diffèrent de celles des étudiants d’autres établissements universitaires. Pour ce faire, nous allons étudier les caractéristiques et parcours des étudiants de licence 3 dans trois universités : l’université Paris 9 Dauphine, l’université Paris 13 Villetaneuse et l’université Lille 1.

Engagement décennal ou endettement étudiant ? Les bi-admis ENS Cachan/HEC face au choix de leur école et de leur carrière

Morgane Le Breton (ENS Cachan) et Hugo Harari-Kermadec (IDHES, ENS Cachan), Revue française de pédagogie, 2013, vol. 184, p. 69-80.

Getting into debt or getting paid. How elite students in business administration choose their academic and carrier paths.

Résumé : Dans un contexte de mise en concurrence internationale des grands établissements universitaires, l’instauration ou le relèvement des frais de scolarité semble être une évolution inéluctable. Les Écoles normales supérieures (ENS), avec leurs élèves fonctionnaires, apparaissent singulières. Dans cet article, nous étudions comment le coût des études intervient dans les choix des étudiants. Une série d’entretiens semi-directifs menés auprès d’étudiants admis à la fois à l’ENS Cachan et à l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC) à l’issue de classes préparatoires commerciales nous permet d’appuyer et d’illustrer nos analyses sur une population pour laquelle l’accès au crédit est assuré. Nous nous intéressons en particulier à ce qui se joue, au-delà de l’aspect purement économique, dans les représentations que se font les étudiants de leurs études. Nous montrons que la question du coût interfère fortement avec celle des débouchés, une interaction anticipée par les étudiants au moment de leur choix de parcours dans l’enseignement supérieur. Dès lors, la perspective d’un emploi fortement rémunérateur imposé par l’endettement étudiant peut-elle apparaître pour certains comme une contrainte bien plus lourde qu’un engagement décennal signé avec l’État ?

Abstract: Owing to the international competition between colleges, tuition fees keep rising. Whereas the top French business school HEC (École des hautes études commerciales de Paris) leads this trend in France, the Écoles normales supérieures (ENS) is unique in that its students are paid as civil servants. This article tackles how the cost of studies plays a part in students’ choices. To deal with this question, we have conducted several semi-structured interviews with successful candidates at both HEC and ENS Cachan following their economics and business preparatory classes.

Hence we look beyond economic analysis and study students’ own portrayals of their studies. Typically, the cost of studies is strongly linked to job market prospects after graduation, as predicted by students when choosing their school. Therefore, the prospect of a lucrative job required due to heavy student debt may be considered a less attractive option than the ten-year commitment signed with the French state.

Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ?

David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Revue Française d’économie, 2012, vol. 27, n°3, pp. 145-183.

Cet article propose une analyse des arguments couramment avancés en faveur des frais d’inscription : i) l’iniquité du système français ; ii) l’efficience des frais comme outil pour sélectionner, orienter et inciter à l’effort ; iii) le financement de l’université. Nous défendons la thèse selon laquelle ces frais peuvent conduire de potentiels étudiants à renoncer à leurs études, à modifier l’orientation qui aurait été la leur en l’absence de frais ou encore à modifier leur comportement sur le marché du travail sous le poids de la dette. Nous montrons que les frais ne garantissent ni l’équité, ni un fonctionnement efficient du système d’enseignement supérieur, ni un accroissement des ressources des établissements.

Tuition fees, self-esteem and social heterogeneity

David Flacher et Hugo Harari-Kermadec, Education Economics review, n°622, 2011.

Modelling students’ behaviour in relation to tuition fees is a complex task since students’ ‘talent’ is not common knowledge. Students observe a private noisy signal of their abilities, while university receives noisy information based on the quantitative and qualitative data provided by university applicants. In this article, we add the heterogeneity of the population to this model: we assume that this heterogeneity means that the perception of skills among a part of the population is biased and underestimates the capabilities of its members to succeed in the higher education system. Our conclusions differ from those derived in the literature and show in particular that the optimal tuition fees for a given number of students are lower than those obtained for a homogeneous population.

Working paper available on HAL.

Contributory Education Scheme: Theoretical Basis and Application

D. Flacher, H. Harari-Kermadec and Léonard Moulin in Antonio Caparrós Ruiz (eds.), Investigaciones de Economia de la Educacion, vol. 6 n°6, p. 495-502.

After a short criticism of the “self-funded education scheme” which is widely implemented in the world and often based on tuition fees, this article develops theoretical basis for a “contributory education scheme”. This model is characterised 1) by a universal access for students to grants allowing them to take charge of themselves during their higher education curriculum; and 2) by a funding regime relying in particular on the population that has benefited from grants, once studies are finished. The article first points out the limits of the self-funded education scheme. Then, it discusses the analogies and differences with pension systems implemented in countries like France. We derive theoretical motivations in favour of a contributory education scheme: The equity of access to higher education, the incentives for students and university to be efficient, as well as the contributory equity are discussed. The article proposes finally to assess, for France, the cost and the options concerning the transformation of the tax system that would be needed for funding such a reform. Beyond the individual income, variables like the degree obtained by the student are taken into account in our assessment. The conclusion draws research perspectives concerning the theoretical dimensions and the transition such a reform concretely implies.

Full text freely available here : http://repec.economicsofeducation.com/2011malaga/06-30.pdf