Archives de catégorie : Interventions

Sauvons l’Université française !

Tribune de Eric Berr et Léonard Moulin (Economistes atterrés), le 19 février 2016

[…] Dans un environnement toujours plus concurrentiel dans lequel il convient de rechercher l’« excellence », il est de bon ton de dénoncer l’« archaïsme » et l’« inadéquation » de la formation universitaire et de promouvoir une gestion managériale des universités afin de les rendre rentables. […] Pour faire accepter un système que la communauté universitaire rejette dans sa grande majorité, une gouvernance par la peur s’installe qui utilise la « crise » pour organiser la précarisation des personnels et s’assurer une plus grande docilité. Aujourd’hui, un chercheur et un enseignant-chercheur sur deux est un précaire. Et, contrairement à la propagande officielle, la précarisation, promue comme « flexibilisation » d’un système trop rigide, est la condition du délabrement des universités (et non sa cause).

Face au désengagement de l’État et en dépit de toutes les dénégations actuelles, la voie empruntée condamne l’étudiant-client à prendre à sa charge une part toujours plus importante du coût de sa formation. Ainsi, face à la crise sans précédent que connaît l’Université française, des voix s’élèvent pour réclamer une augmentation des frais d’inscription, à l’instar des dérogations déjà accordées à l’Université Paris-Dauphine, aux Écoles des Mines et à celles des Telecom ou, plus récemment, à l’École Polytechnique et à la Toulouse School of Economics. Capable de répondre à tous les maux de l’Université, les frais d’inscription permettraient de rendre le système plus équitable, de motiver les étudiants et de répondre aux besoins de financement des établissements. Il suffit de s’intéresser au cas de l’Université Paris-Dauphine pour se rendre compte que ces frais, qui sont générateurs de mécanismes de ségrégation sociale entre étudiants, ne permettent pas de rendre les étudiants mieux formés. Quant à la couverture des besoins de financement supposément induite par de tels frais, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays qui ont introduit des frais d’inscription élevés pour se rendre compte que leur augmentation s’est partout et toujours accompagnée d’une baisse significative des dépenses publiques. Ces frais d’inscription ont par ailleurs des effets dramatiques sur l’enseignement puisqu’ils conduisent à analyser les relations entre étudiants et universités comme des relations de clients à fournisseurs, transformant de facto la nature même de l’éducation.

Lire la suite sur le site des économistes atterrés

Doit-on faire les frais des droits d’inscription ?

Léonard Moulin, La vie des idées, 1er septembre 2015.

« Faut-il considérer l’éducation comme un bien privé financé par les contributions individuelles, ou au contraire comme un bien public financé par la collectivité ? Alors qu’émerge un grand marché de l’éducation, en partie mondialisé, qui conduit de nombreux pays à faire participer les étudiants au coût de leur scolarité, Léonard Moulin s’intéresse aux différents schémas de financement des études à l’étranger. »

 

Remise du 2e prix de l’Observatoire de la vie étudiante à Léonard Moulin

Palmarès du 24e concours

Pour cette 24e édition, l’OVE a décerné 3 prix et mentionné un mémoire :

  • 3e prix, d’un montant de 800 € : Valentin Mojeikissoff, D’un choix par défaut vers un réel désir d’habiter : le logement étudiant en question. Master 1 en architecture – Ecole nationale supérieure d’architecture de Grenoble. Directrice de mémoire : Anne-Monique Bardagot.

TELECHARGER LA BROCHURE DU PALMARES DU 24e CONCOURS

Grands établissements

Hugo Harari-Kermadec, Mensuel du Snesup, n°630, décembre 2014.
Le statut de Grand Etablissement, parce qu’il permet aux établissements qui en bénéficient de s’affranchir du régime commun des universités, ouvre la voie à la sélection et aux frais d’inscription. C’est en tout cas cette voie que l’Université Paris-Dauphine (ex Paris 9) a suivi.
C’est avant tout la sélection, qui motive le changement de statut. Pratiquée depuis longtemps par l’établissement, elle est contestée par les étudiant-es qui ont été refusé-es, mais aussi par l’UNEF local. Plutôt que de sanctionner cette pratique illégale, le gouvernement la régularise en 2003-2004 en accordant au président de Dauphine, Laurent Batsch, le statut de Grand Etablissement.
Laurent Batsch ne s’arrête pas là et, en 2010-2011, il introduit les frais d’inscription en Master 2, dans la filière Economie-Gestion. Une série de Master 2, délivrant des diplômes nationaux en 2009-2010, deviennent l’année suivante des « diplômes d’établissement conférant le grade de master », échappant à la tarification nationale. Les frais, qui montent cette année-là jusqu’à 4 000 €, ont réduit le recrutement d’étudiants issus d’universités de province venant finir leur cursus à Dauphine. Sans surprise, l’écart en termes d’origine sociale entre la population étudiante de Dauphine et celles des autres universités, déjà fortement marquée, s’est encore accru. 4 ans plus tard, les frais d’inscription maximaux ont déjà augmenté de 50% et se sont étendus au Master 1, le coût total des 2 années de master pouvant ainsi s’élevé jusqu’à 12 000 €.
Cette dynamique correspond à un repositionnement, similaire à celui de Sciences Po, vers le champ des écoles de  commerce. Accorder le statut de Grand Etablissement à une université ne participe pas d’une réduction de l’écart entre grandes écoles et universités. Au contraire, c’est participer du renforcement de la bipolarisation de l’enseignement supérieur français en séparant d’un côté les établissements bien dotés et collectant des fonds propres, prestigieux et proches du pouvoir, capable d’obtenir ce statut dérogatoire mais également de le faire fructifier grâce à une population étudiante initialement favorisée ; et de l’autre, les universités en charge de la massification de l’enseignement supérieur sans que les moyens de la mener à bien ne leur soient donnés.

L’école est-elle encore une priorité ? par les économistes atterrés

Conférence-débat Jeudi 16 octobre 2014 de 20h15 à 22h00

Amphi Bachelard, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5°.

  • Philippe Lemistre, économiste, Ingénieur de recherche au CEREQ, « Le déclassement des jeunes : mythe ou réalité ? »
  • Danièle Trancart, chercheure au Centre d’études de l’emploi, Maître de conférences à l’Université de Rouen, « Quel impact des ségrégations socio-spatiales sur la réussite scolaire ? »
  • Ugo Palheta, sociologue, Maître de conférences à l’Université de Lille 3, « Idéologie méritocratique et politique éducative »

Le débat sera animé par : Sabina Issehnane, membre du CA des Économistes atterrés, Maître de conférences à l’Université Rennes 2 & Léonard Moulin, membre du CA des Économistes atterrés, docteur en économie. Continuer la lecture

Marché de l’enseignement supérieur

Jeudi 3 juillet 2014, panel au congrès AFEP, organisé par Léonard Moulin.

  • Des dispositions à s’orienter face à des universités en concurrence : marché universitaire francilien et ségrégation – L. Frouillou, Géographie-cités
  • Comment les étudiants pourraient réagir face à une hausse du coût de leurs études ? – J.-F. Giret, IREDU et C. Bonnard, IREDU et CLERSE
  • Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur – L. Moulin, CEPN et S. Chauvel, LIRTES

Continuer la lecture

Trop chère université

Tribune publiée par Libération, le 17 juin 2014

Comme de nombreux établissements d’enseignement supérieur publics avant elle (l’université Paris-Dauphine, les Ecoles des Mines – Telecom, Sciences-Po Paris…), l’Ecole nationale des ponts et chaussées a choisi d’augmenter ses frais d’inscription, les faisant passer de 1 402 à 2 570 euros par an. Dans l’espace public, de nombreuses voix s’élèvent afin de légitimer une hausse des frais d’inscription. L’université de Saint-Quentin-en-Yvelines, au bord de la cessation de paiement, a joué un rôle de révélateur pour imposer l’idée de l’accroissement nécessaire des moyens accordés à l’enseignement supérieur. Cette position est celle qu’a défendue au mois de février la Conférence des grandes écoles (CGE), devant le comité chargé d’établir la stratégie nationale de l’enseignement supérieur, en plaidant non seulement pour un accroissement des contributions étudiantes, mais aussi pour l’introduction d’une sélection à l’entrée des universités et pour la mise en place d’une gouvernance basée sur le modèle des grandes écoles. Continuer la lecture

Etudiants : vos frais d’inscription vont augmenter !

Tribune parue sur Médiapart, le 28 janvier 2014

Inefficace pour financer les établissements et socialement dangereuse, tels sont les reproches adressés par les économistes David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane et Léonard Moulin à la hausse des frais d’inscription des étudiants. Celle que le gouvernement vient de décider pour les écoles des Mines et des Télécom n’est qu’un début, s’alarment-ils. Continuer la lecture

Commodity Fetishism at the University

Elsa Boulet (University Paris IV and ENS Cachan) and Hugo Harari-Kermadec, IDHES – ENS Cachan and CEPN, Historical Materialism Conference, November 2013, London.

We study the ongoing marketisation of higher education in Europe, using the case study of an English university as an illustration. We use the concept of fetishism to focus on the transformation of the substance of higher education through the process of commodification. First, the ongoing reforms modify the production process in the universities through governance arrangements (norms, quality certification, rating, ranking, etc.) and other forms of the new spirit of capitalism (Boltanski and Chiapello 1999). These transformations have an ideological twin: specificities of science ideology must be removed or at least subordinated to the budget logic. A central moment of these two faces of the abstraction process is an operation of quantification (Desrosières 2008a, 2008b), which renders different activities commensurate, and turns differences in nature into magnitudes (Espeland and Stevens 1998). The final step of this abstraction process is the actual selling of teaching and research through tuition fees and patents or innovation consultancy. We conclude on the subjectivity of the resulting academics, producers of the knowledge commodity. Continuer la lecture

Le rôle de la quantification dans la marchandisation de l’université

Elsa Boulet (Université Paris IV et ENS Cachan) et Hugo Harari Kermadec (IDHES – ENS Cachan et CEPN),  « Numbers, Policies and Politics« , Congrès organisé par la revue Politiques et Management Public, 26 octobre 2013, ESCP Europe, Paris.

Résumé : Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs·euses comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude du cas de l’université de Ghimwall, en Angleterre, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université de Ghimwall pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire. Continuer la lecture

Fetichismo de la mercancía y reformas de la universidad

Hugo Harari-Kermadec (ENS Cachan y IDHES, CNRS, Francia) y Pierre Jean (Universidad Paris 1), Jornadas de economia critica, Agosto 2013, Mendoza, Argentina.

Resumen

En varios países, el sistema universitario está sufriendo un largo proceso de mercantilización. Esta transformación se suele analizar dentro del marco más general de la privatización de los servicios públicos, un fenómeno que D. Harvey interpreta como una forma continuada de acumulación primitiva, la acumulación por desposesión. Este artículo se concentra en las transformaciones substanciales que conllevan esta mercantilización de la educación superior, armándonos con otro concepto marxista, el fetichismo.

Mostraremos la mercantilización opera a nivel ideológico y en la organización del trabajo universitario. A tal fin, se van desplegando toda una serie de dispositivos de gobierno –normas y certificación de calidad, puntaje, ranking– que tienden a estandarizar el proceso de producción en la Universidad y a someter el imaginario científico a la racionalidad capitalista. El trabajo universitario se va incorporando al trabajo productor de valor, es decir en trabajo abstracto.

Uno de los momentos centrales de este proceso es la cuantificación –en el sentido de Desrosière– es decir la normalización y medida del trabajo: esta operación consiste en descontextualizar el trabajo, vaciarlo de sus determinaciones especificas (a un científico particular o a una disciplina científica) de modo que se pueda comparar de manera puramente cuantitativa con otro trabajo académico y, en última instancia, con cualquier trabajo. Este valor, liberado de la subjetividad del trabajador o de la trabajadora que lo produce, adquiere un poder sobre él o ella. El conocimiento y l@s docentes ya no cuentan sino por sus capacidades para producir valor económico, que llega a realizarse bajo la forma del arancel universitario.

Esta transformación de la universidad impacta de una manera particular en los estudiantes: la carrera toma el sentido y la forma de una acumulación de “capital humano”, un concepto neoclásico que analiza la calificación como un factor de producción. Al invitar a que l@s estudiantes se piensen como capitalistas, se va creando la subjetividad de futur@s trabajadores lineada con el capital. Los aranceles y el crédito para estudiantes correspondiente le dan una base material a la construcción ideológica de los estudios como  inversión económica. Continuer la lecture

Se prostituer pour payer ses frais de scolarité ?

Tribune parue dans Libération, 9 janvier 2013

Le journal anglais The Independent a révélé, il y a quelques semaines, l’existence d’un site proposant aux étudiantes un «sponsor» prenant en charge leurs frais d’inscription en échange de rapports sexuels (1). Ce site, qui revendique 1 400 sponsorisées, profite de la situation créée par le triplement récent du plafond des frais en Angleterre, désormais fixé à 9 000 livres (soit plus de 11 000 euros). La prostitution étudiante n’est pas une nouveauté, elle fait même l’objet de campagnes des syndicats étudiants français. Mais la misère étudiante propice à son développement se généralise dans de nombreux pays avec l’explosion des frais d’inscription. Continuer la lecture

Frais de scolarité dans l’enseignement supérieur. Arguments et résistance internationale

Article publié sur Contretemps.eu, le 14 juin 2012

Les étudiant·e·s québécois·es sont en grève contre la hausse des frais d’inscription de 1600 dollars canadien sur 5 ans. Une histoire militante déjà riche est en train de s’écrire : déjà plus de 100 jours de grève, 30 manifestations nocturnes, des milliers d’heures d’assemblée générale. Une proposition du gouvernement aux portes-paroles étudiants, le 27 avril, a été refusée par 115 associations représentant plus de 300 000 étudiant·e·s. Continuer la lecture

Education par capitalisation ou éducation par répartition, Terra nova n’a pas choisi

Tribune parue dans Le Monde, 6 septembre 2011

A la veille de la rentrée universitaire, Terra Nova nous livre contribution foisonnante. Comme beaucoup, nous adhérons à certaines de leurs propositions (l’intégration des classes préparatoires au sein des universités, par exemple). Mais c’est à deux d’entre elles, qui renvoient à de véritables choix de société, que nous nous proposons de répondre. La première concerne le relèvement des frais d’inscription (triplement des droits d’inscription en licence et quadruplement en master et en doctorat). La seconde concerne la création d’une allocation d’autonomie pour les étudiants (500 euros mensuels pendant une durée de 50 mois). Continuer la lecture