Archives de catégorie : Interventions

Hausse des frais d’inscription pour les étudiants extra-communautaires : l’arbre qui cache la forêt

David Flacher (Université de Technologie de Compiègne), Hugo Harari-Kermadec (ENS Paris Saclay) et Léonard Moulin (INED) pour le blog des économistes atterrés sur Marianne

Dans cet article, nous revenons sur toutes les étapes de mises en place des frais d’inscription en France, dont la hausse pour les seuls étudiants extra-européens est la dernière en date, mais pas la dernière prévue.

Continuer la lecture

La marchandisation des études contre la démocratisation de l’enseignement supérieur

Éric Berr et Léonard Moulin, membres du collectif d’animation des Économistes atterrés, dénoncent sur Médriapart le 29 novembre 2018 la marchandisation de l’enseignement supérieur en marche. Avec la hausse des frais d’inscription décidée pour les étudiants étrangers, le gouvernement entend achever la transformation du service public de l’enseignement supérieur en un vaste marché.

Continuer la lecture

Frais d’inscription pour les étudiants étrangers: «Une logique contraire au service public»

Entretien de Hugo Harari-Kermadec par Faïza Zerouala pour Médiapart

Extraits : Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi 19 novembre une hausse spectaculaire des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers extra-communautaires.

Est-ce que cette annonce était attendue ?

Hugo Harari-Kermadec : On savait depuis la campagne présidentielle que la discussion concernant la hausse des frais d’inscription à l’université était assez avancée.

On a vu comment Parcoursup organise un système où le futur étudiant candidate à un grand nombre de formations, comme dans un marché. L’idée étant qu’au lieu d’être affecté dans la licence de son choix dans la limite des postes disponibles, on est mis en concurrence et, selon la demande, il est plus ou moins difficile d’y entrer. À long terme, on peut imaginer qu’il y aura une offre concurrentielle marchande.

Bien entendu, le contre-argument principal à cette hausse des frais d’université va être de dire que cela ne concernera pas tout le supérieur, seulement certains établissements et certaines filières. On peut donc aussi supposer que les universités qui ont le plus besoin de financements, celles de banlieues dans les villes grandes et les moyennes, ne seront pas attractives et personne ne voudra payer pour y venir. Ce qui va en définitive accroître les inégalités et les hiérarchies.

Continuer la lecture

Vers des études payantes pour tous

Tribune parue dans Libération le  20 novembre 2018. Par Léonard Moulin, Institut national d’études démographiques (Ined) , David Flacher, professeur d’économie à l’Université de Technologie de Compiègne et Hugo Harari-Kemardec, Ecole normale supérieure de Paris Saclay.

L’annonce par le gouvernement d’une hausse des frais d’inscription pour les étudiants non européens est une décision injuste car elle privera d’accès à l’Enseignement supérieur de bons étudiants ayant peu de ressources. Sans compter qu’elle vise à diviser les étudiants. Manière de préparer une hausse générale ?
Continuer la lecture

Faut-il augmenter les frais d’inscription ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec lors des Journées de l’économie 2018 à Lyon.

La question des frais d’inscription est souvent présentée comme l’effet de la globalisation de l’université, avec une concurrence qui serait devenue internationale et des étudiant-es en migration. En France, le nombre d’étudiant-es étranger-ères est en augmentation, mais bien moins que le nombre d’étudiant-es français-es. C’est ça la principale dynamique du supérieur : le nombre d’étudiant-es croit. Depuis les années 1960 ! Il faut donc tout naturellement augmenter les moyens.

Il faut donc plus de moyens pour l’enseignement supérieur. Mais les frais d’inscription joueraient à contre sens : la massification se fait par les établissements les moins prestigieux, les universités moyennes de province et de banlieue, pas les établissements d’élite. Or  les frais d’inscription permettraient d’augmenter les moyens de ces établissements. Ils le permettent déjà d’ailleurs, puisque ces établissements obtiennent aisément des dérogations : Sciences Po Paris et l’Université Paris Dauphine sont les pionnières de la hausse dans les établissements publics.

C’est donc le financement public qui doit croître, en priorité là où les effectifs sont en plus forte croissance, là où les conditions d’étude et les difficultés scolaires les plus importants.

Le groupe de recherche ACIDES a également proposé d’augmenter les cotisations sociales pour financer une allocation d’autonomie pour tou-tes les étudiant-es. Nous proposons d’étendre la sécurité sociale pour qu’elle prenne en charge le coût de la vie durant les études supérieures, comme elle le fait en cas d’arrêt maladie, de chômage ou de retraite.

Parcoursup : vers la nouvelle université capitaliste et l’accentuation des inégalités

Extrait :  Parcoursup : un pas de plus vers la néolibéralisation de l’Université

Le remplacement d’APB par Parcoursup pour la rentrée 2018 peut se lire comme une extension (voire une normalisation) du fonctionnement APB pour les filières sélectives vers les filières universitaires dites « non sélectives », généralisant et institutionnalisant la production de classements de candidats pour toutes les formations du supérieur français.

Dans un contexte de saturation croissante des capacités d’accueil provoqué par l’assèchement des moyens dont bénéficient les universités, cela interroge d’abord la fonction du baccalauréat, considéré jusque-là comme premier grade universitaire et garantissant à ce titre l’accès aux études supérieures. Mais plus qu’une extension de la logique APB, Parcoursup implique un changement de paradigme en matière d’affectation. En effet, la disparition de l’appariement par algorithme fait basculer l’affectation optimisée (certes selon des critères critiquables, comme nous l’avons vu par exemple pour l’académie ou la prime au premier vœu) vers une sorte de bourse de l’inscription dans le supérieur. […]

La logique de néolibéralisation de l’enseignement supérieur que favorise Parcoursup se dévoile notamment à travers l’injonction faite aux équipes pédagogiques universitaires d’opérer un tri des dossiers même lorsque leur capacité d’accueil n’est pas saturée depuis plusieurs années. A une autre échelle, le nombre total de places n’étant pas suffisant pour accueillir tous les bacheliers (et cela dans un contexte où, jusqu’à maintenant, seulement la moitié des bacheliers professionnels poursuivaient dans le supérieur), Parcoursup légitime ainsi l’exclusion de certains bacheliers du système public d’enseignement supérieur, les vouant à rejoindre cette main-d’œuvre jeune et précaire qui constitue l’armée de réserve d’un capitalisme en crise, et favorise d’autre part le développement de formations privées.

Lire la suite sur contretemps.eu

 

Economie de la loi ORE (Orientation et Réussite des étudiants)

La Matinale de 19h de Radiocampus donne la parole à Sabina Issehnane et Léonard Moulin du collectif ACIDES : Approches Critiques et Interdisciplinaires des Dynamiques de l’Enseignement Supérieur.

« Est-ce que le fait de laisser l’enseignement supérieur dans le giron public coûte plus ou moins cher à la société ? Et bien non, ça revient moins cher pour l’individu et la société si on laisse l’enseignement supérieur financé par le public. »

Comment concilier leur posture d’enseignant avec leurs revendications ? Que pensent-ils de la loi ORE et quelles conséquences y voient-ils pour les bacheliers et jeunes étudiants ? Pour avoir accès à leurs analyses complètes, leur livre « Arrêtons les frais ! Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur » est toujours disponible.

« En marche » vers la destruction de l’université

Note des économistes atterrés par Eric Berr et Léonard Moulin

Reprenant à son compte le discours de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de la Banque mondiale, l’Union européenne s’est lancée depuis le début des années 2000 dans la promotion d’une « économie de la connaissance ». Inaugurée par le processus de Bologne, cette stratégie vise à instaurer un espace européen de l’enseignement supérieur. L’adoption d’une structuration harmonisée des études au niveau européen – Licence-Master-Doctorat (LMD) – et d’un système européen de transfert et d’accumulation de crédits – European Credit Transfer System (ECTS) – ambitionne de donner corps à un marché de l’enseignement supérieur permettant aux étudiants de rationaliser leurs trajectoires éducatives en comparant le coût de leurs études et les bénéfices qu’ils peuvent espérer en retirer sur le marché de l’emploi. Il s’agit en fait d’imposer une vision utilitariste du savoir, telle que l’enseigne la théorie du capital humain (1). Cette approche, qui se veut « rationnelle » – au regard de considérations purement financières – organise pourtant le désengagement de l’État et la marchandisation des études tout en imposant aux universités de devenir des entreprises « compétitives » au service de la croissance économique. En France, ce mouvement s’est accéléré depuis l’adoption de la très mal nommée loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), votée en catimini à l’été 2007 malgré une opposition massive de la communauté universitaire (2). Il s’inscrit dans un mouvement plus large, à l’œuvre depuis plusieurs décennies, qui consiste à intégrer l’idéologie néolibérale dans un espace – celui de l’enseignement – qui jusqu’à lors en était relativement protégé. La réforme en cours du baccalauréat, qui permet de justifier l’instauration de la sélection à l’entrée de l’université en est la dernière manifestation (3) et préfigure l’étape suivante, celle de la hausse des frais d’inscription, qui permettra de mieux discipliner des étudiants endettés (4). Face à cette impasse, un autre modèle est possible (5).

La note complète est disponible ici.

Une autre université est possible !

Pour imaginer un scénario de démocratisation des études supérieures, Le Temps des Lilas invite Hugo Harari-Kermadec, membre du collectif ACIDES et co-auteur de l’ouvrage Arrêtons les frais. Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur, le mercredi 11 avril au Bar Commun (135, rue des Poissonniers, dans le 18eme arrondissement de Paris), à 19h.

Le mouvement social en cours contre la Loi Vidal (dite « pour l’orientation et la réussite des étudiants »), en s’opposant à une plus grande sélection des étudiant-e-s à l’entrée de l’université et à la transformation du premier cycle universitaire, pose la question de ce que devrait être une véritable démocratisation des études après le baccalauréat. Pour les étudiant-e-s et enseignant-e-s engagé-e-s dans le mouvement, il s’agit à la fois de s’opposer au principe d’un tri social des étudiant-e-s au moment de l’entrée à l’université (prévu par le dispositif Parcoursup) et lors de la première année de Licence mais également de dénoncer le manque de capacité d’accueil et d’accompagnement des étudiant-e-s, dû principalement à la suppression de milliers de postes d’enseignement dans le supérieur, ces dix dernières années.

La perspective d’une hausse des frais universitaire, l’accès inégal aux études supérieures, la disparité entre les universités et les grandes écoles, la doctrine de l’adéquation entre le nombre de places à la fac et les débouchés professionnels sur le marché du travail freinent l’obtention de diplômes par les jeunes des classes populaires… et doivent être remis en question, pour réinventer une université émancipatrice, pour toutes et tous. De fait, c’est toute la logique des réformes depuis au moins la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) en France en 2002, correspondant aux objectifs de l’Union européenne décrits dans la « Stratégie de Lisbonne » édictée en 2000, qui doit être inversée.

L’effet performatif des classements universitaires : la polarisation sociale des universités françaises

Romain Avouac (ACIDES – IDHES, ENS Paris-Saclay)  présentera son mémoire sur la polarisation sociale du système universitaire le 8 décembre 2017 dans le cadre du séminaire quantitativisme réflexif.

Les classements de type Shanghai participent-ils à segmenter le paysage de l’enseignement supérieur ? A partir de la base exhaustive des inscriptions universitaires en France, Romain Avouac étudie dans quelle mesure on observe une polarisation du système universitaire français en termes de caractéristiques (origine sociale, série du bac, etc.) des différents publics qui fréquentent ces établissements. Il apparaît que les classements reflètent largement la composition sociale initiale des établissements, qu’ils contribuent ensuite à polariser. On observe une stabilisation dans les années récentes.

Le mémoire (en anglais) est disponible ici

 

Les étudiants sont très conscients des hiérarchies entre les universités

Interview de Leïla Frouillou par Marine Miller pour Le Monde, 27 novembre 2017

Les seize universités de l’Ile-de-France sont loin d’accueillir les mêmes publics et d’offrir les mêmes perspectives à tous les étudiants, constate Leila Frouillou dans sa thèse.

Dans sa thèse « Ségrégations universitaires en Ile-de-France », récompensée par l’Observatoire national de la vie étudiante et publiée par la Documentation française, Leila Frouillou, docteure en géographie de l’université Paris-I, étudie les inégalités d’accès et les trajectoires des étudiants.

Votre thèse montre que le système universitaire en Ile-de-France est loin d’être uniforme, et que des logiques de « ségrégation » sont à l’œuvre. Quelles sont ces logiques ?

On a tendance à penser que l’enseignement supérieur en Ile-de-France, qui concentre plus de 600 000 étudiants, dont un peu plus de la moitié sont inscrits dans une des seize universités publiques de la région, est un système uniforme face au monde sélectif des classes préparatoires, aux écoles et aux BTS, sans compter le secteur privé de l’enseignement supérieur. Le regard des sociologues est souvent polarisé sur les filières d’excellence : combien d’enfants d’ouvriers rentrent à Sciences Po ou à Louis-le-Grand ?

Mais les différences de recrutement dans les universités ont été laissées dans l’ombre alors qu’elles permettent de comprendrela répartition des étudiants dans un territoire hiérarchisé et inégalement accessible. J’ai essayé de montrer, dans ma thèse, que c’est l’articulation de plusieurs facteurs qui jouent dans la ségrégation universitaire, pour dépasser l’idée que le seul critère géographique joue un rôle.

Quand on regarde les origines sociales des étudiants en première année de licence, on voit clairement les premières disparités sociales entre établissements qui proposent des filières équivalentes. Par exemple, il y a 4 % d’enfants d’ouvriers à Paris-II (Assas) contre 14 % à Paris-XIII (Villetaneuse), et, inversement, il y a 45 % d’enfants de cadres à Paris-II contre 18 % à Paris-XIII. Ces écarts sont encore plus marqués en droit qu’en AES [administration économique et sociale], et ils sont particulièrement forts à l’entrée en première année de licence.

[…]

Quel a été le rôle de l’algorithme Admission post-bac dans cette ségrégation, et que peut-on attendre de la plate-forme qui va le remplacer, Parcoursup ?

Le système d’affectation fonctionnait jusqu’ici sur un critère géographique qui privilégiait les candidats de l’académie, ce qui pouvait se traduire par des sentiments de discrimination territoriale. Dans la réforme à venir, les candidats pourront candidater dans toutes les académies sans cette priorité, mais pour éviter l’engorgement très fort, par exemple à Paris, les recteurs pourront quand même fixer un quota maximal de candidatures extra-académiques. On voit bien ici la dimension toute politique de cette réforme.

Le système APB avait ses défauts, en demandant notamment aux étudiants de fines stratégies dans l’ordre des vœux, ou à travers le tirage au sort aléatoire, mais il était améliorable et posait avant tout la question des capacités d’accueil saturées de certaines formations. On peut craindre avec le nouveau système, tel qu’il est actuellement défini, qu’il y ait des files d’attentes a priori très longues qui joueront au détriment des plus faibles scolairement : on va avoir des propositions au fil de l’eau qui vont générer beaucoup d’incertitudes. La mise en place de la sélection, à partir d’attendus, va mécaniquement renforcer les écarts scolaires et donc la hiérarchisation des disciplines et des établissements.

Ségrégations universitaires en Ile-de-France

L’Observatoire de la vie étudiante publie Ségregations universitaires en Ile-de-France issu de la thèse de Leila Frouillou , 2017, La Documentation Française, ISBN : 978-2-11-145556-6

« En s’intéressant aux écarts d’ordre scolaire et social entre les publics universitaires et aux différents processus qui en sont à l’origine, Leïla Frouillou donne ici à voir de façon exemplaire un espace universitaire marqué par des dynamiques de segmentation, différenciation et concurrence entre établissements et de choix, calcul et expérimentation de la part des étudiants. […] La singularité de son apport réside […] dans la perspective adoptée qui […] s’intéresse à l’espace comme dimension essentielle des rapports de domination et, plus précisément, aux profits matériels et symboliques que les universités et les étudiants retirent ou non de leur localisation, de leur proximité ou de leur mobilité. »

Agnès Van Zanten

Sélection à l’université: une «solution» en trompe-l’oeil

Sabina Issehnane et Léonard Moulin pour les économistes atterrés, Médiapart, 14 novembre 2017.

Sabina Issehnane et Léonard Moulin, membres du comité d’animation des Economistes atterrés expliquent pourquoi la sélection à l’entrée à l’université ne saurait être la solution à la crise que connaît l’enseignement supérieur.

Alors que l’enseignement supérieur accueille 40 000 étudiant·e·s supplémentaires cette année, 6 000 d’entre eux·elles se sont retrouvés sans affectation à la rentrée. En cause la procédure APB (admission post-bac) qui gère les demandes des étudiant·e·s et les offres de formation des établissements. En plus d’avoir laissé plusieurs milliers d’étudiant·e·s sur le carreau, la procédure procède à un tirage au sort dans certaines filières en tension comme la médecine, la psychologie, les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) ou le droit. Face à un système qui apparaît aux yeux de tou·te·s comme inégalitaire, le gouvernement vient d’annoncer une nouvelle réforme des conditions d’entrée à l’université pour la rentrée 2018.

La solution miracle pour le gouvernement apparaît être celle des attendus requis. Les universités devront fixer au préalable une liste « d’attendus » par filière, autrement dit une liste de conditions minimales requises afin de suivre correctement la formation visée. « Cette liste » pourra servir à sélectionner les étudiant·e·s à l’entrée de la filière. Comment ? Le « plan Etudiants » annoncé par le gouvernement prévoit ainsi d’en finir avec les tirages au sort et de remplacer APB par une autre plateforme où les lycéen·ne·s pourront formuler jusqu’à 10 vœux, sans avoir à les classer (contrairement à APB). Des réponses à ces vœux seront formulées : « oui », « oui, si » ou « en attente ». Le « oui, si » signifiera que l’inscription des étudiant·e·s ne disposant pas des compétences nécessaires pour rejoindre une formation sera conditionnelle à l’acceptation d’un parcours pédagogique spécifique avant de pouvoir intégrer la filière demandée. La mention « en attente » apparaitra lorsque l’étudiant·e aura choisi une filière en tension, où les capacités d’accueil sont insuffisantes afin d’intégrer tou·te·s les étudiant·e·s qui le désirent. Ces formations où la demande est supérieure à l’offre pourront alors examiner les dossiers des étudiant·e·s sur la base des « attendus ». Comment appeler ce tri des dossiers et cette évaluation autrement que par sélection ? Rappelons que les filières déjà sélectives à l’entrée (BTS, IUT, classes prépa) ne seront pas affectées par cette réforme.

Le gouvernement entend ainsi réduire l’échec à l’université. Seulement 40% des étudiant·e·s inscrit.e.s en première année à l’université en 2014 sont passé·e·s en deuxième année de licence. Cela signifie-t-il pour autant que 60% des étudiant·e·s se trouvent en situation d’échec ? Parmi eux·elles de nombreux·ses étudiant·e·s se réorientent dans d’autres filières de l’enseignement supérieur (filières sélectives courtes, écoles post-bac, etc.), occupent un emploi ou interrompent momentanément leurs études. À travers la focalisation du débat public autour de ce chiffre de 60%, le gouvernement impose sa vision normative de la réussite, légitimant de cette manière l’introduction de la sélection à l’entrée de l’université.

[…]

Une autre voie est pourtant imaginable. Elle consiste à supprimer l’ensemble des filières sélectives de l’enseignement supérieur, et à les fusionner dans un projet de diffusion de l’éducation comme un bien commun. Cette voie impliquerait une hausse significative du financement public de l’enseignement supérieur en égalisant la dépense publique par étudiant·e entre les classes préparatoires (là où elle est la plus élevée) et les universités. Les dépenses par étudiant·e en classes préparatoires étaient de 15 100 euros en 2015, alors qu’elles n’étaient que de 10 400 euros par an par étudiant·e à l’université. Ce sont les populations scolaires les plus favorisées qui bénéficient des dépenses d’éducation les plus élevées, cherchez l’erreur ! Le choix politique consistant à augmenter la dépense par étudiant·e en université avec celle en classes préparatoires permettrait d’offrir à tou·te·s les étudiant·e·s, quel que soit leur milieu d’origine, les mêmes chances de réussite dans leurs études, en supprimant, par exemple, les cours en amphithéâtre à plusieurs centaines d’étudiant·e·s au profit de cours à effectifs réduits, en accompagnant individuellement les étudiant·e·s, en recrutant davantage d’enseignant·e·s-chercheur·e·s, de personnel technique et administratif, etc. Cette réforme permettrait de facto de réduire l’échec en premier cycle, dont on sait qu’il touche d’abord les étudiant·e·s des classes sociales les moins favorisées. Néanmoins, cette solution demande un peu plus de courage politique…

Lire l’article entier sur Médiapart.

 

La rentabilité de l’enseignement supérieur n’a aucun sens !

Article de David Flacher et Hugo Harari-Kermadec, Mensuel du Snesups, n°659 novembre 2017.

Les valeurs de l’Université, aujourd’hui, sont bafouées au profit d’une logique néolibérale réduisant l’individu scolarisé à un rôle d’investisseur qui, en étudiant, accumule un capital pour en tirer un bénéfice par la suite.

L’Université va mal, les moyens qui lui sont confiés seraient gaspillés du fait de l’échec en licence et de la non adéquation des enseignements au marché du travail. « Rentabiliser » l’investissement dans l’enseignement supérieur passerait dès lors naturellement par davantage d’autonomie, de concurrence et donc d’efficacité des établissements, d’une part, et par une « responsabilisation » des étudiants et des familles d’autre part. Il faut bien sûr entendre par là une augmentation des frais d’inscription, ce qui permettrait au passage d’accroître moyens disponibles pour l’université. Chacun sait en effet qu’il n’y a plus d’argent public disponible… sauf pour le crédit d’impôt-recherche (CIR) ou le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ou encore la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) alors qu’aucune de ces mesures – autrement plus coûteuses que les besoins des universités – n’ont fait leur preuve.

L’idéologie néolibérale qui sous-tend la vision aujourd’hui à l’œuvre, est celle du capital humain : l’individu scolarisé n’est qu’un investisseur qui accumule un capital en étudiant et compte en tirer un bénéfice. Peu importe que cette vision ne construise une société du chacun pour soi : l’appât du gain et le libre marché ne sont-ils pas, au bout du bout, les seuls garants du bien-être collectif ?

Loin de ce cadre idéologique, il est important de rappeler que la « rentabilité » de l’Université, ce n’est pas seulement ni d’abord le supplément de revenu qu’on peut espérer tirer d’un diplôme. Si les étudiant-es suivaient ce type de logique, il n’y aurait personne pour travailler dans les universités ou les hôpitaux. Les retours – individuels et collectifs – de l’enseignement supérieur sont bien plus divers : ils ont à voir avec la vocation professionnelle, l’émancipation intellectuelle, la santé, la baisse de la criminalité, la participation citoyenne. Même d’un point de vue purement économique, les dépenses dans l’enseignement supérieur produisent des rendements sociaux sous la forme d’une hausse de la productivité collective et d’accroissement des recettes fiscales. Il est dès lors profondément réducteur de vouloir réorganiser l’enseignement supérieur et son financement autour de la participation financière individuelle directe des étudiant-es !

Pourtant, dans les « MacronLeaks », on apprend que le futur conseiller spécial d’Emmanuel Macron sur ces questions, Thierry Coulhon est non seulement favorable à une hausse importante des frais d’inscription à l’université, mais qu’il a choisi son modèle. Les frais progressifs en fonction des revenus familiaux, c’est « très bien à Sc Po ou Dauphine […] les CPS+ ne manquent pas. […] Dans toute une partie du système, la plus ouverte socialement, on ne ramassera pas grand’chose. » D’où une autre option ardemment défendue par l’économiste Robert Gary-Bobo, navigant dans les mêmes cercles du pouvoir : pour faire payer les classes moyennes et populaires,  il faut s’inscrire dans le modèle australien, repris en Angleterre : une hausse homogène pour tou-tes des frais « entre 4 000 et 8 000 euros par an et par étudiant », qui n’est possible qu’en permettant aux étudiants de s’endetter, autrement dit si « l’Etat, les services fiscaux, acceptent de sécuriser ces crédits d’une certaine manière (au besoin en reprenant les crédits à problèmes) ». Gary-Bobo va jusqu’à se demander « Comment faire passer la pilule de la hausse des droits d’inscription ? Commencer bien sûr par le crédit […] » en prétextant que « l’objectif affiché est de développer l’autonomie des jeunes. ». On retrouve dans ces fuites la foi en la concurrence (mais qu’il faut bannir dans les discours, tout comme « excellence », au profit de « ouverture » et « diversité ») et la menace que représente l’UNEF (présent sur la moitié des pages du rapport de Gary-Bobo pour Macron, là où le SNESUP n’apparait qu’une fois).

Une telle perspective est d’autant plus aberrante qu’un ESR pensé autour de cette forme étroite de rentabilité, loin de permettre à l’Etat d’économiser ce qu’il demande aux étudiant-es… coûte terriblement cher. Dans les pays anglo-saxons, le coût explose au niveau de l’Etat (pour garantir les prêts) ou des universités (pour attirer des étudiant-es solvables). Les moyens dépensés en France dans la course à la visibilité internationale ne donnent qu’un aperçu de cette dynamique. En plus des effets délétères en termes d’auto-éviction des classes populaires, de modification des orientations au détriment des vocations, de précarisation financière par la dette étudiante s’ajoutent en effet un coût pour les finances publiques qui doivent assurer le risque financier du montage.

Alors que près de 40% des prêts étudiants ne sont pas remboursés en Angleterre, que ce chiffre pourrait atteindre les trois quarts des étudiants selon l’Institute for Fiscal Studies et que chaque étudiant sort en moyenne avec 44 000 livres de dette à la fin de ses études, il est plus que temps de prendre en compte les échecs observables des modèles étrangers que l’on voudrait nous faire suivre. Il est plus que temps de penser un enseignement supérieur débarrassé du discours de rentabilité qui n’est ni réellement mesurable, ni même pertinent pour l’avenir de la société comme de l’économie.