Archives de catégorie : Etrangers

A propos de la hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiant-es extracommunautaires

Christophe Prochasson, président de l’EHESS : “cette hausse est une catastrophe”

Témoignage de Christophe Prochasson, président de l’EHESS

Christophe Prochasson, président de l’EHESS : “C’est une certaine image de notre pays qui est en jeu, l’image d’hospitalité qui fait qu’en France on vient aussi pour apprendre, pour se former, pour échanger.”

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) est un des établissements d’enseignement supérieur et de recherche qui se sont engagés le plus énergiquement contre la hausse des frais pour les étudiant·e·s n’ayant pas une nationalité européenne. Cette mesure, qui représente une terrible injustice pour celles et ceux qui la subissent, est aussi une grande menace pour notre modèle public et ouvert de formation et de recherche.

Frédérique Vidal a reculé, en décidant que les doctorant·e·s ne seraient finalement pas concerné·e·s par cette hausse. Le problème reste néanmoins entier puisque ces doctorant·es viennent largement de master, et parce que la majorité des étudiant·es concerné·es sont en licence.

Démontrez-nous, Frédérique Vidal, que vous ne généraliserez pas les frais d’inscription à l’université !

Tribune publiée sur lemonde.fr par David Flacher et Hugo Harari-Kermadec le 5 mars 2019

L’absence de signaux clairs dans la politique de la ministre de l’enseignement supérieur est de nature à entretenir un climat de doute sur ses réelles intentions. Ils font deux propositions : 1) que le tarif actuel (170€ en licence, 250€ en master) soit appliqué en annulant les hausses autorisées dans les grandes école et autres dérogations ; 2) que le droit à « l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés » affirmé par le préambule de la constitution soit concrétisé dans les articles suivants, et donc juridiquement opposable.

Continuer la lecture

Hausse des frais d’inscription en fac : une tendance contre-productive ?

Article de Hugo Harari-Kermadec et David Flacher pour The Conversation, le 11 février 2019.

Le plan « Bienvenue en France » et la hausse spectaculaire des frais d’inscription pour les étudiants étrangers ont provoqué un rejet inédit dans la communauté universitaire, des syndicats d’étudiants à la conférence des présidents d’université, en passant par le Conseil scientifique du CNRS. Tribunes et motions se sont multipliées, à un rythme pratiquement quotidien depuis 2 mois. Une pétition a recueilli plus de 300 000 signatures.

Face à ces réactions, la ministre Frédérique Vidal a constitué une commission de cinq personnalités chargées de mener une concertation sur tous les points avancés dans ce plan… hormis sur les frais d’inscription ! Économistes de l’enseignement supérieur, auteurs de plusieurs articles sur la question des frais d’inscription et co-auteurs avec le collectif de recherche ACIDES de l’ouvrage Arrêtons les frais, nous pensions n’avoir rien à apporter à cette concertation tronquée. La commission a néanmoins souhaité nous entendre, en nous assurant être ouverte à discuter de tout le plan et à inclure toute remarque pertinente dans son rapport. Cet article revient sur les principaux arguments exposés lors de cette audition, le 4 février 2019.

Lire la suite de l’article en accès libre sur The Conversation.

Les frais d’inscription serviront à compenser le désengagement de l’Etat

Tribune de Hugo Harari-Kermadec, ENS Paris-Saclay , Léonard Moulin, Institut national d’études démographiques (Ined) et David Flacher, professeur d’économie à l’Université de Technologie de Compiègne parue dans Libération 31 janvier 2019.

Annoncée pour redorer l’image des facultés françaises dans le monde, la future hausse des droits d’inscriptions des étrangers pour la rentrée prochaine doit en fait pallier de nouvelles coupes budgétaires.
Continuer la lecture

Financement de l’enseignement supérieur

Formation syndicale pour Sud éducation, 28 janvier 2019

  • Le financement du supérieur
    • Une massification…
    • …inégalitaire
    • et un manque de moyen
  • Hausse pour les étudiantes étrangeres
    • Actualité des frais
    • Vers une hausse généralisée
    • Des effets discriminatoires, mais aussi pervers
  • 3 Alternative : éducation par répartition
    • Allocation universelle d’autonomie
    • Financement public accru

Pour une université ouverte

Contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es, samedi 19 janvier 2019

Palais du Luxembourg, salle Clemenceau, 15ter rue de Vaugirard, 75006 Paris (M° Luxembourg)

sous le patronage et avec la participation de Pierre Ouzoulias  (Sénateur, Groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste), à l’invitation du SNESUP-FSU, du SAF, de l’ASES, la CJC, l’ANCMSP, l’UNEF, la FAGE, et des collectifs de recherche ACIDES et MobElites ; avec le soutien et la participation des sénatrices Sophie Taillé-Polian et Esther Benbassa, de l’AFEP, l’UNL, SLU et RogueESR.

Continuer la lecture

Le label « Bienvenue en France » ou Robin des bois à l’envers

Tribune de Hugo Harari-Kermadec parue dans l’Humanité le 12 décembre 2018. Nous publions ici une version longue et mise à jour.

La hausse des frais d’inscription annoncée pour les étudiants étrangers s’accompagne de la création d’un label « Bienvenue en France », doté de 10 millions d’euros à destination des universités qui feront le plus ­d’efforts pour améliorer l’accueil de ces étudiants. Le gouvernement actuel a donc choisi la mise en concurrence pour attribuer ses financements, comme pour toutes les politiques « d’excellence » à l’université.

Continuer la lecture

Principales motions

  • Motion issue de la première AG à ENS le 23/1 : On étudie ici, on reste ici. Des AG ont également pris position à
    • Paris 1, Paris 3, Paris 4, Paris 5, Paris 6, Paris 7, Paris 8, 
      Inalco, ENS Ulm et Cachan, Nanterre,
    • Nantes, Grenoble, Nancy, Metz, Valenciennes, Rennes 2, Toulouse le Mirail, ENS Lyon, Lille
  • 22 Sociétés savantes
  • 42 revues de sciences humaines et sociales
  • Motions des présidences ou Conseil d’administration de :
    • Paris 1, Paris 3, Paris 8, Paris 13, Ens Ulm et Cachan, Créteil, IHEAL, IUT Bobigny, AgroParisTech, Sorbonne Université
    • Rennes 2, Nantes, Poitiers, Le Mans, Lorraine, Toulouse 2 “Le Mirail” Jean Jaurès, Brest, Lyon 2, Montpellier 3, Lille, Rouen, Lorraine, Bordeaux Montaigne, Angers, Orléans, INSA de Lyon
    • Le regroupement des universités non fétichistes de l’excellence, l’AUREF
  • Motion du Conseil national des universités et de 17 sections disciplinaires du CNU : 04 (Science politique), 8 et 9 (Littératures moderne et ancienne), 10 (Littérature comparée), 11(Anglais), 14 (Etudes romanes), 15 (Langues orientales), 17 (Philosophie), 18 (Architecture et Arts), 19 (Sociologie, Démographie), 21 (Histoire ancienne et médiévale), 23 (Géographie), 25 (Mathématiques), 34 (Astrophysique), 35 (Géophysique), 60 (Mécanique), 69 (Neurosciences) et 72 (Histoire des sciences).
  • Recommandation unanime du Conseil scientifique du CNRS
  • Motion de nombreux laboratoires, masters et UFRs 
    (pour les labos, on ne donne que l’acronyme)
    • IRISSO à Dauphine, université française pionnière de la hausse des frais
    • LDAR, CEPED, IDHES, IMAF, CHS, CESSMA, Développement et sociétés, LARHRA, CEMOTEV, GEMDEV, CMH, GSPR, CRESPPA, CERLIS
    • UFR Sciences Po de Paris 1, UFR SES de Lille, Ecole doctorale EESC de Paris 7, Ecole doctorale de Sciences Po de l’Université Paris 1, des dizaines de centres et de master de l’EHESS
    • Masters DynPed, Université Paris 1 / Paris Diderot / AgroParisTech, Étude du développement de l’Université Paul Valéry de Montpellier, économie du développement, International development studies et économie des organisations de l’Université Grenoble Alpes, ETADD et SES de l’Université de Versailles, 
  • Syndicats SNESUP-FSU, UNEF, FAGE
  • Recensement également sur le site de la CJC
  • L’association France Amérique latine, plusieurs associations d’étudiant-es étranger-es
  • Inquiétude sans opposition définitive à la hausse : CPU, Université Paris Sud
Continuer la lecture

Madame la Ministre, n’instaurez pas de sélection par l’argent à l’université !

Lettre ouverte en réponse à la lettre de la Ministre Vidal aux président-es d’université défendant la hausse des frais pour les étudiant-es étranger-es. Par des membres du collectif ACIDES, sur “le club” de Médiapart, le 14 décembre 2018 : David Flacher, Université de Technologie de Compiègne ; Hugo Harari-Kermadec, Ecole Normale Supérieure de Paris Saclay ; Sabina Issehnane, Université Paris Diderot ; Léonard Moulin, Institut National d’Etudes Démographiques ; Ugo Palheta, Université de Lille

blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/141218/madame-la-ministre-n-instaurez-pas-de-selection-par-l-argent-luniversite

Continuer la lecture

PAYE TES FRAIS – POUR UNE UNIVERSITÉ OUVERTE

Recueil de témoignages étudiant-es étranger-es et d’analyses

Continuer la lecture

Hausse des frais d’inscription pour les étudiants extra-communautaires : l’arbre qui cache la forêt

David Flacher (Université de Technologie de Compiègne), Hugo Harari-Kermadec (ENS Paris Saclay) et Léonard Moulin (INED) pour le blog des économistes atterrés sur Marianne

Dans cet article, nous revenons sur toutes les étapes de mises en place des frais d’inscription en France, dont la hausse pour les seuls étudiants extra-européens est la dernière en date, mais pas la dernière prévue.

Continuer la lecture

La marchandisation des études contre la démocratisation de l’enseignement supérieur

Éric Berr et Léonard Moulin, membres du collectif d’animation des Économistes atterrés, dénoncent sur Médriapart le 29 novembre 2018 la marchandisation de l’enseignement supérieur en marche. Avec la hausse des frais d’inscription décidée pour les étudiants étrangers, le gouvernement entend achever la transformation du service public de l’enseignement supérieur en un vaste marché.

Continuer la lecture

Régime par répartition dans l’enseignement supérieur : fondements théoriques et estimations empiriques

Par David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin,
Économie et institutions [En ligne], 27 | 2018

Résumé : Nous définissons ce que pourrait être un régime d’éducation par “répartition” : la gratuité de l’accès, une allocation universelle d’autonomie et un accroissement des dépenses publiques destinées à l’université. Nous montrons qu’un tel régime peut se révéler équitable et efficace pour financer le système éducatif et discutons des conditions permettant à un tel système d’être efficient. Nous chiffrons le coût du régime par répartition (en année pleine : 5 milliards d’euros pour accroître les besoins de financement des universités et 21,6 milliards d’euros pour l’allocation d’autonomie), proposons des modalités de financement et analysons l’effet de ce régime sur les revenus de foyers types.

Continuer la lecture