Archives de catégorie : L’équipe ACIDES

Une autre université est possible !

Pour imaginer un scénario de démocratisation des études supérieures, Le Temps des Lilas invite Hugo Harari-Kermadec, membre du collectif ACIDES et co-auteur de l’ouvrage Arrêtons les frais. Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur, le mercredi 11 avril au Bar Commun (135, rue des Poissonniers, dans le 18eme arrondissement de Paris), à 19h.

Le mouvement social en cours contre la Loi Vidal (dite « pour l’orientation et la réussite des étudiants »), en s’opposant à une plus grande sélection des étudiant-e-s à l’entrée de l’université et à la transformation du premier cycle universitaire, pose la question de ce que devrait être une véritable démocratisation des études après le baccalauréat. Pour les étudiant-e-s et enseignant-e-s engagé-e-s dans le mouvement, il s’agit à la fois de s’opposer au principe d’un tri social des étudiant-e-s au moment de l’entrée à l’université (prévu par le dispositif Parcoursup) et lors de la première année de Licence mais également de dénoncer le manque de capacité d’accueil et d’accompagnement des étudiant-e-s, dû principalement à la suppression de milliers de postes d’enseignement dans le supérieur, ces dix dernières années.

La perspective d’une hausse des frais universitaire, l’accès inégal aux études supérieures, la disparité entre les universités et les grandes écoles, la doctrine de l’adéquation entre le nombre de places à la fac et les débouchés professionnels sur le marché du travail freinent l’obtention de diplômes par les jeunes des classes populaires… et doivent être remis en question, pour réinventer une université émancipatrice, pour toutes et tous. De fait, c’est toute la logique des réformes depuis au moins la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat) en France en 2002, correspondant aux objectifs de l’Union européenne décrits dans la « Stratégie de Lisbonne » édictée en 2000, qui doit être inversée.

Universities’ direct subordination to capital’s accumulation

Séminaire ACIDES du 16 janvier 2018, Cecilia Rikap (Université de Buenos Aires et IFRIS) et Hugo Harari-Kermadec (IDHES, ENS Cachan)

Présentation – slides

It was not until recently that universities became direct participants of capital’s accumulation processes, even if they had historically contributed to the reproduction of capitalism. Our aim in this article is precisely to contribute to acknowledge this transformation by further developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysis of today capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish that a portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan and profit from innovation. The wide gap between capitals’ innovation capacity leaves those non-innovative with no other option but to accept being dominated and planned. It is in this context that we will suggest that universities’ integrate to direct capital’s accumulation structures. To do so, we will conceptually distinguish two successive transformations of universities: 1) the internal transformation of academic labor, adapting itself towards capitalist production processes, and 2) their adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchanges of their products (teaching and research results), including the different bargaining power they have to decide the conditions of those exchanges. Considering the latter, we argue that universities’ adoption of capital enterprises’ characteristics can be better understood as a differentiated process. We suggest three types of differentiated market-university, according to the different capital enterprises in Levín’s (1997) typology. Our concluding remarks refer to a further research and political agenda triggered by the general framework developed throughout the article.

Ségrégations universitaires en Ile-de-France

L’Observatoire de la vie étudiante publie Ségregations universitaires en Ile-de-France issu de la thèse de Leila Frouillou , 2017, La Documentation Française, ISBN : 978-2-11-145556-6

« En s’intéressant aux écarts d’ordre scolaire et social entre les publics universitaires et aux différents processus qui en sont à l’origine, Leïla Frouillou donne ici à voir de façon exemplaire un espace universitaire marqué par des dynamiques de segmentation, différenciation et concurrence entre établissements et de choix, calcul et expérimentation de la part des étudiants. […] La singularité de son apport réside […] dans la perspective adoptée qui […] s’intéresse à l’espace comme dimension essentielle des rapports de domination et, plus précisément, aux profits matériels et symboliques que les universités et les étudiants retirent ou non de leur localisation, de leur proximité ou de leur mobilité. »

Agnès Van Zanten

Romain Avouac

Cursus

Coordonnées

  • romain.avouac@ens-cachan.fr

Recherche

Dans le cadre de ma 2ème année au département d’économie-gestion de l’ENS Cachan, j’ai réalisé en 2017 un mémoire d’initiation à la recherche en économie de l’éducation sous la supervision d’Hugo Harari-Kermadec. A partir de la base exhaustive des inscriptions universitaires en France, j’étudie dans quelle mesure on observe une polarisation du système universitaire français en termes de caractéristiques (origine sociale, série du bac, etc.) des différents publics qui fréquentent ces établissements.

 

Remise du prix Edgard Milhaud 2016 du CIRIEC à Léonard Moulin

Le CIRIEC, Centre International de Recherches et d’Information sur l’Economie Publique, Sociale et Coopérative attribue le prix Edgard Milhaud 2016 à Léonard Moulin pour sa thèse intitulée Frais d’inscription dans l’enseignement supérieur : enjeux, limites et perspectives

La question que sa thèse soulève est fondamentale dans la mesure où elle pose la question théorique de l’efficacité relative d’un système fondé sur le marché, d’une part, et d’un système socialisé reposant sur la solidarité intergénérationnelle et le service public, d’autre part. Elle est fondamentale d’un point de vue politique car elle renvoie à deux conceptions différentes de l’éducation : l’une comme source de profits futurs et l’autre comme bien collectif.

 

 

Soutenance d’HDR : Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Hugo Harari-Kermadec soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée

Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

soutenue le vendredi 17 juin à 14h à l’Université Lille 1
Jury
  • Florence Jany-Catrice (garante), Professeure, CLERSE, Université Lille 1
  • Christian Bessy (rapporteur), Directeur de recherche, IDHES, ENS Cachan
  • Cédric Durand (rapporteur), Maître de conférences, CEPN, Université Paris 13
  • Sandrine Garcia (rapportrice), Professeure, IREDU, Université de Bourgogne
  • Richard Sobel, Maître de conférences, CLERSE, Université Lille 1
  • Jean-Marie Harribey, Maître de conférences, GREThA, Université Bordeaux
  • Nicolas Vaneecloo, Professeur, CLERSE, Université Lille 1

Continuer la lecture

Remise du 2e prix de l’Observatoire de la vie étudiante à Léonard Moulin

Palmarès du 24e concours

Pour cette 24e édition, l’OVE a décerné 3 prix et mentionné un mémoire :

  • 3e prix, d’un montant de 800 € : Valentin Mojeikissoff, D’un choix par défaut vers un réel désir d’habiter : le logement étudiant en question. Master 1 en architecture – Ecole nationale supérieure d’architecture de Grenoble. Directrice de mémoire : Anne-Monique Bardagot.

TELECHARGER LA BROCHURE DU PALMARES DU 24e CONCOURS

Hugo Harari-Kermadec

Rattachements institutionnels

  • Maître de conférences HDR à l’ENS Cachan
  • Chercheur à l’IDHES (UMR 8533, ENS Cachan et CNRS)
  • Chercheur associé au CEPN (UMR 7234, Université Paris 13 et CNRS)

Adresse professionnelle

  • ENS Cachan, IDHES, 61 av. du P. Wilson 94230 Cachan Bat. Laplace, 2e, bureau 212
  • 01 47 40 68 29
  • hugo.harari@ens-cachan.fr

Enseignements


Recherche

Je suis économiste de l’enseignement supérieur et mène mes recherches dans une perspective interdisciplinaire, avec des collègues de différentes sciences sociales. Statisticien de formation, je m’intéresse à la quantification, c’est-à-dire au processus de mise en nombres des phénomènes sociaux et aux effets économiques et politiques de ce processus.

J’ai soutenu en juin 2016 une HDR intitulée Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Publications sur l’enseignement supérieur

Interventions dans la presse


Publications en statistiques

  • « Empirical φ∗-Divergence Minimizers for Hadamard Differentiable Functionals », Patrice Bertail, Emmanuelle Gautherat, Hugo Harari-Kermadec, in Topics in Nonparametric Statistics, Akritas, M., Lahiri, S. and Politis, D. (dir.), Springer, 2014.
  • « Regenerative block empirical likelihood for Markov chains », Hugo Harari-Kermadec,  Journal of Nonparametric Statistics 23(3), p.781-802, 2011.
  • « The Empirical Likelihood method applied to covariance matrix estimation », Frédéric Pascal, Hugo Harari-Kermadec and Pascal Larzabal, Signal Processing 90(2), p.566-578, 2010.
  • « Using empirical likelihood to combine data: application to food risk assessment », Amélie Crépet, Hugo Harari‐Kermadec and Jessica Tressou Biometrics 65(1), p.257-266, 2009.
  • « Exponential bounds for multivariate self-normalized sums », Patrice Bertail, Emmanuelle Gautherat and Hugo Harari-Kermadec, Electronic Communications in Probability 13, p.628-640, 2008.
  • « φ-Divergence empirique et vraisemblance empirique généralisée », Patrice Bertail, Hugo Harari-Kermadec et Denis Ravaille, Annales d’Economie et de Statistique, p.131-157, 2007.
  • Vraisemblance empirique généralisée et estimation semi-paramétrique, Hugo Harari-Kermadec, Thèse de doctorat de l’Université Paris X Nanterre réalisée sous la direction de P. Bertail au CREST – ENSAE ParisTech et à l’INRA, 2006.

Interventions dans la presse