Archives de catégorie : Billets

Séances 2016-2017

Séminaire déjeuner, le lundi de 12h45 à 14h30, ENS Cachan

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Course aux diplômes : qui sont les perdants ?

ouvrage de Séverine Chauvel, Textuel, octobre 2016

Que valent les diplômes quand explosent les effectifs des diplômés ?

Il va aujourd’hui de soi que les plus diplômés sont les mieux protégés contre le chômage. Les politiques d’éducation ont de leur côté favorisé une augmentation spectaculaire du nombre des bacheliers et des étudiants.
Cet ouvrage analyse les impensés et les effets paradoxaux de ces investissements scolaires : que valent les titres scolaires quand explosent les effectifs des diplômés ? Quelles sont les nouvelles concurrences entre établissements scolaires et universitaires ? Comment les discriminations impactent-elles la valeur des diplômes ? L’école ne doit-elle que préparer à l’entrée sur le monde du travail ?

Enseignement supérieur : quelle alternative à la flambée des frais d’inscription ?

Tribune collective d’ACIDES sur Médiapart, le 11 juillet 2016.

Le 6 juillet dernier, la ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé un gel des frais d’inscription à la rentrée 2016, qui se maintiendraient à 184 € par an en licence et 256 € en master. Pourtant, en France, on observe une flambée de ces frais dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Soucieuse de raviver le mythe d’une Université ouverte à tou·te·s, la ministre ne parle que du tarif national, passant ainsi sous silence la croissance des exceptions à ce tarif, que l’organisation de l’enseignement supérieur rend possible, quand elle ne l’encourage pas.

A l’Université Paris-Dauphine, pionnière en la matière, les frais d’inscription en Master peuvent s’élever jusqu’à 6 050 € et c’est désormais au tour des frais d’inscription en licence de sortir de la tarification nationale. Elles coûteront à la rentrée 2016-2017 jusqu’à 2 200 € l’année. Dans les universités, les « masters internationaux » ont le droit de déroger à la tarification nationale. Dans la toute nouvelle Université Paris-Saclay, regroupant les établissements du Sud parisien dans le but de gagner le haut du classement de Shanghai, les formations de niveau master peuvent ainsi être facturées entre 6 000 et 8 000 euros.

Lire la suite sur Médiapart (accès gratuit)

Soutenance d’HDR : Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Hugo Harari-Kermadec soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée

Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

soutenue le vendredi 17 juin à 14h à l’Université Lille 1
Jury
  • Florence Jany-Catrice (garante), Professeure, CLERSE, Université Lille 1
  • Christian Bessy (rapporteur), Directeur de recherche, IDHES, ENS Cachan
  • Cédric Durand (rapporteur), Maître de conférences, CEPN, Université Paris 13
  • Sandrine Garcia (rapportrice), Professeure, IREDU, Université de Bourgogne
  • Richard Sobel, Maître de conférences, CLERSE, Université Lille 1
  • Jean-Marie Harribey, Maître de conférences, GREThA, Université Bordeaux
  • Nicolas Vaneecloo, Professeur, CLERSE, Université Lille 1

Continuer la lecture

Economie de l’éducation (ENS Cachan, L3)

Cours d’économie de l’éducation (10h) du département de Sciences Sociales en première année (Licence 3), par Hugo Harari-Kermadec. Cours alterné avec celui de sociologie de l’éducation de Xavier Pons.

Genre et travail des universitaires

Séminaire ACIDES du 27 novembre, Alban Jacquemart (CEE et CMH).

 

L’école 42 : un modèle pédagogique innovant

Séminaire ACIDES du 20 novembre, Tiphaine Liu.

Doctorante au laboratoire STEF de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan depuis janvier 2014, sa thèse s’intitule Les écoles d’ingénieurs: entre tradition et innovation, direction E. Bruillard, ENS Cachan et J.Audran, INSA Strasbourg.

 

Trajectoires dans l’enseignement supérieur et frais de scolarité

Séminaire ACIDES du 6 novembre, Léonard Moulin (CEPN, Université Paris XIII et CNRS).

ATER au CEPN, Léonard Moulin a écrit une thèse sur les frais d’inscription sous la direction de David Flacer et Hugo Harari-Kermadec, distinguée par les prix de l’OVE et de l’AES.

Doit-on faire les frais des droits d’inscription ?

Léonard Moulin, La vie des idées, 1er septembre 2015.

« Faut-il considérer l’éducation comme un bien privé financé par les contributions individuelles, ou au contraire comme un bien public financé par la collectivité ? Alors qu’émerge un grand marché de l’éducation, en partie mondialisé, qui conduit de nombreux pays à faire participer les étudiants au coût de leur scolarité, Léonard Moulin s’intéresse aux différents schémas de financement des études à l’étranger. »

 

Grands établissements

Hugo Harari-Kermadec, Mensuel du Snesup, n°630, décembre 2014.
Le statut de Grand Etablissement, parce qu’il permet aux établissements qui en bénéficient de s’affranchir du régime commun des universités, ouvre la voie à la sélection et aux frais d’inscription. C’est en tout cas cette voie que l’Université Paris-Dauphine (ex Paris 9) a suivi.
C’est avant tout la sélection, qui motive le changement de statut. Pratiquée depuis longtemps par l’établissement, elle est contestée par les étudiant-es qui ont été refusé-es, mais aussi par l’UNEF local. Plutôt que de sanctionner cette pratique illégale, le gouvernement la régularise en 2003-2004 en accordant au président de Dauphine, Laurent Batsch, le statut de Grand Etablissement.
Laurent Batsch ne s’arrête pas là et, en 2010-2011, il introduit les frais d’inscription en Master 2, dans la filière Economie-Gestion. Une série de Master 2, délivrant des diplômes nationaux en 2009-2010, deviennent l’année suivante des « diplômes d’établissement conférant le grade de master », échappant à la tarification nationale. Les frais, qui montent cette année-là jusqu’à 4 000 €, ont réduit le recrutement d’étudiants issus d’universités de province venant finir leur cursus à Dauphine. Sans surprise, l’écart en termes d’origine sociale entre la population étudiante de Dauphine et celles des autres universités, déjà fortement marquée, s’est encore accru. 4 ans plus tard, les frais d’inscription maximaux ont déjà augmenté de 50% et se sont étendus au Master 1, le coût total des 2 années de master pouvant ainsi s’élevé jusqu’à 12 000 €.
Cette dynamique correspond à un repositionnement, similaire à celui de Sciences Po, vers le champ des écoles de  commerce. Accorder le statut de Grand Etablissement à une université ne participe pas d’une réduction de l’écart entre grandes écoles et universités. Au contraire, c’est participer du renforcement de la bipolarisation de l’enseignement supérieur français en séparant d’un côté les établissements bien dotés et collectant des fonds propres, prestigieux et proches du pouvoir, capable d’obtenir ce statut dérogatoire mais également de le faire fructifier grâce à une population étudiante initialement favorisée ; et de l’autre, les universités en charge de la massification de l’enseignement supérieur sans que les moyens de la mener à bien ne leur soient donnés.