Archives de catégorie : Billets

Sociologie des réformes universitaires et du gouvernement de la recherche, EHESS, 2023-2024 (2e année)

organisé par Joël Laillier (MCF, université d’Orléans et CMH), Mélanie Sargeac (Post-doctorante, CSO), Hugo Harari-Kermadec (PU, ERCAE, université d’Orléans et IDHES) et Christian Topalov (directeur d’études, CMH)

Le séminaire a lieu les premiers et troisièmes mardis de 12h30 à 14h30 du 7 novembre 2023 au 4 juin 2024 sur le Campus Condorcet – Grand équipement documentaire – Salle 3.08, Cours des humanités à Aubervilliers

Inscription sur participations.ehess.fr (chercher UE145). Programme ci-dessous.

L’université et la recherche ont connu, en France depuis le début des années 2000, un bouleversement majeur de leur système d’organisation et de gouvernement. Le séminaire présentera et discutera des enquêtes récentes ou en cours qui éclairent ces transformations : différenciation par leurs publics des universités entre elles et vis-à-vis des grandes écoles, changements du recrutement social des étudiants à l’heure de Parcoursup, effets de tri et de classement ; transformation du système de gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche, déplacements des lieux de pouvoir et conséquences sur la formation et sur la recherche ; sociologie des réformateurs, des nouveaux personnels dirigeants, des réponses des mondes savants. Sur tous ces sujets, on s’attachera à présenter des résultats en même temps qu’à discuter les méthodes d’enquête qui ont permis de les produire.

Le séminaire examinera aussi comment les sciences sociales ont accompagné le processus de réforme, pour le décrire, l’éclairer ou le critiquer. Les chercheurs, lorsqu’ils étudient un monde conflictuel qui se trouve être le leur, deviennent du même coup, qu’ils le veuillent ou non, les acteurs des réalités qu’ils observent. On esquissera une sociologie de celles et ceux qui sont engagés dans ce champ d’étude en même temps que l’on rendra compte des orientations diverses de leurs travaux.

Ainsi, le séminaire sera l’occasion d’interroger les ressorts d’un mouvement réformateur (comment étudier une réforme, comment une réforme s’élabore, comment elle s’impose, comment elle recrute un personnel pour la mettre en place, quels effets produit-elle, comment elle suscite des résistances …), mais aussi de se former à l’articulation des méthodes d’enquête quantitatives (analyse de réseau, analyse géométrique, méthodes de classification …) avec des approches plus qualitatives (prosopographie, analyse de documents …) et des enquêtes de terrain, en développant un souci réflexif nécessaire au métier de sociologue.

Programme

  • 7 novembre – Joël Laillier et Christian Topalov. Des réformes ou une réforme ? Chronique d’un bouleversement dans le gouvernement de l’université et de la recherche en France (2004-2023)
  • 21 novembre– Jérôme Aust (CSO, Sciences Po  Paris) et Clémentine Gozlan (Laboratoire Printemps, UVSQ et CSO) ; discutants : Joël Laillier et Christian Topalov. Des patrons aux ex-pairs : transformations des élites du gouvernement de la biomédecine et réformes du système académique français (1960-2010)
  • 5 décembre – Joël Laillier et Christian Topalov ; discutants : Jérôme Aust et Clémentine Gozlan. Une typologie des principaux dirigeants de l’ESR (2005-2018) : profils de carrières et déplacements dans le système de gouvernement
  • 19 décembre – Etienne Bordes (FRAMESPA, Université Toulouse Jean Jaurès). Dépasser les clivages ? La Conférence des présidents d’université depuis 1971.
  • 16 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac. Dynamiques du marché global de l’enseignement supérieur : du classement de Shanghai à l’épidémie de covid.
  • 6 février – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac. Sociologie quantitative des populations étudiantes : différentiations multiscalaires (établissements, cycles, disciplines).
  • 5 mars – Mathieu Rossignol-Brunet (LIEPP, Sciences Po) et Leila Frouillou (CRESPPA, Université Paris-Nanterre). Les évolutions de la stratification socio-scolaire des affectations dans les formations franciliennes de droit et d’histoire : d’APB 2016 à Parcoursup 2021.
  • 19 mars – séance reportée au 4 juin pour cause de grève
  • 2 avril – Coline Soler (IDHES, ENS Paris-Saclay et Irisso, Paris-Dauphine). La bataille de la LPR (loi de programmation de la recherche), 2018-2020.
  • 7 mai – Hugo Dumoulin (Modyco, Nanterre), Virginie Lethier (Elliadd, Besançon), Caroline Mellet (Modyco, Nanterre), Emilie Née et Frédérique Sitri (Ceditec, UPEC). Les transformations de l’université saisies par ses discours  : comptes rendus de CA et rapports de laboratoire 1970 à nos jours.
  • 21 mai – Discussion de travaux étudiants ou Hugo Harari-Kermadec, Joël Laillier, Mélanie Sargeac et Christian Topalov. Du chahut dans les statuts : comment on entre, aujourd’hui, dans la carrière
  • 4 juin – Cédric Hugrée (CNRS, Cresppa-CSU), Tristan Poullaouec (université de Nantes, CENS) ; discutants : Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac. Présentation de l’Université qui vient (Raisons d’agir, 2022) ; sociologie quantitative des populations étudiantes : différentiations multiscalaires (établissements, cycles, disciplines)

Right to Higher Education: funding mechanisms and multidimensional segregation

Briefing note for UNESCO World higher education conference (2022) by Hugo Harari-Kermadec

What are the challenges to the right to higher education from your perspective/area of expertise (geographic, legal, normative, societal, educational, etc)?

In recent decades, in Europe as in North America, the access to higher education has been massified. In some countries this massification occurred without democratization, since students with different economic, gender or racial characteristics cannot access the same institutions, fields or diplomas. The recent dynamics of a renewed globalization of higher education reinforce this hierarchization. The rankings, by their very form, suppose that higher education is a unidimensional and hierarchical space, by opposition to a more qualitative and multidimensional representation in terms of reputation (Hazelkorn, 2015 ; Paradeise & Thoenig, 2015).

Since these rankings orient the students, the best-ranked universities can be more selective and apply higher tuition fees (as well as gather more alumni donations). As such, when public policies are based on rankings and other indicators of excellence, public funding is also concentrated at the top universities (in France for example, 80% of excellence grants go to 20% of the institutions). The simplistic representation of rankings is therefore achieved through these mechanisms and higher education becomes increasingly hierarchized.

A small group of top universities are able to select (through tests and high fees) students applying from all over the world, but with very similar economic backgrounds and scholar records. On the other end, this creaming effect (removing the “best” students) leaves second or third tier institutions with students that failed to be selected, or did not apply to the top universities. This hierarchization of universities, therefore, leads to the segregation of students. In this context, the right to higher education is qualitatively challenged: all candidates can access higher education, but some can access a more qualitative and better funded education with more research links. Consequently, opportunities to enter the job market are unequally distributed. This, finally, completes the circle, since student loans are granted according to these expected opportunities.

A future aim is to work towards a series of guiding principles on the right to higher education. These would be global guidelines that would be used in and adaptable to various contexts. They would reflect existing legally binding instruments (not create new standards). They would provide guidance to States and other higher education stakeholders on how to uphold and advance the right to higher education. What would you consider essential for inclusion in these guiding principles?

To ensure that the right to higher education is not deviated by a strong segregation, the openness of universities can be measured. Segregation indicators can consider several dimensions, such as economic and social background, race, residence, gender, former academic curricula, disability, etc. Indicators can be measured at different scales simultaneously, in order to ensure that openness is homogeneous within the institution, and not the result of the aggregation of differently segregated components. Recent publications in the case of France propose different methodologies to measure openness and segregation (Avouac & Harari-Kermadec, 2022 ; Blanchard et al., 2020) and show a worrying dynamic.

According to national specificities, diverse regulations can be designed to address the segregation of student populations in different universities. In market driven countries, taxes or a tuition fee cap, can be used to disincentivize top universities from selecting homogeneous student populations, while the collected funding can be channeled to the most open universities. In countries with a centralized application platform, like France, quotas of applicants are already in place but are very ineffective. Gradually tightening the constraints could make possible to aim for convergence.

References:

  • Avouac Romain et Harari-Kermadec Hugo, 2022, « French Universities – A Melting Pot or a Hotbed of Social Segregation? A Measure of Polarisation within the French University System (2007-2015) », Economics and Statistics 528‑529, p. 63‑83.
  • Blanchard Marianne, Chauvel Séverine et Harari-Kermadec Hugo, 2020, « La concurrence par la sélectivité entre masters franciliens », L’Année sociologique 70(2), p. 423‑442.
  • Hazelkorn Ellen, 2015, Rankings and the Reshaping of Higher Education: The Battle for World-Class Excellence, Palgrave Macmillan.
  • Juliana Lima et al., 2022, L’Enseignement Supérieur en France : un droit menacé face aux inégalités croissantes ?, Rapport de recherche préparé pour la IIIe Conférence Mondiale de l’UNESCO sur l’Enseignement Supérieur, Barcelone, Réseau de Recherche Francophone sur la privatisation de l’éducation.
  • Paradeise Catherine et Thoenig Jean-Claude, 2015, In Search of Academic Quality, Palgrave Macmillan.

L’enseignement supérieur en France : un droit menacé face aux inégalités croissantes ?

Rapport de recherche préparé pour la IIIe Conférence Mondiale de l’UNESCO sur l’Enseignement Supérieur organisée à Barcelone en mai 2022.

Par Juliana Lima, Delphine Dorsi (Right to Education Initiative) et Thibaut Lauwerier (Université de Genève, Réseau de Recherche Francophone sur la privatisation de l’éducation) avec la contribution de Hugo Harari-Kermadec (Université d’Orléans – ERCAE), Claire Calvel et Victor Chareyron (École Normale Supérieure Paris-Saclay) et des étudiant·e·s de l’Ecole de droit de Sciences Po Paris : Audrey Bergassoli, Hawa Diallo, Margaret Harris and Hicham Touili-Idrissi.

Rapport complet

L’Enseignement Supérieur est un droit fondamental garanti par plusieurs traités internationaux de droits humains ratifiés par la France. Ceux-ci établissent que les États doivent assurer l’égalité d’accès à l’Enseignement Supérieur à toute personne, ayant la capacité de suivre une formation universitaire, sans discrimination et qu’ils ont l’obligation de le rendre progressivement gratuit.

S’appuyant sur des recherches réalisées par l’Initiative pour le droit à l’éducation en collaboration avec des chercheur·e·s et des étudiant·e·s du Supérieur, ce document illustre certains des défis auxquels sont confrontés les États, vis-à-vis de leurs obligations au regard du droit à l’Enseignement Supérieur. Le cas de la France, pays qui dispose d’un système d’enseignement supérieur globalement accessible et inclusif, met en exergue que la pleine réalisation du droit à l’enseignement supérieur est loin d’être une évidence.

En effet, les études reflétées dans ce document montrent que des nombreuses inégalités persistent, dont les inégalités d’accès en fonction du milieu socio-économique ou du lieu d’origine/de résidence des étudiant·e·s. L’impact de ces inégalités est exacerbé par l’organisation du système d’enseignement supérieur français, caractérisé par une nette distinction entre les universités et les grandes écoles, des processus d’admission plus ou moins sélectifs selon les filières et les cursus, et une large variation du coût des frais d’inscriptions – celui-ci étant bien plus élevé dans les établissements plus sélectifs, lesquelles, pourtant, jouissent d’une reconnaissance et d’une valeur sociale plus sûre sur le marché du travail. Les frais d’inscriptions sont aussi beaucoup plus élevés dans les établissements d’enseignement supérieur privés. Or, leur nombre et les effectifs d’étudiant·e·s inscrit·e·s ne cesse d’augmenter. A cela, s’ajoute la répartition inégale des établissements d’enseignement supérieur sur le territoire français, avec des variations importantes d’implantation, selon les filières et les cursus à travers les régions, perpétuant les inégalités territoriales et, de ce fait, leur impact sur l’avenir des générations actuelles et futures : contrainte à la mobilité pour accéder à l’Enseignement Supérieur, la jeunesse, habitant loin des grands pôles universitaires et, notamment de la capitale française, doit faire face à des coûts supplémentaires. Le coût indirect des études (mobilité, logement, transport, alimentation, etc.), largement influencé par la différence du niveau de vie à travers le territoire français, creuse, ainsi, les inégalités socio-économiques et territoriales déjà existantes, pénalisant encore plus les étudiant·e·s dont le domicile est éloigné des centres universitaires et les étudiant·e·s appartenant aux familles les plus modestes.

La croissante privatisation de l’Enseignement Supérieur en France renforce les inégalités, d’autant plus que malgré une augmentation globale du budget de l’Enseignement Supérieur, celui-ci est inégalement réparti et que le financement par étudiant·e est en baisse. Finalement, ce sont les étudiant·e·s les plus favorisé·e·s qui reçoivent le financement le plus élevé, alors que les aides allouées aux étudiant·e·s défavorisé·e·s sont insuffisantes pour combler les écarts de financement entre les étudiant·e·s.

L’État français, qui a ratifié plusieurs traités de droits humains reconnaissant le droit à l’éducation, est tenu de mettre en oeuvre le droit à l’Enseignement Supérieur. Sur le plan interne, il doit aussi s’acquitter de son devoir constitutionnel d’organisation de l’Enseignement Supérieur gratuit et accessible à toutes et à tous. L’analyse exposée dans ce document montre que les inégalités en fonction du milieu socio-économique et en fonction du lieu d’origine/de résidence des étudiant·e·s constituent des discriminations telles que définies par le droit international des droits humains et questionnent l’obligation constitutionnelle de l’État français d’assurer l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction et à la formation professionnelle. L’étude a également montré que la privatisation de l’Enseignement Supérieur accroît les inégalités, entretenant des disparités d’opportunités et/ou de résultats en matière d’éducation déjà fortes dans l’Enseignement Secondaire, pour certains groupes de la société, notamment les étudiant·e·s les plus marginalisé·e·s, ce qui est contraire à l’article 13 du PIDESC (para 30 de l’Observation générale 13 du Comité des droits économiques, sociaux et culturels, Principes d’Abdijan, principe directeur 48146). Enfin, l’analyse montre que la part de financement public de l’Enseignement Supérieur par étudiant·e est en baisse constante depuis 6 années consécutives, ce qui constitue une mesure régressive contraire au droit international car injustifiée.

Certes, la France a adopté une série de mesures visant réduire les inégalités et assurer des conditions d’accès, de traitement et de réussite égales à toutes et à tous, sans discrimination147. À certains égards, les politiques publiques, mises en place par l’État français, ont permis d’apporter un soutien aux groupes d’individus défavorisés et à combler certaines lacunes discriminatoires dans l’accès à l’Enseignement Supérieur. Pourtant, on constate que malgré les efforts de la France, les étudiant·e·s les plus marginalisé·e·s continuent à être sous-représenté·e·s dans l’Enseignement Supérieur, notamment dans les établissements et cursus les plus prestigieux et reconnus, donnant accès aux meilleures offres d’emploi.

M1 EOS Econométrie

Les séances traitent de la sociologie de la quantification, des modèles linéaire, logit et tobit, de l’analyse en composante principale et de la classification (voir plus bas).

Réplication

Les étudiant-es doivent produire un rapport réplicant d’un article, L’université française, lieu de brassage ou de ségrégation sociale ?, paru en 2021.

  • faire une demande d’accès aux données SISE inscription 2007 et 2019 sur Quételet/Progredo.
  • Importer les données dans R pour la dernière année disponible.
  • Construire une table avec un établissement par ligne et les principales colonnes : nom de l’établissement, année, taux de chaque sexe, taux d’inscrits dans chaque cycle, taux de bacheliers de chaque bac, taux d’enfants de chaque PCS.
  • Ajouter les noms des établissements et leur rang au classement de Shanghai, et pourquoi pas quelques données financières, à l’aide du package kpiESR de Julien Gossa (description ici et données là). Un article ici par exemple sur le lien budget/classement.
  • Proposer un modèle Tobit avec le classement de Shanghai comme variable expliquée.
  • Faire une Analyse en composantes principales (ACP) des universités françaises, en cherchant à coller au maximum à l’article.
  • Faire une classification des universités, à nouveau en cherchant à coller au maximum à l’article pour comparer.

Introduction

Sociologie de la quantification, rappels statistiques et introduction à R et au Tydiverse

Modèle linéaire

Une présentation générale du modèle linéaire et quelques détails mathématiques

Données qualitatives et mixtes (au sens de l’économie)

Une présentation des modèles logit et tobit et quelques détails sur l’un puis l’autre.

Analyse en composante principale et classification ascendante hiérarchique

Quelques rappels video sur l’ACP avec R et une série de videos sur la classification (1 et 2 sur la théorie, et 5 sur la mise en oeuvre sous R).

Crisis and excellence: how the French higher education system is polarized and commodified.

Historical materialism congres, London, november 2022. Communication of Hugo Harari-Kermadec

The French higher education system, as many other in Europe, have been facing major transformations during the last decades. Across the XXth century, its main purpose was to provide higher education in all parts of France, in a context of massification of the student population. The rhetoric of excellence (Musselin, 2017) in training and research has gradually prevailed, embodied in the race for international university rankings (Harari-Kermadec, 2019).

These rankings are mobilized by the public authorities to present as external, global, a trend of competition and commercialization. The number of students in international migration is growing exponentially, and French institutions must do better on this export market. French institutions were not ranked as high as they should, and universities were stuck in a crisis of bachelor completion rate (Bodin & Orange, 2013). These arguments have been used as justification for the development of competitive grants for research and for university mergers, the so called “excellence” policies from 2010 onwards. They were also put forward by the first Macron government to multiply by 16 the registration fees – for foreign students only – with the “Welcome to France” plan in 2019.

Nevertheless, French universities remain public institution funded on block grants and the vast majority of students pay no or low tuition fees (a few hundred euros). What dynamics result from this contradiction? We defend that it results in a differentiation dynamic (Rikap & Harari-Kermadec, 2020), with elements of polarization of student populations (between institutions but also within each university) and various stages of commodification of academic labor.  

We use student enrollment data on the last decade to study the reorganization of the French higher education, historically divided between free, public and open access universities and elite Grandes Ecoles, pioneer in the rise of tuition fees. The “excellence” policies distinguish a few institutions, results of mergers of universities and Grandes Ecoles, much better funded and designed to climb the international rankings. They keep the name “university” but are legally defined by a experimental status (reducing the traditional academic collegiality) and would be better described as very Grandes Ecoles. Their student population present indeed elitist social properties (social origin, parents income, high school achievements). This trend is even more pronounced if we focus on the graduate programs (Blanchard et al., 2020). On the other hand, the majority of universities, situated in medium-sized cities or suburbs (Chareyron et al, 2022), assume most of the public service of providing higher education for an increasing number of students from lower classes, with reduced funding.

Commodification is then a differentiated process. On the top of the system, world elite research is directly connected with global corporations, and expensive graduate programs are offered on the global market. On the bottom, for profit institutions offer expensive higher education to medium and lower classes students, taking advantage of the poor learning conditions in the lower tier of public universities. Finally, some very elitist institutions, as Sciences Po and Ecole Polytechnique, have been able to preserve their privileged position as traditional Grandes Ecoles to be exempted from the mergers while rising sharply tuitions fees and foreign student enrollment.

Politiques d’excellence et mise en crise du système d’enseignement supérieur français

Colloque Crise(s) en éducation et en formation, novembre 2022. Intervention d’Hugo Harari-Kermadec

Support de la présentation

Depuis deux décennies, les transformations du système universitaire public sont nombreuses et profondes. Si la disponibilité pour tou·tes et partout d’un service public d’enseignement supérieur était au cœur des préoccupations dans la deuxième moitié du XXe siècle, au cours des années 2000 la rhétorique de l’excellence des formations et de la recherche s’y est progressivement substituée (Musselin, 2017), incarnée par la course aux classements universitaires internationaux (Harari-Kermadec, 2019). Le système universitaire doit cependant, dans le même temps, faire face à une augmentation continue et soutenue du nombre d’étudiant·es, qui a doublé depuis 1980. Depuis 2008, la dépense moyenne par étudiant·e à l’université recule.

Ces tendances contradictoires produisent une polarisation sociale du système universitaire  (Avouac et Harari-Kermadec, 2021) : à côté de quelques universités de rang mondial, situées dans les plus grandes métropoles qui concentrent les financements dits « compétitifs » et attirent les étudiant·es les plus favorisés, et, d’autre part, des universités de « second rang », qui assurent l’accès aux études supérieures à une population plus populaire sur le reste du territoire (Chareyron et al., 2022). Une seconde polarisation, interne, distingue les masters et les licences sélectives, d’une part, des licences traditionnelles et des IUT, d’autres part. Alors qu’une partie, très visible, de l’enseignement supérieur prospère, le reste est « mis en crise », non plus dans la seule communication gouvernementale (Bodin et Orange, 2013) mais bien matériellement, au sens où les moyens mis à sa disposition et les missions qui lui sont confiées suivent des trajectoires inverses.

Cette polarisation multiscalaire s’articule de plus avec les hausses de frais d’inscription ciblées établissement par établissement, formation par formation, et même suivant le profil des étudiant·es (extra-européen·nes ou non ; en formation initiale ou continue). Certaines parties de l’offre éducative publique sont valorisées par les labels d’excellence et valorisables pour les établissements par les importants frais qu’elles permettent de collecter ; à d’autres endroits au contraire, son délabrement ouvre un espace pour une offre marchande alternative.

Cette communication propose de mettre en lumière cette polarisation de l’enseignement supérieur français à partir d’une analyse quantitative des populations étudiantes (analyse en composantes principales à partir des bases SISE du ministère de l’enseignement supérieur). Les propriétés sociales et scolaires des populations étudiantes pourront alors être mises en regard des caractéristiques des établissements (lauréat de financements d’excellence, classements internationaux, localisation géographique) ou des formations (cycle, discipline) concernées.

Sociologie des réformes universitaires et du gouvernement de la recherche, EHESS, 2022-2023

organisé par Hugo Harari-Kermadec (PU, ERCAE, université d’Orléans et IDHES), Joël Laillier (MCF, université d’Orléans et CMH), Mélanie Sargeac (Post-doctorante, CMH) et Christian Topalov (directeur d’études, CMH)

Le séminaire a lieu les premiers, troisièmes et, parfois, cinquièmes mardis de 10h30 à 12h30 du 15 novembre 2022 au 6 juin 2023 sur le Campus Condorcet – Grand équipement documentaire – Salle 2.11, Cours des humanités à Aubervilliers

Inscription sur participations.ehess.fr (chercher UE145). Programme ci-dessous.

L’université et la recherche ont connu, en France depuis le début des années 2000, un bouleversement majeur de leur système d’organisation et de gouvernement. Le séminaire présentera et discutera des enquêtes récentes ou en cours qui éclairent ces transformations : différenciation par leurs publics des universités entre elles et vis-à-vis des grandes écoles, changements du recrutement social des étudiants à l’heure de Parcoursup, effets de tri et de classement ; transformation du système de gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche, déplacements des lieux de pouvoir et conséquences sur la formation et sur la recherche ; sociologie des réformateurs, des nouveaux personnels dirigeants, des réponses des mondes savants. Sur tous ces sujets, on s’attachera à présenter des résultats en même temps qu’à discuter les méthodes d’enquête qui ont permis de les produire.

Le séminaire examinera aussi comment les sciences sociales ont accompagné le processus de réforme, pour le décrire, l’éclairer ou le critiquer. Les chercheurs, lorsqu’ils étudient un monde conflictuel qui se trouve être le leur, deviennent du même coup, qu’ils le veuillent ou non, les acteurs des réalités qu’ils observent. On esquissera une sociologie de celles et ceux qui sont engagés dans ce champ d’étude en même temps que l’on rendra compte des orientations diverses de leurs travaux.

Ainsi, le séminaire sera l’occasion d’interroger les ressorts d’un mouvement réformateur (comment étudier une réforme, comment une réforme s’élabore, comment elle s’impose, comment elle recrute un personnel pour la mettre en place, quels effets produit-elle, comment elle suscite des résistances …), mais aussi de se former à l’articulation des méthodes d’enquête quantitatives (analyse de réseau, analyse géométrique, méthodes de classification …) avec des approches plus qualitatives (prosopographie, analyse de documents …) et des enquêtes de terrain, en développant un souci réflexif nécessaire au métier de sociologue.

  • 15 novembre –  Hugo Harari-Kermadec, Joël Laillier, Mélanie Sargeac et Christian Topalov : Politiques, structures, acteurs – Un séminaire sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR)
  • 6 décembre – Joël Laillier et Christian Topalov : Politiques – Des réformes cohérentes ? Une analyse des rapports français sur l’ESR (1998-2020)
  • 3 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac : Politiques – Organismes internationaux et renouveau idéologique de la gestion de l’ESR
  • [Grève, annulé] 17 janvier – Christian Topalov et Coline Soler  (IDHES, ENS Paris-Saclay et Irisso, Paris-Dauphine) : Politiques – Sélection, façonnage et pilotage des « universités d’excellence » (2010-2020)
  • [Grève, annulé] 31 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac : Structures – sociologie quantitative des populations étudiantes : différentiations multiscalaires (établissements, cycles, disciplines)
  • [Grève, annulé] 7 février – Cédric Hugrée (CNRS, Cresppa-CSU), Tristan Poullaouec Poullaouec (Université de Nantes, CNS), Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac : Structures – Présentation de l’Université qui vient (Raisons d’agir, 2022).
  • [Grève, annulé] 7 mars – Mathieu Rossignol-Brunet (CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès) et Leila Frouillou (CRESPPA, Université Paris-Nanterre) : Structures – Les évolutions de la stratification socio-scolaire des affectations dans les formations franciliennes de droit et d’histoire : d’APB 2016 à Parcoursup 2021
  • [Grève, remplacé par un séminaire de mobilisation] 21 mars.
  • [Grève, annulé] 4 avril – Jérôme Aust (CSO, Sciences Po  Paris) et Clémentine Gozlan (Laboratoire Printemps, UVSQ et CSO) ; discutants : Joël Laillier et Christian Topalov : Acteurs – Des patrons aux ex pairs : transformations des élites du gouvernement de la biomédecine et réformes du système académique français (1960-2010)
  • 18 avril – Hugo Harari-Kermadec : Structures – Politiques d’excellence et polarisation sociale de l’enseignement supérieur français
  • 16 mai – Joël Laillier et Christian Topalov : Des réformes en une réforme ? Chronique d’un bouleversement dans le gouvernement des universités et de la recherche en France (2004-2023)
  • 6 juin – Du chahut dans les statuts : précarisation et résistances des non titulaires. Séminaire militant avec des représentants des collectifs de précaires (de Paris-Saclay, de Paris 1, la CGT-doctorants…) participant à la mobilisation pour le doublement du paiement des vacations et sa mensualisation.

Bourses étudiantes : comment corriger les inégalités du système français ?

Article de David Flacher et Hugo Harari-Kermadec publié par The Conversation le 18 octobre 2022.

Le système de bourse est à bout de souffle, avec une redistribution assez limitée et en réduction. L’article revient sur les principaux enjeux économiques et démographiques, chiffres à l’appui, avant de proposer une refonte complète permettant la mise en place d’une allocation d’autonomie.

Article en libre accès à lire ici

Polarisation du système universitaire et mobilités étudiantes interacadémiques

Présentation de Gilles Martinet et Hugo Harari-Kermadec lors du colloque sur les données de l’action publique le 18 octobre 2022.

Les intervenants présentent la polarisation de l’enseignement supérieur français depuis le milieu des années 2000 et étudient le rôle des mobilités lors de la transition secondaire/supérieur dans l’accroissement des inégalités.

Présentation

Des centres aux périphéries du système universitaire : visualiser la différenciation sociale et géographique à l’entrée en licence

Publié dans le numéro 16 “A l’école de la vielle” de la revue Urbanités, par Victor Chareyron, Hueo Harari-Kermadec et Gilles Martinet.

Depuis deux décennies, les transformations du système universitaire public sont nombreuses et profondes. Si la disponibilité pour tou·tes et partout d’un service public d’enseignement supérieur était au cœur des préoccupations dans la deuxième moitié du XXe siècle, au cours des années 2000 la rhétorique de l’excellence des formations et de la recherche s’y est progressivement substituée, incarnée par la course aux classements universitaires internationaux (Harari-Kermadec, 2019).

Les politiques publiques doivent cependant, dans le même temps, faire face à une augmentation continue et soutenue du nombre d’étudiant·es depuis les années 1980. Alors que les étudiant·es étaient 1 181 000 en 1980, ils sont 2 299 000 en 2010 et 2 725 000 en 2019 (MESRI, 2019). Or, depuis 2008, la dépense par étudiant·e à l’université recule, quand dans le même temps elle augmente légèrement dans d’autres formations du supérieur, comme les classes préparatoires aux grandes écoles (Beretti, 2021).

On voit bien là le risque d’une incompatibilité entre ces deux dynamiques. D’une part, une prétention à l’« excellence », qui, à travers les financements dits « compétitifs », concentre les moyens supplémentaires dans une poignée d’établissements (Harari-Kermadec et al., 2020) et, d’autre part, une université publique qui doit s’agrandir encore pour accueillir les nouvelles cohortes étudiantes partout sur le territoire. Avouac et Harari-Kermadec (2021) soutiennent que cette tension entraine une polarisation sociale du système universitaire, les universités françaises pouvant heuristiquement se ranger en deux catégories : d’une part, des universités de rang mondial, situées dans les grandes villes, qui concentrent les financements dits « compétitifs » et attirent les étudiant·es les plus favorisé·es, et, d’autre part, des universités de « second rang », qui assurent l’accès aux études supérieures à une population plus populaire sur le reste du territoire.

Les disparités d’offre de formation et de réputation du diplôme des universités, entre les régions (Baudet-Michel et al., 2020), voire à l’intérieur de celles-ci (Frouillou, 2017), restent une composante essentielle du paysage universitaire français, comme le montrent des analyses à partir des mobilités étudiantes (Baron, 2019). La mobilité, ou son impossibilité, est l’une dimension de la reproduction des inégalités, l’étendue des choix scolaires effectivement envisageables étant davantage corrélée au type de territoire qu’aux résultats scolaires, en tout cas pour le secondaire. Ainsi, si les résultats au brevet sont meilleurs dans les territoires ruraux que dans les périphéries des métropoles, la poursuite en lycée général et technologique y est moindre (Murat, 2021).

Sans prétendre élucider l’entièreté de la problématique de l’inégal accès au supérieur, dont les ramifications sont multiples, cet article propose quelques visualisations pour mettre en lumière les conditions sociogéographiques d’accès aux établissements universitaires. Pour ce faire, nous choisissons de mettre l’accent sur un des phénomènes sous-jacents, celui les mobilités étudiantes. Dans le lexique des administrations universitaires, les « mobilités » sont les changements d’établissement de formation, pour des durées plus ou moins importantes. Dans cet article, nous nous concentrons sur les changements d’académie d’inscription, entre le baccalauréat et l’entrée à l’université – nous ne saisissons ainsi qu’une étape des parcours d’étudiant·es (Cordazzo 2019). Si la mobilité est définie de bien des manières (Bacqué et Fol, 2007) il s’agit généralement d’utiliser cette catégorie d’analyse pour lier les déplacements aux dispositifs, capitaux et rapports sociaux qui les rendent possibles ou les contraignent, faisant donc de la mobilité une dimension structurante du social (Kaufmann, Bergman et Joye, 2004). 

Après avoir construit un indicateur du besoin en enseignement supérieur, en rapportant le nombre de bachelier·ère·s à la population étudiante locale, nous explorons les déplacements interacadémiques – ou l’absence de déplacement. Nous montrons que ces déplacements participent à la concentration des classes supérieures au sein des établissements les plus centraux dans le système universitaire français, tandis que les classes populaires sont surreprésentées dans les universités périphériques (Reynaud, 1981) les moins bien dotées, davantage encore que dans les bassins de recrutement de ces universités.

Lire la suite en ligne sur le site de la revue Urbanités, ainsi que le reste du numéro :

La polarisation sociale s'accroit

L’université française, lieu de brassage ou de ségrégation sociale ? Mesure de la polarisation du système universitaire français (2007-2015)

par Romain Avouac et Hugo Harari-Kermadec, Economie et statistique, n°528-529, 2021.

Résumé : Les transformations récentes de l’enseignement supérieur (politiques de regroupement, influence des classements universitaires, etc.) ont pu alimenter la crainte d’assister à une polarisation entre, d’un côté, un nombre restreint de world-class universities et, de l’autre, un vaste ensemble d’universités de second rang. Néanmoins, peu de travaux quantitatifs permettent d’éclairer cette question. À partir des données du Système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE) des inscriptions universitaires en France, nous proposons une visualisation exhaustive de l’espace universitaire selon les capitaux détenus par les différents publics étudiants. Nous mobilisons ensuite des mesures de ségrégation et de polarisation pour caractériser la dynamique de cette hétérogénéité, qui s’accroît entre 2007 et 2015. Nous mettons enfin en relation cette polarisation avec les dispositifs nationaux (initiatives d’excellence) et internationaux (classements universitaires) qui structurent une globalisation universitaire réaffirmée depuis le milieu des années 2000.

L’article complet est en accès libre sur Economie et statistique

Polytechnique : quelles diversités sous l’uniforme ?

Séance de séminaire du 25 mars 2022 – 12h

ENS Paris-Saclay, salle 1X74

Nilo Schwencke et Denis Merigoux, anciens de l’école polytechnique, présenteront leur article paru dans la revue X-Passion, n°82, 2019. A partir d’une analyse quantitative du questionnaire annuel à destination des élèves de l’école, les auteurs identifient 6 groupes de polytechnicien·nes.

Nilo Schwencke est doctorant à l’interface entre Machine-Learning et Sciences-Sociales à l’Université Paris-Saclay et à l’ENSAE.

Denis Merigoux est chercheur junior à l’Inria au sein de l’équipe Prosecco. Il est spécialisé dans l’étude des langages de programmations et de la vérification formelle. Son domaine de recherche est à l’intersection de l’informatique et du droit. Denis cultive un intérêt pour la sociologie, avec le prisme de laquelle il explore les conséquence de son projet en collaboration avec Marie Alauzen.”

AgroParisTech Grignon occupée

Depuis mardi 16 mars, les élèves d’AgroParisTech occupent le site, pour s’opposer à sa vente de ce domaine public une centaine d’hectares, dans les Yvelines. Les élèves défendent un domaine agroécologique, dont la valeur environnementale et pédagogique ne sera absolument pas compensé par la construction d’un nouveau bâtiment sur un terrain infiniment plus réduit à Saclay. D’autant que la vente du bâtiment parisien de l’école a suffit à couvrir tous les coûts de l’installation à Saclay. Il n’y a donc aucune raison de vendre le campus de Grignon.

Lire Médiapart et Reporterre ainsi que le communiqué de soutien syndical du Snetap et du Snesup

Dans le cadre de cette occupation, Hugo Harari-Kermadec est intervenu pour contextualiser la position qu’occupe l’Agro, et Saclay, dans la hiérarchie sociale de l’enseignement supérieur français.