Archives de catégorie : Billets

DES CENTRES AUX PÉRIPHÉRIES DU SYSTÈME UNIVERSITAIRE : VISUALISER LA DIFFÉRENCIATION SOCIALE ET GÉOGRAPHIQUE À L’ENTRÉE EN LICENCE

Publié dans le numéro 16 “A l’école de la vielle” de la revue Urbanités, par Victor Chareyron, Hueo Harari-Kermadec et Gilles Martinet.

Depuis deux décennies, les transformations du système universitaire public sont nombreuses et profondes. Si la disponibilité pour tou·tes et partout d’un service public d’enseignement supérieur était au cœur des préoccupations dans la deuxième moitié du XXe siècle, au cours des années 2000 la rhétorique de l’excellence des formations et de la recherche s’y est progressivement substituée, incarnée par la course aux classements universitaires internationaux (Harari-Kermadec, 2019).

Les politiques publiques doivent cependant, dans le même temps, faire face à une augmentation continue et soutenue du nombre d’étudiant·es depuis les années 1980. Alors que les étudiant·es étaient 1 181 000 en 1980, ils sont 2 299 000 en 2010 et 2 725 000 en 2019 (MESRI, 2019). Or, depuis 2008, la dépense par étudiant·e à l’université recule, quand dans le même temps elle augmente légèrement dans d’autres formations du supérieur, comme les classes préparatoires aux grandes écoles (Beretti, 2021).

On voit bien là le risque d’une incompatibilité entre ces deux dynamiques. D’une part, une prétention à l’« excellence », qui, à travers les financements dits « compétitifs », concentre les moyens supplémentaires dans une poignée d’établissements (Harari-Kermadec et al., 2020) et, d’autre part, une université publique qui doit s’agrandir encore pour accueillir les nouvelles cohortes étudiantes partout sur le territoire. Avouac et Harari-Kermadec (2021) soutiennent que cette tension entraine une polarisation sociale du système universitaire, les universités françaises pouvant heuristiquement se ranger en deux catégories : d’une part, des universités de rang mondial, situées dans les grandes villes, qui concentrent les financements dits « compétitifs » et attirent les étudiant·es les plus favorisé·es, et, d’autre part, des universités de « second rang », qui assurent l’accès aux études supérieures à une population plus populaire sur le reste du territoire.

Les disparités d’offre de formation et de réputation du diplôme des universités, entre les régions (Baudet-Michel et al., 2020), voire à l’intérieur de celles-ci (Frouillou, 2017), restent une composante essentielle du paysage universitaire français, comme le montrent des analyses à partir des mobilités étudiantes (Baron, 2019). La mobilité, ou son impossibilité, est l’une dimension de la reproduction des inégalités, l’étendue des choix scolaires effectivement envisageables étant davantage corrélée au type de territoire qu’aux résultats scolaires, en tout cas pour le secondaire. Ainsi, si les résultats au brevet sont meilleurs dans les territoires ruraux que dans les périphéries des métropoles, la poursuite en lycée général et technologique y est moindre (Murat, 2021).

Sans prétendre élucider l’entièreté de la problématique de l’inégal accès au supérieur, dont les ramifications sont multiples, cet article propose quelques visualisations pour mettre en lumière les conditions sociogéographiques d’accès aux établissements universitaires. Pour ce faire, nous choisissons de mettre l’accent sur un des phénomènes sous-jacents, celui les mobilités étudiantes. Dans le lexique des administrations universitaires, les « mobilités » sont les changements d’établissement de formation, pour des durées plus ou moins importantes. Dans cet article, nous nous concentrons sur les changements d’académie d’inscription, entre le baccalauréat et l’entrée à l’université – nous ne saisissons ainsi qu’une étape des parcours d’étudiant·es (Cordazzo 2019). Si la mobilité est définie de bien des manières (Bacqué et Fol, 2007) il s’agit généralement d’utiliser cette catégorie d’analyse pour lier les déplacements aux dispositifs, capitaux et rapports sociaux qui les rendent possibles ou les contraignent, faisant donc de la mobilité une dimension structurante du social (Kaufmann, Bergman et Joye, 2004). 

Après avoir construit un indicateur du besoin en enseignement supérieur, en rapportant le nombre de bachelier·ère·s à la population étudiante locale, nous explorons les déplacements interacadémiques – ou l’absence de déplacement. Nous montrons que ces déplacements participent à la concentration des classes supérieures au sein des établissements les plus centraux dans le système universitaire français, tandis que les classes populaires sont surreprésentées dans les universités périphériques (Reynaud, 1981) les moins bien dotées, davantage encore que dans les bassins de recrutement de ces universités.

Lire la suite en ligne sur le site de la revue Urbanités, ainsi que le reste du numéro :

Sociologie des réformes universitaires et du gouvernement de la recherche, EHESS, 2022-2023

organisé par Hugo Harari-Kermadec (PU, ERCAE, université d’Orléans et IDHES), Joël Laillier (MCF, université d’Orléans et CMH), Mélanie Sargeac (Post-doctorante, CMH) et Christian Topalov (directeur d’études, CMH)

Le séminaire a lieu les premiers, troisièmes et, parfois, cinquièmes mardis de 10h30 à 12h30 du 15 novembre 2022 au 6 juin 2023 sur le Campus Condorcet – Grand équipement documentaire – Salle 2.11, Cours des humanités à Aubervilliers

  • 15 novembre –  Hugo Harari-Kermadec, Joël Laillier, Mélanie Sargeac et Christian Topalov : Politiques, structures, acteurs – Un séminaire sur l’enseignement supérieur et la recherche (ESR)
  • 6 décembre – Joël Laillier et Christian Topalov : Politiques – Des réformes cohérentes ? Une analyse des rapports français sur l’ESR (1998-2020)
  • 3 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac ; discutante : Isabelle Bruno (Ceraps, université de Lille) : Politiques – Organismes internationaux et renouveau idéologique de la gestion de l’ESR
  • 17 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac : Structures – Dynamiques du marché global de l’enseignement supérieur : du classement de Shanghai à l’épidémie de covid
  • 31 janvier – Christian Topalov et Coline Soler  (IDHES, ENS Paris-Saclay et Irisso, Paris-Dauphine) : Politiques – Sélection, façonnage et pilotage des « universités d’excellence » (2010-2020)
  • 7 février – Cédric Hugrée, Tristan Poullaouec, Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac : Structures – Présentation de l’Université qui vient (Raisons d’agir, 2022) ; sociologie quantitative des populations étudiantes : différentiations multiscalaires (établissements, cycles, disciplines)
  • 7 mars – Mathieu Rossignol-Brunet (CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès) et Leila Frouillou (CRESPPA, Université Paris-Nanterre) : Structures – Les évolutions de la stratification socio-scolaire des affectations dans les formations franciliennes de droit et d’histoire : d’APB 2016 à Parcoursup 2021
  • 21 mars – Jérôme Aust (GSO, Sciences Po  Paris) et Clémentine Gozlan (Laboratoire Printemps, UVSQ et GSO) ; discutants : Joël Laillier et Christian Topalov : Acteurs – Des patrons aux ex pairs : transformations des élites du gouvernement de la biomédecine et réformes du système académique français (1960-2010)
  • 4 avril – Joël Laillier et Christian Topalov ; discutants : Jérôme Aust et Clémentine Gozlan : Acteurs – Une typologie des principaux dirigeants de l’ESR (2005-2018) : profils de carrières et déplacements dans le système de gouvernement
  • 18 avril – Présentation de travaux d’étudiants
  • 16 mai – Coline Soler (IDHES, ENS Paris-Saclay et Irisso, Paris-Dauphine) : Acteurs – La bataille de la LPR (loi de programmation de la recherche), 2018-2020
  • 30 mai ou 6 juin – Hugo Harari-Kermadec, Joël Laillier, Mélanie Sargeac et Christian Topalov : Politiques – Du chahut dans les statuts : comment on entre, aujourd’hui, dans la carrière
La polarisation sociale s'accroit

L’université française, lieu de brassage ou de ségrégation sociale ? Mesure de la polarisation du système universitaire français (2007-2015)

par Romain Avouac et Hugo Harari-Kermadec, Economie et statistique, n°528-529, 2021.

Résumé : Les transformations récentes de l’enseignement supérieur (politiques de regroupement, influence des classements universitaires, etc.) ont pu alimenter la crainte d’assister à une polarisation entre, d’un côté, un nombre restreint de world-class universities et, de l’autre, un vaste ensemble d’universités de second rang. Néanmoins, peu de travaux quantitatifs permettent d’éclairer cette question. À partir des données du Système d’information sur le suivi de l’étudiant (SISE) des inscriptions universitaires en France, nous proposons une visualisation exhaustive de l’espace universitaire selon les capitaux détenus par les différents publics étudiants. Nous mobilisons ensuite des mesures de ségrégation et de polarisation pour caractériser la dynamique de cette hétérogénéité, qui s’accroît entre 2007 et 2015. Nous mettons enfin en relation cette polarisation avec les dispositifs nationaux (initiatives d’excellence) et internationaux (classements universitaires) qui structurent une globalisation universitaire réaffirmée depuis le milieu des années 2000.

L’article complet est en accès libre sur Economie et statistique

Polytechnique : quelles diversités sous l’uniforme ?

Séance de séminaire du 25 mars 2022 – 12h

ENS Paris-Saclay, salle 1X74

Nilo Schwencke et Denis Merigoux, anciens de l’école polytechnique, présenteront leur article paru dans la revue X-Passion, n°82, 2019. A partir d’une analyse quantitative du questionnaire annuel à destination des élèves de l’école, les auteurs identifient 6 groupes de polytechnicien·nes.

Nilo Schwencke est doctorant à l’interface entre Machine-Learning et Sciences-Sociales à l’Université Paris-Saclay et à l’ENSAE.

Denis Merigoux est chercheur junior à l’Inria au sein de l’équipe Prosecco. Il est spécialisé dans l’étude des langages de programmations et de la vérification formelle. Son domaine de recherche est à l’intersection de l’informatique et du droit. Denis cultive un intérêt pour la sociologie, avec le prisme de laquelle il explore les conséquence de son projet en collaboration avec Marie Alauzen.”

AgroParisTech Grignon occupée

Depuis mardi 16 mars, les élèves d’AgroParisTech occupent le site, pour s’opposer à sa vente de ce domaine public une centaine d’hectares, dans les Yvelines. Les élèves défendent un domaine agroécologique, dont la valeur environnementale et pédagogique ne sera absolument pas compensé par la construction d’un nouveau bâtiment sur un terrain infiniment plus réduit à Saclay. D’autant que la vente du bâtiment parisien de l’école a suffit à couvrir tous les coûts de l’installation à Saclay. Il n’y a donc aucune raison de vendre le campus de Grignon.

Lire Médiapart et Reporterre ainsi que le communiqué de soutien syndical du Snetap et du Snesup

Dans le cadre de cette occupation, Hugo Harari-Kermadec est intervenu pour contextualiser la position qu’occupe l’Agro, et Saclay, dans la hiérarchie sociale de l’enseignement supérieur français.

La concurrence par la sélectivité entre masters franciliens

Marianne BlanchardSéverine ChauvelHugo Harari-Kermadec  paru dans L’Année sociologique 2020/2 (Vol. 70), pages 423 à 442

Cet article propose d’analyser les phénomènes de différenciation des Masters universitaires franciliens au prisme de leurs modalités de recrutement, en partant de l’hypothèse selon laquelle les hiérarchies observées reflètent autant qu’elles contribuent à produire les positions relatives de ces formations dans l’espace de l’enseignement supérieur. Deux perspectives sont envisagées. La première, à partir de données issues de la base SISE (Système d’information sur le suivi des étudiants), vise à affiner le constat statistique d’une sélection sociale dans l’accès à ces formations, notamment en montrant que celle-ci diffère fortement d’un établissement à l’autre. La seconde, à partir de données qualitatives – entretiens et observations –, vise à montrer comment les pratiques effectives de recrutement des responsables de Masters universitaires franciliens sont affectées par les ressorts organisationnels et la compétition entre les formations.

Les universités franciliennes suivant les capitaux socio-scolaires (axe horizontal) de leur population étudiante et suivant l’orientation disciplinaire (axe vertical). A droite, Dauphine est l’université dont les étudiant-es sont les plus dotés en capitaux de toutes sortes, à l’opposée des universités de banlieue populaire, situées à gauche. En haut, Paris III et IV sont des universités de Sciences Humaines et Sociales, contrairement à Paris VI, université de sciences et de médecine, en bas (et à droite) du graphique.
La sélectivité (entendu au sens de l’axe horizontal du graphique précédent) augmente dans le temps au niveau master. Si Dauphine est la seule université ouvertement sélective dès la L1, au niveau master elle est rattrapée par les universités scientifiques.

Competition through selectivity between Parisian Masters Degrees

This article proposes to analyze the phenomena of differentiation of Paris Region university master’s degree in terms of their recruitment, with the hypothesis that the latter reflect as much as they contribute to producing the relative positions of these courses in the higher education space. Two perspectives are considered. The first, based on data from the SISE database, aims to refine the statistical observation of a social selection in access to these courses, in particular by showing that it differs greatly from one institution to another. The second, based on qualitative data—interviews and observations—aims to show how the actual recruitment practices of Ile-de-France university master’s degree holders are affected by organizational factors and competition between training courses.

Polarisation du supérieur et groupes de pression

Intervention de Hugo Harari-Kermadec à l’invitation de l’AUREF lors de la journée “Quel avenir pour les universités françaises ? Entre différenciation orientée, résilience et solutions alternatives” à l’Université du Mans, le 13 décembre 2019.

L’AUREF (Alliance des Universités de Recherche et de Formation) est l’un des deux groupes de pression réunissant des présidents d’universités, l’autre étant la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises).

Dans cette présentation, nous montrons que les établissements de l’AUREF et ceux de la CURIF ont des populations étudiantes très différentes, les premiers assurant l’essentiel de l’effort de la massification de l’accès au supérieur. Les politiques publiques récentes, concentrées sur “l’excellence” symbolisée par le classement de Shanghai, concernent presque exclusivement les établissements de la CURIF, approfondissant ainsi la polarisation déjà existante en concentrant les financements de la recherche vers les établissements dont les populations étudiantes sont les plus favorisées.

Au sein même des universités, on observe une importante polarisation entre le cycle Licence et le Master, si bien que les universités de la CURIF ont des populations étudiantes au niveau master comparable avec celles des grandes écoles.

Les diagrammes représentent les populations étudiantes des établissements, l’axe horizontal donnant l’ouverture sociale. L’axe vertical est disciplinaire, avec les sciences “dures” en haut, les sciences humaines et sociales en bas.

Quel financement alternatif du supérieur ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec au séminaire de l’association étudiante The Noise.

  • Une cartographie de l’enseignement supérieur (grandes écoles et universités)
  • Un financement de l’enseignement supérieur par répartition
    • Financer une allocation universelle d’autonomie
    • Aligner les moyens en Licence sur ceux des classes préparatoires

Le classement de Shanghai. L’Université marchandisée.

En librairie depuis novembre 2019, ce livre d’Hugo Harari-Kermadec publié aux éditions Le bord de l’eau analyse le rôle du classement de Shanghai et des autres dispositifs de mise en nombre dans la marchandisation de l’Université.

Présentation de l’éditeur : 

« Le classement de Shanghai mesure mal la qualité de l’enseignement supérieur…  » « Ce n’est pas aux étudiants d’évaluer les enseignants…  », « Les universitaires n’aiment pas qu’on les évalue… », etc. Seraient-ils corporatistes, recroquevillés sur leurs supposés privilèges ? Et pourquoi les dirigeants et les gestionnaires de l’Université tiennent-ils tellement à donner des notes et à classer (les chercheurs, les enseignants, les laboratoires, les universités…) ? Une vielle habitude d’enseignants ?

Hugo Harari-Kermadec montre que l’enjeu principal de cette mise en nombre est de préparer la marchandisation de l’Université. Pour produire du Capital humain et s’insérer dans l’économie de la connaissance, l’Université devrait se transformer en profondeur, et le travail des universitaires devrait changer, coûte que coûte, de forme. Si les classements et les autres dispositifs de mise en nombre sont aussi importants, c’est parce qu’ils jouent un rôle essentiel pour faire du service public d’enseignement supérieur un nouveau secteur marchand producteur de valeur économique et de profits.

En saisissant un secteur en cours de marchandisation, Hugo Harari-Kermadec révèle un processus qui s’étend bien au-delà de l’Université, de l’hôpital aux tâches domestiques, des compteurs linky aux bigdata. Il donne une nouvelle légitimité aux résistances face à la mise en nombre et invite à retourner l’arme de la quantification comme instrument d’émancipation.

L’introduction est librement accessible sur contretemps.eu ainsi qu’un entretien avec l’auteur

Une émission sur RFI ici

Hugo Harari-Kermadec est économiste, enseignant à l’École normale supérieure de Paris-Saclay (ex-Cachan) et chercheur à l’IDHES, un laboratoire du CNRS en sciences sociales. Après une thèse de mathématiques, il s’est reconverti en économie de l’éducation à l’occasion de l’émergence du débat autour des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur.

format : 13×20, 68 pages, ISBN : 9782356876805, Prix de vente public : 18.00€

La gratuité de l’accès à l’université enfin consacrée ?

Tribune de David Flacher et Hugo Harari-Kermadec parue dans Le Monde le 30 octobre 2019.

Le Conseil constitutionnel a rendu un jugement le 11 octobre 2019 : la gratuité de l’éducation, telle qu’établie dans la Constitution, s’applique à l’enseignement supérieur public et pas seulement à l’éducation primaire et secondaire. La décision était attendue avec anxiété, tant les logiques marchandes se diffusaient de manière rampante, depuis des années, aux universités et aux écoles.

Le Conseil d’Etat doit maintenant en tirer les conséquences et demander au gouvernement de mettre en conformité ses arrêtés avec ce principe de gratuité. Cela doit passer non seulement par une remise en cause des discriminations (récemment instituées contre les étrangers non communautaires), mais également de toute autre forme de tarification dans l’enseignement supérieur.

[…]

Les écoles d’ingénieur ont, les premières, introduit une « différenciation » des frais en fonction de la nationalité, les étrangers non européens payant souvent le double des frais demandés aux Européens. Le gouvernement d’Edouard Philippe a procédé à un pas supplémentaire en 2018 en lançant le plan Bienvenue en France qui multiplie par seize les frais en licence et en master, pour les étudiants étrangers non européens. C’est ce qui a conduit à la saisine du Conseil constitutionnel et donc à ce rappel du caractère constitutionnel de la gratuité du supérieur public.

On le comprend bien, il faut désormais revenir sur cette différenciation discriminatoire des frais
d’inscription sur la base de la nationalité, rejetée par l’essentiel de la communauté universitaire. Il faut rétablir la gratuité de l’accès à l’université, mais aussi au reste de l’enseignement supérieur public, à commencer par les écoles d’ingénieur.

Si la gratuité intégrale serait l’option la plus pertinente et la plus efficace, tant économiquement que socialement, le Conseil constitutionnel énonce que le principe de gratuité « ne fait pas obstacle, pour ce degré d’enseignement, à ce que des droits d’inscription modiques soient perçus en tenant compte, le cas échéant, des capacités financières des étudiants ». Cette conception souple de la gratuité vise à autoriser les tarifs de 170 euros en licence, 243 euros en master et 601 euros en cycle ingénieur, avec exonération pour les boursiers (soit 40 % des étudiants). Il faut donc revenir à ces tarifs pour tous les étudiants (français et étrangers), dans l’ensemble de l’enseignement supérieur public, en incluant donc les universités (Dauphine comprise) mais aussi les IEP, les écoles d’ingénieur, les grands établissements etc.

Une fois le principe de gratuité mis en oeuvre, il faudra veiller à ce que la stratégie des petits pas ne soit pas remplacée par celle du dépérissement. C’est celle que proposait à Emmanuel Macron l’économiste Robert Gary-Bobo : laisser mourir lentement un enseignement supérieur quasi gratuit laissé sans moyens face à des formations payantes.

Comme le montrent les pays du nord de l’Europe, un enseignement supérieur bien (et intégralement) financé par l’Etat est un enseignement plus efficace, moins coûteux et plus conforme à l’accomplissement de ses missions. C’est ce que consacre la Constitution et ce que le Conseil constitutionnel vient de rappeler.

L’université gratuite pour tous ? Quatre effets de la décision des Sages

Entretien d’Hugo Harari-Kermadec par Angelique Schaller pour La Marseillaise le 16 octobre 2019.

L’annonce du Conseil constitutionnel d’étendre le principe de la gratuité à l’enseignement supérieur public pourrait être la source d’un véritable progrès. Comment va se matérialiser cette décision très importante vu l’envolée des frais universitaires ? Petite revue de ce que cela pourrait changer.

L’exigence constitutionnelle de gratuité s’applique à l’enseignement supérieur public » : la conclusion du Conseil constitutionnel, sollicité par des syndicats étudiants s’opposant à l’augmentation des frais d’inscription pour les étrangers. Cependant, une exigence de somme « modique » serait constitutionnellement acceptable.

1. Pour les étudiants étrangers

Il faut désormais attendre la décision du Conseil d’État également saisi par les syndicats étudiants. Celui-ci ne peut qu’annuler l’arrêté estime Me Verdier, avocat des étudiants. Selon Hugo Harari, économiste atterré spécialiste du secteur de l’éducation, les écoles pourraient alors se retourner vers le gouvernement pour aller négocier une hausse des subventions « au cas par cas ».

2. Pour tous les élèves à la fac ou dans les grandes écoles

En France, le principe est celui d’un tarif national : 170 euros pour la licence et 280 euros pour un master. S’ajoute à cela des dizaines de mécanismes exceptionnels qui, selon la discipline, le master… permettent d’augmenter les frais. Ainsi, Paris-Dauphine demande aujourd’hui 2 500 euros pour une licence et 6 000 euros pour un master. Ou encore Paris II et la fac de droit qui, pour des diplômes universitaires (DU) spécialisés en droit international, en droit public africain… exigent plusieurs milliers d’euros. Or, toutes ces formations sont parfaitement publiques. Il y a également le cas des grandes écoles. Les tarifs des écoles d’ingénieurs, qui étaient encore de 600 euros il y a 10 ans, flirtent aujourd’hui avec les milliers d’euros. Sciences Po Paris, qui a le statut bizarre d’une fondation, caracole à 15 000 euros, les Instituts d’études politiques de province suivent la même tendance haussière, même si ce n’est pas dans les mêmes proportions.

3. Au moins la fin des hausses, au mieux un retour en arrière

Comment va se traduire la décision du Conseil constitutionnel ? Peu de chance que le gouvernement ne l’applique volontairement, mais il faut s’attendre à des « contentieux juridiques » qui pourraient faire bouger les lignes, estime Hugo Harari. « Cela va au moins arrêter les hausses », synthétise l’économiste qui rappelle qu’Alain Trannoy, universitaire d’Aix-Marseille défend une hausse des frais d’inscription partout en France, « avec des masters portés à 4 000 euros ». Et d’ajouter : « Cela va aussi mettre un terme au débat entre le meilleur mode de financement : le marché ou les subventions. Maintenant, c’est clair. La gratuité exclut le marché. »

4. Explosion des dépenses ?

Affirmer que les études supérieures sont gratuites pourrait contraindre le gouvernement à augmenter les subventions. « Il y a moins de 10 ans, c’est ce que l’on savait faire : ce n’est ni inimaginable, ni une révolution, ni la faillite assurée », rassure Hugo Harari, par ailleurs coauteur de l’ouvrage collectif publié chez Raison d’Agir Arrêtons les frais !

Politiques publiques de transferts technologiques et subjectivité des jeunes chercheurs argentins

Cecilia Rikap et Hugo Harari-Kermadec “Motivations for collaborating with industry: has public policy influenced new academics in Argentina?” Studies in Higher education, 2019

Résumé : Quels sont les effets du financement par appel à projet de la recherche, avec une priorité pour les collaborations avec l’industrie et le transfert technologique ? A partir d’une enquête par questionnaire auprès des doctorants et post-doctorants argentins, nous montrons une importante hétérogénéité des situations, disciplinaire et géographique. Le financement direct des collaborations universités-entreprises semble produire peu d’effets, ces collaborations étant plus efficacement induites par l’orientation des appels à projets vers certains thèmes stratégiques définis par le ministère des sciences et technologies.  

Abstract: Between 2005 and 2015 a series of science, technology and innovation policies were deployed in Argentina among which academic research collaborations with industry was particularly fostered. This paper studies the effect of those policies on newer researchers, defined as those with PhD or postdoctoral scholarships, looking at their motivations to collaborate and, to some extent, at their actual collaborations with Industry. Our hypothesis is that those policies had a positive effect on young academics’ perception of collaborations with industry, now conceived as a dimension of their job, and also on actual collaborations. To conduct our study, we used an original database constructed from an online survey answered by more than 600 newer researchers. Empirical results partly confirm our hypothesis: a direct policy encouraging collaborations by providing collaborative grants was not associated with actual collaborations, while orienting research towards strategic areas – defined by the Science and Technology Ministry- is.

Lire la suite sur le site de la revue

“Le classement de Shanghaï n’est pas fait pour mesurer la qualité des universités françaises”

Interview de Hugo Harari-Kermadec dans Le Monde du 15 aout 2019, en accès libre.

La politique du gouvernement est, sans l’assumer, de créer d’un côté des « universités-licence » sans réelle recherche, et de l’autre, quelques très grandes universités de recherche, fusionnées avec des grandes écoles.

Cette logique est manifeste au travers des projets IDEX (initiative d’excellence), ces programmes de financement de pôles universitaires qui revendiquent une excellence visible depuis Shanghaï. Mettre en avant le classement de Shanghaï dans la communication gouvernementale permet de justifier les importants financements attribués à certains établissements – près de 1 milliard d’euros pour l’université Paris-Saclay. En outre, cette politique dite d’excellence a relégué au second plan l’accueil des nouveaux étudiants nés avec le boom démographique du début des années 2000.

Lire la suite sur Le Monde

Christophe Prochasson, président de l’EHESS : “cette hausse est une catastrophe”

Témoignage de Christophe Prochasson, président de l’EHESS

Christophe Prochasson, président de l’EHESS : “C’est une certaine image de notre pays qui est en jeu, l’image d’hospitalité qui fait qu’en France on vient aussi pour apprendre, pour se former, pour échanger.”

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) est un des établissements d’enseignement supérieur et de recherche qui se sont engagés le plus énergiquement contre la hausse des frais pour les étudiant·e·s n’ayant pas une nationalité européenne. Cette mesure, qui représente une terrible injustice pour celles et ceux qui la subissent, est aussi une grande menace pour notre modèle public et ouvert de formation et de recherche.

Frédérique Vidal a reculé, en décidant que les doctorant·e·s ne seraient finalement pas concerné·e·s par cette hausse. Le problème reste néanmoins entier puisque ces doctorant·es viennent largement de master, et parce que la majorité des étudiant·es concerné·es sont en licence.