Archives de l’auteur : Hugo Harari-Kermadec

Hausse des frais d’inscription en fac : une tendance contre-productive ?

Article de Hugo Harari-Kermadec et David Flacher pour The Conversation, le 11 février 2019.

Le plan « Bienvenue en France » et la hausse spectaculaire des frais d’inscription pour les étudiants étrangers ont provoqué un rejet inédit dans la communauté universitaire, des syndicats d’étudiants à la conférence des présidents d’université, en passant par le Conseil scientifique du CNRS. Tribunes et motions se sont multipliées, à un rythme pratiquement quotidien depuis 2 mois. Une pétition a recueilli plus de 300 000 signatures.

Face à ces réactions, la ministre Frédérique Vidal a constitué une commission de cinq personnalités chargées de mener une concertation sur tous les points avancés dans ce plan… hormis sur les frais d’inscription ! Économistes de l’enseignement supérieur, auteurs de plusieurs articles sur la question des frais d’inscription et co-auteurs avec le collectif de recherche ACIDES de l’ouvrage Arrêtons les frais, nous pensions n’avoir rien à apporter à cette concertation tronquée. La commission a néanmoins souhaité nous entendre, en nous assurant être ouverte à discuter de tout le plan et à inclure toute remarque pertinente dans son rapport. Cet article revient sur les principaux arguments exposés lors de cette audition, le 4 février 2019.

Lire la suite de l’article en accès libre sur The Conversation.

Les frais d’inscription serviront à compenser le désengagement de l’Etat

Tribune de Hugo Harari-Kermadec, ENS Paris-Saclay , Léonard Moulin, Institut national d’études démographiques (Ined) et David Flacher, professeur d’économie à l’Université de Technologie de Compiègne parue dans Libération 31 janvier 2019.

Annoncée pour redorer l’image des facultés françaises dans le monde, la future hausse des droits d’inscriptions des étrangers pour la rentrée prochaine doit en fait pallier de nouvelles coupes budgétaires.
Continuer la lecture

Education et intérêt général

Parution de l’ouvrage Économie et intérêt général rédigé sous la direction de Philippe Bance et Jacques Fournier avec un chapitre de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Léonard Moulin, Cecilia Rikap d’ACIDES : Marchandisation ou gratuité de l’enseignement supérieur

Présentation de l’éditeur :

Engagé depuis un demi-siècle dans un processus de décomposition-recomposition, le système éducatif français traverse une crise, qu’illustre la dégradation de ses résultats dans les comparaisons internationales.

Sur ce sujet capital pour l’avenir des individus, des entreprises et des territoires, l’ouvrage apporte une vision complète, ordonnée et stimulante. Plutôt que de se focaliser sur quelques aspects fragmentaires du système ou des réformes, il met en perspective l’ensemble des problèmes essentiels. Fondé sur une analyse rigoureuse et étayé par des données précises, il formule des propositions constructives qui, sur chacun des principaux sujets à l’agenda politique, combinent les exigences de continuité et de renouveau.

La pluralité des points de vue exprimés enrichit l’ouvrage afin d’alimenter la réflexion du citoyen. Toutes les contributions s’inscrivent cependant dans une approche générale commune: l’éducation vue comme un bien commun essentiel dont la vocation non marchande est à préserver, la centralité de l’exigence d’égalité.

Sommaire
  • Première partie : Les politiques de l’éducation en France : origine et orientations
  • Deuxième partie : L’organisation et la gestion du système éducatif
  • Troisième partie : L’école dans la lutte contre les inégalités et la préparation à la vie sociale
  • Quatrième partie : Les répercussions économiques de l’éducation
  • Cinquième partie : L’enseignement supérieur et la recherche
    • Chapitre 26. Frédéric Forest – L’enseignement supérieur comme système. Réglementer, réguler et surtout inciter
    • Chapitre 27. Philippe Bance – L’articulation formation-recherche dans l’enseignement supérieur français. Diagnostics et perspectives sur retours d’expériences
    • Chapitre 28. David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Léonard Moulin, Cecilia Rikap – Marchandisation ou gratuité de l’enseignement supérieur
    • Chapitre 29. Bernard Pouliquen – Les régions et l’enseignement supérieur et la recherche
    • Chapitre 30. Patricia Pol – L’Europe de l’enseignement supérieur : de l’expression des politiques néolibérales à la montée des résistances
    • Chapitre 31. Jonas Didisse – Le système français d’enseignement supérieur face à la concurrence internationale
    • Félicien Leclair, Jacques Fournier – Annexe statistique.

Financement de l’enseignement supérieur

Formation syndicale pour Sud éducation, 28 janvier 2019

  • Le financement du supérieur
    • Une massification…
    • …inégalitaire
    • et un manque de moyen
  • Hausse pour les étudiantes étrangeres
    • Actualité des frais
    • Vers une hausse généralisée
    • Des effets discriminatoires, mais aussi pervers
  • 3 Alternative : éducation par répartition
    • Allocation universelle d’autonomie
    • Financement public accru

Pour une université ouverte

Contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es, samedi 19 janvier 2019

Palais du Luxembourg, salle Clemenceau, 15ter rue de Vaugirard, 75006 Paris (M° Luxembourg)

sous le patronage et avec la participation de Pierre Ouzoulias  (Sénateur, Groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste), à l’invitation du SNESUP-FSU, du SAF, de l’ASES, la CJC, l’ANCMSP, l’UNEF, la FAGE, et des collectifs de recherche ACIDES et MobElites ; avec le soutien et la participation des sénatrices Sophie Taillé-Polian et Esther Benbassa, de l’AFEP, l’UNL, SLU et RogueESR.

Continuer la lecture

Le label « Bienvenue en France » ou Robin des bois à l’envers

Tribune de Hugo Harari-Kermadec parue dans l’Humanité le 12 décembre 2018. Nous publions ici une version longue et mise à jour.

La hausse des frais d’inscription annoncée pour les étudiants étrangers s’accompagne de la création d’un label « Bienvenue en France », doté de 10 millions d’euros à destination des universités qui feront le plus ­d’efforts pour améliorer l’accueil de ces étudiants. Le gouvernement actuel a donc choisi la mise en concurrence pour attribuer ses financements, comme pour toutes les politiques « d’excellence » à l’université.

Continuer la lecture

Principales motions

  • Motion issue de la première AG à ENS le 23/1 : On étudie ici, on reste ici. Des AG ont également pris position à
    • Paris 1, Paris 3, Paris 4, Paris 5, Paris 6, Paris 7, Paris 8, 
      Inalco, ENS Ulm et Cachan, Nanterre,
    • Nantes, Grenoble, Nancy, Metz, Valenciennes, Rennes 2, Toulouse le Mirail, ENS Lyon, Lille
  • 22 Sociétés savantes
  • 42 revues de sciences humaines et sociales
  • Motions des présidences ou Conseil d’administration de :
    • Paris 1, Paris 3, Paris 8, Paris 13, Ens Ulm et Cachan, Créteil, IHEAL, IUT Bobigny, AgroParisTech, Sorbonne Université
    • Rennes 2, Nantes, Poitiers, Le Mans, Lorraine, Toulouse 2 « Le Mirail » Jean Jaurès, Brest, Lyon 2, Montpellier 3, Lille, Rouen, Lorraine, Bordeaux Montaigne, Angers, Orléans, INSA de Lyon
    • Le regroupement des universités non fétichistes de l’excellence, l’AUREF
  • Motion du Conseil national des universités et de 17 sections disciplinaires du CNU : 04 (Science politique), 8 et 9 (Littératures moderne et ancienne), 10 (Littérature comparée), 11(Anglais), 14 (Etudes romanes), 15 (Langues orientales), 17 (Philosophie), 18 (Architecture et Arts), 19 (Sociologie, Démographie), 21 (Histoire ancienne et médiévale), 23 (Géographie), 25 (Mathématiques), 34 (Astrophysique), 35 (Géophysique), 60 (Mécanique), 69 (Neurosciences) et 72 (Histoire des sciences).
  • Recommandation unanime du Conseil scientifique du CNRS
  • Motion de nombreux laboratoires, masters et UFRs 
    (pour les labos, on ne donne que l’acronyme)
    • IRISSO à Dauphine, université française pionnière de la hausse des frais
    • LDAR, CEPED, IDHES, IMAF, CHS, CESSMA, Développement et sociétés, LARHRA, CEMOTEV, GEMDEV, CMH, GSPR, CRESPPA, CERLIS
    • UFR Sciences Po de Paris 1, UFR SES de Lille, Ecole doctorale EESC de Paris 7, Ecole doctorale de Sciences Po de l’Université Paris 1, des dizaines de centres et de master de l’EHESS
    • Masters DynPed, Université Paris 1 / Paris Diderot / AgroParisTech, Étude du développement de l’Université Paul Valéry de Montpellier, économie du développement, International development studies et économie des organisations de l’Université Grenoble Alpes, ETADD et SES de l’Université de Versailles, 
  • Syndicats SNESUP-FSU, UNEF, FAGE
  • Recensement également sur le site de la CJC
  • L’association France Amérique latine, plusieurs associations d’étudiant-es étranger-es
  • Inquiétude sans opposition définitive à la hausse : CPU, Université Paris Sud
Continuer la lecture

Madame la Ministre, n’instaurez pas de sélection par l’argent à l’université !

Lettre ouverte en réponse à la lettre de la Ministre Vidal aux président-es d’université défendant la hausse des frais pour les étudiant-es étranger-es. Par des membres du collectif ACIDES, sur « le club » de Médiapart, le 14 décembre 2018 : David Flacher, Université de Technologie de Compiègne ; Hugo Harari-Kermadec, Ecole Normale Supérieure de Paris Saclay ; Sabina Issehnane, Université Paris Diderot ; Léonard Moulin, Institut National d’Etudes Démographiques ; Ugo Palheta, Université de Lille

blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/141218/madame-la-ministre-n-instaurez-pas-de-selection-par-l-argent-luniversite

Continuer la lecture

The Direct Subordination of Universities to the Accumulation of Capital.

Cecilia Rikap and Hugo Harari-Kermadec for Capital and Class, in Press.

Universities have historically contributed tothe reproduction of capitalism. However, they have been historically conceivedas a separate sphere or institution detached from the Market, thus onlyindirect participants of capital’s accumulation processes. Our aim in thisarticle is precisely to contribute to acknowledge this transformation byfurther developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysisof contemporary capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish thata portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan andprofit from innovation. The wide gap in terms of innovation capacities betweenindividual capitals leaves those non-innovative with no better option but to subordinateand let go part of their surplus. It is in this context that we will suggestthat universities integrate to direct capital’s accumulation structures. To doso, we will conceptually distinguish between two sides of universities’ transformation:1) the adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchangesof their products (teaching and research results), where we will identify differentdegrees of bargaining power to decide the conditions of those exchanges, and 2)the transformation of academic labor, adapting itself to capitalist productionprocesses. Considering the former, we argue that universities’ adoption ofindividual capitals’ features can be better understood as a differentiatedprocess. We suggest three types of differentiated market-university, accordingto the different enterprises in Levín’s (1997) typology. Ourconcluding remarks include further research questions and nuance the generaltransformation of the University as an economic actor offering some clues fordeveloping countertendencies.

Continuer la lecture

PAYE TES FRAIS – POUR UNE UNIVERSITÉ OUVERTE

Recueil de témoignages étudiant-es étranger-es et d’analyses

Continuer la lecture

Hausse des frais d’inscription pour les étudiants extra-communautaires : l’arbre qui cache la forêt

David Flacher (Université de Technologie de Compiègne), Hugo Harari-Kermadec (ENS Paris Saclay) et Léonard Moulin (INED) pour le blog des économistes atterrés sur Marianne

Dans cet article, nous revenons sur toutes les étapes de mises en place des frais d’inscription en France, dont la hausse pour les seuls étudiants extra-européens est la dernière en date, mais pas la dernière prévue.

Continuer la lecture

La marchandisation des études contre la démocratisation de l’enseignement supérieur

Éric Berr et Léonard Moulin, membres du collectif d’animation des Économistes atterrés, dénoncent sur Médriapart le 29 novembre 2018 la marchandisation de l’enseignement supérieur en marche. Avec la hausse des frais d’inscription décidée pour les étudiants étrangers, le gouvernement entend achever la transformation du service public de l’enseignement supérieur en un vaste marché.

Continuer la lecture

Régime par répartition dans l’enseignement supérieur : fondements théoriques et estimations empiriques

Par David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin,
Économie et institutions [En ligne], 27 | 2018

Résumé : Nous définissons ce que pourrait être un régime d’éducation par “répartition” : la gratuité de l’accès, une allocation universelle d’autonomie et un accroissement des dépenses publiques destinées à l’université. Nous montrons qu’un tel régime peut se révéler équitable et efficace pour financer le système éducatif et discutons des conditions permettant à un tel système d’être efficient. Nous chiffrons le coût du régime par répartition (en année pleine : 5 milliards d’euros pour accroître les besoins de financement des universités et 21,6 milliards d’euros pour l’allocation d’autonomie), proposons des modalités de financement et analysons l’effet de ce régime sur les revenus de foyers types.

Continuer la lecture