Archives de l’auteur : Hugo Harari-Kermadec

Pour une université ouverte

Contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es, samedi 19 janvier 2019

Palais du Luxembourg, salle Clemenceau, 15ter rue de Vaugirard, 75006 Paris (M° Luxembourg)

sous le patronage et avec la participation de Pierre Ouzoulias  (Sénateur, Groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste), à l’invitation du SNESUP-FSU, du SAF, de l’ASES, la CJC, l’ANCMSP, l’UNEF, la FAGE, et des collectifs de recherche ACIDES et MobElites ; avec le soutien et la participation des sénatrices Sophie Taillé-Polian et Esther Benbassa, de l’AFEP, l’UNL, SLU et RogueESR.

Continuer la lecture

Le label « Bienvenue en France » ou Robin des bois à l’envers

Tribune de Hugo Harari-Kermadec parue dans l’Humanité le 12 décembre 2018. Nous publions ici une version longue et mise à jour.

La hausse des frais d’inscription annoncée pour les étudiants étrangers s’accompagne de la création d’un label « Bienvenue en France », doté de 10 millions d’euros à destination des universités qui feront le plus ­d’efforts pour améliorer l’accueil de ces étudiants. Le gouvernement actuel a donc choisi la mise en concurrence pour attribuer ses financements, comme pour toutes les politiques « d’excellence » à l’université.

Continuer la lecture

Principales motions

  • Motion issue de la première AG à ENS le 23/1 : On étudie ici, on reste ici. Des AG ont également pris position à
    • Paris 1, Paris 3, Paris 4, Paris 5, Paris 6, Paris 7, Paris 8, 
      Inalco, ENS Ulm et Cachan, Nanterre,
    • Nantes, Grenoble, Nancy, Metz, Valenciennes, Rennes 2, Toulouse le Mirail, ENS Lyon, Lille
  • 22 Sociétés savantes
  • 42 revues de sciences humaines et sociales
  • Motions des présidences ou Conseil d’administration de :
    • Paris 1, Paris 3, Paris 8, Paris 13, Ens Ulm et Cachan, Créteil, IHEAL, IUT Bobigny, AgroParisTech, Sorbonne Université
    • Rennes 2, Nantes, Poitiers, Le Mans, Lorraine, Toulouse 2 « Le Mirail » Jean Jaurès, Brest, Lyon 2, Montpellier 3, Lille, Rouen, Lorraine, Bordeaux Montaigne, Angers, Orléans
    • Le regroupement des universités non fétichistes de l’excellence, l’AUREF
  • Motion du Conseil national des universités
  • Motion de nombreux laboratoires, masters et UFRs 
    (pour les labos, on ne donne que l’acronyme)
    • IRISSO à Dauphine, université française pionnière de la hausse des frais
    • LDAR, CEPED, IDHES, IMAF, CHS, CESSMA, Développement et sociétés, LARHRA, CEMOTEV, GEMDEV, CMH, GSPR, CRESPPA, CERLIS
    • UFR Sciences Po de Paris 1, UFR SES de Lille, Ecole doctorale EESC de Paris 7, Ecole doctorale de Sciences Po de l’Université Paris 1, des dizaines de centres et de master de l’EHESS
    • Masters DynPed, Université Paris 1 / Paris Diderot / AgroParisTech, Étude du développement de l’Université Paul Valéry de Montpellier, économie du développement, International development studies et économie des organisations de l’Université Grenoble Alpes, ETADD et SES de l’Université de Versailles, 
  • Syndicats SNESUP-FSU, UNEF, FAGE
  • Recensement également sur le site de la CJC
  • L’association France Amérique latine, plusieurs associations d’étudiant-es étranger-es
  • Inquiétude sans opposition définitive à la hausse : CPU, Université Paris Sud
Continuer la lecture

Madame la Ministre, n’instaurez pas de sélection par l’argent à l’université !

Lettre ouverte en réponse à la lettre de la Ministre Vidal aux président-es d’université défendant la hausse des frais pour les étudiant-es étranger-es. Par des membres du collectif ACIDES, sur « le club » de Médiapart, le 14 décembre 2018 : David Flacher, Université de Technologie de Compiègne ; Hugo Harari-Kermadec, Ecole Normale Supérieure de Paris Saclay ; Sabina Issehnane, Université Paris Diderot ; Léonard Moulin, Institut National d’Etudes Démographiques ; Ugo Palheta, Université de Lille

blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/141218/madame-la-ministre-n-instaurez-pas-de-selection-par-l-argent-luniversite

Continuer la lecture

The Direct Subordination of Universities to the Accumulation of Capital.

Cecilia Rikap and Hugo Harari-Kermadec for Capital and Class, in Press.

Universities have historically contributed tothe reproduction of capitalism. However, they have been historically conceivedas a separate sphere or institution detached from the Market, thus onlyindirect participants of capital’s accumulation processes. Our aim in thisarticle is precisely to contribute to acknowledge this transformation byfurther developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysisof contemporary capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish thata portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan andprofit from innovation. The wide gap in terms of innovation capacities betweenindividual capitals leaves those non-innovative with no better option but to subordinateand let go part of their surplus. It is in this context that we will suggestthat universities integrate to direct capital’s accumulation structures. To doso, we will conceptually distinguish between two sides of universities’ transformation:1) the adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchangesof their products (teaching and research results), where we will identify differentdegrees of bargaining power to decide the conditions of those exchanges, and 2)the transformation of academic labor, adapting itself to capitalist productionprocesses. Considering the former, we argue that universities’ adoption ofindividual capitals’ features can be better understood as a differentiatedprocess. We suggest three types of differentiated market-university, accordingto the different enterprises in Levín’s (1997) typology. Ourconcluding remarks include further research questions and nuance the generaltransformation of the University as an economic actor offering some clues fordeveloping countertendencies.

Continuer la lecture

PAYE TES FRAIS – POUR UNE UNIVERSITÉ OUVERTE

Recueil de témoignages étudiant-es étranger-es et d’analyses

Maria étudiante mexicaine, contre la hausse des frais pour les étudiant-es étranger-es mais aussi pour les étudiant-es français-es

« Je ne suis pas venu étudier en France parce que ce n’était pas cher, mais pour apprendre tout ce que la France a produit en sciences sociales. »

Denis Merklen, professeur à l’IHEAL : « La gratuité de l’enseignement permet à l’université de prétendre à l’universalité. Cette prétention doit être radicale et ne doit être conditionnée à aucune sorte de quota. »

Pour Hugo Harari-Kermadec, maître de conférences HDR à l’ENS Cachan et membre du Collectif Acides, la hausse des frais pour les étudiant·e·s extra-européen·ne·s annoncée en novembre 2018 est une étape dans un projet de marchandisation de l’Enseignement Supérieur.

Hausse des frais d’inscription pour les étudiants extra-communautaires : l’arbre qui cache la forêt

David Flacher (Université de Technologie de Compiègne), Hugo Harari-Kermadec (ENS Paris Saclay) et Léonard Moulin (INED) pour le blog des économistes atterrés sur Marianne

Dans cet article, nous revenons sur toutes les étapes de mises en place des frais d’inscription en France, dont la hausse pour les seuls étudiants extra-européens est la dernière en date, mais pas la dernière prévue.

Continuer la lecture

La marchandisation des études contre la démocratisation de l’enseignement supérieur

Éric Berr et Léonard Moulin, membres du collectif d’animation des Économistes atterrés, dénoncent sur Médriapart le 29 novembre 2018 la marchandisation de l’enseignement supérieur en marche. Avec la hausse des frais d’inscription décidée pour les étudiants étrangers, le gouvernement entend achever la transformation du service public de l’enseignement supérieur en un vaste marché.

Continuer la lecture

Régime par répartition dans l’enseignement supérieur : fondements théoriques et estimations empiriques

Par David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin,
Économie et institutions [En ligne], 27 | 2018

Résumé : Nous définissons ce que pourrait être un régime d’éducation par “répartition” : la gratuité de l’accès, une allocation universelle d’autonomie et un accroissement des dépenses publiques destinées à l’université. Nous montrons qu’un tel régime peut se révéler équitable et efficace pour financer le système éducatif et discutons des conditions permettant à un tel système d’être efficient. Nous chiffrons le coût du régime par répartition (en année pleine : 5 milliards d’euros pour accroître les besoins de financement des universités et 21,6 milliards d’euros pour l’allocation d’autonomie), proposons des modalités de financement et analysons l’effet de ce régime sur les revenus de foyers types.

Continuer la lecture

Frais d’inscription pour les étudiants étrangers: «Une logique contraire au service public»

Entretien de Hugo Harari-Kermadec par Faïza Zerouala pour Médiapart

Extraits : Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi 19 novembre une hausse spectaculaire des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers extra-communautaires.

Est-ce que cette annonce était attendue ?

Hugo Harari-Kermadec : On savait depuis la campagne présidentielle que la discussion concernant la hausse des frais d’inscription à l’université était assez avancée.

On a vu comment Parcoursup organise un système où le futur étudiant candidate à un grand nombre de formations, comme dans un marché. L’idée étant qu’au lieu d’être affecté dans la licence de son choix dans la limite des postes disponibles, on est mis en concurrence et, selon la demande, il est plus ou moins difficile d’y entrer. À long terme, on peut imaginer qu’il y aura une offre concurrentielle marchande.

Bien entendu, le contre-argument principal à cette hausse des frais d’université va être de dire que cela ne concernera pas tout le supérieur, seulement certains établissements et certaines filières. On peut donc aussi supposer que les universités qui ont le plus besoin de financements, celles de banlieues dans les villes grandes et les moyennes, ne seront pas attractives et personne ne voudra payer pour y venir. Ce qui va en définitive accroître les inégalités et les hiérarchies.

Continuer la lecture

Vers des études payantes pour tous

Tribune parue dans Libération le  20 novembre 2018. Par Léonard Moulin, Institut national d’études démographiques (Ined) , David Flacher, professeur d’économie à l’Université de Technologie de Compiègne et Hugo Harari-Kemardec, Ecole normale supérieure de Paris Saclay.

L’annonce par le gouvernement d’une hausse des frais d’inscription pour les étudiants non européens est une décision injuste car elle privera d’accès à l’Enseignement supérieur de bons étudiants ayant peu de ressources. Sans compter qu’elle vise à diviser les étudiants. Manière de préparer une hausse générale ?
Continuer la lecture

Faut-il augmenter les frais d’inscription ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec lors des Journées de l’économie 2018 à Lyon.

La question des frais d’inscription est souvent présentée comme l’effet de la globalisation de l’université, avec une concurrence qui serait devenue internationale et des étudiant-es en migration. En France, le nombre d’étudiant-es étranger-ères est en augmentation, mais bien moins que le nombre d’étudiant-es français-es. C’est ça la principale dynamique du supérieur : le nombre d’étudiant-es croit. Depuis les années 1960 ! Il faut donc tout naturellement augmenter les moyens.

Il faut donc plus de moyens pour l’enseignement supérieur. Mais les frais d’inscription joueraient à contre sens : la massification se fait par les établissements les moins prestigieux, les universités moyennes de province et de banlieue, pas les établissements d’élite. Or  les frais d’inscription permettraient d’augmenter les moyens de ces établissements. Ils le permettent déjà d’ailleurs, puisque ces établissements obtiennent aisément des dérogations : Sciences Po Paris et l’Université Paris Dauphine sont les pionnières de la hausse dans les établissements publics.

C’est donc le financement public qui doit croître, en priorité là où les effectifs sont en plus forte croissance, là où les conditions d’étude et les difficultés scolaires les plus importants.

Le groupe de recherche ACIDES a également proposé d’augmenter les cotisations sociales pour financer une allocation d’autonomie pour tou-tes les étudiant-es. Nous proposons d’étendre la sécurité sociale pour qu’elle prenne en charge le coût de la vie durant les études supérieures, comme elle le fait en cas d’arrêt maladie, de chômage ou de retraite.

Va-t-on bientôt payer ses études en licence ?

Tribune de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Libération, le 29 mai 2018

La multiplication de cursus universitaires payants risque de renforcer la concurrence entre les écoles et les facs. Et annonce la généralisation des frais d’inscription.

L’Ecole polytechnique a ouvert en septembre 2017 un cursus payant de «Bachelor» (nom donné à la licence dans les pays anglo-saxons) avec l’assentiment de ses ministères de tutelle. Or, ce cursus pourrait être autorisé à délivrer le grade de licence (bac + 3). Jusque-là pourtant,celui-ci était réservé aux universités. Mais les temps changent, et les logiques de mise en marché de l’enseignement supérieur se développent à grande vitesse.

Si le niveau de ce diplôme n’est pas en cause, lui octroyer le grade de licence ouvrira la voie à des demandes similaires de toutes les écoles. Elles pourront alors concurrencer les diplômes de l’université avec des moyens souvent bien supérieurs, et d’autant plus importants que les études en question s’annoncent payantes et fort chères ! A l’Ecole polytechnique, le Bachelor est facturé entre 12 000 euros et 15 000 euros par an en même temps qu’il a bénéficié de 36 millions d’euros sur cinq ans de fonds publics pour moins de 100 étudiants par an ! Face au développement de ce «marché», tous les établissements, y compris les universités, décideront vraisemblablement de facturer leurs diplômes de licence. Ainsi, les écoles draineront l’essentiel de la manne financière car elles attirent les étudiants socialement les plus aisés et susceptibles de payer, pendant que les universités, à quelques exceptions près, se retrouveront piégées entre une population étudiante moins favorisée à laquelle on demandera de s’endetter et un désengagement de l’Etat.

La pression pour instituer des frais d’inscription se renforce depuis des années. Il s’agit de créer un marché profitable et de rendre docile les futurs travailleurs : les diplômés endettés n’auront d’autres choix que d’accepter les emplois qui leur seront proposés et les conditions de travail qui leur seront imposées. Dans la droite ligne de la politique de flexibilisation du marché du travail, il s’agit de développer et de faire accepter une précarisation de l’emploi, un asservissement aux lois du marché et une remise en cause de l’accès de tous à l’éducation.

On aurait tort de penser que cette interprétation est du pur mauvais esprit : les révélations de WikiLeaks ont fait fuiter une note datée du 16 novembre 2016, attribuée à Robert Gary-Bobo [professeur d’économie, ndlr], et destinée à l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. L’augmentation des frais d’inscription y est décrite comme «le nerf de la guerre», de même que le développement du crédit aux étudiants. Cette note distingue crûment «ce qui serait souhaitable» (mais indicible tel quel à la population) des éléments stratégiques et communicationnels permettant de faire passer la pilule. Il s’agit, en effet, d’atteindre des frais d’inscription allant vers les 10 000 euros par an en master (et même 20 000 euros pour les grandes écoles), sans épargner les licences. Pour faire passer une telle révolution, la note fournit les éléments de langage. Le crédit ? Un nouveau droit pour l’autonomie des jeunes, mettant «tout le monde, « fils de bourgeois » et autres, sur un pied de plus grande égalité». Il «faut bannir du vocabulaire les mots de « concurrence » et « d’excellence », détestés par les syndicats d’enseignants et d’étudiants. Remplacer systématiquement ces mots par « ouverture » et « diversité ». […]. La sélection ne signifie pas exclusion mais orientation». La méthode ? «Y aller doucement mais commencer tout de suite avec les droits d’inscription.» Il est même suggéré de conserver des formations gratuites pour mieux les éradiquer.

Il est évident que face à un sujet aussi sensible, le «saucissonnage» de la réforme est un moyen de faire passer cette transformation radicale de l’enseignement supérieur par étapes, en limitant la contestation étudiante : les frais ont été augmentés dans plusieurs grandes écoles publiques (3 500 euros à Centrale Supéléc, 2 600 euros à 4 600 euros à Télécom Paris-Tech ou aux Mines de Paris, 2 870 à 5 740 euros aux Ponts et Chaussées). De même, des expérimentations ont été menées à Sciences-Po et à Dauphine (les frais d’inscription en master y allant jusqu’à respectivement 24 000 et 6 160 euros). A chaque fois dans des institutions prestigieuses, donnant un accès privilégié au marché du travail, et peuplées d’une population particulièrement favorisée et peu revendicative. Cette tendance à l’augmentation des frais d’inscription s’est poursuivie avec la multiplication des diplômes d’universités (DU), non reconnus nationalement mais créant de discrètes poches de marchandisation dans le supérieur. Avec la volonté de conférer à ces diplômes les grades de licence et de master, c’est tout un système d’enseignement public et quasi gratuit que le gouvernement emmène vers un modèle marchand, payant et cher, sans tenir compte des désastreuses expériences étrangères en la matière !

Le gouvernement doit clarifier sa position et dire s’il veut ou non remettre en cause un modèle fondé sur un accès gratuit à l’enseignement supérieur. S’il veut rassurer les (futurs) étudiants et leurs familles, le président de la République et le gouvernement ont les moyens de profiter de la réforme constitutionnelle annoncée pour y inscrire la gratuité de tous les cursus de l’enseignement supérieur public. Il en résulterait nécessairement une remise en cause des tarifs pratiqués par certains établissements (Sciences-Po, Dauphine, les écoles d’ingénieurs) et une suppression des droits demandés aux étudiants dans chaque université. Le coût demeurerait très limité mais la portée majeure. Il en va du modèle de société que nous voulons pour le pays.