Frais d’inscription : arguments et résistance internationale

Petit bréviaire contre les frais, publié sur Contretemps.eu  par Hugo Harari-Kermadec, Léonard Moulin et David Flacher.

Le 19 novembre 2018, le gouvernement a annoncé la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es (hors Europe) à 2 770 € en Licence et 3 770 € en Master.

C’est une politique éducative discriminatoire, qui nie le droit à l’éducation pour toutes et tous (même dans sa version inscrite dans la constitution française). Elle vise à trier parmi les étudiant·e·s étranger·ères : les étudiant·e·s aisé·e·s seront les bienvenu·e·s, dans des filières d’excellence et de bonnes conditions de vie et d’études. Pour celles et ceux qui ont déjà du mal à faire face aux coûts du voyage, du logement et aux difficultés d’obtention d’un visa, les frais d’inscription sont une entrave supplémentaire, un signal clair que l’Université française leur est fermée. Ce ne sont pas les 20 000 bourses promises (pour 500 000 étudiant·e·s étrangers·ères, c’est-à-dire… 96% de non boursier-es) qui compenseront quoi que ce soit.

Pour le gouvernement, il s’agit de gagner des parts sur un marché global des services d’enseignement supérieur en pleine expansion (4 millions d’étudiant-es en migration internationale). Mais il s’agit surtout d’avancer vers une hausse bien plus importante et bien plus générale. En France, de nombreuses expérimentations ont déjà été menées (SciencesPo, Dauphine, de nombreuses écoles d’ingénieur sans parler des écoles de commerce). La hausse est toujours limitée au départ, et ne concerne que les plus aisé·e·s ou les étrangers·ères. Mais rapidement, il faut se caler sur les tarifs de la concurrence internationale, et donc parvenir à ce que la majorité des étudiant-es payent plus de 10 000 €.

Cette hausse radicale et généralisée des frais d’inscription, amenée progressivement par des hausses limités et partielles et accompagnée de petites mesures sociales, c’est le projet de Macron. Son conseiller à l’Elysée, Thierry Coulhon, l’a construit pendant la campagne avec les économistes champions des frais d’inscription, Robert Gary-Bobo et Alain Trannoy. Le second a d’ailleurs opportunément publiée une tribune appelant à la hausse des frais une semaine avant l’annonce du gouvernement. Le premier s’est rendu célèbre du fait de la parution dans les MacronLeaks de sa note pour le candidat Macron, particulièrement explicite : « Y aller doucement, mais commencer tout de suite avec les droits d’inscription » (p. 6). « Instaurer la sélection mine de rien » en appelant bachelors ces licences qui « pourront sélectionner à l’entrée comme [elles] voudront et faire payer des droits (au départ de 1 000 €) » (p. 7).

Le projet est donc connu, la méthode aussi. Contretemps a donc réuni les arguments mais aussi les expériences de résistance dès 2012, dans l’article qui suit et au sein d’un dossier complet : l’Université saisie par le néolibéralisme, entre marchandisation et résistances. On pourra également lire l’ouvrage Arrêtons les frais (Raisons d’agir), du collectif Acides, dont l’introduction est disponible ici.


Les étudiant·e·s québécois·es sont en grève contre la hausse des frais d’inscription de 1600 dollars canadien sur 5 ans. Une histoire militante déjà riche est en train de s’écrire : déjà plus de 100 jours de grève, 30 manifestations nocturnes, des milliers d’heures d’assemblée générale. Une proposition du gouvernement aux portes-paroles étudiants, le 27 avril, a été refusée par 115 associations représentant plus de 300 000 étudiant·e·s.

Depuis la démission de la ministre Line Beauchamp le 14 mai, le gouvernement passe à la répression. La nouvelle loi 78, « loi matraque », votée le vendredi 18 mai, entrave le droit de manifester, interdit les piquets de grève et ferme les campus les plus mobilisés jusqu’à mi-août. Face à cette répression la mobilisation s’étend et, en France, un premier rassemblement en solidarité s’est tenu mardi 22 mai à Paris à l’initiative du collectif SoDé-Québec.

D’autres pays connaissent ou ont connu des luttes similaires récemment : en Espagne et au Mexique cette année, en Angleterre et au Chili en 2011, à New York et en Californie en 2010. En France, l’augmentation des frais se discute au ministère de l’économie depuis plusieurs années et a été étudié par l’INSEE dans une enquête1commanditée par la conférence des présidents d’université (CPU). Au-delà de l’aspect directement économique, la  hausse des frais de scolarité participe d’une politique néolibérale de transformation de l’enseignement supérieur. Tour d’horizon de cette politique, en 3 arguments fallacieux2 et 3 procédés insidieux.

  • Arguments économiques en faveur des frais de scolarité et de leur augmentation
    • « Il est juste d’augmenter les frais puisque ce sont les riches qui vont à l’université »
    • « Augmenter les frais, c’est plus de moyens pour l’éducation »
    • « Tout le monde peut payer grâce aux aides »
  • Financiarisation, marchandisation et employabilité

Lire la suite sur Contretemps (en accès libre)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.