Principales motions

  • Motion issue de la première AG à ENS le 23/1 : On étudie ici, on reste ici. Des AG ont également pris position à
    • Paris 1, Paris 3, Paris 4, Paris 5, Paris 6, Paris 7, Paris 8, 
      Inalco, ENS Ulm et Cachan, Nanterre,
    • Nantes, Grenoble, Nancy, Metz, Valenciennes, Rennes 2, Toulouse le Mirail, ENS Lyon, Lille
  • 22 Sociétés savantes
  • 42 revues de sciences humaines et sociales
  • Motions des présidences ou Conseil d’administration de :
    • Paris 1, Paris 3, Paris 8, Paris 13, Ens Ulm et Cachan, Créteil, IHEAL, IUT Bobigny, AgroParisTech, Sorbonne Université
    • Rennes 2, Nantes, Poitiers, Le Mans, Lorraine, Toulouse 2 “Le Mirail” Jean Jaurès, Brest, Lyon 2, Montpellier 3, Lille, Rouen, Lorraine, Bordeaux Montaigne, Angers, Orléans, INSA de Lyon
    • Le regroupement des universités non fétichistes de l’excellence, l’AUREF
  • Motion du Conseil national des universités et de 17 sections disciplinaires du CNU : 04 (Science politique), 8 et 9 (Littératures moderne et ancienne), 10 (Littérature comparée), 11(Anglais), 14 (Etudes romanes), 15 (Langues orientales), 17 (Philosophie), 18 (Architecture et Arts), 19 (Sociologie, Démographie), 21 (Histoire ancienne et médiévale), 23 (Géographie), 25 (Mathématiques), 34 (Astrophysique), 35 (Géophysique), 60 (Mécanique), 69 (Neurosciences) et 72 (Histoire des sciences).
  • Recommandation unanime du Conseil scientifique du CNRS
  • Motion de nombreux laboratoires, masters et UFRs 
    (pour les labos, on ne donne que l’acronyme)
    • IRISSO à Dauphine, université française pionnière de la hausse des frais
    • LDAR, CEPED, IDHES, IMAF, CHS, CESSMA, Développement et sociétés, LARHRA, CEMOTEV, GEMDEV, CMH, GSPR, CRESPPA, CERLIS
    • UFR Sciences Po de Paris 1, UFR SES de Lille, Ecole doctorale EESC de Paris 7, Ecole doctorale de Sciences Po de l’Université Paris 1, des dizaines de centres et de master de l’EHESS
    • Masters DynPed, Université Paris 1 / Paris Diderot / AgroParisTech, Étude du développement de l’Université Paul Valéry de Montpellier, économie du développement, International development studies et économie des organisations de l’Université Grenoble Alpes, ETADD et SES de l’Université de Versailles, 
  • Syndicats SNESUP-FSU, UNEF, FAGE
  • Recensement également sur le site de la CJC
  • L’association France Amérique latine, plusieurs associations d’étudiant-es étranger-es
  • Inquiétude sans opposition définitive à la hausse : CPU, Université Paris Sud

On étudie ici, on reste ici ! Motion votée par les étudiant-es réuni-es à l’ENS Ulm vendredi 23 novembre 2018

Nous étudiant.e.s étrangèr.e.s et étudiant.e.s français.e.s, nous sommes réuni.e.s devant l’ENS, le 23 novembre 2018, contre l’augmentation des frais de scolarité universitaires pour les étudiant.e.s non-européen.ne.s, à l’occasion d’une réunion appelée par des étudiant.e.s de l’ENS, à laquelle nous n’avons pas pu avoir accès. Nous étions nombreuses et nombreux, environ 300 pendant 3 heures, à discuter en Assemblée Générale. Notre énergie et notre détermination ne connaitront aucune limite et aucune frontière. Ce projet de loi, qui s’inscrit dans une politique générale, ne sera jamais appliqué en France.

Nous nous organisons contre cette mesure raciste, néolibérale et excluante aujourd’hui. Ce projet de loi s’enregistre dans la continuité de politiques racistes, classistes et capitalistes que la France entreprend envers les étudiant.e.s étrangèr.e.s sans papier et de manière générale envers les milieux populaires avec la réforme ParcourSup. Cette mesure constitue encore un autre pas vers la marchandisation de l’enseignement et nous refusons ce modèle.

Nous appelons toutes et tous les étudiant.e.s, étranger.e.s, avec ou sans papier, et français.e.s, à se rejoindre et s’organiser dès le **lundi 26 novembre à 19h pour une première Assemblée Générale organisée à Jussieu**.

S’ensuivra mardi midi un rassemblement devant Paris 8. Nous encourageons toutes les facs à s’organiser pour le **jeudi 29 novembre, à 18h, où se tiendra une Assemblée interfac au 96 Boulevard Raspail** (EHESS, où nous sommes assuré.e.s que l’AG se déroulera dans des bonnes conditions).

Argent, papier : même sélection.
Encore une fois, l’Etat français nous le fait payer cher. On étudie ici, on travaille ici : on reste ici. Jamais de frontière à l’université.


Motion du CA d’Agroparitech

votée par 23 pour, 21 abstentions et 0 contre

Le conseil d’administration d’AgroParisTech réuni dans sa séance du 04 Décembre 2018 se prononce fermement contre la hausse discriminatoire des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur, ciblant les étrangères et étrangers extra-communautaires, annoncée par le Premier ministre Édouard Philippe. Il adresse toute sa solidarité aux étudiantes et étudiants, doctorantes et doctorants étrangers que notre établissement accueille aujourd’hui ou souhaite accueillir à l’avenir. Il exprime à ses ministères de tutelles son souhait du maintien des frais d’inscriptions nationaux pour les ressortissants des “économies en développement” et “économies en transition” (selon la définition de la CNUCED)


Motion du CA de l’INSA de Lyon (école d’ingénieur)

L’INSA Lyon accueille 20% d’étudiants extra-communautaires (339 sur 1723) dans les deux premières années post-bac et 43% en doctorat (soit 234 sur 542). Le conseil d’administration de l’INSA Lyon affirme son attachement aux valeurs fondatrices de l’établissement et sa volonté de former des docteurs et ingénieurs humanistes et citoyens possédant de hautes compétences techniques et scientifiques, sans distinction d’origine sociale ou géographiques. Par conséquent, l’augmentation des frais d’inscription ciblée sur les étudiants extra-communautaire est incompatible avec le modèle INSA et jugée discriminatoire par le CA de l’INSA Lyon. Le CA demande donc la suppression de cette mesure.


Commission permanente du conseil national des universités

La CP-CNU s’inquiète du renforcement des inégalités sociales dans l’ESR
et s’oppose à toute augmentation significative des droits d’inscription
des étudiants.


Conseil scientifique du CNRS : recommandation sur l’accueil des étudiants étrangers

À l’heure où le gouvernement, dans le cadre du plan « Bienvenue en France – Choose France », annonce une forte augmentation des droits d’inscription universitaire pour les étudiants étrangers non communautaires (de 243 à 3600 euros en Master, de 380 à 3800 euros en doctorat), le Conseil scientifique du CNRS exprime sa vive inquiétude devant les risques que cette décision, si elle était confirmée, pourrait faire peser sur les laboratoires de recherche et les formations universitaires.
Les doctorants étrangers (40% de l’effectif total, dont 70% hors Union européenne) jouent un rôle majeur dans l’avancée des connaissances au sein des laboratoires français. Le gouvernement justifie l’augmentation des droits d’inscription par une politique du « signal-prix » susceptible, selon lui, d’attirer les étudiants issus des pays émergents. Il est toutefois très probable que cette politique éloignera des laboratoires un grand nombre d’étudiants issus de pays à fort potentiel de développement, alors même que les partenariats avec les pays francophones, notamment d’Afrique, offrent de fortes perspectives de développement, qui d’ores et déjà intéressent les concurrents de la France.
Une politique différenciée en matière de droits d’inscription universitaire apparaît ainsi porteuse de menaces pour la recherche menée dans les laboratoires.
Le Conseil scientifique du CNRS recommande l’abandon de la politique des droits d’inscription différenciés et l’ouverture d’une large concertation sur l’attractivité des études doctorales et les conditions d’accueil des étudiants étrangers en France. Cette discussion devra réellement impliquer les acteurs de la recherche.

Texte adopté à l’unanimité le 22 janvier 2019
Destinataire :  Mme Frédérique VIDAL, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation


Contre le projet sur les droits d’inscription universitaires des étrangers : des UMR et des UFR prennent position partout en France

Nous avons appris par la presse que le gouvernement prévoit de multiplier par dix ou quinze les frais d’inscription universitaires pour les étudiants hors Union européenne. Ceux-ci seraient dès lors contraints de débourser annuellement 3770 euros en master et en doctorat (contre 243 euros en master et 380 euros en doctorat pour les autres). Cela créerait une inégalité intolérable entre les étudiants en fonction de leurs origines.
Ce projet aurait pour objectif, selon ses promoteurs, d’attirer en France davantage d’étudiants étrangers. Or, quoi qu’en dise le gouvernement, cette mesure discriminatoire aurait bien sûr un effet dissuasif et non incitatif, en pénalisant en particulier les 150 000 étudiants africains présents dans des universités françaises (soit environ 45% des étudiants étrangers). Et ce ne sont pas les 8000 bourses supplémentaires annoncées (sans garantie de pérennité) qui pourraient compenser cette augmentation massive des frais d’inscription puisque seule une infime partie des étudiants concernés en bénéficierait.
En France, nos laboratoires de recherche (UMR) et nos Unités de formation et de recherche (UFR) comptent de nombreux doctorants ou masterants étrangers, dont une forte proportion d’Africains francophones (pour des raisons linguistiques et historiques bien compréhensibles). Ils contribuent, par leurs travaux et collaborations actuels ou futurs, au dynamisme de la recherche française, à son rayonnement et au développement de ses partenariats internationaux. Nous nous opposons donc à un projet qui, loin de favoriser l’accueil et les conditions d’étude des étudiants étrangers, les compliqueraient encore davantage d’un point de vue financier. Nous partageons aussi l’inquiétude de ceux qui voient dans ce projet une première entorse au principe de la quasi gratuité des études universitaires en France.


Communiqué du GSPR

Ayant pris connaissance du décret gouvernemental conduisant, à partir de la rentrée 2019, à l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant.e.s non-européen.ne.s., les membres du GSPR, oeuvrant depuis longtemps à des projets d’enseignement et de recherche inter- et trans-nationaux, s’inscrivent dans le mouvement de protestation légitime qui associe étudiant-e-s, enseignant-e-s, chercheur-e-s et personnels administratifs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Nous accompagnerons cette nouvelle lutte jusqu’à ce que le gouvernement néolibéral de MM. Macron-Philippe renonce à cette mesure qui porte atteinte à l’ouverture des mondes universitaires, aggrave des inégalités déjà criantes et contribue à éloigner encore plus nos institutions de la défense des biens communs universels que sont la création et la transmission des savoirs.


Motion des revues de Sciences Humaines et Sociales contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s et contre la réforme du lycée. 

En tant que membres de revues de Sciences Humaines et Sociales, participant à ce titre à la production de connaissance en relation avec nos enseignements, nous nous opposons à la hausse des droits d’inscription à l’Université pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s « non communautaires », annoncée par le premier ministre Edouard Philippe le 19 novembre dernier. Cette décision est un déni du droit fondamental à l’éducation. Elle frappera d’abord les étudiant-e-s des pays les plus pauvres, celles et ceux que leurs gouvernements ne peuvent pas soutenir avec des bourses. Elle accentuera les disparités existantes entre les étudiant-e-s, en particulier ceux et celles qui proviennent des ex-colonies françaises. Elle s’articule également à une reconfiguration de l’enseignement supérieur qui sélectionne les étudiant-e-s les plus riches pour les orienter vers des écoles privées (d’ingénieurs et de commerce etc.). Finalement, la conjonction de ces mesures portera atteinte aux formations de sciences humaines et sociales qui seront les premières affectées, et nous interpellons à ce sujet les directions de COMUE pour qu’elles prennent position. Ceci pourrait également tarir la source de la recherche et ce d’autant que la reforme du lycée qui s’annonce risque de réduire nettement les vocations en Sciences Humaines et Sociales dans la mesure où elle menace particulièrement les enseignements de sociologie, de géographie et d’histoire. C’est pourquoi, nous nous y opposons également et soutenons à ce sujet la mobilisation lycéenne en cours. Nous, membres de comités de rédaction de revue de Sciences Humaines et Sociales, demandons solennellement au gouvernement de revenir sur l’ensemble de ces décisions. 

Actes de la recherche en sciences sociales ; Actuel Marx ; Agora débats/jeunesses ; Artefact ; L’Autre ; Biens symboliques ; Les Cahiers de la LCD ; Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs ; Les Cahiers du genre ; Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique ; Les Carnets de géographes ; Contretemps ; Critique internationale ; Diasporas ; Émulations ; Genèses ; Genre en séries ; Genre, sexualité et société ; Histoire, médecine et santé ; L’Homme et la Société ; Le journal des anthropologues ; Justice spatiale ; Lusotopie ; Monde Commun. Des anthropologues dans la cité ; Les Mondes du Travail ; Mouvements ; La Pensée ; Politique africaine ; Problèmes d’Amérique latine ; Nouvelles questions féministes ; Psychologie Clinique ; Recherches en psychanalyse ; Revue d’histoire des sciences humaines ; Revue des sciences sociales ; Revue Interdisciplinaire de Travaux sur les Amériques ; Revue Partage ; Sociétés contemporaines ; Sociologie pratique ; Temporalités ; Tracés ; Travail, genre et Sociétés ; Urbanités ;


Motion du laboratoire IRISSO de l’Université Paris-Dauphine, pionnière de la hausse des frais en France.

Les membres de l’IRISSO (UMR CNRS INRA Paris-Dauphine 7170-1427) se prononcent unanimement contre la hausse des frais d’inscription en Licence, Master et Doctorat ciblant les étrangères et les étrangers extra-communautaires, annoncée par le Premier ministre Edouard Philippe et déjà affichée sur le site de Campus France. Cette mesure, déjà appliquée depuis quelques années à Paris-Dauphine pour les diplômes de grand établissement, est fondamentalement inégalitaire et injuste dans la mesure où elle empêche la libre circulation des étudiant.e.s étranger.e.s aux revenus modestes. Les membres du laboratoire demandent le retrait de cette mesure discriminatoire et dangereuse et soutiendront les mobilisations des étudiant.e.s et des personnels qui s’y opposent.


5 réflexions sur « Principales motions »

  1. François Calori

    Position du conseil d’administration de l’université de Rennes 1 votée à l’unanimité le 24/01/2019

    Le conseil d’administration de l’université de Rennes 1 prend acte du plan « Bienvenue en France » annoncé par le Premier Ministre le 19 novembre 2018 pour améliorer la qualité de l’accueil, développer des formations en langue anglaise en plus grand nombre, soutenir l’apprentissage du français, simplifier la politique de visa, renforcer les partenariats avec les pays du Sud et notamment l’Afrique.

    L’université de Rennes 1 est une université de recherche intensive hébergeant près de 40% de doctorants étrangers, reconnue en terme de laboratoires internationaux associés avec les grands organismes de recherche, abritant des masters européens et des cursus conjoints sur plusieurs continents. 40% des étudiants internationaux de l’université de Rennes 1 sont issus du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

    Parmi les mesures annoncées, figure celle de la mise en œuvre de frais d’inscription différenciés pour les étudiants internationaux en mobilité libre. Sur cette mesure, l’université de Rennes 1 appelle avec la Conférence des Présidents d’Université (CPU) à une concertation nationale large et indispensable avant toute publication de nouvelles dispositions règlementaires. Elle sera attentive au travail du groupe de concertation dont les conclusions seront rendues au cours du mois de février.

    Compte tenu de cette concertation nécessaire, le rythme annoncé pour l’application de cette mesure ainsi que les incertitudes sur les modalités de son application ne garantissent pas les conditions d’une rentrée sereine. Aussi, le conseil d’administration de l’université de Rennes 1, conscient des inquiétudes soulevées par cette réforme sur l’application de droits différenciés, s’oppose à la réforme en l’état et demande une suspension de son entrée en vigueur. L’université souhaite affirmer son ouverture à l’accueil d’étudiants de toute nationalité et de toute condition.

    D’ores et déjà, dans le cas d’une entrée en application des frais d’inscription différenciés en septembre 2019, le président de l’université s’engage à soumettre au vote du conseil d’administration des dispositions transitoires permettant aux étudiants internationaux déjà inscrits dans notre université, qui soit poursuivent leur cursus dans un même cycle, soit changent de cycle (de licence à master et de master à doctorat), se voient appliquer les mêmes droits que les étudiants nationaux. La recherche étant l’ADN de notre université, il sera également proposé que les étudiants internationaux recrutés pour effectuer leur thèse dans nos laboratoires de recherche soient soumis aux mêmes droits que les étudiants nationaux.
    La réussite du plan d’attractivité nécessite de concilier coopération et solidarité. Notre université y sera particulièrement attentive et elle renforcera ses partenariats internationaux.

    Répondre
  2. Morovich

    Bonjour,

    La revue “Le journal des anthropologues” publication de l’Association Française des Anthropologues (AFA) signe également la “Motion de 23 revues de Sciences Humaines et Sociales contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s et contre la réforme du lycée”.

    Merci beaucoup !

    Barbara Morovich
    Présidente de l’AFA
    Responsable de publication du JdA
    pour l’équipe de rédaction

    Répondre
  3. Monde Commun

    bonjour,

    la revue “Monde Commun. Des anthropologues dans la cité” se joint à la “Motion de 25 revues de Sciences Humaines et Sociales contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s et contre la réforme du lycée.”

    Merci pour cette initiative,
    l’équipe de direction

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.