Frais d’inscription pour les étudiants étrangers: «Une logique contraire au service public»

Entretien de Hugo Harari-Kermadec par Faïza Zerouala pour Médiapart

Extraits : Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi 19 novembre une hausse spectaculaire des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers extra-communautaires.

Est-ce que cette annonce était attendue ?

Hugo Harari-Kermadec : On savait depuis la campagne présidentielle que la discussion concernant la hausse des frais d’inscription à l’université était assez avancée.

On a vu comment Parcoursup organise un système où le futur étudiant candidate à un grand nombre de formations, comme dans un marché. L’idée étant qu’au lieu d’être affecté dans la licence de son choix dans la limite des postes disponibles, on est mis en concurrence et, selon la demande, il est plus ou moins difficile d’y entrer. À long terme, on peut imaginer qu’il y aura une offre concurrentielle marchande.

Bien entendu, le contre-argument principal à cette hausse des frais d’université va être de dire que cela ne concernera pas tout le supérieur, seulement certains établissements et certaines filières. On peut donc aussi supposer que les universités qui ont le plus besoin de financements, celles de banlieues dans les villes grandes et les moyennes, ne seront pas attractives et personne ne voudra payer pour y venir. Ce qui va en définitive accroître les inégalités et les hiérarchies.

Le premier ministre a expliqué agir ainsi pour rétablir « une équité » entre étudiants dont les parents paient des impôts en France et les autres. Est-ce un argument recevable selon vous ?

Non. Les parents d’étudiants étrangers ne paient pas d’impôts en France, certes, mais dans ces cas-là, les adultes qui n’ont pas d’enfants ne devraient pas payer d’impôts non plus. Le premier ministre entre dans une logique où chacun paie ce qu’il consomme, ce qui est l’inverse de la définition du service public.

Au contraire, il y a tout intérêt à ce que les étudiants étrangers viennent étudier en France, qu’ils restent et paient des impôts ensuite. Surtout que, pendant les années où ils seront là, ils devront se loger, se nourrir, bref faire des dépenses. Le coût des études sera de toute façon inférieur à ce qu’ils vont dépenser en vivant en France (4,65 milliards d’euros contre 3 milliards d’euros). C’est plus rentable à long terme que de leur demander de payer ce qu’ils consomment. Surtout qu’en étant étudiant ici, même s’ils repartent, ils garderont un lien avec la France et pourront, par exemple, faire du commerce ou de l’exportation. Il n’y aura pas de perte économique.

La véritable question d’équité est de rappeler que tout jeune en France a le droit d’être formé. Là, cette mesure peut dissuader les moins fortunés de venir.

D’autres, comme la présidente de la Conférence des grandes écoles, expliquent que des frais d’inscription modiques nuisent à l’attractivité et donnent l’impression d’une éducation au rabais.

On pourrait rétorquer que des masters à 3 000 euros ne « font » pas assez chers. Surtout que ça n’aide pas à augmenter l’attractivité. Le Chili, par exemple, a des prix alignés sur ceux des États-Unis. C’est très onéreux mais il n’y a pas d’étudiants étrangers là-bas. L’université est pourtant de qualité, elle est bien placée dans les classements internationaux. Mais les étudiants asiatiques, qui sont la cible visée, préfèrent aller aux États-Unis, en France ou en Grande-Bretagne.

Les jeunes prennent aussi en ligne de compte dans leur choix la qualité de vie et le réseau qu’ils auront en s’expatriant pour leurs études. C’est pour cette raison que le « tourisme étudiant » est en pleine expansion. Les communautés d’établissements comme PSL à Paris ou Saclay essaient de développer non [seulement] une excellence de la recherche mais des infrastructures pour attirer le plus grand nombre. Dans cette veine-là, à Saclay, un projet de créer le plus grand stade européen est à l’étude.

Les syndicats étudiants sont contre cette hausse et parlent plutôt de la nécessité d’assouplir la politique de visas, est-ce le problème ?

En réalité, l’idée du gouvernement n’est pas d’attirer ceux qu’on a toujours attirés, à savoir les étudiants des ex-colonies françaises. En introduisant cette hausse des frais d’inscription, l’État vise à attirer les étudiants asiatiques et les classes moyennes hautes de ces pays au pouvoir d’achat en augmentation. Il ne s’agit pas d’avoir plus d’étudiants étrangers mais surtout de saisir une part de marché.

Y a-t-il eu d’autres tentatives par le passé d’augmenter les frais d’inscriptions pour les étudiants étrangers ?

Il y a eu toute une série d’expérimentations dans l’enseignement supérieur. Science Po a été précurseur et a augmenté ses frais d’inscription pour tout le monde, en fixant d’abord un maximum de 2 000 euros. Les étrangers extra-communautaires paient toujours le prix le plus élevé car on ne peut pas vérifier leur dossier et la réalité des ressources de leurs parents. Aujourd’hui, au bout de quelques années, le prix de l’année d’étude s’élève à 14 000 euros, ce qui est plus onéreux que les écoles de commerce et correspond aux tarifs pratiqués en Angleterre. La moitié des étudiants de Science Po sont étrangers.

Cette hausse massive a profondément changé le mode de recrutement des étudiants. Ils veulent faire venir des étudiants étrangers et pour cela leur offrent une expérience de vie dans le centre de Paris. Le recrutement des étudiants français est très sélectif.

En Grande-Bretagne, le tarif standard est de 14 000 euros. Les étudiants étrangers peuvent payer plus. Ils sont donc plus intéressants pour les universités, car les « nationaux » rapportent moins. De fait, des filières comme la philosophie ou la littérature anglaise sont sacrifiées au profit de cursus de médecine, droit ou business, plus susceptibles d’attirer les étudiants asiatiques ou moyen-orientaux.

Au contraire, en 2005, certains Länder en Allemagne ont essayé d’augmenter ces frais avant de faire machine arrière car la communauté universitaire et les jeunes y étaient réfractaires. Culturellement, cela n’est pas passé et les étudiants pouvaient aller dans le Land d’à côté pour éviter cette hausse.


4 réflexions sur « Frais d’inscription pour les étudiants étrangers: «Une logique contraire au service public» »

  1. Lampe-Vallée

    Presque tout à fait d’accord avec votre argumentaire Hugo, qui rejoint votre publication de 2016 “Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ? », néanmoins ne devrait-on pas, dans des accords multilatéraux, inciter les Etats d’origines des cohortes d’étudiants étrangers, à participer au financement des études de leurs citoyens et ainsi ne plus faire porter politiquement et économiquement la responsabilité sur l’individu et/ou sur le système français, mais bien sur une co-responsablité des Etats-nations (pour bien connaître la situation de certains étudiants africains en France on assiste quand même à une délégation des responsabilités proche de l’abandon de leurs concitoyens ==> combien de bourses d’Etat ?…), sinon je serais très favorable à flécher, en toute transparence, cette dépense dans l’enseignement supérieur comme juste contribution à la réparation de la dette négrière, coloniale, néo-coloniale dans une logique de Reconnaissance / Réparations / Réconciliation. cordialement

    Répondre
    1. Hugo Harari-Kermadec Auteur de l’article

      Tout à fait d’accord ! C’est exactement ce que nous proposons dans notre projet d’allocation universelle d’autonomie. Voir ici par exemple https://acides.hypotheses.org/536 ou le dernier chapitre de « Arrêtons les frais »

      Répondre
  2. Olivier

    Bonjour,
    Au milieu de ce débat, il ne faut tout de même pas oublier que la majorité du financement de nos universités viennent de nos impôts ou ces de nos parents. Un non-Européen n’a jamais payé aucun impôt en Françe ni aucun pays Européen. Je ne vois pas pourquoi l’accès à notre système éducatif serait au même tarif que pour ceux de nos enfants.
    Dans beaucoup de pays, les locaux ou Européens paient un tarif , les autres ont un autre tarif, et souvent beaucoup plus, de l’ordre du double voir le triple.
    En espérant tout de même que cette annonce du gouvernement n’est pas une stratégie comme décrite dans les médias.
    Cordialement

    Répondre
    1. Hugo Harari-Kermadec Auteur de l’article

      Bonjour
      Lorsqu’une étrangere vient travailler en France, par exemple dans le service à la personne, on ne lui fait pas de réduction d’impôt parce qu’elle n’a pas profité du système scolaire. Le piège ici c’est que l’économie dominante nous fait penser en termes individuels et financiers, comme si on achetait chaque service comptant ou à crédit. En fait l’impôt et les cotisations c’est plutôt une répartition des moyens actuels entre les habitants actuels d’un pays.
      Du coup les etudiants etrangers payent des impôts, au moins la TVA et le plus souvent des impots et des cotisations parce qu’ils travaillent en parallèle de leurs études (le résultat net est positif de plus d’un milliard pour la France, sans presque aucun frais d’inscription). Près de la moitié reste en France ensuite et continuent à payer des impots complets alors qu’ils n’ont fait qu’une partie de leurs études ici.

      Le gouvernement sait tout ça. Ce n’est donc pas pour des raisons fiscales qu’il fait cette réforme mais bien pour préparer la suite.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.