Faut-il augmenter les frais d’inscription ?

Intervention d’Hugo Harari-Kermadec lors des Journées de l’économie 2018 à Lyon.

La question des frais d’inscription est souvent présentée comme l’effet de la globalisation de l’université, avec une concurrence qui serait devenue internationale et des étudiant-es en migration. En France, le nombre d’étudiant-es étranger-ères est en augmentation, mais bien moins que le nombre d’étudiant-es français-es. C’est ça la principale dynamique du supérieur : le nombre d’étudiant-es croit. Depuis les années 1960 ! Il faut donc tout naturellement augmenter les moyens.

Il faut donc plus de moyens pour l’enseignement supérieur. Mais les frais d’inscription joueraient à contre sens : la massification se fait par les établissements les moins prestigieux, les universités moyennes de province et de banlieue, pas les établissements d’élite. Or  les frais d’inscription permettraient d’augmenter les moyens de ces établissements. Ils le permettent déjà d’ailleurs, puisque ces établissements obtiennent aisément des dérogations : Sciences Po Paris et l’Université Paris Dauphine sont les pionnières de la hausse dans les établissements publics.

C’est donc le financement public qui doit croître, en priorité là où les effectifs sont en plus forte croissance, là où les conditions d’étude et les difficultés scolaires les plus importants.

Le groupe de recherche ACIDES a également proposé d’augmenter les cotisations sociales pour financer une allocation d’autonomie pour tou-tes les étudiant-es. Nous proposons d’étendre la sécurité sociale pour qu’elle prenne en charge le coût de la vie durant les études supérieures, comme elle le fait en cas d’arrêt maladie, de chômage ou de retraite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.