Parcoursup : vers la nouvelle université capitaliste et l’accentuation des inégalités

Extrait :  Parcoursup : un pas de plus vers la néolibéralisation de l’Université

Le remplacement d’APB par Parcoursup pour la rentrée 2018 peut se lire comme une extension (voire une normalisation) du fonctionnement APB pour les filières sélectives vers les filières universitaires dites « non sélectives », généralisant et institutionnalisant la production de classements de candidats pour toutes les formations du supérieur français.

Dans un contexte de saturation croissante des capacités d’accueil provoqué par l’assèchement des moyens dont bénéficient les universités, cela interroge d’abord la fonction du baccalauréat, considéré jusque-là comme premier grade universitaire et garantissant à ce titre l’accès aux études supérieures. Mais plus qu’une extension de la logique APB, Parcoursup implique un changement de paradigme en matière d’affectation. En effet, la disparition de l’appariement par algorithme fait basculer l’affectation optimisée (certes selon des critères critiquables, comme nous l’avons vu par exemple pour l’académie ou la prime au premier vœu) vers une sorte de bourse de l’inscription dans le supérieur. […]

La logique de néolibéralisation de l’enseignement supérieur que favorise Parcoursup se dévoile notamment à travers l’injonction faite aux équipes pédagogiques universitaires d’opérer un tri des dossiers même lorsque leur capacité d’accueil n’est pas saturée depuis plusieurs années. A une autre échelle, le nombre total de places n’étant pas suffisant pour accueillir tous les bacheliers (et cela dans un contexte où, jusqu’à maintenant, seulement la moitié des bacheliers professionnels poursuivaient dans le supérieur), Parcoursup légitime ainsi l’exclusion de certains bacheliers du système public d’enseignement supérieur, les vouant à rejoindre cette main-d’œuvre jeune et précaire qui constitue l’armée de réserve d’un capitalisme en crise, et favorise d’autre part le développement de formations privées.

Lire la suite sur contretemps.eu

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.