La rentabilité de l’enseignement supérieur n’a aucun sens !

Article de David Flacher et Hugo Harari-Kermadec, Mensuel du Snesups, n°659 novembre 2017.

Les valeurs de l’Université, aujourd’hui, sont bafouées au profit d’une logique néolibérale réduisant l’individu scolarisé à un rôle d’investisseur qui, en étudiant, accumule un capital pour en tirer un bénéfice par la suite.

L’Université va mal, les moyens qui lui sont confiés seraient gaspillés du fait de l’échec en licence et de la non adéquation des enseignements au marché du travail. « Rentabiliser » l’investissement dans l’enseignement supérieur passerait dès lors naturellement par davantage d’autonomie, de concurrence et donc d’efficacité des établissements, d’une part, et par une « responsabilisation » des étudiants et des familles d’autre part. Il faut bien sûr entendre par là une augmentation des frais d’inscription, ce qui permettrait au passage d’accroître moyens disponibles pour l’université. Chacun sait en effet qu’il n’y a plus d’argent public disponible… sauf pour le crédit d’impôt-recherche (CIR) ou le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ou encore la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) alors qu’aucune de ces mesures – autrement plus coûteuses que les besoins des universités – n’ont fait leur preuve.

L’idéologie néolibérale qui sous-tend la vision aujourd’hui à l’œuvre, est celle du capital humain : l’individu scolarisé n’est qu’un investisseur qui accumule un capital en étudiant et compte en tirer un bénéfice. Peu importe que cette vision ne construise une société du chacun pour soi : l’appât du gain et le libre marché ne sont-ils pas, au bout du bout, les seuls garants du bien-être collectif ?

Loin de ce cadre idéologique, il est important de rappeler que la « rentabilité » de l’Université, ce n’est pas seulement ni d’abord le supplément de revenu qu’on peut espérer tirer d’un diplôme. Si les étudiant-es suivaient ce type de logique, il n’y aurait personne pour travailler dans les universités ou les hôpitaux. Les retours – individuels et collectifs – de l’enseignement supérieur sont bien plus divers : ils ont à voir avec la vocation professionnelle, l’émancipation intellectuelle, la santé, la baisse de la criminalité, la participation citoyenne. Même d’un point de vue purement économique, les dépenses dans l’enseignement supérieur produisent des rendements sociaux sous la forme d’une hausse de la productivité collective et d’accroissement des recettes fiscales. Il est dès lors profondément réducteur de vouloir réorganiser l’enseignement supérieur et son financement autour de la participation financière individuelle directe des étudiant-es !

Pourtant, dans les « MacronLeaks », on apprend que le futur conseiller spécial d’Emmanuel Macron sur ces questions, Thierry Coulhon est non seulement favorable à une hausse importante des frais d’inscription à l’université, mais qu’il a choisi son modèle. Les frais progressifs en fonction des revenus familiaux, c’est « très bien à Sc Po ou Dauphine […] les CPS+ ne manquent pas. […] Dans toute une partie du système, la plus ouverte socialement, on ne ramassera pas grand’chose. » D’où une autre option ardemment défendue par l’économiste Robert Gary-Bobo, navigant dans les mêmes cercles du pouvoir : pour faire payer les classes moyennes et populaires,  il faut s’inscrire dans le modèle australien, repris en Angleterre : une hausse homogène pour tou-tes des frais « entre 4 000 et 8 000 euros par an et par étudiant », qui n’est possible qu’en permettant aux étudiants de s’endetter, autrement dit si « l’Etat, les services fiscaux, acceptent de sécuriser ces crédits d’une certaine manière (au besoin en reprenant les crédits à problèmes) ». Gary-Bobo va jusqu’à se demander « Comment faire passer la pilule de la hausse des droits d’inscription ? Commencer bien sûr par le crédit […] » en prétextant que « l’objectif affiché est de développer l’autonomie des jeunes. ». On retrouve dans ces fuites la foi en la concurrence (mais qu’il faut bannir dans les discours, tout comme « excellence », au profit de « ouverture » et « diversité ») et la menace que représente l’UNEF (présent sur la moitié des pages du rapport de Gary-Bobo pour Macron, là où le SNESUP n’apparait qu’une fois).

Une telle perspective est d’autant plus aberrante qu’un ESR pensé autour de cette forme étroite de rentabilité, loin de permettre à l’Etat d’économiser ce qu’il demande aux étudiant-es… coûte terriblement cher. Dans les pays anglo-saxons, le coût explose au niveau de l’Etat (pour garantir les prêts) ou des universités (pour attirer des étudiant-es solvables). Les moyens dépensés en France dans la course à la visibilité internationale ne donnent qu’un aperçu de cette dynamique. En plus des effets délétères en termes d’auto-éviction des classes populaires, de modification des orientations au détriment des vocations, de précarisation financière par la dette étudiante s’ajoutent en effet un coût pour les finances publiques qui doivent assurer le risque financier du montage.

Alors que près de 40% des prêts étudiants ne sont pas remboursés en Angleterre, que ce chiffre pourrait atteindre les trois quarts des étudiants selon l’Institute for Fiscal Studies et que chaque étudiant sort en moyenne avec 44 000 livres de dette à la fin de ses études, il est plus que temps de prendre en compte les échecs observables des modèles étrangers que l’on voudrait nous faire suivre. Il est plus que temps de penser un enseignement supérieur débarrassé du discours de rentabilité qui n’est ni réellement mesurable, ni même pertinent pour l’avenir de la société comme de l’économie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *