Marché de l’enseignement supérieur

Jeudi 3 juillet 2014, panel au congrès AFEP, organisé par Léonard Moulin.

  • Des dispositions à s’orienter face à des universités en concurrence : marché universitaire francilien et ségrégation – L. Frouillou, Géographie-cités
  • Comment les étudiants pourraient réagir face à une hausse du coût de leurs études ? – J.-F. Giret, IREDU et C. Bonnard, IREDU et CLERSE
  • Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur – L. Moulin, CEPN et S. Chauvel, LIRTES

Présentation du panel

Dans ce panel, nous proposons de porter un regard socio-économique sur les trajectoires dans l’enseignement supérieur.

Cette question peut être abordée à partir de la thématique des inégalités. D’une part, les milieux d’origine des élèves et étudiant-es conditionnent leur choix et leur parcours, reproduisant une domination scolaire (Palheta, 2012). D’autre part, ces choix et parcours scolaires impactent les situations sociales des ancien-nes étudiant-es, à travers le marché du travail bien sûr (Giret et Issehnane, 2012), mais également de façon moins immédiate par les capitaux culturel et social que les études permettent de constituer. La conception de l’étudiant acteur de son parcours renvoie aux enjeux de la réussite scolaire, de la lutte contre les inégalités scolaires ou encore l’orientation « subie » (que l’élève n’aurait pas vraiment choisie). Ainsi le choix éclairé doit participer à la réduction des inégalités des parcours scolaires, et permettre de combattre également le sentiment de discrimination à l’école, qui se concentre sur la procédure d’orientation (Brinbaum, Chauvel et Tenret, 2013).

Les professionnels jouent un rôle important tout au long du parcours dans le secondaire, celui de sélectionner les élèves qui se dirigent vers la voie générale et technologique à partir du principe d’anticipation des risques d’échec scolaire ultérieurs. Certaines situations mettent les professionnels au cœur des contradictions de l’action éducative, soit entre une approche libérale de l’orientation et les contraintes des parcours scolaires hiérarchisés (offre de place, sélection des élèves, Chauvel, 2012) : l’action des professionnels et les effets des dispositifs de lutte contre les inégalités ou d’accompagnement à l’orientation a peu été exploré du côté de l’enseignement supérieur.

Les parcours étudiants sont également déterminés des institutions de l’enseignement supérieur, tout en étant largement constitutif, dans la mesure où la population scolaire est l’un des éléments déterminants de la « qualité » d’un établissement (Issehnane et Sari, 2013). Nous analyserons donc les mutations de l’environnement économique de l’enseignement supérieur, en mutation rapide dans l’OCDE depuis une vingtaine d’année (Boulet, 2013) et, plus récemment, en France (Laval, Vergne, Clément et Dreux, 2012 ; Flacher, Harari-Kermadec et Moulin, 2012). Cette co-détermination de la « qualité » des établissements et de la composition sociale de leur population étudiante rend particulièrement décisive l’attention portée aux représentations des étudiant-es et de leurs familles (Le Breton et Harari-Kermadec, 2013). Les mécanismes de formation de ces représentations font l’objet de politiques publiques mais subissent également les effets d’initiatives de chefs d’établissement (Blanchard, 2012 ; Casta, 2012).

  • Blanchard Marianne, 2012, Socio-histoire d’une entreprise éducative : le développement des Écoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle – 2010), Thèse de doctorat, EHESS.
  • Boulet Elsa, 2013, « La marchandisation de l’unversité à l’oeuvre. Le cas de l’université de Ghimwall, en Angleterre », Mémoire de Master, Université Paris 4.
  • Le Breton Morgane et Harari-Kermadec Hugo, 2013, « Engagement décennal ou endettement étudiant ? Les bi-admis ENS Cachan/HEC face au choix de leur école et de leur carrière », Revue française de pédagogie, vol. 184.
  • Brinbaum Yaël, Chauvel Séverine et Tenret Élise, 2013, « Quelles expériences de la discrimination à l’école ? Entre dénonciation du racisme et discours méritocratique. », Migrations société, n° 147, p. 97‑109.
  • Casta Aurélien, 2012, Le financement des étudiants en France et en Angleterre de 1945 à 2011 : le student finance, l’award et le salaire étudiant et leur hégémonie, Paris 10.
  • Chauvel Séverine, 2012, Des politiques aux pratiques d’orientation: enquête ethnographique dans deux collèges de banlieue, Thèse de doctorat, Paris, France, Centre Maurice Halbwachs.
  • Flacher David, Harari-Kermadec Hugo et Moulin Léonard, 2012, « Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ? », Revue française d’économie.
  • Giret Jean-François et Issehnane Sabina, 2012, « L’effet de la qualité des stages sur l’insertion professionnelle des diplômés de l’enseignement supérieur », Formation emploi, vol. 117, n° 1, p. 29‑47.
  • Issehnane Sabina et Sari Florent, 2013, « Effets contextuels et effets de pairs », Revue économique, vol. Vol. 64, n° 5, p. 775‑804.
  • Laval Christian, Vergne Francis, Clément Pierre et Dreux Guy, 2012, La nouvelle école capitaliste, Paris, France, la Découverte.
  • Palheta Ugo, 2012, La domination scolaire : sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, Paris, France, Presses universitaires de France.

 

Des dispositions à s’orienter face à des universités en concurrence : marché universitaire francilien et ségrégation, Leila Frouillou, Géographie-cités

Les seize universités publiques franciliennes constituent un terrain privilégié pour l’étude du triptyque associant les trajectoires étudiantes, les trajectoires d’établissements dans lesquels elles s’inscrivent, et les enjeux sociaux au cœur des questions de démocratisation de l’enseignement supérieur.En effet, la localisation des différentes universités dans des environnements sociaux contrastés explique en partie les écarts observés entre les établissements en termes d’origine sociale des étudiants, mais aussi de capital scolaire (SISE-MESR, 2005-2011). Cette hétérogénéité des publics étudiants pose la question des formes que peut prendre l’ouverture sociale ou de la démocratisation de ce secteur de l’enseignement supérieur, que l’on pourrait analyser en terme de relégation (dimension spatiale de la domination universitaire). Une enquête par entretiens répétés auprès d’étudiants de géographie, Administration Economique et Sociale et Droit inscrits à Paris 1 Panthéon-Sorbonne ou à Paris 8 Vincennes-Saint-Denis permet de montrer l’importance de leur capital scolaire dans l’orientation, les trajectoires de ces étudiants pouvant être lues au prisme d’un sens du placement universitaire. Ce dernier contribue ainsi à différencier les recrutements d’établissements désormais en concurrence. La composition sociale et scolaire des publics joue en outre un rôle important dans les jugements que construisent les étudiants sur les universités, au même titre que la localisation et le nom des établissements.


 

Comment les étudiants pourraient réagir face à une hausse du coût de leurs études ?, Jean-François Giret, IREDU et Claire Bonnard, IREDU et CLERSE

La théorie économique traditionnelle suppose que les étudiants décident de leurs études en fonction des coûts et des bénéfices anticipés de leur investissement scolaire. L’objectif de notre communication, basée essentiellement sur une recherche empirique, est de s’interroger sur l’information dont disposent les étudiants sur le rendement de leurs études en fonction notamment de leurs caractéristiques scolaires et socioéconomiques, puis leur réaction face à une hausse du coût de leur scolarité. A partir d’une enquête sur 400 étudiants en sciences humaines et sociales d’une université française, nous proposons dans un premier temps d’estimer la rentabilité qu’ils attribuent à leur projet scolaire. L’enquête présente l’intérêt de disposer d’informations sur les salaires espérés par les étudiants à la fin de leurs études, mais également sur les salaires anticipés s’ils renonçaient à leurs études. Dans un second temps, une série de questions leur a également été posée sur la modification de leur comportement en lien avec une hausse éventuelle des frais d’inscription de 1000 euros par année. Bien que le cadre proposé ne soit pas expérimental, notre démarche propose de faire le lien entre la manière dont les étudiants, en fonction de leurs caractéristiques individuelles, valorisent actuellement leurs études supérieures et leur comportement hypothétique si les coûts de scolarité augmentaient. Nous nous intéresserons notamment aux conséquences sur leur projet d’études et sur le salariat étudiant.


 

Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur, Léonard Moulin, CEPN et Séverine Chauvel, LIRTES

En France, l’Université Paris 9 Dauphine est la première à bénéficier du statut de grand établissement, statut lui permettant de tarifer librement une partie de ses diplômes. En 2010/2011, première année d’introduction des frais d’inscription, les étudiants inscrits en master 2 de grand établissement devaient s’acquitter d’une somme comprise entre 0 (si le revenu brut global annuel est inférieur à 40000 euros) et 4000 euros par an (si ce dernier excédait 80000 euros). Le montant maximal a été relevé à 5940 euros pour l’année universitaire 2014/2015.

Alors que l’Université Paris 9 Dauphine fait figure d’un nouveau système, il apparait essentiel d’analyser les effets que peuvent avoir les frais d’inscription sur les étudiants, dans un contexte – les cas français – où les institutions et conceptions de l’enseignement supérieur y sont très différentes de celles des pays anglo-saxons. Cette question apparait d’autant plus cruciale que la question se pose (ou se posera rapidement), pour les universités françaises aux compétences et à l’autonomie désormais élargies, de récolter des fonds supplémentaires en faisant participer les étudiants aux coûts de leur scolarité. Le sujet est également fondamental du point de vue théorique : la littérature met en avant des résultats parfois contradictoires à partir des données recueillies dans d’autres contextes nationaux (voir Flacher et al., 2013).

Les travaux, principalement sociologiques, sur le supérieur sont récents et peu nombreux (Orange, 2011 ; Lindbom et Van Zanten, 2012). Les travaux de Moulin et al. (2013), en utilisant une méthode d’appariement optimal sur données longitudinales, ont mis en avant le fait que l’introduction de frais d’inscription à Dauphine conduit cette université à sélectionner des étudiants ayant des parcours différents et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Dès lors, il convient de situer les caractéristiques de ces étudiants, ainsi que leurs trajectoires par rapport aux caractéristiques et parcours d’autres étudiants des mêmes filières. Une telle approche permettra alors de voir si ces résultats sont généralisables ou si les effets mis en avant par Moulin et al. (2013) sont imputables aux caractéristiques et trajectoires particulières des étudiants de Dauphine. L’objectif que nous poursuivons donc dans cet article est d’étudier plus finement les déterminants des choix d’orientation au fil du parcours universitaire et d’analyser si les trajectoires des étudiants de Dauphine diffèrent des celles des étudiants d’autres établissements universitaires. Pour se faire, nous allons étudier les caractéristiques et parcours des étudiants de licence 3 dans trois universités : l’Université Paris 9 Dauphine, l’Université Paris 13 Villetaneuse et l’Université Lille 1.

Bibliographie

  • Flacher D., Harari-Kermadec H., Moulin L. (2013), « Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ? », Revue française d’économie, n°27(3), pp. 145-183.
  • Lindbom J.,Van Zanten A. (2012), « Open doors events in French Higher education institutions: Status matching through marketing and guiding », European Conference on Educational Research, Cadix, Espagne.
  • Moulin L., Flacher D., Harari-Kermadec H. (2013), « Frais d’inscription, ségrégation et inertie dans les parcours étudiants : le cas de l’Université Paris 9 Dauphine »,Working paper du CEPN, n°2013-03.
  • Orange S. (2011), L’autre supérieur. Aspirations et sens des limites des étudiants de BTS, Thèse de doctorat, Université de Poitiers/GRESCO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *