Soutenance d’HDR : Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Hugo Harari-Kermadec soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée

Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

soutenue le vendredi 17 juin à 14h à l’Université Lille 1
Jury
  • Florence Jany-Catrice (garante), Professeure, CLERSE, Université Lille 1
  • Christian Bessy (rapporteur), Directeur de recherche, IDHES, ENS Cachan
  • Cédric Durand (rapporteur), Maître de conférences, CEPN, Université Paris 13
  • Sandrine Garcia (rapportrice), Professeure, IREDU, Université de Bourgogne
  • Richard Sobel, Maître de conférences, CLERSE, Université Lille 1
  • Jean-Marie Harribey, Maître de conférences, GREThA, Université Bordeaux
  • Nicolas Vaneecloo, Professeur, CLERSE, Université Lille 1

Résumé :

Cette habilitation à diriger des recherches s’inscrit dans une reconversion vers l’économie. Après une thèse de statistiques, j’ai rejoint l’ENS Cachan comme maître de conférences en économie. Mes travaux se sont orientés en conséquence vers cette nouvelle discipline, non pour y trouver un champ d’application de mes résultats précédents mais pour y développer un programme de recherche propre. Celui-ci s’est d’abord concentré sur la hausse des frais d’inscription à l’Université et sur la littérature économique qui l’appuie. Après avoir mené une critique interne des arguments théoriques en faveur de cette hausse et en avoir étudié économétriquement les effets ségrégatifs, je me suis tourné vers une critique plus externe, à partir d’entretiens avec des étudiant•es. Si la hausse des frais n’est pas souhaitable, l’augmentation du financement de l’enseignement supérieur est pourtant nécessaire. Nous proposons de financer « par répartition » une allocation étudiante, à partir d’une extension de la sécurité sociale.

Le dernier chapitre de cette HDR est consacré au rôle déterminant que joue la quantification dans la transformation néolibérale de l’Université. Les frais d’inscription participent de cette transformation, au-delà du seul enjeu de l’accès au supérieur et de son financement. Ils permettent, avec les classements et d’autres formes d’évaluation, monétaires ou non, de mettre en nombre les services d’enseignement supérieur et de recherche produits à l’Université. Lorsque ses produits acquièrent une expression quantitative et monétaire, ils peuvent être vendus comme des marchandises. La réorganisation qui en résulte du côté de la production est une marchandisation de l’activité académique, une abstraction du travail universitaire en travail producteur de valeur marchande. Si cette marchandisation n’annule pas les valeurs propres au monde universitaire (valorisation du savoir et de la raison, validation par les pairs, etc.) ¬- de même que la valeur d’échange n’annule pas la valeur d’usage – elle les inscrit dans un processus de production de valeur économique.

 

Abstract:

This HDR dissertation (HDR is the French diploma required for the supervision of doctoral research) marks the achievement of a reconversion from mathematics to economics. After a Phd in statistics, I was hired by ENS Cachan as Assistant Professor in economics. Accordingly, my work moved towards this field, not seeking for opportunities to apply my previous research, but aiming at developping a new research program. I first focused on tuition fees and the economic literature in their favor. After an internal critic to this literature and an econometric study of the segregative effects of such measures, I moved to an external critic, based on interviews of students. As increased funding for universities remains necessary, I have also contributed to designing an alternative funding scheme for the French higher education system, based on the extension of the social security system.

The last chapter of this HDR dissertation is devoted to the analysis of quantification as part of the neoliberal transformation of academia. Tuition fees are part of this transformation, beyong their effect on access to and funding of higher education. They participate, along with rankings and other forms of evaluation (monetary or not), in the translation into numbers of the higher education and research services produced by universities. The resulting reorganisation of production amounts to the commodification of academic work, its abstraction into work producing market value. This commodification does not cancel out the specific values of the academic sphere (valorisation of knowledge and reason, peer review, etc.) — as exchange value does not cancel use value — but it embeds them in a process of production of economic value.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.