Sociologie des réformes universitaires et du gouvernement de la recherche, EHESS, 2023-2024 (2e année)

organisé par Joël Laillier (MCF, université d’Orléans et CMH), Mélanie Sargeac (Post-doctorante, CSO), Hugo Harari-Kermadec (PU, ERCAE, université d’Orléans et IDHES) et Christian Topalov (directeur d’études, CMH)

Le séminaire a lieu les premiers et troisièmes mardis de 12h30 à 14h30 du 7 novembre 2023 au 4 juin 2024 sur le Campus Condorcet – Grand équipement documentaire – Salle 3.08, Cours des humanités à Aubervilliers

Inscription sur participations.ehess.fr (chercher UE145). Programme ci-dessous.

L’université et la recherche ont connu, en France depuis le début des années 2000, un bouleversement majeur de leur système d’organisation et de gouvernement. Le séminaire présentera et discutera des enquêtes récentes ou en cours qui éclairent ces transformations : différenciation par leurs publics des universités entre elles et vis-à-vis des grandes écoles, changements du recrutement social des étudiants à l’heure de Parcoursup, effets de tri et de classement ; transformation du système de gouvernement de l’enseignement supérieur et de la recherche, déplacements des lieux de pouvoir et conséquences sur la formation et sur la recherche ; sociologie des réformateurs, des nouveaux personnels dirigeants, des réponses des mondes savants. Sur tous ces sujets, on s’attachera à présenter des résultats en même temps qu’à discuter les méthodes d’enquête qui ont permis de les produire.

Le séminaire examinera aussi comment les sciences sociales ont accompagné le processus de réforme, pour le décrire, l’éclairer ou le critiquer. Les chercheurs, lorsqu’ils étudient un monde conflictuel qui se trouve être le leur, deviennent du même coup, qu’ils le veuillent ou non, les acteurs des réalités qu’ils observent. On esquissera une sociologie de celles et ceux qui sont engagés dans ce champ d’étude en même temps que l’on rendra compte des orientations diverses de leurs travaux.

Ainsi, le séminaire sera l’occasion d’interroger les ressorts d’un mouvement réformateur (comment étudier une réforme, comment une réforme s’élabore, comment elle s’impose, comment elle recrute un personnel pour la mettre en place, quels effets produit-elle, comment elle suscite des résistances …), mais aussi de se former à l’articulation des méthodes d’enquête quantitatives (analyse de réseau, analyse géométrique, méthodes de classification …) avec des approches plus qualitatives (prosopographie, analyse de documents …) et des enquêtes de terrain, en développant un souci réflexif nécessaire au métier de sociologue.

Programme

  • 7 novembre – Joël Laillier et Christian Topalov. Des réformes ou une réforme ? Chronique d’un bouleversement dans le gouvernement de l’université et de la recherche en France (2004-2023)
  • 21 novembre– Jérôme Aust (CSO, Sciences Po  Paris) et Clémentine Gozlan (Laboratoire Printemps, UVSQ et CSO) ; discutants : Joël Laillier et Christian Topalov. Des patrons aux ex-pairs : transformations des élites du gouvernement de la biomédecine et réformes du système académique français (1960-2010)
  • 5 décembre – Joël Laillier et Christian Topalov ; discutants : Jérôme Aust et Clémentine Gozlan. Une typologie des principaux dirigeants de l’ESR (2005-2018) : profils de carrières et déplacements dans le système de gouvernement
  • 19 décembre – Etienne Bordes (FRAMESPA, Université Toulouse Jean Jaurès). Dépasser les clivages ? La Conférence des présidents d’université depuis 1971.
  • 16 janvier – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac. Dynamiques du marché global de l’enseignement supérieur : du classement de Shanghai à l’épidémie de covid.
  • 6 février – Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac. Sociologie quantitative des populations étudiantes : différentiations multiscalaires (établissements, cycles, disciplines).
  • 5 mars – Mathieu Rossignol-Brunet (LIEPP, Sciences Po) et Leila Frouillou (CRESPPA, Université Paris-Nanterre). Les évolutions de la stratification socio-scolaire des affectations dans les formations franciliennes de droit et d’histoire : d’APB 2016 à Parcoursup 2021.
  • 19 mars – séance reportée au 4 juin pour cause de grève
  • 2 avril – Coline Soler (IDHES, ENS Paris-Saclay et Irisso, Paris-Dauphine). La bataille de la LPR (loi de programmation de la recherche), 2018-2020.
  • 7 mai – Hugo Dumoulin (Modyco, Nanterre), Virginie Lethier (Elliadd, Besançon), Caroline Mellet (Modyco, Nanterre), Emilie Née et Frédérique Sitri (Ceditec, UPEC). Les transformations de l’université saisies par ses discours  : comptes rendus de CA et rapports de laboratoire 1970 à nos jours.
  • 21 mai – Discussion de travaux étudiants ou Hugo Harari-Kermadec, Joël Laillier, Mélanie Sargeac et Christian Topalov. Du chahut dans les statuts : comment on entre, aujourd’hui, dans la carrière
  • 4 juin – Cédric Hugrée (CNRS, Cresppa-CSU), Tristan Poullaouec (université de Nantes, CENS) ; discutants : Hugo Harari-Kermadec et Mélanie Sargeac. Présentation de l’Université qui vient (Raisons d’agir, 2022) ; sociologie quantitative des populations étudiantes : différentiations multiscalaires (établissements, cycles, disciplines)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hugo Harari-Kermadec (11 juillet 2023). Sociologie des réformes universitaires et du gouvernement de la recherche, EHESS, 2023-2024 (2e année). ACIDES. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ak9a


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.