Politiques d’excellence et mise en crise du système d’enseignement supérieur français

Colloque Crise(s) en éducation et en formation, novembre 2022. Intervention d’Hugo Harari-Kermadec

Support de la présentation

Depuis deux décennies, les transformations du système universitaire public sont nombreuses et profondes. Si la disponibilité pour tou·tes et partout d’un service public d’enseignement supérieur était au cœur des préoccupations dans la deuxième moitié du XXe siècle, au cours des années 2000 la rhétorique de l’excellence des formations et de la recherche s’y est progressivement substituée (Musselin, 2017), incarnée par la course aux classements universitaires internationaux (Harari-Kermadec, 2019). Le système universitaire doit cependant, dans le même temps, faire face à une augmentation continue et soutenue du nombre d’étudiant·es, qui a doublé depuis 1980. Depuis 2008, la dépense moyenne par étudiant·e à l’université recule.

Ces tendances contradictoires produisent une polarisation sociale du système universitaire  (Avouac et Harari-Kermadec, 2021) : à côté de quelques universités de rang mondial, situées dans les plus grandes métropoles qui concentrent les financements dits « compétitifs » et attirent les étudiant·es les plus favorisés, et, d’autre part, des universités de « second rang », qui assurent l’accès aux études supérieures à une population plus populaire sur le reste du territoire (Chareyron et al., 2022). Une seconde polarisation, interne, distingue les masters et les licences sélectives, d’une part, des licences traditionnelles et des IUT, d’autres part. Alors qu’une partie, très visible, de l’enseignement supérieur prospère, le reste est « mis en crise », non plus dans la seule communication gouvernementale (Bodin et Orange, 2013) mais bien matériellement, au sens où les moyens mis à sa disposition et les missions qui lui sont confiées suivent des trajectoires inverses.

Cette polarisation multiscalaire s’articule de plus avec les hausses de frais d’inscription ciblées établissement par établissement, formation par formation, et même suivant le profil des étudiant·es (extra-européen·nes ou non ; en formation initiale ou continue). Certaines parties de l’offre éducative publique sont valorisées par les labels d’excellence et valorisables pour les établissements par les importants frais qu’elles permettent de collecter ; à d’autres endroits au contraire, son délabrement ouvre un espace pour une offre marchande alternative.

Cette communication propose de mettre en lumière cette polarisation de l’enseignement supérieur français à partir d’une analyse quantitative des populations étudiantes (analyse en composantes principales à partir des bases SISE du ministère de l’enseignement supérieur). Les propriétés sociales et scolaires des populations étudiantes pourront alors être mises en regard des caractéristiques des établissements (lauréat de financements d’excellence, classements internationaux, localisation géographique) ou des formations (cycle, discipline) concernées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.