Des centres aux périphéries du système universitaire : visualiser la différenciation sociale et géographique à l’entrée en licence

Publié dans le numéro 16 “A l’école de la vielle” de la revue Urbanités, par Victor Chareyron, Hueo Harari-Kermadec et Gilles Martinet.

Depuis deux décennies, les transformations du système universitaire public sont nombreuses et profondes. Si la disponibilité pour tou·tes et partout d’un service public d’enseignement supérieur était au cœur des préoccupations dans la deuxième moitié du XXe siècle, au cours des années 2000 la rhétorique de l’excellence des formations et de la recherche s’y est progressivement substituée, incarnée par la course aux classements universitaires internationaux (Harari-Kermadec, 2019).

Les politiques publiques doivent cependant, dans le même temps, faire face à une augmentation continue et soutenue du nombre d’étudiant·es depuis les années 1980. Alors que les étudiant·es étaient 1 181 000 en 1980, ils sont 2 299 000 en 2010 et 2 725 000 en 2019 (MESRI, 2019). Or, depuis 2008, la dépense par étudiant·e à l’université recule, quand dans le même temps elle augmente légèrement dans d’autres formations du supérieur, comme les classes préparatoires aux grandes écoles (Beretti, 2021).

On voit bien là le risque d’une incompatibilité entre ces deux dynamiques. D’une part, une prétention à l’« excellence », qui, à travers les financements dits « compétitifs », concentre les moyens supplémentaires dans une poignée d’établissements (Harari-Kermadec et al., 2020) et, d’autre part, une université publique qui doit s’agrandir encore pour accueillir les nouvelles cohortes étudiantes partout sur le territoire. Avouac et Harari-Kermadec (2021) soutiennent que cette tension entraine une polarisation sociale du système universitaire, les universités françaises pouvant heuristiquement se ranger en deux catégories : d’une part, des universités de rang mondial, situées dans les grandes villes, qui concentrent les financements dits « compétitifs » et attirent les étudiant·es les plus favorisé·es, et, d’autre part, des universités de « second rang », qui assurent l’accès aux études supérieures à une population plus populaire sur le reste du territoire.

Les disparités d’offre de formation et de réputation du diplôme des universités, entre les régions (Baudet-Michel et al., 2020), voire à l’intérieur de celles-ci (Frouillou, 2017), restent une composante essentielle du paysage universitaire français, comme le montrent des analyses à partir des mobilités étudiantes (Baron, 2019). La mobilité, ou son impossibilité, est l’une dimension de la reproduction des inégalités, l’étendue des choix scolaires effectivement envisageables étant davantage corrélée au type de territoire qu’aux résultats scolaires, en tout cas pour le secondaire. Ainsi, si les résultats au brevet sont meilleurs dans les territoires ruraux que dans les périphéries des métropoles, la poursuite en lycée général et technologique y est moindre (Murat, 2021).

Sans prétendre élucider l’entièreté de la problématique de l’inégal accès au supérieur, dont les ramifications sont multiples, cet article propose quelques visualisations pour mettre en lumière les conditions sociogéographiques d’accès aux établissements universitaires. Pour ce faire, nous choisissons de mettre l’accent sur un des phénomènes sous-jacents, celui les mobilités étudiantes. Dans le lexique des administrations universitaires, les « mobilités » sont les changements d’établissement de formation, pour des durées plus ou moins importantes. Dans cet article, nous nous concentrons sur les changements d’académie d’inscription, entre le baccalauréat et l’entrée à l’université – nous ne saisissons ainsi qu’une étape des parcours d’étudiant·es (Cordazzo 2019). Si la mobilité est définie de bien des manières (Bacqué et Fol, 2007) il s’agit généralement d’utiliser cette catégorie d’analyse pour lier les déplacements aux dispositifs, capitaux et rapports sociaux qui les rendent possibles ou les contraignent, faisant donc de la mobilité une dimension structurante du social (Kaufmann, Bergman et Joye, 2004). 

Après avoir construit un indicateur du besoin en enseignement supérieur, en rapportant le nombre de bachelier·ère·s à la population étudiante locale, nous explorons les déplacements interacadémiques – ou l’absence de déplacement. Nous montrons que ces déplacements participent à la concentration des classes supérieures au sein des établissements les plus centraux dans le système universitaire français, tandis que les classes populaires sont surreprésentées dans les universités périphériques (Reynaud, 1981) les moins bien dotées, davantage encore que dans les bassins de recrutement de ces universités.

Lire la suite en ligne sur le site de la revue Urbanités, ainsi que le reste du numéro :



Citer ce billet
Hugo Harari-Kermadec (2022, 3 octobre). Des centres aux périphéries du système universitaire : visualiser la différenciation sociale et géographique à l’entrée en licence. ACIDES. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ak90

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.