La concurrence par la sélectivité entre masters franciliens

Marianne BlanchardSéverine ChauvelHugo Harari-Kermadec  paru dans L’Année sociologique 2020/2 (Vol. 70), pages 423 à 442

Cet article propose d’analyser les phénomènes de différenciation des Masters universitaires franciliens au prisme de leurs modalités de recrutement, en partant de l’hypothèse selon laquelle les hiérarchies observées reflètent autant qu’elles contribuent à produire les positions relatives de ces formations dans l’espace de l’enseignement supérieur. Deux perspectives sont envisagées. La première, à partir de données issues de la base SISE (Système d’information sur le suivi des étudiants), vise à affiner le constat statistique d’une sélection sociale dans l’accès à ces formations, notamment en montrant que celle-ci diffère fortement d’un établissement à l’autre. La seconde, à partir de données qualitatives – entretiens et observations –, vise à montrer comment les pratiques effectives de recrutement des responsables de Masters universitaires franciliens sont affectées par les ressorts organisationnels et la compétition entre les formations.

Les universités franciliennes suivant les capitaux socio-scolaires (axe horizontal) de leur population étudiante et suivant l’orientation disciplinaire (axe vertical). A droite, Dauphine est l’université dont les étudiant-es sont les plus dotés en capitaux de toutes sortes, à l’opposée des universités de banlieue populaire, situées à gauche. En haut, Paris III et IV sont des universités de Sciences Humaines et Sociales, contrairement à Paris VI, université de sciences et de médecine, en bas (et à droite) du graphique.
La sélectivité (entendu au sens de l’axe horizontal du graphique précédent) augmente dans le temps au niveau master. Si Dauphine est la seule université ouvertement sélective dès la L1, au niveau master elle est rattrapée par les universités scientifiques.

Competition through selectivity between Parisian Masters Degrees

This article proposes to analyze the phenomena of differentiation of Paris Region university master’s degree in terms of their recruitment, with the hypothesis that the latter reflect as much as they contribute to producing the relative positions of these courses in the higher education space. Two perspectives are considered. The first, based on data from the SISE database, aims to refine the statistical observation of a social selection in access to these courses, in particular by showing that it differs greatly from one institution to another. The second, based on qualitative data—interviews and observations—aims to show how the actual recruitment practices of Ile-de-France university master’s degree holders are affected by organizational factors and competition between training courses.


2 réflexions sur « La concurrence par la sélectivité entre masters franciliens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.