Polarisation du supérieur et groupes de pression

Intervention de Hugo Harari-Kermadec à l’invitation de l’AUREF lors de la journée « Quel avenir pour les universités françaises ? Entre différenciation orientée, résilience et solutions alternatives » à l’Université du Mans, le 13 décembre 2019.

L’AUREF (Alliance des Universités de Recherche et de Formation) est l’un des deux groupes de pression réunissant des présidents d’universités, l’autre étant la CURIF (Coordination des universités de recherche intensive françaises).

Dans cette présentation, nous montrons que les établissements de l’AUREF et ceux de la CURIF ont des populations étudiantes très différentes, les premiers assurant l’essentiel de l’effort de la massification de l’accès au supérieur. Les politiques publiques récentes, concentrées sur « l’excellence » symbolisée par le classement de Shanghai, concernent presque exclusivement les établissements de la CURIF, approfondissant ainsi la polarisation déjà existante en concentrant les financements de la recherche vers les établissements dont les populations étudiantes sont les plus favorisées.

Au sein même des universités, on observe une importante polarisation entre le cycle Licence et le Master, si bien que les universités de la CURIF ont des populations étudiantes au niveau master comparable avec celles des grandes écoles.

Les diagrammes représentent les populations étudiantes des établissements, l’axe horizontal donnant l’ouverture sociale. L’axe vertical est disciplinaire, avec les sciences « dures » en haut, les sciences humaines et sociales en bas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.