Polarisation du système universitaire français

intervention d’Hugo Harari-Kermadec lors de la table ronde Ouverture des grandes écoles de la semaine contre les discriminations à l’IEP de Grenoble , le 25 septembre 2019.

Le système méritocratique français devrait affecter les étudiant·es dans le supérieur suivant leur mérite. On pourrait s’attendre à ce que se soit particulièrement le cas dans les grandes écoles qui recrutent sur concours. On retrouve pourtant une reproduction sociale très marquée, même dans les écoles d’ingénieurs alors même que leurs épreuves scientifiques ne semblent pas au premier abord discriminer les candidat·es suivant l’éloquence et la culture générale propre aux classes supérieures.

Pourtant les compositions des populations étudiantes des établissements d’enseignement supérieur français s’opposent radicalement. Une polarisation très forte et unidimensionnelle oppose d’une part des établissements élitistes (grandes écoles principalement mais aussi quelques univesités) regroupant des étudiant·es d’origine favorisée, titulaires un bac général souvent scientifique, plutôt de genre masculin et d’autre part des universités dont l’essentiel des cours se fait en Licence, à des étudiant·es souvent boursier·es, issu·es de catégories populaires, bien plus souvent titulaires d’un bac technologique ou professionnel. Ces seconds établissements ont également une population étudiante plus féminine.

Les politiques publiques de financement de l’excellence se concentrent sur les premiers établissements, de même que les moyens obtenus par la hausse des frais d’inscription permise grâce à des exceptions aux tarifs nationaux de plus en plus nombreuses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.