« Le classement de Shanghaï n’est pas fait pour mesurer la qualité des universités françaises »

Interview de Hugo Harari-Kermadec dans Le Monde du 15 aout 2019, en accès libre.

La politique du gouvernement est, sans l’assumer, de créer d’un côté des « universités-licence » sans réelle recherche, et de l’autre, quelques très grandes universités de recherche, fusionnées avec des grandes écoles.

Cette logique est manifeste au travers des projets IDEX (initiative d’excellence), ces programmes de financement de pôles universitaires qui revendiquent une excellence visible depuis Shanghaï. Mettre en avant le classement de Shanghaï dans la communication gouvernementale permet de justifier les importants financements attribués à certains établissements – près de 1 milliard d’euros pour l’université Paris-Saclay. En outre, cette politique dite d’excellence a relégué au second plan l’accueil des nouveaux étudiants nés avec le boom démographique du début des années 2000.

Lire la suite sur Le Monde


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.