Démontrez-nous, Frédérique Vidal, que vous ne généraliserez pas les frais d’inscription à l’université !

Tribune publiée sur lemonde.fr par David Flacher et Hugo Harari-Kermadec le 5 mars 2019

L’absence de signaux clairs dans la politique de la ministre de l’enseignement supérieur est de nature à entretenir un climat de doute sur ses réelles intentions. Ils font deux propositions : 1) que le tarif actuel (170€ en licence, 250€ en master) soit appliqué en annulant les hausses autorisées dans les grandes école et autres dérogations ; 2) que le droit à « l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés » affirmé par le préambule de la constitution soit concrétisé dans les articles suivants, et donc juridiquement opposable.

La Ministre de l’enseignement supérieur est-elle sincère en affirmant dans le Journal du Dimanche du 24 février qu’elle va garantir, par décret, la stabilité des droits d’inscription à l’université pour les français et les européens ? La réponse à cette question est d’autant plus cruciale que notre modèle social est en jeu, et avec lui les perspectives d’accès aux études des générations qui entreront dans les toutes prochaines années dans l’enseignement supérieur.

La mission de concertation mise en place par la Ministre sur la réforme en cours a rendu son rapport il y a quelques jours. On y lit que « La hausse différenciée des droits a très majoritairement suscité de vives oppositions » au sein du monde académique. Nous faisons partie des auditionnés, en tant qu’experts du domaine, et avons noté avec satisfaction que la mission développait, dans son rapport, l’ensemble des arguments qui devraient amener le gouvernement à renoncer à la hausse des frais d’inscription. Le gouvernement compte maintenir l’essentiel de sa réforme, tout en soutenant qu’elle ne constitue pas la prémisse d’une généralisation des frais d’inscription à tous les étudiants […]

Tout d’abord, il semble crucial que la Ministre décrète que le montant de 170-250 euros actuels soit appliqué à tous les établissements d’enseignement supérieur publics, pas seulement aux universités. Les frais d’inscription ont fortement augmenté ces dernières années dans de nombreuses écoles d’ingénieur publiques, par palier successifs : un étudiant (français ou étranger) qui payait il y a quelques années autour de 500 euros à l’école Centrale ou au Mines de Paris paye désormais 3 500 euros (s’il est français ou européen) et 5 500 euros (s’il est non européen). A Polytechnique, le tout nouveau Bachelor (équivalent d’une licence) coûtera 12 500 euros à un français et 15 500 euros à un non européen ! A l’évidence, français et européens ne sont pas épargnés ! On peut être inquiet pour les étudiants à l’université. Dans les écoles d’ingénieur publiques, tout a été très vite. Cette expérience et les MacronLeaks font en effet craindre la même chose pour l’université : une généralisation des frais d’inscription à toute la population et la hausse progressive de ces frais à des niveaux très élevés à brève échéance. Souvenons-nous qu’en Angleterre, c’est sous Tony Blair que les frais d’inscription sont passés de 0 à 1000 £ en 1998. Ils passeront ensuite de 1 000 à 3 000 £ en 2004 et de 3 000 à 9 000 £ en 2010. Si la dynamique s’enclenche en France, les lycéens d’aujourd’hui seront très vraisemblablement touchés de plein fouet par un scenario similaire lorsqu’ils arriveront à l’université.

Ensuite, la Ministre peut envoyer un deuxième signal en se proposant de défendre l’introduction de la gratuité des études supérieures – a minima pour les étudiants français et européens – au cœur du seul texte difficilement modifiable par la suite : la constitution. S’il est aujourd’hui inscrit dans son préambule que «  L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État », il est manifeste que cette seule inscription en « préambule » est insuffisante […] En attendant, il est impératif de ne pas toucher aux droits d’inscription actuels et de n’introduire aucune forme de discrimination.

Les lycéens et étudiants doivent réaliser que le modèle en gestation avec la réforme du gouvernement hypothéquera leur perspectives après avoir assombri l’avenir des étrangers non communautaires. Des manifestations sont organisées partout en France le 12 mars pour une université ouverte. La mobilisation sera déterminante.

David Flacher et Hugo Harari-Kermadec et les autres membres du collectif de recherche acides sont auteurs de l’ouvrage « arrêtons les frais » aux éditions Raisons d’agir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.