Classement de Shanghai, Idex et polarisation sociale du système universitaire

Intervention au séminaire Politique des sciences, EHESS, 14 février 2019

Au cours de la dernière décennie, l’enseignement supérieur a connu une nouvelle étape de  globalisation, symbolisée par les palmarès internationaux de type « classement de Shanghai ». Certains ont exprimé la crainte que les effets performatifs de ces dispositifs génèrent à terme des systèmes éducatifs à deux vitesses : d’un côté, un nombre restreint de “world-class universities” et, de l’autre, un vaste ensemble d’universités de second rang. A côté des grandes écoles déjà très fermées aux classes populaires, un système universitaire lui-même dual entrainerait une entrée des jeunes dans la vie adulte fortement ségrégée, dans la continuité de l’expérience scolaire. A partir de la base des inscriptions universitaires en France (bases SISE du SIES), nous montrons qu’une polarisation sociale des universités s’observe déjà sur le plan statique, et que celle-ci s’accroît entre 2007 et 2015. Nous mettons ensuite en relation cette polarisation avec les dispositifs nationaux (IDEX, COMUE) et internationaux (classements universitaires) qui structurent la globalisation universitaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.