Pour une université ouverte

Contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es, samedi 19 janvier 2019

Palais du Luxembourg, salle Clemenceau, 15ter rue de Vaugirard, 75006 Paris (M° Luxembourg)

sous le patronage et avec la participation de Pierre Ouzoulias  (Sénateur, Groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste), à l’invitation du SNESUP-FSU, du SAF, de l’ASES, la CJC, l’ANCMSP, l’UNEF, la FAGE, et des collectifs de recherche ACIDES et MobElites ; avec le soutien et la participation des sénatrices Sophie Taillé-Polian et Esther Benbassa, de l’AFEP, l’UNL, SLU et RogueESR.

Enregistrements réalisés par la campagne #payetesfrais

Intervention préliminaire de Pierre Ouzoulias

1) Hausse des frais : quelles logiques ? Quels enjeux ? Quelles conséquences ?


Nouveau volet d’une politique migratoire sélective (Lama Kabbanji, MobElites, CEPED, IRD)
  • Nouvelle étape du processus de hausse généralisée des frais dans l’enseignement supérieur (David Flacher, ACIDES, Université de technologie de Compiègne)
  • La Grande-Bretagne, exemple ou contre-exemple ? (Annabelle Allouch, ASES)
  • Les doctorant-es, doublement concerné-es ? (CJC)
  • Discussion
Enregistrement audio de la première partie (merci à PayeTesFrais)

2) Témoignages et points de vue

  • Etudiant-es et de doctorant-es étranger-es,
  • Responsables de formation et de laboratoire
  • Président-es d’université
  • Discussion
Enregistrement audio de la deuxième partie

3) Comment arrêter les frais ? Les outils de la riposte

Enregistrement audio de la troisième partie

Le 19 novembre 2018, le Premier Ministre a fait part du Plan « Bienvenue en France », qui prévoit une hausse vertigineuse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es non originaires de la Communauté européenne, de 170 € à 2 800 € en Licence, de 243 € à 3 800 € en Master et de 380 € à 3 800 € en Doctorat.

Cette mesure, qui touchera en priorité des étudiant-es de pays économiquement vulnérables et défavorisé-es dans l’espace international de la formation, est tout particulièrement discriminatoire. En conditionnant l’accès à l’enseignement supérieur au paiement de tels droits d’inscription, elle porte en outre atteinte à la dimension universaliste du système français d’enseignement supérieur.

En reléguant des cohortes d’étudiants, cette mesure fait par ailleurs fi des apports incontestables des étudiant-es étranger-es à l’enseignement supérieur et à la recherche en France ; et elle porte gravement préjudice aux échanges académiques établis de longue date avec de très nombreux pays partenaires.

Enfin, cette hausse des frais d’inscription augure du passage à un nouveau modèle d’enseignement supérieur, indexé sur les lois du marché davantage que sur la valeur intrinsèque du savoir, et de l’augmentation progressive et généralisée des droits d’inscription à l’enseignement supérieur.

Nous appelons les étudiant-es, les universitaires et toutes celles et tous ceux qui défendent une université ouverte à participer à la journée du 19 janvier se donner les moyens, ensemble, de contrer ce Plan « Bienvenue en France » et d’arrêter la hausse des frais d’inscription.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.