Pour une université ouverte

Contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es, samedi 19 janvier 2019

Palais du Luxembourg, salle Clemenceau, 15ter rue de Vaugirard, 75006 Paris (M° Luxembourg)

sous le patronage et avec la participation de Pierre Ouzoulias  (Sénateur, Groupe Communiste, républicain, citoyen et écologiste), à l’invitation du SNESUP-FSU, du SAF, de l’ASES, la CJC, l’ANCMSP, l’UNEF, la FAGE, et des collectifs de recherche ACIDES et MobElites ; avec le soutien et la participation des sénatrices Sophie Taillé-Polian et Esther Benbassa, de l’AFEP, l’UNL, SLU et RogueESR.

Enregistrements réalisés par la campagne #payetesfrais

Intervention préliminaire de Pierre Ouzoulias

1) Hausse des frais : quelles logiques ? Quels enjeux ? Quelles conséquences ?

Nouveau volet d’une politique migratoire sélective (Lama Kabbanji, MobElites, CEPED, IRD)
Nouvelle étape du processus de hausse généralisée des frais dans l’enseignement supérieur (David Flacher, ACIDES, Université de technologie de Compiègne)
Les doctorant-es, doublement concerné-es ? (Quentin Rodriguez, CJC)
La Grande-Bretagne, exemple ou contre-exemple ? (Annabelle Allouch, ASES)
Enregistrement audio de la première partie (merci à PayeTesFrais)

2) Témoignages et points de vue

La hausse des frais, la barrière de trop sur le parcours migratoire des étudiant-es étranger-es (Hicham Jamid, CNAM)
Etienne Gérard, directeur du Centre Population Développement (CEPED, IRD/Université Paris Descartes)
Philippe Carré, co-directeur du département Asali (Synthèse & Analyse d’images) du laboratoire Xlim
Rachid El Gerjouma, Président de l’Université du Mans

Deux étudiantes péruviennes

Enregistrement audio de la deuxième partie

3) Comment arrêter les frais ? Les outils de la riposte

Quelle riposte juridique ? (Juan Prosper, SAF)
Enregistrement audio de la troisième partie

Le 19 novembre 2018, le Premier Ministre a fait part du Plan « Bienvenue en France », qui prévoit une hausse vertigineuse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es non originaires de la Communauté européenne, de 170 € à 2 800 € en Licence, de 243 € à 3 800 € en Master et de 380 € à 3 800 € en Doctorat.

Cette mesure, qui touchera en priorité des étudiant-es de pays économiquement vulnérables et défavorisé-es dans l’espace international de la formation, est tout particulièrement discriminatoire. En conditionnant l’accès à l’enseignement supérieur au paiement de tels droits d’inscription, elle porte en outre atteinte à la dimension universaliste du système français d’enseignement supérieur.

En reléguant des cohortes d’étudiants, cette mesure fait par ailleurs fi des apports incontestables des étudiant-es étranger-es à l’enseignement supérieur et à la recherche en France ; et elle porte gravement préjudice aux échanges académiques établis de longue date avec de très nombreux pays partenaires.

Enfin, cette hausse des frais d’inscription augure du passage à un nouveau modèle d’enseignement supérieur, indexé sur les lois du marché davantage que sur la valeur intrinsèque du savoir, et de l’augmentation progressive et généralisée des droits d’inscription à l’enseignement supérieur.

Nous appelons les étudiant-es, les universitaires et toutes celles et tous ceux qui défendent une université ouverte à participer à la journée du 19 janvier se donner les moyens, ensemble, de contrer ce Plan “Bienvenue en France” et d’arrêter la hausse des frais d’inscription.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.