Le label « Bienvenue en France » ou Robin des bois à l’envers

Tribune de Hugo Harari-Kermadec parue dans l’Humanité le 12 décembre 2018. Nous publions ici une version longue et mise à jour.

La hausse des frais d’inscription annoncée pour les étudiants étrangers s’accompagne de la création d’un label « Bienvenue en France », doté de 10 millions d’euros à destination des universités qui feront le plus ­d’efforts pour améliorer l’accueil de ces étudiants. Le gouvernement actuel a donc choisi la mise en concurrence pour attribuer ses financements, comme pour toutes les politiques « d’excellence » à l’université.

On pourrait espérer que les établissements qui reçoivent beaucoup d’étrangers vont enfin voir leurs efforts récompensés et que les conditions d’études vont également s’améliorer. Ce serait bien mal comprendre la politique « d’excellence ». C’est que la concurrence est en réalité faussée : les grands établissements comme l’université Paris-Saclay sont sollicités avant même l’ouverture des candidatures, pour faire office d’établissements « pilotes » et fixer eux-mêmes les règles du concours, en définir les critères d’évaluation. C’est Robin des bois à l’envers : ce sont les plus riches qui reçoivent le plus de financements publics.

C’est que le terme générique d’université cache une réalité très contrastée. Les politiques successives ont élargi sa définition : avec les rapprochements d’établissements, de nombreuses grandes écoles font parties d’objets académiques non identifiés, les Comues, qui portent le nom d’université mais en avoir les contraintes juridiques ou de service public. On trouve même des « Universités » uniquement constituées de grandes écoles et d’instituts de recherche, comme celle qui se constitue autour de l’Ecole Polytechnique (dite NewUni) ou PSL (qui inclue bien Paris-Dauphine, une « université » qui a toujours sélectionné, prélevé des frais d’inscription important et est membre de la Conférences des Grandes Ecoles). Surtout, les populations étudiante des universités sont extrêmement différentes, selon qu’on soit dans le centre de Paris ou en Seine-Sant-Denis par exemple.

Nous l’avons ­mesuré : la polarisation de l’enseignement supérieur français s’accroît rapidement depuis 2007. Certains établissements reçoivent l’essentiel des étudiant-es d’origine sociale favorisée, qui sont également les étudiant-es qui viennent des lycées les plus prestigieux, avec le plus d’acquis scolaire et de capitaux sociaux et financiers qui permettent l’accès aux meilleurs stages, aux séjours à l’étranger et finalement aux meilleurs segments du marché de l’emploi. La généralisation de la sélection avec ParcourSup ne fera qu’accroître ce phénomène. C’est pour ces établissements, avantagés dès le départ par une solide réputation et une population étudiante était dès le départ d’origine sociale plus favorisée, qu’ont été pensées les politiques publiques d’excellence. Ils ont donc obtenu les financements publics les plus importants (Idex) et se sont rapprochés des grandes écoles. Souvent présents dans le classement de Shanghai, ces universités se sont coulées dans le discours managérial à la mode, et s’imaginent de rang mondial (le classement dit « de Shanghai » est en réalité le « classement académique des Universités mondiales »). Elles se sont données un club (la Coordination des universités de recherche intensive françaises, CURIF, dont la ministre Frédérique Vidal a longtemps été trésorière). Elles se distinguent des autres ­universités par l’appartenance à ce club, mais aussi parce que l’attribution de financements publics par mise en concurrence les distingue.

Les autres universités auraient vocation à prendre en charge la ­massification de l’enseignement supérieur, et n’auraient donc pas besoin de financement pour la recherche ou pour la « visibilité internationale ». Une partie de ces universités a choisi de se structurer à son tour et s’est donnée une alliance, l’Alliance des Universités de Recherche et de Formation (AUREF). Toutes les dynamiques vont dans le même sens : avec le jeu des académies à l’époque d’APB, des capacités d’accueil limitées ou des filières sous tension, mais surtout avec la multiplication des dérogations (l’Université Paris 2 Assas a par exemple plus de licences d’établissement sélectives et payantes que de licences nationales au tarif national), la distance sociale entre les ­populations étudiantes des deux groupes d’établissements s’est progressivement transformée en fossé.

Côté financement, ce ne sont pas les universités de l’AUREF, qui doivent accueillir les étudiant-es les moins armé-es à la sortie du secondaire, qui obtiennent des moyens (ne seraient qu’en proportion du nombre d’étudiant-es) mais bien celles de la CURIF. En effet, les gagnants des financements concurrentiels étant toujours les mêmes. L’enjeu de ces concours, c’est plus une mise en scène néolibérale, prétendant mimer le marché, que la répartition des moyens.

Avec la progression des frais d’inscription, la réalité rattrape la fiction, et c’est bien là le principal objectif : que les établissements se ­financent eux-mêmes en facturant leurs formations et leurs diplômes aux étudiant-e-s. Et dans un marché, certains réussissent… et d’autres font faillite. Les rôles sont déjà distribués. Aux universités de rang mondial, la clientèle solvable des pays émergents (Asie, Moyen-Orient), prête à payer beaucoup plus que 3 770 euros. Aux autres, les étudiant-e-s des pays pauvres, souvent francophones, qui devront pour beaucoup renoncer à des études supérieures en France du fait de cette hausse des frais d’inscription.

Les prises de position des directions d’établissement se multiplient contre la hausse des frais. Tous unis pour sauvegarder les valeurs universitaires ? On retrouve en fait la polarisation de l’enseignement ­supérieur : les universités qui prennent en charge l’accès des classes populaires (françaises comme étrangères) aux études supérieures se positionnent clairement contre. De l’autre côté, les établissements d’élite, qui pratiquent le plus souvent déjà des frais d’inscription très élevés pour tou-tes et souvent plus encore pour les étudiant-es étranger-es, font tout pour éviter que leur Conseil d’Administration ne se prononcent contre la hausse. Certaines universités n’ont pas pris position (dont Rennes-I et Toulouse-I de la CURIF). Certains président-es font ainsi voter des motions qui demandent plus de mesure d’accompagnement, voire un report d’un an de la hausse, pour calmer les esprits (Bordeaux et Paris Sud, également membres de la CURIF). Le refus d’une différenciation entre étudiant-es européen-nes et extra-communautaires peut également permettre de voter un motion qui s’oppose à l’annonce du Premier Ministre, sans refuser le principe d’une hausse des frais pour tou-tes (les ENS par exemple). D’autres soutiennent la hausse (Lyon 3) ou demandent à aller plus haut que 2770 € en Licence et 3770 € en Master. Ainsi, François Germinet, le président de l’université de Cergy-Pontoise et de la commission formation de la  Conférence des Présidents d’Université, regrettait que la hausse des frais pour les étudiant-es étranger-es soient si réduite : ces frais « ne peuvent pas être fixés à 1 %, ou même à 33 % du coût de la formation, mais à 100 % ». « C’est une question de crédibilité et de soutenabilité budgétaire ».

Si chaque établissement à son identité propre et sans minorer l’importance de la composition de chaque conseil d’administration, les prises de position vis-à-vis de la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-es étranger-es ont également une explication matérielle sonnante et trébuchante. Les établissements d’élite ont tout à gagner de la hausse des frais. D’autant que ce sont ces établissements qui obtiendront le label « Bienvenue en France », un label qui résonne avec l’hospitalité cupide de la campagne « Bienvenue chez McDonald’s ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.