The Direct Subordination of Universities to the Accumulation of Capital.

Cecilia Rikap and Hugo Harari-Kermadec for Capital and Class, in Press.

Universities have historically contributed tothe reproduction of capitalism. However, they have been historically conceivedas a separate sphere or institution detached from the Market, thus onlyindirect participants of capital’s accumulation processes. Our aim in thisarticle is precisely to contribute to acknowledge this transformation byfurther developing a theoretical explanation integrated to a Marxist analysisof contemporary capitalism. In particular, following Levín (1997), we distinguish thata portion of world’s social capital has monopolized the capacity to plan andprofit from innovation. The wide gap in terms of innovation capacities betweenindividual capitals leaves those non-innovative with no better option but to subordinateand let go part of their surplus. It is in this context that we will suggestthat universities integrate to direct capital’s accumulation structures. To doso, we will conceptually distinguish between two sides of universities’ transformation:1) the adoption of capital enterprises’ characteristics resulting in exchangesof their products (teaching and research results), where we will identify differentdegrees of bargaining power to decide the conditions of those exchanges, and 2)the transformation of academic labor, adapting itself to capitalist productionprocesses. Considering the former, we argue that universities’ adoption ofindividual capitals’ features can be better understood as a differentiatedprocess. We suggest three types of differentiated market-university, accordingto the different enterprises in Levín’s (1997) typology. Ourconcluding remarks include further research questions and nuance the generaltransformation of the University as an economic actor offering some clues fordeveloping countertendencies.

Résumé en Français : Si les universités contribuent depuis longtemps à la reproduction du capitalisme, elles ont été historiquement conçues comme une sphère autonome, détachée du marché, ne participant donc que de manière indirecte aux processus d’accumulation du capital. Notre but dans cet article est de décrire le nouveau rôle des universités à partir d’une approche théorique s’inscrivant dans l’analyse marxiste du capitalisme contemporain. En particulier, à la suite de Levín(1997), nous soutenons qu’une partie du capital social mondial a monopolisé la capacité de planifier l’innovation et d’en tirer profit. L’écart en termes de capacités d’innovation entre les différents capitaux ne laisse pas d’autre choix aux retardataires  que de se subordonner et de céder une partie de leurs bénéfices. C’est dans ce contexte que nous analysons l’insertion des universités aux structures d’accumulation directe du capital.Pour ce faire, nous distinguons conceptuellement deux aspects de cette transformation des universités : 1) l’adoption des caractéristiques des entreprises capitalistes qui se traduisent par des échanges de leurs produits (les résultats de l’enseignement supérieur et de la recherche), où nous identifierons différents degrés de pouvoir de négociation pour décider les conditions de ces échanges, et 2) la transformation du travail universitaire,s’adaptant aux processus de production capitaliste. Dans le premier cas, nous soutenons que l’adoption par les universités des caractéristiques capitalistes doit être entendue comme un processus différencié. Nous proposons trois types d’université du marché, selon les différentes entreprises de la typologie deLevín (1997). Nos conclusions incluent d’autres questions de recherche et nuancent la transformation générale de l’Université en tant qu’acteur économique à partir de pistes d’appréhension des contre-tendances émergentes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.