PAYE TES FRAIS – POUR UNE UNIVERSITÉ OUVERTE

Recueil de témoignages étudiant-es étranger-es et d’analyses

Maria étudiante mexicaine, contre la hausse des frais pour les étudiant-es étranger-es mais aussi pour les étudiant-es français-es

« Je ne suis pas venu étudier en France parce que ce n’était pas cher, mais pour apprendre tout ce que la France a produit en sciences sociales. »

Denis Merklen, professeur à l’IHEAL : « La gratuité de l’enseignement permet à l’université de prétendre à l’universalité. Cette prétention doit être radicale et ne doit être conditionnée à aucune sorte de quota. »

Pour Hugo Harari-Kermadec, maître de conférences HDR à l’ENS Cachan et membre du Collectif Acides, la hausse des frais pour les étudiant·e·s extra-européen·ne·s annoncée en novembre 2018 est une étape dans un projet de marchandisation de l’Enseignement Supérieur.
Témoignage de Cecilia, post-doctorante argentine. « En Argentine, qui est un pays moins développé que la France, le prix de l’enseignement supérieur est le même pour les étudiants argentins et les étrangers. Un nombre significatif de masters et doctorats est gratuit pour tout le monde, et lorsque c’est payant, le prix est le même pour tous. Cela permet d’attirer de nombreux étudiants. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.