Article mis en avant

Arrêtons les frais !

Pour un enseignement supérieur gratuit et émancipateur

couv_arretonsSéverine Chauvel, Pierre Clément, David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane, Léonard Moulin, Ugo Palheta – Editions Raisons d’agir, 2015, 8€.

Présentation de l’éditeur :

Alors que dans les pays anglo-saxons, les frais d’inscription à l’université ne cessent d’augmenter au point de représenter l’une des principales sources d’endettement des étudiants et de leurs familles, ils constituent l’espoir secret d’universités françaises exsangues. Ce livre montre que s’engager ainsi dans la voie de la financiarisation de l’enseignement supérieur ne permet ni d’augmenter les ressources des universités ni de rendre leur financement plus juste.
Cela conduit au contraire à une explosion du coût des études, à une subordination des choix d’orientation à la logique marchande et à un accroissement considérable des inégalités entre étudiants, filières et établissements. Refusant la fatalité, ce livre montre qu’un autre modèle de financement des universités est possible. Plus juste et plus efficace, il garantirait également l’autonomie réelle du monde universitaire, conçue non pas comme un privilège indu mais comme la condition de sa capacité à défendre la connaissance et la citoyenneté, sans lesquelles innovation et progrès social ne peuvent exister.

L’introduction est accessible librement sur www.contretemps.eu

On en parle :

Présentations :

  • à Sciences Po, 28 rue des Saint-Pères, 27 janvier 2016 à 19h avec Niall Reddy (militant sud-africain du Democratic Left Front).cafe-paris-ecole-argent-c77a7
  • au café sciences sociales, 60 rue des écoles, le 14 janvier 2016 à 18h30, avec l’APSES et Alternatives économiques.
  • à Lille-3, Roubaix, mardi 15 décembre à 15h30.
  • à la librairie Terre des livres, 86, rue de Marseille – Lyon 7e, à l’automne.
  • à l’Université d’été du NPA, en vidéo.
  • au séminaire « Conventions », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, EconomiX, Vendredi 26 juin 2015, 14h, Salle G 512 ; Discussion avec François Sarfati du Cendre d’études de l’emploi.conférence arrêtons les frais
  • à la 9ième matinale de l’IFRIS, le 29 juin à 9h, au CNAM – amphi Gaston Planté ; discussion avec Gabriel Nadeau-Dubois, ancien co-porte-parole de la CLASSE, au rôle majeur dans l’opposition victorieuse à la hausse des frais au Québec en 2012. Vidéo ici.
  • à l’invitation de Terra-Nova Dauphine, à Paris, le 8 juin à 19h30
  • à Sciences Po Lille, le 21 avril à 18h, amphi B
  • à la Sorbonne, le 16 avril, à 18h30, amphi Descartes
  • à l’Université Lille 1, le 15 avril à 17h30, amphi SUP 14
  • au congrès de l’UNEF, à Nantes, le 11 avril.
  • à l’EHESS le 2 février1429363230

Une allocation universelle d’autonomie pour les étudiants

Tribune de David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Libération, le 11 avril 2017.

Combiner l’allocation d’autonomie pour les étudiants proposée par Jean-Luc Mélenchon et l’introduction progressive du revenu universel de Benoît Hamon permettrait d’obtenir enfin un accès égalitaire à l’enseignement supérieur.

Le «revenu universel» fait de plus en plus débat chez les économistes, il apparaît même comme l’une des mesures phares du candidat socialiste. Parallèlement, le candidat de la France insoumise promet aux étudiants, une «allocation d’autonomie d’un montant de 800 euros par mois pour les jeunes de 18 à 25 ans, d’une durée de trois ans, sous réserve d’une formation qualifiante et sous condition de ressources». Cette allocation serait assortie de la gratuité des études. Dans ce débat, les deux candidats ont de nombreuses proximités dans les objectifs (et pour partie dans les moyens)[…]

Alors que des mouvements populaires (pétitions, apéro citoyens…) appellent encore à la convergence des deux principaux candidats de gauche partout en France (1maispas3.org), une proposition pourrait rencontrer l’adhésion de ces candidats : celle de la création d’une «allocation universelle d’autonomie» (AUA) pour les étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur, prolongeant – avec plus d’ambition – celle proposée par Jean-Luc Mélenchon et compatible avec la perspective de Benoît Hamon d’une introduction graduelle du revenu universel.

Une telle mesure serait enthousiasmante pour toute la gauche : porteuse d’un accès plus égalitaire à l’éducation, elle constituerait une occasion de répondre à une revendication ancienne et légitime des syndicats étudiants. […]

Nous avons étudié la faisabilité d’un financement à hauteur de 600 euros par mois pour les étudiants logés par leur famille et de 1 000 euros par mois pour les autres : la branche famille de la sécurité sociale pourrait absorber une telle dépense avec trois points de cotisation supplémentaires. Parallèlement, nous soulignons un impératif de cohérence : celui consistant à supprimer tous les frais d’inscription qui se sont insidieusement développés dans l’enseignement supérieur public. Il ne s’agirait évidemment pas pour les établissements de reprendre d’une main l’allocation que les étudiants auraient reçue d’une autre !

Ne nous y trompons pas : cela représenterait une dépense importante et constituerait, à bien des égards, un véritable choix de société. Des garde-fous seraient évidemment à mettre en œuvre pour se préserver d’abus éventuels. Mais n’a-t-on pas réussi de bien plus impressionnantes réformes en créant la sécurité sociale au sortir de la guerre, avec, en proportion, tellement moins de moyens ! Candidats de gauche, que vous soyez pour ou contre le revenu universel, ouvrez des nouveaux droits pour la jeunesse ! Donnez envie à cette jeunesse de se mobiliser !

Les pratiques d’enseignement des enseignants-chercheurs à l’université. Intrication des tâches et variations disciplinaires

Séminaire ACIDES du 27 mars 2017, Emilie Saunier (ELLIADD, Université de Franche-Comté) et Mathias Millet (CITERES, Université de Tours)

Pour une allocation d’autonomie universelle pour les étudiants

Tribune pour Slate, Présidentielle 2017 – 100 propositions de la recherche, le 19 mars 2017, par L. Moulin, D. Flacher et H. Harari-Kermadec.

Augmenter les frais d’inscription aux universités ? Le débat est bien mal posé. Cette idée, proposée par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, n’est pas une solution optimale. Tandis qu’une allocation d’autonomie pour les étudiants pourrait être bien plus juste et efficiente.

  • L’allocation individuelle peut être financée par des prélèvements obligatoires, progressifs pour être justes.
  • L’allocation d’autonomie doit donc bénéficier à tous les étudiants, quelque soit leur milieu social d’origine, et être financée par tous.
  • Une allocation universelle d’autonomie de 600 euros par mois (pour les étudiants logés dans leur famille) et de 1000 euros par mois (pour les autres) pourrait être financée par une cotisation patronale supplémentaire de 3,1 points sur la branche «famille».

Lire la proposition complète sur Slate.fr

 

Les évolutions récentes de l’enseignement supérieur japonais

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Stéphane Heim (Kyoto University)

En juin 2015, le Ministère Japonais de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MEXT) diffuse une note publique dans laquelle il est stipulé que certaines « abolitions » de Facultés de Sciences Humaines et Sociales (SHS), prises aux sens très large, sont à envisager dans les établissements publics. Cette note a créé un emballement médiatique quant à la contribution de ces disciplines à l’effort économique national. Cette communication vise à se demander s’il y a véritablement un problème SHS au Japon, ou si cela ne cache pas d’autres dysfonctionnements structurels propres à l’enseignement supérieur japonais ? Nous verrons, en nous penchant sur l’histoire de l’enseignement supérieur japonais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, que plusieurs politiques tantôt néolibérales, tantôt à visée de centralisation bureaucratique, ont créé les soubassements de problèmes structurels avec plus de 800 établissements d’enseignement supérieur pour des effectifs étudiants comparables à ceux en France, et qui dépassent de loin la seule question des SHS dans les universités nationales. Plus important, nous analyserons le contexte politique d’un ensemble de mesures prises depuis les années 2000 et leur impact sur la gouvernance des universités nationales.

Document :

La contribution des économistes domestiques à l’économie de la famille et de la consommation, 1912-1929

Séminaire ACIDES du 20 mars 2017, Agnès Le Tollec (STEF, ENS Paris-Saclay)

Doctorante au laboratoire STEF de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan sous la direction de Ph. Fontaine.

Séances 2016-2017

Séminaire déjeuner, le lundi de 12h45 à 14h30, ENS Cachan

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Course aux diplômes : qui sont les perdants ?

ouvrage de Séverine Chauvel, Textuel, octobre 2016

Que valent les diplômes quand explosent les effectifs des diplômés ?

Il va aujourd’hui de soi que les plus diplômés sont les mieux protégés contre le chômage. Les politiques d’éducation ont de leur côté favorisé une augmentation spectaculaire du nombre des bacheliers et des étudiants.
Cet ouvrage analyse les impensés et les effets paradoxaux de ces investissements scolaires : que valent les titres scolaires quand explosent les effectifs des diplômés ? Quelles sont les nouvelles concurrences entre établissements scolaires et universitaires ? Comment les discriminations impactent-elles la valeur des diplômes ? L’école ne doit-elle que préparer à l’entrée sur le monde du travail ?

Remise du prix Edgard Milhaud 2016 du CIRIEC à Léonard Moulin

Le CIRIEC, Centre International de Recherches et d’Information sur l’Economie Publique, Sociale et Coopérative attribue le prix Edgard Milhaud 2016 à Léonard Moulin pour sa thèse intitulée Frais d’inscription dans l’enseignement supérieur : enjeux, limites et perspectives

La question que sa thèse soulève est fondamentale dans la mesure où elle pose la question théorique de l’efficacité relative d’un système fondé sur le marché, d’une part, et d’un système socialisé reposant sur la solidarité intergénérationnelle et le service public, d’autre part. Elle est fondamentale d’un point de vue politique car elle renvoie à deux conceptions différentes de l’éducation : l’une comme source de profits futurs et l’autre comme bien collectif.

 

 

Enseignement supérieur : quelle alternative à la flambée des frais d’inscription ?

Tribune collective d’ACIDES sur Médiapart, le 11 juillet 2016.

Le 6 juillet dernier, la ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a annoncé un gel des frais d’inscription à la rentrée 2016, qui se maintiendraient à 184 € par an en licence et 256 € en master. Pourtant, en France, on observe une flambée de ces frais dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Soucieuse de raviver le mythe d’une Université ouverte à tou·te·s, la ministre ne parle que du tarif national, passant ainsi sous silence la croissance des exceptions à ce tarif, que l’organisation de l’enseignement supérieur rend possible, quand elle ne l’encourage pas.

A l’Université Paris-Dauphine, pionnière en la matière, les frais d’inscription en Master peuvent s’élever jusqu’à 6 050 € et c’est désormais au tour des frais d’inscription en licence de sortir de la tarification nationale. Elles coûteront à la rentrée 2016-2017 jusqu’à 2 200 € l’année. Dans les universités, les « masters internationaux » ont le droit de déroger à la tarification nationale. Dans la toute nouvelle Université Paris-Saclay, regroupant les établissements du Sud parisien dans le but de gagner le haut du classement de Shanghai, les formations de niveau master peuvent ainsi être facturées entre 6 000 et 8 000 euros.

Lire la suite sur Médiapart (accès gratuit)

Soutenance d’HDR : Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Hugo Harari-Kermadec soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée

Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

soutenue le vendredi 17 juin à 14h à l’Université Lille 1
Jury
  • Florence Jany-Catrice (garante), Professeure, CLERSE, Université Lille 1
  • Christian Bessy (rapporteur), Directeur de recherche, IDHES, ENS Cachan
  • Cédric Durand (rapporteur), Maître de conférences, CEPN, Université Paris 13
  • Sandrine Garcia (rapportrice), Professeure, IREDU, Université de Bourgogne
  • Richard Sobel, Maître de conférences, CLERSE, Université Lille 1
  • Jean-Marie Harribey, Maître de conférences, GREThA, Université Bordeaux
  • Nicolas Vaneecloo, Professeur, CLERSE, Université Lille 1

Continuer la lecture

Sauvons l’Université française !

Tribune de Eric Berr et Léonard Moulin (Economistes atterrés), le 19 février 2016

[…] Dans un environnement toujours plus concurrentiel dans lequel il convient de rechercher l’« excellence », il est de bon ton de dénoncer l’« archaïsme » et l’« inadéquation » de la formation universitaire et de promouvoir une gestion managériale des universités afin de les rendre rentables. […] Pour faire accepter un système que la communauté universitaire rejette dans sa grande majorité, une gouvernance par la peur s’installe qui utilise la « crise » pour organiser la précarisation des personnels et s’assurer une plus grande docilité. Aujourd’hui, un chercheur et un enseignant-chercheur sur deux est un précaire. Et, contrairement à la propagande officielle, la précarisation, promue comme « flexibilisation » d’un système trop rigide, est la condition du délabrement des universités (et non sa cause).

Face au désengagement de l’État et en dépit de toutes les dénégations actuelles, la voie empruntée condamne l’étudiant-client à prendre à sa charge une part toujours plus importante du coût de sa formation. Ainsi, face à la crise sans précédent que connaît l’Université française, des voix s’élèvent pour réclamer une augmentation des frais d’inscription, à l’instar des dérogations déjà accordées à l’Université Paris-Dauphine, aux Écoles des Mines et à celles des Telecom ou, plus récemment, à l’École Polytechnique et à la Toulouse School of Economics. Capable de répondre à tous les maux de l’Université, les frais d’inscription permettraient de rendre le système plus équitable, de motiver les étudiants et de répondre aux besoins de financement des établissements. Il suffit de s’intéresser au cas de l’Université Paris-Dauphine pour se rendre compte que ces frais, qui sont générateurs de mécanismes de ségrégation sociale entre étudiants, ne permettent pas de rendre les étudiants mieux formés. Quant à la couverture des besoins de financement supposément induite par de tels frais, il suffit de regarder ce qui se passe dans les pays qui ont introduit des frais d’inscription élevés pour se rendre compte que leur augmentation s’est partout et toujours accompagnée d’une baisse significative des dépenses publiques. Ces frais d’inscription ont par ailleurs des effets dramatiques sur l’enseignement puisqu’ils conduisent à analyser les relations entre étudiants et universités comme des relations de clients à fournisseurs, transformant de facto la nature même de l’éducation.

Lire la suite sur le site des économistes atterrés