Archives par étiquette : France

Une hausse des frais d’inscription en France est-elle inéluctable ou même simplement souhaitable ?

Léonard Moulin, Savoir/Agir, 2014, vol. 29, pp. 43-50.

Alors  que  les  travaux  théoriques publiés  en  économie  semblent  converger sur  l’opportunité  de  relever  les  frais d’inscription en France, cet article apporte des éléments pour un débat contradictoire. Léonard Moulin démontre que les frais d’inscription ne permettent ni l’équité, ni l’efficacité des formations, ni leur subsistance financière.

Trop chère université

Tribune publiée par Libération, le 17 juin 2014

Comme de nombreux établissements d’enseignement supérieur publics avant elle (l’université Paris-Dauphine, les Ecoles des Mines – Telecom, Sciences-Po Paris…), l’Ecole nationale des ponts et chaussées a choisi d’augmenter ses frais d’inscription, les faisant passer de 1 402 à 2 570 euros par an. Dans l’espace public, de nombreuses voix s’élèvent afin de légitimer une hausse des frais d’inscription. L’université de Saint-Quentin-en-Yvelines, au bord de la cessation de paiement, a joué un rôle de révélateur pour imposer l’idée de l’accroissement nécessaire des moyens accordés à l’enseignement supérieur. Cette position est celle qu’a défendue au mois de février la Conférence des grandes écoles (CGE), devant le comité chargé d’établir la stratégie nationale de l’enseignement supérieur, en plaidant non seulement pour un accroissement des contributions étudiantes, mais aussi pour l’introduction d’une sélection à l’entrée des universités et pour la mise en place d’une gouvernance basée sur le modèle des grandes écoles. Continuer la lecture

Séances 2013-2014

Première partie 2013, au CEPN, Université Paris 13, à 12h45.

————————

Deuxième partie, à l’IDHES, salle Pollack (bat. Laplace), à 12h45.

Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur

S. Chauvel, P. Clément, D. Flacher, H. Harari-Kermadec, S. Issehnane, L. Moulin et U. Palheta, “Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales”, RELIEF – CEREQ, 2014, no 48, pp. 139-151.

En France, l’université Paris 9 Dauphine est la première à bénéficier du statut de grand établissement, statut lui permettant de tarifer librement une partie de ses diplômes. En 2010/2011, première année d’introduction des frais d’inscription, les étudiants inscrits en master 2 de grand établissement devaient s’acquitter d’une somme comprise entre 0 (si le revenu brut global annuel est inférieur à 40 000 euros) et 4 000 euros par an (si ce dernier excédait 80 000 euros). Le montant maximal a été relevé à 5 940 euros pour l’année universitaire 2014/2015.

[…]

Les travaux, principalement sociologiques, sur le supérieur sont récents et peu nombreux (Orange, 2011 ; Lindbom et Van Zanten, 2012). Les travaux de Moulin et al. (2013), en utilisant une méthode d’appariement optimal sur données longitudinales, ont mis en avant le fait que l’introduction de frais d’inscription à Dauphine conduit cette université à sélectionner des étudiants ayant des parcours différents et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Dès lors, il convient de situer les caractéristiques de ces étudiants, ainsi que leurs trajectoires par rapport aux caractéristiques et parcours d’autres étudiants des mêmes filières. Une telle approche permettra alors de voir si ces résultats sont généralisables ou si les effets mis en avant par Moulin et al. (2013) sont imputables aux caractéristiques et trajectoires particulières des étudiants de Dauphine. L’objectif que nous poursuivons donc dans cet article est d’étudier plus finement les déterminants des choix d’orientation au fil du parcours universitaire et d’analyser si les trajectoires des étudiants de Dauphine diffèrent de celles des étudiants d’autres établissements universitaires. Pour ce faire, nous allons étudier les caractéristiques et parcours des étudiants de licence 3 dans trois universités : l’université Paris 9 Dauphine, l’université Paris 13 Villetaneuse et l’université Lille 1.

Etudiants : vos frais d’inscription vont augmenter !

Tribune parue sur Médiapart, le 28 janvier 2014

Inefficace pour financer les établissements et socialement dangereuse, tels sont les reproches adressés par les économistes David Flacher, Hugo Harari-Kermadec, Sabina Issehnane et Léonard Moulin à la hausse des frais d’inscription des étudiants. Celle que le gouvernement vient de décider pour les écoles des Mines et des Télécom n’est qu’un début, s’alarment-ils. Continuer la lecture

Faut-il (vraiment) augmenter les frais d’inscription à l’université ?

David Flacher, Hugo Harari-Kermadec et Léonard Moulin, Revue Française d’économie, 2012, vol. 27, n°3, pp. 145-183.

Cet article propose une analyse des arguments couramment avancés en faveur des frais d’inscription : i) l’iniquité du système français ; ii) l’efficience des frais comme outil pour sélectionner, orienter et inciter à l’effort ; iii) le financement de l’université. Nous défendons la thèse selon laquelle ces frais peuvent conduire de potentiels étudiants à renoncer à leurs études, à modifier l’orientation qui aurait été la leur en l’absence de frais ou encore à modifier leur comportement sur le marché du travail sous le poids de la dette. Nous montrons que les frais ne garantissent ni l’équité, ni un fonctionnement efficient du système d’enseignement supérieur, ni un accroissement des ressources des établissements.

Education par capitalisation ou éducation par répartition, Terra nova n’a pas choisi

Tribune parue dans Le Monde, 6 septembre 2011

A la veille de la rentrée universitaire, Terra Nova nous livre contribution foisonnante. Comme beaucoup, nous adhérons à certaines de leurs propositions (l’intégration des classes préparatoires au sein des universités, par exemple). Mais c’est à deux d’entre elles, qui renvoient à de véritables choix de société, que nous nous proposons de répondre. La première concerne le relèvement des frais d’inscription (triplement des droits d’inscription en licence et quadruplement en master et en doctorat). La seconde concerne la création d’une allocation d’autonomie pour les étudiants (500 euros mensuels pendant une durée de 50 mois). Continuer la lecture

Contributory Education Scheme: Theoretical Basis and Application

D. Flacher, H. Harari-Kermadec and Léonard Moulin in Antonio Caparrós Ruiz (eds.), Investigaciones de Economia de la Educacion, vol. 6 n°6, p. 495-502.

After a short criticism of the “self-funded education scheme” which is widely implemented in the world and often based on tuition fees, this article develops theoretical basis for a “contributory education scheme”. This model is characterised 1) by a universal access for students to grants allowing them to take charge of themselves during their higher education curriculum; and 2) by a funding regime relying in particular on the population that has benefited from grants, once studies are finished. The article first points out the limits of the self-funded education scheme. Then, it discusses the analogies and differences with pension systems implemented in countries like France. We derive theoretical motivations in favour of a contributory education scheme: The equity of access to higher education, the incentives for students and university to be efficient, as well as the contributory equity are discussed. The article proposes finally to assess, for France, the cost and the options concerning the transformation of the tax system that would be needed for funding such a reform. Beyond the individual income, variables like the degree obtained by the student are taken into account in our assessment. The conclusion draws research perspectives concerning the theoretical dimensions and the transition such a reform concretely implies.

Full text freely available here : http://repec.economicsofeducation.com/2011malaga/06-30.pdf