Grands établissements

Hugo Harari-Kermadec, Mensuel du Snesup, n°630, décembre 2014.
Le statut de Grand Etablissement, parce qu’il permet aux établissements qui en bénéficient de s’affranchir du régime commun des universités, ouvre la voie à la sélection et aux frais d’inscription. C’est en tout cas cette voie que l’Université Paris-Dauphine (ex Paris 9) a suivi.
C’est avant tout la sélection, qui motive le changement de statut. Pratiquée depuis longtemps par l’établissement, elle est contestée par les étudiant-es qui ont été refusé-es, mais aussi par l’UNEF local. Plutôt que de sanctionner cette pratique illégale, le gouvernement la régularise en 2003-2004 en accordant au président de Dauphine, Laurent Batsch, le statut de Grand Etablissement.
Laurent Batsch ne s’arrête pas là et, en 2010-2011, il introduit les frais d’inscription en Master 2, dans la filière Economie-Gestion. Une série de Master 2, délivrant des diplômes nationaux en 2009-2010, deviennent l’année suivante des « diplômes d’établissement conférant le grade de master », échappant à la tarification nationale. Les frais, qui montent cette année-là jusqu’à 4 000 €, ont réduit le recrutement d’étudiants issus d’universités de province venant finir leur cursus à Dauphine. Sans surprise, l’écart en termes d’origine sociale entre la population étudiante de Dauphine et celles des autres universités, déjà fortement marquée, s’est encore accru. 4 ans plus tard, les frais d’inscription maximaux ont déjà augmenté de 50% et se sont étendus au Master 1, le coût total des 2 années de master pouvant ainsi s’élevé jusqu’à 12 000 €.
Cette dynamique correspond à un repositionnement, similaire à celui de Sciences Po, vers le champ des écoles de  commerce. Accorder le statut de Grand Etablissement à une université ne participe pas d’une réduction de l’écart entre grandes écoles et universités. Au contraire, c’est participer du renforcement de la bipolarisation de l’enseignement supérieur français en séparant d’un côté les établissements bien dotés et collectant des fonds propres, prestigieux et proches du pouvoir, capable d’obtenir ce statut dérogatoire mais également de le faire fructifier grâce à une population étudiante initialement favorisée ; et de l’autre, les universités en charge de la massification de l’enseignement supérieur sans que les moyens de la mener à bien ne leur soient donnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.