Archives par étiquette : ségrégation

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Marché de l’enseignement supérieur

Jeudi 3 juillet 2014, panel au congrès AFEP, organisé par Léonard Moulin.

  • Des dispositions à s’orienter face à des universités en concurrence : marché universitaire francilien et ségrégation – L. Frouillou, Géographie-cités
  • Comment les étudiants pourraient réagir face à une hausse du coût de leurs études ? – J.-F. Giret, IREDU et C. Bonnard, IREDU et CLERSE
  • Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur – L. Moulin, CEPN et S. Chauvel, LIRTES

Continuer la lecture

Frais d’inscription et parcours des étudiants dans l’enseignement supérieur

S. Chauvel, P. Clément, D. Flacher, H. Harari-Kermadec, S. Issehnane, L. Moulin et U. Palheta, « Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales », RELIEF – CEREQ, 2014, no 48, pp. 139-151.

En France, l’université Paris 9 Dauphine est la première à bénéficier du statut de grand établissement, statut lui permettant de tarifer librement une partie de ses diplômes. En 2010/2011, première année d’introduction des frais d’inscription, les étudiants inscrits en master 2 de grand établissement devaient s’acquitter d’une somme comprise entre 0 (si le revenu brut global annuel est inférieur à 40 000 euros) et 4 000 euros par an (si ce dernier excédait 80 000 euros). Le montant maximal a été relevé à 5 940 euros pour l’année universitaire 2014/2015.

[…]

Les travaux, principalement sociologiques, sur le supérieur sont récents et peu nombreux (Orange, 2011 ; Lindbom et Van Zanten, 2012). Les travaux de Moulin et al. (2013), en utilisant une méthode d’appariement optimal sur données longitudinales, ont mis en avant le fait que l’introduction de frais d’inscription à Dauphine conduit cette université à sélectionner des étudiants ayant des parcours différents et, ce faisant, accentue les phénomènes de ségrégation sociale. Dès lors, il convient de situer les caractéristiques de ces étudiants, ainsi que leurs trajectoires par rapport aux caractéristiques et parcours d’autres étudiants des mêmes filières. Une telle approche permettra alors de voir si ces résultats sont généralisables ou si les effets mis en avant par Moulin et al. (2013) sont imputables aux caractéristiques et trajectoires particulières des étudiants de Dauphine. L’objectif que nous poursuivons donc dans cet article est d’étudier plus finement les déterminants des choix d’orientation au fil du parcours universitaire et d’analyser si les trajectoires des étudiants de Dauphine diffèrent de celles des étudiants d’autres établissements universitaires. Pour ce faire, nous allons étudier les caractéristiques et parcours des étudiants de licence 3 dans trois universités : l’université Paris 9 Dauphine, l’université Paris 13 Villetaneuse et l’université Lille 1.

Tuition fees, self-esteem and social heterogeneity

David Flacher et Hugo Harari-Kermadec, Education Economics review, n°622, 2011.

Modelling students’ behaviour in relation to tuition fees is a complex task since students’ ‘talent’ is not common knowledge. Students observe a private noisy signal of their abilities, while university receives noisy information based on the quantitative and qualitative data provided by university applicants. In this article, we add the heterogeneity of the population to this model: we assume that this heterogeneity means that the perception of skills among a part of the population is biased and underestimates the capabilities of its members to succeed in the higher education system. Our conclusions differ from those derived in the literature and show in particular that the optimal tuition fees for a given number of students are lower than those obtained for a homogeneous population.

Working paper available on HAL.