Archives par étiquette : quantification

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Soutenance d’HDR : Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Hugo Harari-Kermadec soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée

Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

soutenue le vendredi 17 juin à 14h à l’Université Lille 1
Jury
  • Florence Jany-Catrice (garante), Professeure, CLERSE, Université Lille 1
  • Christian Bessy (rapporteur), Directeur de recherche, IDHES, ENS Cachan
  • Cédric Durand (rapporteur), Maître de conférences, CEPN, Université Paris 13
  • Sandrine Garcia (rapportrice), Professeure, IREDU, Université de Bourgogne
  • Richard Sobel, Maître de conférences, CLERSE, Université Lille 1
  • Jean-Marie Harribey, Maître de conférences, GREThA, Université Bordeaux
  • Nicolas Vaneecloo, Professeur, CLERSE, Université Lille 1

Continuer la lecture

Economie de l’éducation (ENS Cachan, L3)

Cours d’économie de l’éducation (10h) du département de Sciences Sociales en première année (Licence 3), par Hugo Harari-Kermadec. Cours alterné avec celui de sociologie de l’éducation de Xavier Pons.

Le rôle de la quantification dans le processus de marchandisation de l’université. Étude de cas d’une université anglaise

Quantification in the Higher Education Marketisation Process. Case Study of an English University

Elsa BOULET, Hugo HARARI-KERMADEC, Politiques et Management Public, 31(4), pp.405-420, 2014.

RÉSUMÉ

Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs(euses) comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude de cas d’une université anglaise, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université étudiée pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire.

ABSTRACT

In the higher education marketisation process that has been taking place since the early 1980s, quantification plays a central part by establishing equivalences and hierarchies (rankings) : quantification makes it possible to consider that HEIs, courses and even academics are interchangeable and have no intrinsic value but a only a relative value determined by supply and demand. Drawing on the case study of an English university we argue that quantification goes along with marketisation. We show that the State and the university management use numbers in order to transform education and research into substitutable elements that are reducible to a single or a small number of relevant criteria. This transformation is implemented through the steering of academics’ practices. The performative character of quantification is used as a tool for transforming social reality and for marketising the Higher Education sector.

 Article complet (abonnés PMP).

Le document de travail

On « Academic Capitalism » of R. Münch.

Review by L. Moulin published in Laboratorium : Russian Review of Social Research, vol. 6, n°3, 2014, pp. 154-156.

Richard Münch. Academic Capitalism: Universities in the Global Struggle for Excellence. New York: Routledge, 2013. 314 pp. ISBN 978-0-415-84014-9.

This book by Richard Münch, professor emeritus at the University of Bamberg, Germany, proposes a sociological analysis of academic capitalism and the rise of the “entrepreneurial university” that places the logic of business at the heart of its organization. Government policies, also known as New Public Management, that since the 1980s have imported ingredients from the private into the public sector in order to improve efficiency, produce an asymmetry between the increasing number of fund seekers and a smaller number of suppliers. They also lead to intense oligopolistic competition among universities, which overlays the competition among researchers for knowledge and their recognition by the scientific community. The intrusion of economic logic into the academic field leads researchers to compete for reputation and entrepreneurial universities to accumulate capital via competition for positions in the rankings.

Le rôle de la quantification dans la marchandisation de l’université

Elsa Boulet (Université Paris IV et ENS Cachan) et Hugo Harari Kermadec (IDHES – ENS Cachan et CEPN),  « Numbers, Policies and Politics« , Congrès organisé par la revue Politiques et Management Public, 26 octobre 2013, ESCP Europe, Paris.

Résumé : Dans le processus de marchandisation du secteur universitaire, à l’œuvre en Europe depuis le début des années 1980, la quantification joue un rôle central, en établissant des équivalences et des hiérarchies (classements) : elle permet de traiter des universités, des formations ou encore des chercheurs·euses comme des éléments interchangeables dont la valeur n’est pas intrinsèque mais est déterminée par le rapport de l’offre et de la demande. En nous appuyant sur l’étude du cas de l’université de Ghimwall, en Angleterre, nous voulons montrer ici comment marchandisation et quantification vont de pair. Nous montrerons comment les chiffres sont mobilisés par l’État et par la direction de l’université de Ghimwall pour transformer l’enseignement et la recherche en éléments interchangeables, réductibles à un seul ou un très petit nombre de critères pertinents ; et pour donner corps à cette réduction en orientant les pratiques des universitaires. Le caractère performatif de la quantification est ainsi utilisé comme un outil de transformation de la réalité sociale, avec pour finalité la mise en marché du secteur universitaire. Continuer la lecture

Séances 2011-2012

Le séminaire ACIDES 2011-2012 se réunit à l’ENS Cachan, salle Pollak (bat. Laplace, 2e)