Archives par étiquette : Financiarisation

Etudiants, l’avenir à crédit (Documentaire, Arte)

Documentaire de Jean-Robert Viallet réalisé en 2015, avec le concours scientifique de l’équipe ACIDES. Première diffusion : mardi 16 mai 2017 à 20h50.

Projection le mardi 14 novembre à Tolbiac (Université Paris 1).

Sous l’effet de la compétition internationale, les universités se transforment en de gigantesques entreprises. Une enquête aussi éclairante qu’inquiétante sur un phénomène émergent en Europe.

Compétitivité, marketing ou retour sur investissement sont des termes qui circulent désormais dans les couloirs feutrés des grandes universités. De Shanghai à New York en passant par Paris et Berlin, la transmission des connaissances devient une marchandise, dans le sillage de « l’économie du savoir », une doctrine érigée à la fin des années 1990 par les instances financières internationales – OCDE et Banque mondiale en tête. L’enseignement supérieur, reconnu comme un moteur de productivité et de croissance économique, doit se mettre au service du développement des pays. Victimes de ce nouveau système, les étudiants sont contraints d’investir pour apprendre. Ils s’acquittent de frais d’inscription de plus en plus élevés, et s’appauvrissent avant même d’entrer dans la vie active. Aux États-Unis, la dette étudiante a dépassé le coût du logement et de la santé, menaçant l’économie nationale. Les jeunes Européens suivront-ils la même voie ? Si certains pays d’Europe du Nord résistent à cette commercialisation du savoir, considérant l’éducation comme un acquis social, d’autres s’inspirent de plus en plus du modèle anglo-saxon. En France, les établissements les plus prestigieux, comme Sciences-Po et Paris-Dauphine, se sont déjà engagés sur le chemin du payant.

À bout de souffle

Étayé par des chiffres effarants, ce documentaire fouillé dresse un état des lieux de la mutation des universités du monde entier. Des États-Unis jusqu’à la Chine, nouvel eldorado de l’enseignement supérieur mondial, le réalisateur pointe les dérives de la marchandisation du savoir en partant à la rencontre d’étudiants étouffés par leurs crédits et terrifiés par l’avenir.

Trajectoires dans l’enseignement supérieur et frais de scolarité

Séminaire ACIDES du 6 novembre, Léonard Moulin (CEPN, Université Paris XIII et CNRS).

ATER au CEPN, Léonard Moulin a écrit une thèse sur les frais d’inscription sous la direction de David Flacer et Hugo Harari-Kermadec, distinguée par les prix de l’OVE et de l’AES.

On « Academic Capitalism » of R. Münch.

Review by L. Moulin published in Laboratorium : Russian Review of Social Research, vol. 6, n°3, 2014, pp. 154-156.

Richard Münch. Academic Capitalism: Universities in the Global Struggle for Excellence. New York: Routledge, 2013. 314 pp. ISBN 978-0-415-84014-9.

This book by Richard Münch, professor emeritus at the University of Bamberg, Germany, proposes a sociological analysis of academic capitalism and the rise of the “entrepreneurial university” that places the logic of business at the heart of its organization. Government policies, also known as New Public Management, that since the 1980s have imported ingredients from the private into the public sector in order to improve efficiency, produce an asymmetry between the increasing number of fund seekers and a smaller number of suppliers. They also lead to intense oligopolistic competition among universities, which overlays the competition among researchers for knowledge and their recognition by the scientific community. The intrusion of economic logic into the academic field leads researchers to compete for reputation and entrepreneurial universities to accumulate capital via competition for positions in the rankings.

Frais de scolarité dans l’enseignement supérieur. Arguments et résistance internationale

Article publié sur Contretemps.eu, le 14 juin 2012

Les étudiant·e·s québécois·es sont en grève contre la hausse des frais d’inscription de 1600 dollars canadien sur 5 ans. Une histoire militante déjà riche est en train de s’écrire : déjà plus de 100 jours de grève, 30 manifestations nocturnes, des milliers d’heures d’assemblée générale. Une proposition du gouvernement aux portes-paroles étudiants, le 27 avril, a été refusée par 115 associations représentant plus de 300 000 étudiant·e·s. Continuer la lecture