Archives par étiquette : ENS Cachan

Classements, concurrence et marchandisation universitaires

Conférence transversale de l’ENS Paris Saclay (90 min) le 17 janvier 2017.

Le classement de Shanghai émerge au milieu des années 2000, dans un contexte d’explosion des migrations
étudiantes et de hausse des frais d’inscription. Les classements, avec d’autres outils d’évaluation, participent à définir une nouvelle concurrence entre établissements, où les logiques économiques prennent de plus en plus de place.

Le travail des universitaires est transformé par ces évolutions. Quel(s) futur(s) pour les docteur-es dans l’économie de la connaissance : entrepreneurs innovants ou salarié-es précaires ?

Soutenance d’HDR : Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

Hugo Harari-Kermadec soutiendra son habilitation à diriger des recherches intitulée

Frais d’inscription et quantification néolibérale de l’Université

soutenue le vendredi 17 juin à 14h à l’Université Lille 1
Jury
  • Florence Jany-Catrice (garante), Professeure, CLERSE, Université Lille 1
  • Christian Bessy (rapporteur), Directeur de recherche, IDHES, ENS Cachan
  • Cédric Durand (rapporteur), Maître de conférences, CEPN, Université Paris 13
  • Sandrine Garcia (rapportrice), Professeure, IREDU, Université de Bourgogne
  • Richard Sobel, Maître de conférences, CLERSE, Université Lille 1
  • Jean-Marie Harribey, Maître de conférences, GREThA, Université Bordeaux
  • Nicolas Vaneecloo, Professeur, CLERSE, Université Lille 1

Continuer la lecture

Engagement décennal ou endettement étudiant ? Les bi-admis ENS Cachan/HEC face au choix de leur école et de leur carrière

Morgane Le Breton (ENS Cachan) et Hugo Harari-Kermadec (IDHES, ENS Cachan), Revue française de pédagogie, 2013, vol. 184, p. 69-80.

Getting into debt or getting paid. How elite students in business administration choose their academic and carrier paths.

Résumé : Dans un contexte de mise en concurrence internationale des grands établissements universitaires, l’instauration ou le relèvement des frais de scolarité semble être une évolution inéluctable. Les Écoles normales supérieures (ENS), avec leurs élèves fonctionnaires, apparaissent singulières. Dans cet article, nous étudions comment le coût des études intervient dans les choix des étudiants. Une série d’entretiens semi-directifs menés auprès d’étudiants admis à la fois à l’ENS Cachan et à l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC) à l’issue de classes préparatoires commerciales nous permet d’appuyer et d’illustrer nos analyses sur une population pour laquelle l’accès au crédit est assuré. Nous nous intéressons en particulier à ce qui se joue, au-delà de l’aspect purement économique, dans les représentations que se font les étudiants de leurs études. Nous montrons que la question du coût interfère fortement avec celle des débouchés, une interaction anticipée par les étudiants au moment de leur choix de parcours dans l’enseignement supérieur. Dès lors, la perspective d’un emploi fortement rémunérateur imposé par l’endettement étudiant peut-elle apparaître pour certains comme une contrainte bien plus lourde qu’un engagement décennal signé avec l’État ?

Abstract: Owing to the international competition between colleges, tuition fees keep rising. Whereas the top French business school HEC (École des hautes études commerciales de Paris) leads this trend in France, the Écoles normales supérieures (ENS) is unique in that its students are paid as civil servants. This article tackles how the cost of studies plays a part in students’ choices. To deal with this question, we have conducted several semi-structured interviews with successful candidates at both HEC and ENS Cachan following their economics and business preparatory classes.

Hence we look beyond economic analysis and study students’ own portrayals of their studies. Typically, the cost of studies is strongly linked to job market prospects after graduation, as predicted by students when choosing their school. Therefore, the prospect of a lucrative job required due to heavy student debt may be considered a less attractive option than the ten-year commitment signed with the French state.

Séances 2011-2012

Le séminaire ACIDES 2011-2012 se réunit à l’ENS Cachan, salle Pollak (bat. Laplace, 2e)